Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Devant l'histoire (109)

Un texte d'Alfred Sauvy datant d'un quart de siècle (...) mise au service d'un fond qui se veut pédagogique et stimulant. Le texte de sa conférence sur le vieillissement prononcée le 8 décembre 1983 à Tunis, par un Alfred Sauvy qui a alors 85 ans, en est la parfaite illustration. La méthode : de l'observation des faits à l'ordonnance La méthode à laquelle recourt Alfred Sauvy commence toujours par l'observation car, selon lui, la recherche de la vérité ne passe pas par l'analyse des théories mais par l'examen attentif des faits. Il s'agit en l'espèce d'attirer l'attention sur l'allongement de l'espérance de vie des personnes âgées, phénomène inédit qui permet aux soixantenaires, dont le nombre croît dans ces années 1980, de commencer une nouvelle vie, ce qui était impossible avant la transition démographique. Alfred Sauvy le fait en présentant deux exemples, là où l'universitaire commencerait sans doute en recourant à…
Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0
(...) une projection exceptionnelle du film d'Andrzej Wajda "Katyn", à l'Espace Cardin. Au milieu de nombreux diplomates et attachés militaires, invités de l'ambassadeur de Pologne, on rencontrait aussi des professionnels du cinéma : c'est à eux que cette soirée était destinée en priorité. En effet, si étonnant que cela puisse paraître, la nouvelle oeuvre du réalisateur de "La terre de la grande promesse", "L'homme de fer", "L'homme de marbre", n'a pas encore trouvé de distributeur en France. Pourtant, c'est la première fois que le cinéma évoque cet épisode terrible de la deuxième guerre mondiale, le massacre de vingt-deux mille Polonais, dont plus de quatre mille officiers, perpétré en 1940 par l'Armée rouge sur l'ordre de Staline. L'importance du sujet autant que la grandeur de l'oeuvre et la notoriété de son réalisateur auraient dû tout naturellement amener le film sur les écrans français. "Katyn" suit le destin de plusieurs familles touchées par ce…
Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0
L'État d'Israël a soixante ans : du sionisme à l'indépendance Il naît avec la publication en 1862 par un philosophe socialiste allemand, Moses Hess (1812-1875), de l'ouvrage Rome et Jérusalem qui, se fondant sur les mouvements nationaux en Allemagne et Italie, suggère de construire un État socialiste pour le peuple juif, mais sans préciser sa localisation. Un peu plus tard, un médecin juif de la Pologne russe suggère la création d'un État juif autonome à l'intérieur de l'Empire des Tzars, thème que reprendront avant 1914 les Juifs sociaux-démocrates du Bund. L'affaire Dreyfus conduit le journaliste autrichien Theodor Herzl (1860-1904) à proposer un État juif, avec son livre L'État des Juifs, recherche d'une solution moderne de la question juive (1896). Mais le livre ne propose pas la région où pourrait se construire un État juif. Il va être question de la Patagonie, de l'Ouganda ou même de Madagascar, solution qu'envisagera le…
En savoir plus... 0
N'y a-t-il pas là un paradoxe insupportable ? L'unité du genre humain ne devrait-elle pas signifier que l'humanité, et donc l'ensemble des hommes, se reconnaisse dans une civilisation unique ? Comme nous le montrerons d'abord, la réponse négative à cette question est, pour le passé, assez compréhensible, en raison de l'histoire et de la géographie qui n'ont pas permis l'extension d'une civilisation unique. Mais aujourd'hui, les fortes contraintes géographiques d'hier sont largement surmontées par des nouvelles technologies. Aussi l'idée d'une civilisation unique dominatrice se présente-t-elle plus que jamais comme une possibilité dans un monde global. En conséquence, le "choc des civilisations", c'est-à-dire la volonté de l'une d'entre elles de s'imposer aux autres par des moyens violents, pourrait apparaître plus que jamais possible compte tenu des techniques planétaires dont dispose l'homme contemporain. Néanmoins, un tel choc n'est pas le déterminant premier des conflits, d'autant qu'une double pluralité des civilisations demeure une…
Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0
