Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

L’énigme Pierre Pucheu

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
L’énigme Pierre Pucheu
 
Dans les derniers jours du mois d’avril 1943, un certain François Mitterrand, ancien membre du Commissariat général aux prisonniers de guerre (État français) reçoit la Francisque en récompense de ses loyaux services envers le régime du Maréchal Pétain. Au même moment, un certain Pierre Pucheu, ancien et éphémère ministre de l’Intérieur du même État français (juillet 1941-avril 1942) entreprend de rejoindre l’Afrique du Nord, via l’Espagne où il s’est réfugié en attendant que soit acceptée sa demande de servir comme simple capitaine dans les rangs de la France combattante.
 
Le premier deviendra président de la République quelques années après le général de Gaulle.
Le second sera fusillé le 20 mars 1944 après un simulacre de procès ordonné par le même général de Gaulle.
 
Gilles Antonowicz, déjà auteur d’une admirable biographie de Jacques Isorni, nous livre ici ce qui peut se faire de mieux dans un travail d’historien combiné à celui d’un avocat. La personnalité et les actes de Pierre Pucheu sont passés au crible d’une analyse rigoureuse. C’est aussi haletant qu’un excellent roman policier. L’enquête est menée avec rigueur et impartialité. Elle n’excuse aucune faute ni erreur, aucune compromission, mais elle réduit à néant les amalgames, les idées reçues, et surtout une légende noire fabriquée de toutes pièces par un parti communiste en quête de bouc-émissaire pour faire oublier ses propres turpitudes collaborationnistes. La remarquable manipulation politique, opérée à cette occasion par le général de Gaulle, est impitoyablement mise en lumière. En faisant exécuter Pucheu, le chef de la France libre fait d’une pierre deux coups : il s’attire les bonnes grâces des soviétiques et de leurs séides hexagonaux dont il a désespérément besoin sur son flanc gauche. À sa droite, il anéantit l’idée "du sabre et du bouclier" en fixant dans le sang la limite à ne pas franchir dans la compromission avec Vichy. Enfin, pour être précis, pas pour tout le monde, selon le degré d’utilité de chacun à la place qui lui a été assignée par l’homme du 18 juin. Ainsi, Maurice Couve de Murville, comme beaucoup d’autres, passera entre les mailles du filet, de Vichy à l’hôtel de Matignon. Mais Pucheu aura été plus utile avec douze balles dans la peau.
 
Utilisant l’une des plus belles armes de l’historien, à savoir la chronologie (tant méprisée de nos jours), Antonowicz réduit à néant la légende noire d’un Pucheu responsable des fusillades tragiques comme celle de Chateaubriant. Il replace ainsi tous les faits et gestes du personnage dans le contexte de son bref passage au ministère de l’Intérieur (un peu plus de huit mois) pour dégager sa responsabilité de tout ce qui a été commis avant et après lui.
 
L’étude approfondie de la composition, du fonctionnement et de la décision du tribunal d’exception qui condamna Pucheu est un travail de référence dont le lecteur ne peut sortir indemne. L’écœurement vous poursuit longtemps après en avoir tourné la dernière page.
La mort héroïque de Pucheu, qui refusa d’avoir les yeux bandés et commanda lui-même le peloton d’exécution, rétablit toutefois une confiance en la nature humaine quelque peu mise à mal jusque-là.
 
L’énigme Pierre Pucheu, Nouveau Monde Éditions, 2018.
Un maître livre, indispensable.

Envoyé par l'auteur, 4 mars 2019                
RIGNAC Paul

Né en 1955
Marié - trois enfants


Essayiste, écrivain


Licence en droit
 
* Au service d’associations humanitaires œuvrant dans le Sud-Est Asiatique.
     Sa fréquentation du terrain humanitaire et de ses acteurs l’a amené à écrire sur l’histoire commune et sur le choc des cultures entre la France et l’Asie.
* Directeur de collection chez Arconce Éditions (Maison d’édition régionaliste)
     Ses recherches le portent à une réflexion sur les identités culturelles, leurs fondements, leurs limites et leurs possibilités d’ouverture dans un monde de plus en plus globalisé.
 
Ouvrages
Indochine, les mensonges de l’anticolonialisme (2007) - La guerre d’Indochine en questions (2009) - Une vie pour l’Indochine (2012) - La désinformation autour de la fin de l’Indochine française (2013) - Le Mystère des Blancs (2013) - Charolles, une promenade en photos (2013) -
 
Coauteur de
Présence française outre-mer
     publié par l’Académie des sciences d’outre-mer (Editions Karthala)
Dictionnaire de la guerre d’Indochine, à paraître prochainement (Robert Laffont, collection Bouquins).
 
Conférences 
Régulièrement sollicité pour des conférences
     (Commission française d’histoire militaire, ... et pour diverses manifestations du souvenir de l’Indochine française)

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version