Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Macron et l’Histoire

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Macron et l’Histoire
 
Lors de son voyage en Algérie le 15 février dernier, dans un entretien avec la chaîne Echourouk News, Monsieur Macron a  déclaré : "La colonisation fait partie de l’histoire française... C’est un crime contre l’humanité, c’est une vraie barbarie. Et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant nos excuses à l’égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes… " Certes, des propos tenus lors d’une campagne électorale qui s’annonce difficile ne devraient pas être pris à la lettre… Mais enfin, si l’on comprend bien Monsieur Macron, seule la colonisation française est condamnable.
 
Pour qui s’est intéressé à l’histoire du Maghreb – le nord de l’Afrique au sud de la Méditerranée - ce qui est devenu l’Algérie fut colonisé par les Phéniciens, les Grecs, les Romains, les Vandales, les Byzantins, par les Arabes depuis 680 de notre ère, puis par les Turcs à partir du XVI° siècle. Qui peut  croire que ces colonisations furent plus douces que la nôtre ? Peut-on rappeler qu’à partir de 707, une partie du sud de la France fut envahi et colonisé par des Musulmans venus d’Afrique du Nord. Saint-Tropez et Lagarde-Freinet ne furent libérés qu’en 980. La toponymie en conserve le souvenir : Roquemaure, Castelsarrasin, etc. Le colonialisme musulman a-t-il jamais fait l’objet d’excuses ou de repentance ?
Et dès le VIII° siècle, les pirates musulmans écumèrent les côtes de l’Europe : près de quatre millions d’Européens furent pris en esclavage, Saint Vincent de Paul et Cervantès furent les plus célèbres. L’ordre du Saint Esprit fut fondé pour racheter ces esclaves.

Si l’on admet que la colonisation fut un crime contre l’humanité, qu’en est-il de l’esclavage ? Car jusqu’en 1830, Alger et Tripoli furent des repaires de pirates chasseurs d’esclaves, contre lesquels nos rois luttèrent sans cesse. Louis XVI, souvent accusé de faiblesse, était décidé à régler ce problème et il envoya le Baron de Tott et l’orientaliste Venture de Paradis reconnaître les fortifications d’Alger. Bonaparte donna pour mission au Capitaine Bergé et  au Chef de Bataillon Boutin reconnaître la côte algérienne : c’est Boutin qui recommanda le site de Sidi Ferruch pour un débarquement. C’est finalement Charles X qui décida en 1830 l’envoi d’une expédition pour en terminer avec la piraterie et le trafic d’esclaves au Maghreb.
 
Notre colonisation fut-elle aussi effroyable que la dépeint Monsieur Macron ? Je constate simplement que les Algériens demandent des visas pour venir en France, bien plus que pour aller en Arabie saoudite. Et les écrivains algériens d’expression française me semblent avoir plus de succès que leurs confrères qui ne s’expriment qu’en arabe…  
SALVAN   Jean

Né le 3 mars 1932
Marié (1953) – 5 enfants



Officier, général de corps d'armée


Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
Ecole d’Etat-Major 
Ecole supérieure de guerre (ESG)

Commandant la IVème Région militaire
Général de corps d’armée (1988)
Représentant français auprès du Commandement Centre-Europe de l’OTAN (1986-1988) 
Commandant de la 1ère Division blindée (1983-1985)
Commandant du 3ème Régiment de parachutistes d’infanterie de marine
Professeur à l’Ecole supérieure de guerre

Membre correspondant du Muséum d’Histoire Naturelle en 1964
Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées de droit public
Professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux (1989-1994) ("Société et Défense") 
Président de l’Union des blessés de la face (les Gueules cassées) (1995-2002)

Ouvrages 
Liban 1978, les Casques bleus de la France (1979) - L’avifaune du Gard et du Vaucluse (1983) -

La paix et la guerre (1992) - Soldat de la guerre, soldat de la paix (2005)

Distinctions
Grand Officier de la Légion d’Honneur
Croix de la Valeur Militaire
Commandeur de l’Ordre du Cèdre du Liban
Croix d’Honneur en or de la Bundeswehr

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version