Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Entre Daech et Chrétiens d'Orient

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Évaluer cet élément
(5 Votes)
Entre Daech et les Chrétiens d'Orient, la RATP doit choisir
 
En pleine semaine sainte, la polémique ne pouvait passer inaperçue.
Mgr Di Falco a révélé que la RATP avait exigé que soient retirées des affiches annonçant le prochain concert du groupe "Les Prêtres" la mention "au profit des Chrétiens d'Orient". Aux premières demandes d'explication, le groupe répond par le principe de "laïcité".
La bêtise de l'argument va jusqu'à mettre en colère le député Joël Giraud, dont le Parti Radical de Gauche est pourtant connu pour sa vision souvent restrictive de la laïcité. Ce député vient au secours de son évêque en dénonçant une décision de la RATP qui relève selon lui d'un véritable "intégrisme laïc".
Les réseaux sociaux s'enflamment, et la RATP promet une nouvelle réaction, en lien avec sa régie publicitaire Metrobus. Cette nouvelle réaction est encore pire et révèle au choix une ignorance crasse de la situation ou un mépris incroyable des minorités persécutées dont il est question.
 
Si la RATP a exigé que soit supprimée la mention des Chrétiens d'Orient, c'est parce que "la RATP et sa régie publicitaire ne peuvent prendre parti dans un conflit de quelque nature qu'il soit" selon leur communiqué commun. "Toute atteinte à ce principe ouvrirait la brèche à des prises de positions antagonistes sur notre territoire". Annoncer que ce concert était offert au profit de ces chrétiens d'Orient est "une information se situant dans le contexte d'un conflit armé à l'étranger et (…) le principe de neutralité du service public qui régit les règles de fonctionnement de l'affichage par Métrobus, trouve en effet dans ce cas à s'appliquer."
Vous avez bien lu. Pour la RATP, les Chrétiens d'Orient sont juste un camp face à l'autre, un camp pour lequel on ne peut pas prendre parti. Alors que la France, par la voix de Laurent Fabius, se démène à l'ONU pour que cesse le génocide dont sont victimes ces minorités d'Irak et d'ailleurs, alors que le Président de la République a reçu des Chrétiens obligés de fuir leur pays pour ne pas être massacrés par Daesh, la RATP -elle- refuse de choisir. Entre Daesh et ses victimes, elle veut rester "neutre".
 
Cette neutralité-là est impossible.
Cette neutralité est une complicité avec celui qui massacre, contre l'innocent qui est massacré. Cette neutralité rappelle celle de Pilate et de tous ceux qui l'ont suivi depuis 2000 ans, se lavant les mains des massacres commis, et fermant les yeux sur le sort des victimes, pour ne pas faire de vagues ni perdre leur poste. Cette neutralité est indigne d'un groupe comme la RATP, elle révolte sans aucun doute nombre de ses agents qui ont pleuré avec tous nos compatriotes les victimes de l'horreur terroriste. Cette neutralité-là est une insulte à la France, qui a toujours mis sa fierté à défendre les droits de l'homme, et particulièrement des minorités persécutées, partout dans le monde. Plutôt que de reconnaître humblement et simplement une erreur d'appréciation, la RATP s'enfonce et finit par justifier l'injustifiable. Quel aveuglement et quel mépris a-t-il fallu à celui qui a donné l'ordre de rayer de l'affiche cette mention des Chrétiens d'Orient ! Et à ceux qui ont rédigé ce communiqué ? Pensaient-ils faire taire la voix des persécutés, réduire au silence la communauté chrétienne, et au-delà des Chrétiens, tous ceux qui sont émus par le sort des minorités martyrisées en Orient, en invoquant le principe de "neutralité"?
 
Je repense à la supplication des Chrétiens réfugiés rencontrés à Erbil en Irak, en accompagnant Mgr Barbarin qui venait les visiter et les soutenir. "Ne nous oubliez pas !" disaient-ils aux français. "Ne nous effacez pas !" sera leur nouveau cri du cœur, en apprenant cette histoire qui nous fait honte.
 
Pierre Mongin, président de la RATP, se retrouve ce jour devant trois questions auxquelles il doit répondre pour faire cesser le trouble :
- valide-t-il ce communiqué ou reconnaît-il une erreur bien regrettable mais du coup pardonnable ?
- pense-t-il qu'on puisse être "neutre" devant le massacre des chrétiens persécutés ? Entre Daesh et ses victimes, la RATP peut-elle revendiquer un principe de neutralité ?
- serait-ce le mot "chrétiens" qui gêne certains, comme pourrait le laisser penser, dans un premier temps, le recours à l'argument de la laïcité ?
Il faut espérer qu'il aura à cœur de nous rassurer et de réparer ce scandale, avant qu'il ternisse pour nous tous la joie de Pâques !

Figarovox, 1er avril 2015
GROSJEAN Herve

Né le 27 janvier 1978



Curé de la paroisse de Saint-Cyr l'Ecole


Secrétaire Général de la Commission "Ethique et Politique" du Diocèse de Versailles
     Dans ce cadre, il a fondé entre autres les Universités d'Eté "Acteurs d'Avenir" ( www.acteursdavenir.net )
     pour promouvoir la formation spirituelle et éthique des décideurs de demain.

Ordonné prêtre en 2004
Prêtre du Diocèse de Versailles


Anime avec deux confrères le Padreblog.fr

Ouvrages
Aimer en Vérité (2014) - Catholiques, engageons-nous ! (2016) - 

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version