Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Esclavage

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Évaluer cet élément
(3 Votes)
Si on veut parler de l’esclavage, on ne peut s’en tenir à des idées simplistes ou émotionnelles. Il vaut mieux écouter les historiens ou Alain Mabanckou plutôt que Madame Taubira.
Essayons de faire le point.
L’esclavage semble avoir été inventé en Afrique, mais tous, Noirs et Blancs, y ont joué et jouent un rôle important : l’esclavage continue au Soudan. Slaves dérive d’esclave, et l’actuelle Europe de l’Est fut pendant des siècles un terrain de chasse pour les chasseurs d’esclaves, depuis les Grecs et les Romains.
Du VIII° au XIX° siècle, des négriers africains, le plus souvent musulmans, chassaient l’esclave et les vendaient à la côte à des transitaires africains, qui les revendaient aux négriers européens. On ne peut rien comprendre à la haine entre côtiers et Africains de l’intérieur si l’on oublie ce commerce infâme.

Les historiens évaluent à 40 millions le nombre d’Africains pris en esclavage :
- 17 millions furent vendus sur les marchés d’Afrique du Nord, de Turquie, d’Arabie.
- 12 millions restèrent en Afrique aux mains de propriétaires locaux : il faut une bien grande naïveté pour penser qu’ils étaient mieux traités qu’ailleurs. Je rappelle qu’Abéché au Tchad, fut, jusqu’à l’arrivée des troupes françaises, le principal centre de "fabrication" d’eunuques destinés aux harems turcs et arabes, l’opération s’effectuait avec un taux de perte évalué à 60%... 
- 11 millions furent vendus aux négriers européens qui fournissaient l’Amérique.

Peut-on cependant oublier les 4 millions d’Européens pris en esclavage par les chasseurs d’esclaves maghrébins, arabes et turcs jusqu’au XIX° siècle ?
En 1634, le Père Dan estimait à 30 000 le nombre d’esclaves chrétiens détenus à Alger. L’ordre du Saint Esprit fut créé pour racheter les esclaves chrétiens dans le monde musulman.
La cathédrale de Tunis fut bâtie sur le cimetière des esclaves chrétiens.
SALVAN   Jean

Né le 3 mars 1932
Marié (1953) – 5 enfants



Officier, général de corps d'armée


Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
Ecole d’Etat-Major 
Ecole supérieure de guerre (ESG)

Commandant la IVème Région militaire
Général de corps d’armée (1988)
Représentant français auprès du Commandement Centre-Europe de l’OTAN (1986-1988) 
Commandant de la 1ère Division blindée (1983-1985)
Commandant du 3ème Régiment de parachutistes d’infanterie de marine
Professeur à l’Ecole supérieure de guerre

Membre correspondant du Muséum d’Histoire Naturelle en 1964
Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées de droit public
Professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux (1989-1994) ("Société et Défense") 
Président de l’Union des blessés de la face (les Gueules cassées) (1995-2002)

Ouvrages 
Liban 1978, les Casques bleus de la France (1979) - L’avifaune du Gard et du Vaucluse (1983) -

La paix et la guerre (1992) - Soldat de la guerre, soldat de la paix (2005)

Distinctions
Grand Officier de la Légion d’Honneur
Croix de la Valeur Militaire
Commandeur de l’Ordre du Cèdre du Liban
Croix d’Honneur en or de la Bundeswehr

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version