Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Qui sème la haine …

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Évaluer cet élément
(0 Votes)

... récolte la violence ! Depuis cinq années, le système médiatique français attise jour après jour les feux d’une vindicte anti-Sarkozy sans équivalent dans le passé de la Ve République. Peu séduit par l’activisme présidentiel mais bon connaisseur de nos us politiques, Alain Duhamel ne voit d’autre comparaison qu’avec la haine antigaulliste des communistes et de l’OAS, dans le contexte tourmenté de l’agonie de la IVe République et du conflit algérien. On a, sans relâche, traité Sarkozy de fol, de machine à fric ou de "sale type", avec la véhémence d’un Gringoire des années sombres. On s’en est pris à son physique, voire à ses origines : il aura été caricaturé aussi bassement que les juifs dans la presse antisémite de l’entre-deux guerres. Les rouges, les roses, les verts ont avalisé cette traque au pestiféré, aggravé d’un mépris de caste entretenu par les patriciens des corps intermédiaires. Avec une obstination maniaque, les dirigeants du PS ont inoculé à leurs militants l’idée que le sarkozysme est une sorte de virus mortifère et, par le fait, justiciable d’une éradication. J’allais écrire : une dératisation. Comment s’étonner dès lors que des nervis basques plus ou moins acoquinés avec le PS local et les indépendantistes amis de l’ETA aient poussé l’irrespect jusqu’à la menace, et pire ? Quoi qu’il advienne de ce scrutin, l’Histoire sera sans indulgence pour les concepteurs, les promoteurs et les acteurs d’une curée rien de moins qu’honorable. J’ai battu campagne jadis pour Chirac, contre Jospin et Balladur. Ça ferraillait sans trop de ménagement entre gens qui ne s’appréciaient pas outre mesure. Mais chacun savait jusqu’où on peut aller trop loin ; nos coups raisonnablement fourrés n’avaient rien à voir avec la teneur hystérique des insultes qu’écope Sarkozy depuis son arrivée à l’Élysée.
Paru dans Valeurs actuelles, 8 mars 2012

TILLINAC Denis

Né le 26 mai 1947
Marié – 4 enfants
 

Ecrivain


Institut d'études politiques (IEP) de Bordeaux
 
PDG des éditions de La Table Ronde (1990-2007)
Membre du Haut Conseil de l'Education
Membre du Haut Conseil de la Francophonie
Représentant personnel du Président de la République Française
     pour la Francophonie (1995-1998)
Enseignant à l'Ecole Supérieure d'Aéronautique
     Histoire moderne, à Toulouse (1999)
Enseignant à l'Institut supérieur
     de management public et politique (ISMAPP) (2008-2009)
 
Journaliste à La Dépêche du Midi (1974-1980)
Critique littéraire à La Dépêche du Midi (1980-1990)
Chroniqueur aux Nouvelles littéraires
Collaboration et éditoriaux à Madame Figaro (1983-1990)
Chroniqueur à R.T.L. (On refait le monde), à Canal + (Pascale Clarke)
Co-animateur (avec Michel Cardoze) de Double Page sur T.M.C.
     (émission littéraire) (2003-2004)
Intervenant dans Le Contrat sur la chaîne parlementaire
     (émission politique) (2006)
Collaborations à Valeurs Actuelles, Le Figaro Magazine,
     Madame Figaro, La Dépêche du Midi, La montagne,
     Marianne, Famille chrétienne, …
 
Ouvrages
Le Rêveur d'Amériques (1980) - Le Mystère Simenon (1980) - Le Bonheur à Souillac (1983) Prix de la Table Ronde française - L'Eté anglais (1983) Prix Roger Nimier - Spleen en Corrèze – Journal  d'un localier (1984) - A la santé des conquérants (1984) - L'Ange du désordre : Marie de Rohan, duchesse de Chevreuse (1985) - La Tour des îles : Spleen à Daumesnil (1985) - L'Irlandaise du Dakar (1986) - Vichy (1986) - Maisons de famille (1987) Prix Kléber-Haedens - Le Dakar (1988) en collaboration avec yann Arthus-Bertrand - Un léger malentendu (1988) - Le Bar des Palmistes (1989) - La Corrèze et le Zambèze (1990) - Prix Chardonne, Grand Prix de Littérature du tourisme Les Corréziens (1991) en collaboration avec Pierre Dauzier - L'Hôtel de Kaolack (1991) - Le retour de d'Artagnan (1992) - Rugby Blues (1993) Prix Populiste, Grand Prix de la Littérature sportive - Elvis, Ballade sudiste (1993) - Le Jeu de la chandelle (1994) - Spleen en Corrèze (1996) - Dernier verre au Danton - Don Juan (1998) - Je me souviens de Paris (1998) - Les Masques de l'Ephémère (1999) Prix Paul Léautaud - Boulevard des Maréchaux (2000) - Chirac le Gaulois (2002) - En désespoir de causes (2002) - Le Mystère Simenon (2003) - Incertains désirs (2003) - Le dieu de nos pères – Défense du catholicisme (2004) - Le Venin de la mélancolie (2004) Prix du Livre politique, Prix des Députés - La pluie sur les carreaux dessine des fantômes (2005) - Je nous revois (2006) - Dictionnaire amoureux de la France (2008) - Rue Corneille (2009) - Sur les pas de Chateaubriand (2009) – Dictionnaire amoureux du Catholicisme (2011) - Retiens ma nuit (2015) -
 
Grand Prix de l'Académie française
     Prix de littérature Henri Gal attribué par l'Institut de France (2005)
 
Pour la télévision
Evocation de Francis Jammes
     Réalisateur Jacques Tréfouel
     Produit par FR3 Bordeaux-Aquitaine (1981)
Les Caprices de Marion
     Réalisateur Jacques Tréfouel, avec Agnès Soral
     Produit par FR3 Bordeaux-Aquitaine (1983)
Une colonne à la cinq (feuilleton)
     Réalisateur Pierre Neel
     Co-production FR3 Aquitaine et FR3 Limoges (1985)
Le Train du soir (court métrage)
     Réalisateur Eric Bertheret (1991)
     Adaptation d'une nouvelle de Denis Tillinac
Le Bois du Pardoux - France 3 (2000)

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version