Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Les Veilleurs et Nuits Debout

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Évaluer cet élément
(8 Votes)
Quand les Veilleurs faisaient des Nuits Debout
 
Comme beaucoup d'autres médias dernièrement, France Info consacrait hier un reportage d'une étonnante bienveillance au phénomène Nuit Debout. Les auditeurs pouvaient alors entendre le décryptage d'un sociologue qui, à l'instar de bien d'autres, évoquait avec engouement une "forme de contestation inédite en France."
 
C'est avoir la mémoire étonnamment courte - ou volontairement oublieuse. Car il y a trois ans, nous étions, nous aussi, plusieurs milliers de jeunes à veiller, assis ou debout, place Vendôme ou place Dauphine ; place des Invalides ou place de la Concorde ; place de la Sorbonne ou place de la République... Nos veillées se démultipliaient même dans les villes de provinces comme un relais de sentinelles dans la nuit. Nous étions plusieurs milliers de jeunes, assis à la lueur de quelques bougies, à ressusciter la verve de Victor Hugo, à lire religieusement L'Homme révolté de Camus, à déclamer avec passion les exhortations de Gramsci, à méditer en silence les pensées lumineuses de Chantal Delsol et les réflexions impertinentes de Fabrice Hadjadj. Nous nous interrogions ensemble sur les maux d'une civilisation en quête de repères et sur les espoirs dont nous pourrions être porteurs.
Nous n'admettions pas de casseurs parmi nous, car nous savions que la non-violence est la plus grande arme des indignés ; nous n'allions pas assiéger les commissariats lorsque plusieurs centaines d'entre nous étaient violemment embarqués en garde à vue pour s'être assis quelques heures en silence, car nous étions là, précisément, pour protéger et pour construire ; nous ne retirions pas les pavés des rues pour y creuser des potagers, car nous aspirions d'abord à "cultiver notre jardin" sans saccager celui des autres ; nous ne dégradions jamais aucune place, car nous étions là, et nous le savions, pour honorer la mémoire des siècles, l'effort de nos pères et la beauté de nos villes.
 
Alors non, Messieurs les sociologues, Messieurs les grands médias nationaux émerveillés devant "pareil phénomène", ne vous en déplaise : Nuit Debout n'est pas "une forme de contestation inédite en France". Ce qui est tout à fait inédit, en revanche, c'est la bienveillance médiatique, politique et gouvernementale dont ces nouveaux "veilleurs" font l'objet, en grande partie grâce à vous. Et là, il y aurait bien des choses à dire, et nettement plus intéressantes. Mais peut-être est-ce trop vous demander…
Paru sur Figarovox, 12 avril 2016
JESSEY de Madeleine

Née le 21 juillet 1989






Ecole normale supérieure (Ulm)
Agrégée de Lettres classiques
Doctorante en Littérature comparée
Chargée de TD à la Sorbonne


Co-fondatrice et porte-parole de Sens Commun (depuis 2013)

http://madeleinedejessey.fr

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version