Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Islamisme : les yeux s'entrouvrent enfin...

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Mieux vaut tard que jamais : je me réjouis donc de voir Nicolas Sarkozy, l'échéance électorale approchant, prendre enfin la mesure des risques que fait courir l'islam radical sur la cohésion nationale et la sécurité publique. Les lecteurs réguliers de ce blog savent combien ce sujet a été abondamment traité ici, trop souvent avec le sentiment de crier dans le désert. C'est pourquoi j'approuve les expulsions des imams étrangers fanatisés par le jdihad contre l'Occident. Je trouve bien venue la mise en garde que le chef de l'Etat vient d'adresser au président de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), Ahmed Jaballah, à la veille de son congrès du Bourget (6-9 avril). "Je ne tolèrerai pas, écrit-il, que puissent s'exprimer au cours d'une manifestation publique organisée sur le sol français les porteurs de messages d'appels à la violence, à la haine, à l'antisémitisme, qui constituent des attaques insupportables contre la dignité humaine et les principes républicains". Je soutiens Jeannette Bougrab, secrétaire d'Etat, quand elle appelle (Le Monde, 4 avril) à distinguer l'islam de l'islamisme et invite "les musulmans (à) sortir de leur réserve et dénoncer les dérives fondamentalistes".

Mais que de temps perdu ! C'est le président d'alors de l'UOIF, Lhaj Thami Breze, qui dès 2003 reprenait, dans un entretien au Parisien, le mot d'ordre des Frères musulmans : "Le Coran est notre Constitution". Pour ces idéologues, construire une mosquée (il s'en ouvre une par semaine depuis dix ans en France)  n'est pas seulement bâtir un lieu de prière mais marquer un territoire et un pouvoir. Or nombreux sont les maires, de droite comme de gauche, qui ne veulent pas s'interroger sur les buts politiques poursuivis par certains promoteurs de ces lieux de culte (lire : Ces maires qui courtisent l'islamisme, Editions Tatamis). Alain Juppé est de ceux-là : quand le ministre des Affaires étrangères ne flatte pas la modération des Frères musulmans dans les pays du Maghreb, c'est le maire de Bordeaux qui louange les mérites de l'imam Tareq Oubrou, également proche de ce courant islamiste, qui assure que "la contribution de l'islam à la civilisation occidentale est immense" et qui voudrait que cela soit dit dans les nouveaux livres d'histoire (Libération, 23 mars). Puisse la pression de la présidentielle faire ouvrir grands les yeux...

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/
RIOUFOL Ivan

Né le 12 septembre 1952
Marié – 2 enfants
 

Journaliste


Université de Nantes
Diplôme d"études approfondies (DEA) de droit maritime et aérien
 
Au Figaro:
            Grand chroniqueur et Membre du comité éditorial (depuis 2000)
            Rédacteur en chef - informations générales (1995-2000)
Rédacteur en chef adjoint (1992-1994)
Chef de service (1990-1992)
Responsable de la rubrique Confidentiel (1988-1990)
Grand reporter (1985-1987)
Correspondant du Quotidien de Paris (1976-1984)
                        Du Journal du Dimanche
                        De Forum international
Journaliste à Presse-Océan
 
Ouvrages
La Tyrannie de l'impudeur (2000) - La République des faux gentils (2004) - Chroniques d'une résistance (2005) - La fracture identitaire (2007) - Où va la France ? (2008) - Chronique d’une année de crise (2009) - La démocratie d’apparence (ouvrage collectif) (2009) - Allez-y sans nous (ouvrage collectif) (2009) - De l'urgence d'être réactionnaire (2012) - A la recherche du peuple perdu (2011) -  Touche pas à ma France (2014) - Poings sur les i (2015) - La Guerre civile qui vient (2016) - La nouvelle révolution française (2016) -

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version