Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Pourquoi la présidentielle ...

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Évaluer cet élément
(0 Votes)

n'est pas à la hauteur des enjeux.
L'anecdotique et le vulgaire jonchent la présidentielle. Ils illustrent la pauvreté des débats due à l'absence de visions. Tandis qu'un monde s'achève, terrassé par les réalités que les idéologies croyaient pouvoir faire disparaître, la politique sonne creux : 65 % des sondés trouvent la campagne inintéressante. Le désert intellectuel se dévoile, en cette période aiguë où tout reste à inventer. Trente ans de récitations officielles ont eu raison de la curiosité et de l'esprit critique qui n'inspirent plus que de rares intellectuels ignorés du divertissement médiatique. De toutes les crises à surmonter, celle de l'intelligence est la plus grave. La défection des philosophes n'est pas la moindre des raisons de la survenue de la société civile, appelée à suppléer le sommeil des élites.
La pensée lobotomisée produit cette drôle de campagne qui s'effraye des idées, des mots, des faits. Ceux qui moquent "la peur" des gens face aux bouleversements qui les accablent sont les mêmes qui s'affolent dès qu'une question décrétée dangereuse est soulevée. Un intervieweur en vue se doit de s'offusquer d'une réflexion négative sur l'immigration ou sur l'islam, sujets présumés ne pas préoccuper les Français. Nicolas Sarkozy s'est fait reprendre par une journaliste, mardi sur France 2, pour avoir fait une différence entre Français et étranger. Tout se déroule comme si l'oligarchie n'avait rien compris à la crise de confiance qui l'éloigne des citoyens oubliés.
Cette régression est contagieuse. Outre la gauche et ses médias, elle touche une partie de la droite atteinte du syndrome du chien battu : à peine un de ses membres ose-t-il se libérer de la pensée-caniche que l'entourage le somme de s'aplatir à nouveau. Les échappées de Claude Guéant sont invariablement corrigées par les plus châtiés de son camp. Faire le lien entre le vote des étrangers aux élections locales et le risque de consolidation du communautarisme est de ces raccourcis que n'aiment entendre ni Alain Juppé, ni Nathalie Kosciusko-Morizet, porte-parole du candidat Sarkozy.
De tout cela ressort pourtant une bonne nouvelle: l'échec des doctrines et des croyances oblige les politiques, propulsés dans l'inconnu, à se convertir au pragmatisme et au bon sens. Encore faudrait-il qu'ils consentent aux diagnostics sur les crises économiques, de l'Europe, des retraites, du logement, de l'école, de l'insécurité, de la cohésion nationale, etc. C'est pourquoi la société civile, qui ne parle pas le politiquement correct et qui a l'expertise de ce qu'elle vit, doit être appelée à la rescousse. Il ne suffit pas de multiplier les hommages au "peuple", comme le font désormais les partis qui hier encore mettaient en garde contre le "populisme". Il faut l'écouter, tout de suite ; le temps presse.

Paru dans Le Figaro, 9 mars 2012
RIOUFOL Ivan

Né le 12 septembre 1952
Marié – 2 enfants
 

Journaliste


Université de Nantes
Diplôme d"études approfondies (DEA) de droit maritime et aérien
 
Au Figaro:
            Grand chroniqueur et Membre du comité éditorial (depuis 2000)
            Rédacteur en chef - informations générales (1995-2000)
Rédacteur en chef adjoint (1992-1994)
Chef de service (1990-1992)
Responsable de la rubrique Confidentiel (1988-1990)
Grand reporter (1985-1987)
Correspondant du Quotidien de Paris (1976-1984)
                        Du Journal du Dimanche
                        De Forum international
Journaliste à Presse-Océan
 
Ouvrages
La Tyrannie de l'impudeur (2000) - La République des faux gentils (2004) - Chroniques d'une résistance (2005) - La fracture identitaire (2007) - Où va la France ? (2008) - Chronique d’une année de crise (2009) - La démocratie d’apparence (ouvrage collectif) (2009) - Allez-y sans nous (ouvrage collectif) (2009) - De l'urgence d'être réactionnaire (2012) - A la recherche du peuple perdu (2011) -  Touche pas à ma France (2014) - Poings sur les i (2015) - La Guerre civile qui vient (2016) - La nouvelle révolution française (2016) -

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version