.................... Entrée dans le monde moderne il y a moins de 130 ans, elle s'adapte difficilement à ses nécessités d'organisation et de gouvernance. Anciennes colonies, les nouveaux États africains ont la plupart du temps bénéficié d'infrastructures construites par les colonisateurs qui, par contre, n'ont pas accordé à l'enseignement la place qu'ils avaient donnée à la santé. Devenus indépendants, les nouveaux États manquaient de cadres valables et, jaloux de leur indépendance, récusaient les conseillers, fussent-ils désignés par les Nations Unies ! De surcroît, l'Afrique ne connaît guère d'États dont la population soit homogène. La plupart du temps, les divers partis politiques (quand il y en a) sont l'expression d'une ethnie, non point d'un véritable projet politique ou socio-économique. Cela est encore aggravé par la conception très large de la famille. Les oncles et tantes comptent autant, parfois davantage, que les parents biologiques : celui qui réussit doit soutenir la "gens", la…
En savoir plus... 0
Depuis les premières révoltes ou jacqueries provoquées par la stupidité du Président Tombalbaye, les rivalités ethniques, les tentatives d'ingérences libyennes ou soudanaises, ont empêché le développement dans le calme de ce pays au coeur de l'Afrique. De plus, des Français ignorant des réalités locales - Madame Claustre, l'Arche de Zoé entre autres - n'ont en rien arrangé les difficiles relations de notre pays et du Tchad. Avant la colonisation française, le Tchad n'existait pas comme Etat : il n'y avait que des clans, voire des fractions dirigés par des chefferies traditionnelles, du nord au sud, de l'est à l'ouest. Au nord, les Turcs tenaient les postes de Fada et de Faya (Largeau pour les militaires français). Ce morcellement est toujours vivace : les Toubous se sont partagés entre Hissen Habré et Goukouni Oueddeye, les Zaghawa entre Idriss Déby et Timan Erdimi. Pendant des siècles le Sud animiste fut le terrain…
Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0
Les origines du mouvement écologiste (...) site endommagé en 2013 ................. plonge ses racines dans la philosophie allemande du XIXe siècle avec les travaux de Ernst Haeckel, créateur du mot en 1868 avec son ouvrage sur l'histoire de la création. Professeur de sciences naturelles à l'université d'Iéna, il se consacre à l'étude de l'évolution des plantes et des miracles de la nature. Mais ses travaux s'enracinent dans toute la vision de la nature développée par les communautés piétistes dans les Allemagne, dès la fin du XIXe siècle. Sans doute, les Eglises chrétiennes ont, pendant des siècles, attaché une grande importance à la nature et à sa protection. Le Saint-siège et les intellectuels catholiques ont exalté la terre, protection contre l'urbanisation, la société industrielle, incarnation de Satan. Les origines religieuses et intellectuelles Le mouvement piétiste en Allemagne met en avant la langue, le sol et la patrie et, par conséquent, la…
En savoir plus... 0
Algérie - Origine de l'intervention En ce qui concerne notre conquête de l'Algérie, trop de Français en sont restés aux idées simplistes propagées par Lavisse dans les écoles primaires de la première moitié du XX° siècle. L'annonce de la création d'une Fondation pour la mémoire des combats de d'Algérie, de Tunisie et du Maroc, m'ont incité à rechercher les véritables causes de notre engagement en Afrique du Nord à partir de 1830. L'Algérie, terme récent En 1721, le Dictionnaire universel (T.1, p. 821) signalait : "La Barbarie forme la partie de l'Afrique au nord des côtes de la Méditerranée. Du latin Barbaria. La Barbarie a l'Egypte à l'orient, le Bidulgerid et le Mont Atlas au midi, l'Océan ou mer Atlantique au couchant et la Mer Méditerranée au septentrion. La Barbarie est habitée par trois nations différentes : les Barbares ou Africains naturels et originaires du pays, les Arabes et les Turcs".…
Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0
sous la direction de Claude Liauzu, un "Dictionnaire de la colonisation". A la lecture de cet ouvrage, il faut se poser la question : est-ce un dictionnaire de la colonisation ou de l'anticolonialisme ? Trois simples remarques, car le début de la probité intellectuelle, cela consiste à vérifier les sources que l'on utilise. Il est clair que la colonisation, comme toute activité humaine, a eu ses pages noires. N'y a-t-il eu que cela ? Pour Sétif en mai 1945, peut-on rappeler que l'administrateur en charge de la région de Sétif était Monsieur Benmebarek, père de l'ancien préfet de l'Aveyron - toujours vivant à l'heure actuelle. La population de la région de Sétif comportait, en 1945, soixante trois mille habitants (63 000). Qui peut sérieusement croire qu'un habitant sur trois aurait été massacré ? Les chiffres recensés par Monsieur Benmebarek s'élèvent à  deux mille morts, ce qui est important, mais loin…
Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version