Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Le bonheur pour tous

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Mariage pour tous. Vote pour tous. Le quinquennat socialiste ressemble de plus en plus à une publicité pour une grande surface. Le bonheur pour tous. Pas de différence entre hétérosexuels et homosexuels ; pas de distinction entre Français et étrangers. Le pouvoir confond allègrement égalité et indifférenciation. Le principe égalitaire s'est transformé en machine à fabriquer du même. De force. A l'Elysée, Hollande joue des questions sociétales pour faire oublier ses choix économiques. Il pousse les feux du mariage homosexuel ; mais freine des quatre fers sur le vote des étrangers. Les élus socialistes le harcèlent. L'immigration est depuis trente ans un symbole commode pour montrer qu'on est resté de gauche après que les socialistes se sont soumis au capitalisme au nom de l'Europe.
Les élus du PS craignent les municipales de 2014. La rigueur, même hollandaise, fait toujours fuir les électeurs. Il en faut donc de nouveaux. Vive les étrangers ! Les élus socialistes ont noté que 93 % des musulmans avaient voté pour François Hollande à la présidentielle. Ils espèrent que l'arrivée aux urnes de parents (étrangers) y conduira les enfants (français). Et que tout ce petit monde (venu de la planète entière) votera joyeusement socialiste. Le bonheur pour tous !
La passion égalitariste dissimule – mal – le cynisme clientéliste. Au nom de l'égalité, on satisfait les revendications de minorités bien organisées. Les lobbys gays et antiracistes étaient déjà puissants sous la droite, grâce à leurs efficaces relais médiatiques ; sous la gauche, ils font la loi. Ils balaient les principes les plus anciens – anthropologiques pour le mariage, révolutionnaires pour le droit de vote des citoyens. Ils enrobent dans un sentimentalisme sucré – l'amour d'un homme pour un homme, d'une femme pour une femme, l'amour de l'étranger – une volonté nihiliste de destruction – du mariage, de la famille, de la nation. Rien ni personne ne semble pouvoir les arrêter.

Paru dans Le Figaro Magazine, 21 septembre 2012
ZEMMOUR Eric

Né le 31 août 1958
Marié – 3 enfants


Journaliste politique, écrivain


Institut d'études politiques (Paris)

Membre du jury au concours d'entrée à l'ENA (2006)
Valeurs actuelles – Chroniques (depuis 1999)
Marianne – Chroniques  (depuis 1996)
Le Figaro – service chroniqueurs (depuis 1996)
Info-Matin – éditorialiste (1995)
Quotidien de Paris - service politique (1986-1994)

Ouvrages
Balladur, immobile à grands pas (1995) - Le Livre noir de la droite (1998) - Le Coup d'Etat des juges (1998) - Le Dandy rouge (1999) - Les Rats de garde (co-écrit avec P. Poivre d'Arvor) (2000) - L'Homme qui ne s'aimait pas (2002) - L'Autre (2004) - Le Premier sexe (2006) - Petit Frère (2008) - Mélancolie française (2010) - Le Bûcher des vaniteux (2012) - Le Suicide français (2014) -


Sur la scène audio-visuelle:
Sur RTL
– Z comme Zemmour (depuis 2010)
Sur la chaîne câblée
Histoire – Le grand débat
Sur RFO (Tempo) – L'Hebdo
Sur France 2 – On n'est pas couché (2006)
Sur i>Télé – çà se dispute (depuis 2003)

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version