Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

L'histoire prise en otage

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
La colonisation, "crime contre l'humanité" : l'histoire prise en otage
 
La mémoire collective, avec ses hontes et ses fiertés, devrait constituer, en principe, un ciment de l'unité d'une nation. Pourtant, un demi-siècle après la décolonisation, les élites politiques, de l'extrême gauche à l'extrême droite, ne parviennent pas à éviter la tentation de la récupération polémique de ces événements et de la provocation.
Quand les hommes ou femmes de pouvoir échouent à présenter des propositions crédibles pour gouverner - lutter contre le chômage et la violence par exemple - ils préfèrent agiter les passions et attiser les rancœurs ou les haines. Une loi du 23 février 2005 et son article 4, soulignait "le rôle positif de la colonisation".
En quoi est-ce le rôle du législateur - le pouvoir normatif - de porter des jugements sur un épisode de l'histoire ?
Aujourd'hui, M. Macron prend le contre-pied en déclarant, en Algérie, que "la colonisation fut un crime contre l'humanité". Mais dans un sens comme dans l'autre, le politique prend l'histoire en otage. La connaissance du passé est ravalée au rang de l'idéologie. Ce type de propos de campagne électorale semble avant tout lié à la quête d'une posture : flatter une partie de l'opinion à des fins politiciennes.
 
Nous touchons à un paradoxe de notre époque. Ces dernières décennies, l'enseignement de l'histoire a été affaibli par les politiques de droite comme de gauche. La connaissance des dates, des grands événements et des personnages qui ont façonné le monde contemporain, a été mise à mal. Un gouvernement a même été jusqu'à supprimer totalement cet apprentissage en terminale scientifique... Les programmes ont fortement réduit la place des grands hommes, de Clovis à Napoléon, et de la chronologie. Mais alors que les jeunes Français connaissent de moins en moins l'histoire événementielle, celle-ci fait l'objet d'innombrables récupérations politiciennes. Faut-il y voir une stratégie consciente ou inconsciente de la classe dirigeante : affaiblir la connaissance, les outils de l'esprit critique, pour mieux manipuler les esprits ?
 
Ces propos du candidat à l'élection présidentielle sont ceux d'un homme qui lui-même semble peu familier de l'histoire. Parler de la colonisation comme un "crime contre l'humanité" revient à accuser de crime contre l'humanité toute une tradition de la gauche républicaine française à laquelle il s'identifie pourtant.
Le crime contre l'humanité est défini précisément par l'article 212-1 du code pénal. Il s'applique à des faits "d'atteinte volontaire à la vie, d'extermination, de réduction en esclavage, de déportation, transfert forcé de population, torture, viol". Certes, les guerres coloniales ont donné lieu à des massacres et des atrocités. Pour autant, réduire la colonisation au seul crime contre l'humanité est un contre-sens historique aussi absurde que de ne voir en elle qu'un "rôle positif".
 
En effet, la colonisation fut longtemps au centre de l'idéal républicain, dit de gauche - au même titre que la laïcité et la conquête des libertés - portée par des grandes figures du Panthéon de la gauche française, Léon Gambetta ou Jules Ferry qui déclarait à la Chambre des députés, le 28 juillet 1885 : "Je soutiens que les nations européennes s'acquittent avec largeur, avec grandeur et honnêteté, de leur devoir supérieur de civilisation !" Cette approche avait alors un caractère quasi officiel, "politiquement correct" dirions nous aujourd'hui. Les républicains dits de gauche à l'époque, dans la tradition de l'universalisme révolutionnaire, affirmaient, à travers la colonisation, exporter les Lumières, les droits de l'homme, de la liberté et de l'égalité.
Les opposants à la conquête coloniale de la IIIe République, minoritaires, étaient l'extrême gauche nationaliste, incarnée alors par Georges Clemenceau qui voulait concentrer les énergies contre l'Allemagne et la droite conservatrice, qualifiée de "réactionnaire", à l'image d'Albert de Broglie dénonçant dans la politique coloniale : "Une charge qui grève la nation, qu'elle ne peut porter longtemps, et qui, avant de lui échapper, peut avoir amené la ruine à la fois de la colonie et de la métropole" (Sénat 11 décembre 1884).
 
Plutôt que de manipuler l'histoire à des fins politiciennes, de l'extrême gauche à l'extrême droite, mieux vaudrait recommencer à l'apprendre et à l'aimer, en transmettre la passion aux jeunes générations. Le renouveau de l'enseignement de l'histoire devrait être au cœur des projets électoraux dans la campagne présidentielle : enseigner le passé pour comprendre le présent et préparer l'avenir. Mais qui parle encore des sujets de fond ?

Paru sur Figarovox, 16 février 2017
TANDONNET Maxime

Né le 7 octobre 1958
Marié – 3 enfants



Haut fonctionnaire


Institut d’études politiques de Bordeaux (1976-1979)
Université de Californie Santa Barbara (1980-1981)
Ecole nationale d’administration (1990-1992)

 

Conseiller pour les affaires intérieures et l’immigration
     au cabinet du Président de la République (2007-2011)
Conseiller technique 
     au cabinet du ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, chargé de l'immigration (2005-2007) 
Inspecteur général de l’administration au ministère de l’Intérieur (2000-2005)
Chargé de mission pour les questions européennes et internationales
     à la délégation aux affaires internationales du ministère de l’Intérieur (1996-2000)
Postes préfectoraux (1992-1995)
     * Directeur de cabinet du préfet d’Indre et Loire (1992-1993)
     * Directeur de cabinet du préfet des Yvelines (1993-1994)
     * Sous-préfet de Saint-Jean-de-Maurienne (1994-1995)
Secrétaire des affaires étrangères (1983-1989)
     * Premier secrétaire à l’ambassade de France au Soudan (1983-1985)
     * Rédacteur à l’administration centrale du ministère des affaires étrangères (1986-1989)

Chargé d’un enseignement sur les questions européennes à l’ENA (2001 à 2004)
Membre du jury du concours de recrutement d’attaché principal 
     de la ville de Paris de 2001 à 2004 (présidence du jury en 2004).

Ouvrages
L’Europe face à l’immigration (2001)
Immigration, la nouvelle vague (2003)
L’Année politique – Union européenne – Editions Tendances et Evènements en 2001, 2002, 2003, 2004
Immigration, sortir du chaos (2006) 
     Prix Lucien Dupont de l’Académie des sciences morales et politiques 2007
Géopolitique des migrations – la crise des frontières – Ellipses (2007)
1940, un autre 11 novembre – Tallandier (2009)
La France Libre (ouvrage collectif) – collection bouquins Robert Laffont 2010

Au coeur du Volcan (2014)

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version