Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

François Hollande avait-il vraiment préparé l'alternance ?

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Évaluer cet élément
(0 Votes)

 François Hollande ne veut pas renoncer à être "normal" et surtout à l’afficher, il plante le décor en se rendant dans les studios de TF1,  au lieu d’habiter les lieux et de recevoir les journalistes à l’Elysée, un choix réfléchi.
Le président de la République me fait penser à cette histoire d’un chef d’entreprise qui est au bord de déposer son bilan et  laisse son entreprise à un repreneur ; au moment de la passation de son mandat de PDG, il  remet à celui-ci trois enveloppes, en lui disant de les ouvrir lorsqu’il aura de grosses difficultés… ce qui bien sûr, devient rapidement le cas. Il ouvre alors la première enveloppe, le conseil est le suivant : "accusez votre prédécesseur". Les mois passent et la situation empire, c’est le moment d’ouvrir la deuxième enveloppe : "accusez la conjoncture", dit-elle. Mais rien ne s’arrange, au bout d’un an l’entreprise est presque en faillite, le nouveau président espère le conseil salvateur et se résout à ouvrir la dernière enveloppe qui est péremptoire : "c’est à votre tour de  préparer trois enveloppes".
ll faut que cesse cette référence permanente implicite ou explicite à Sarkozy. Globalement, la moitié des électeurs avait voté pour celui-ci et c’est en quelque sorte une façon d’expliquer à ces électeurs que tout est de leur faute ; ensuite, cette insistance laisse penser que ce soucis de faire absolument autrement tient lieu de programme et de personnalité au nouveau président qui ne se définit que par opposition . Le problème de la France n’est pas économique, il est politique
, personne n’a le courage de dire la vérité, personne n’a le courage de l’entendre et personne n’a le courage de faire ce qu’il faut.
Comment donc ne pas avoir de compassion pour le président qui sait, et forcément il sait, que tout ce qu’il doit mettre en œuvre est contraire à ce que veut sa majorité. Sa prise de risque, celle qui en fera un vrai président, c'est de trahir l’idéologie du PS
qui, à la stupéfaction générale n’a pas évolué depuis des années ni d’ailleurs sérieusement préparé une alternance. Le risque est terrible car imaginons qu’il soit Gaullien et veuille vraiment agir pour le bien des Français, quitte à être impopulaire (de toutes façons ne l’est il pas  déjà), sa majorité parlementaire ne le suivra probablement pas et ne votera  pas ce qu’il décide.
Gaullien, il a tenté de l’être avec application ce soir, essayant de donner à sa gestuelle la conviction que les mots n’arrivent pas à faire passer.
  Mais pas facile d’être émerveillé par la perspective d'un "agenda du redressement", difficile de s’enthousiasmer pour des poncifs : qui peut être contre les PME, l’exportation, le partage des richesses ?
Quant à donner un cap, on pouvait rêver d'autre chose comme grande idée mobilisatrice que le "redressement de la France" ; ceux qui sont contre, levez-vous !
On danse d’un pied sur l’autre sans petite musique en espérant que Claire Chazal va faire sortir quelque chose d’inattendu…
Paru sur Atlantico

MENTHON de Sophie


Chef d’entreprise
Présidente d'ETHIC  (depuis 1995)  (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance)
Membre du Conseil économique, social et environnemental (CESE)
 

   
Crée la "Fête des Entreprises", sur le thème : "J’aime ma boîte !"
     qui se renouvelle chaque année au mois d’octobre (depuis 2003).

A son initiative,
 1ère édition du congrès ETHIC FIRST au Palais des Nations Unies de Genève (2009)
     (512 participants issus de 23 pays,
     autour du thème : La Responsabilité Sociale des Entreprises en période de crise économique.
3ème édition du congrès ETHIC FIRST à Novancia (21 juin 2012)

S’est toujours investie dans la vie associative pour promouvoir l’entreprise privée.
A 21 ans, crée sa première entreprise de marketing téléphonique Multilignes Conseil (1969)
     Présidence jusqu’en 2004.
Lance le premier Syndicat du Marketing Téléphonique (SMT) (1979)
Rédige un code déontologique
     qui régit aujourd'hui la profession en France et dans plusieurs pays d’Europe.

Admise dans la réserve citoyenne avec le grade de Colonel
     Rattachée au corps des Officiers de la Gendarmerie Nationale (2007).

Nommée par le Président de la République au Conseil Economique, Social et Environnemental
     au titre de personnalité qualifiée (depuis 2010)
Membre de l’Observatoire Français des Conjonctures Economiques (OFCE) (depuis 2010)
Mission sur la Responsabilité Sociétale et Environnementale des entreprises (RSE)
     à la demande de Xavier Bertrand, Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé
     qui a donné lieu à unguide pratique illustré à destination des PME (20 000 exemplaires)
A souhaité présenter
     20 mesures d’urgence à prendre par le nouveau Président de la République (2012).
 
Intervient dans l’émission
     "Les Grandes Gueules" sur RMC
     "Les Experts du 9h-10h" sur BFM.
 
Ouvrages
Dans la collection Le monde d'aujourd'hui expliqué aux enfants 
(Editions Gallimard Jeunesse, qu’elle fonde avec sa fille Alexia Delrieu et avec qui elle écrit en tandem)
Illustrations : Clotilde Perrin puis Alice Charbin puis Henri Fellner :
La Police(2006)
L'Argent(2006)
     Prix de la Presse des jeunes au Festival de Montreuil 2007.
La Politique(2006)
La Publicité(2006)
L'Europe(2007)
La Justice(2008)
L'Entreprise(2008)
Le Supermarché(2009)
La beauté(2010)
Dangers (2010)
L'Armée (2011)

Distinctions
Officier de l'Ordre de la Légion d'Honneur
Commandeur de l’Ordre National du Mérite

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version