Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Le mariage homosexuel

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Évaluer cet élément
(0 Votes)

... un combat idéologique !

Ne dites plus : "Fonder une famille", mais : "Faire famille". C’est du moins ce que propose Dominique Bertinotti, ministre de la famille, qui défend le mariage homosexuel et son droit à l’adoption. Mardi, Christiane Taubira, la ministre de la Justice, lui a grillé la politesse, dans La Croix, en s’appropriant la réforme promise par le candidat socialiste. "Le code civil va être modifié", a-t-elle annoncé tandis la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, faisait valoir qu’un référendum sur cette question (suggestion de Christine Boutin) avait déjà eu lieu "il y a quatre mois" avec la victoire de François Hollande. Cette précipitation à vouloir trancher avec tant de désinvolture un sujet aussi fondamental laisse voir un parti socialiste obnubilé par ses combats idéologiques, menés au nom de la non discrimination et de l’égalitarisme en tout. La désignation d’Harlem Désir, ce mercredi par Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault, comme candidat unique au poste de premier secrétaire du parti, vient verrouiller encore davantage une formation ayant vite retrouvé, une fois passé l’exemple heureux des primaires présidentielles, son goût pour l’entre-soi, la combine et les apparatchiks. Ce mépris retrouvé pour la démocratie n’est pas admissible.
Rien n’est moins anodin que le "mariage pour tous" qu’entend promouvoir la gauche relativiste, sous la pression de la minorité militante homosexuelle et de ses efficaces relais médiatiques. Accéder d’un claquement de doigt à cette exigence, au prétexte de refuser l’homophobie, viendrait évidemment bouleverser une institution essentielle qui consacre l’union d’un homme et d’une femme en vue d’une filiation. Que serait un mariage ouvert à tous sinon une structure familiale sans substance permettant les unions les plus fantaisistes ? Et pourquoi, dès lors que l’égalité est invoquée, priver ces nouveaux couples d’accéder à la procréation médicalement assistée, à la gestation pour autrui ou à tout autre procédé de fabrication artificielle de bébés ? Accompagner l’air du temps ne signifie pas cautionner des régressions. J’approuve, pour le moins, la proposition faite aujourd’hui dans Le Figaro par la parodiste Frigide Barjot au chef de l’Etat d’ouvrir des "Etats généraux de la famille, du mariage à la filiation, pour les droits de l’enfant et contre la précarité familiale". Mais il est plus urgent encore de résister aux 'déconstructeurs' qui jubilent dans les champs de ruines.

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/
RIOUFOL Ivan

Né le 12 septembre 1952
Marié – 2 enfants
 

Journaliste


Université de Nantes
Diplôme d"études approfondies (DEA) de droit maritime et aérien
 
Au Figaro:
            Grand chroniqueur et Membre du comité éditorial (depuis 2000)
            Rédacteur en chef - informations générales (1995-2000)
Rédacteur en chef adjoint (1992-1994)
Chef de service (1990-1992)
Responsable de la rubrique Confidentiel (1988-1990)
Grand reporter (1985-1987)
Correspondant du Quotidien de Paris (1976-1984)
                        Du Journal du Dimanche
                        De Forum international
Journaliste à Presse-Océan
 
Ouvrages
La Tyrannie de l'impudeur (2000) - La République des faux gentils (2004) - Chroniques d'une résistance (2005) - La fracture identitaire (2007) - Où va la France ? (2008) - Chronique d’une année de crise (2009) - La démocratie d’apparence (ouvrage collectif) (2009) - Allez-y sans nous (ouvrage collectif) (2009) - De l'urgence d'être réactionnaire (2012) - A la recherche du peuple perdu (2011) -  Touche pas à ma France (2014) - Poings sur les i (2015) - La Guerre civile qui vient (2016) - La nouvelle révolution française (2016) -

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version