Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

"Le terrorisme islamiste...

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Évaluer cet élément
(7 Votes)
"Le terrorisme islamiste n’est pas soluble dans le bien-être matériel"
 
Le Figaro - Que penser de l’identité du terroriste présumé, un Tunisien vivant à Nice, délinquant de droit commun mais inconnu, semble-t-il, des services de renseignements ?
La nationalité n’est plus une donnée suffisante, ni même pertinente, pour comprendre ce qui se produit. Ce même individu aurait pu être tout aussi bien franco-tunisien, ou franco-ce-que-l’on-veut, ou même français de souche récemment converti puis radicalisé sous l’effet d’un prosélytisme soutenu. Le virage amorcé par les principaux pays sources de l’immigration en vue de renouer avec leurs fondamentaux religieux aussi bien que l’évolution géopolitique des dernières décennies incitaient à la plus grande prudence. Or, partout en Europe, ce n’est pas cette option qui a été choisie. Les sociétés occidentales, devenues temples de la consommation, se sont laissé convaincre par les faiseurs d’opinion que le bien-être matériel était la clé de tous les problèmes ou presque. Nice, après d’autres terrifiants événements, y apporte un cinglant démenti.
 
Quelles politiques de fond vous semblent urgentes ?
Vaste programme ! Il faut déployer, ­simultanément, l’ensemble des actions qui s’imposent. Dès 1981, Georges Marchais réclamait de "stopper l’immigration officielle et clandestine". C’est une nécessité. En effet, l’importance des flux migratoires a fini par rendre quasi impossible l’intégration culturelle d’une partie de ceux qui se trouvaient déjà sur le sol européen et entraîné la régression du niveau d’intégration d’une partie des enfants de l’immigration. Par ailleurs, une réforme du Code de la nationalité doit être menée pour que les élites ne puissent plus s’affranchir du Code civil, qui ordonne que "nul ne peut être naturalisé s’il ne justifie de son assimilation à la communauté française". L’octroi de la nationalité française doit être une mesure individuelle, en aucun cas groupée et encore moins automatique. Affubler un être humain d’une identité qu’il n’a pas pleinement faite sienne peut engendrer souffrance et, en cas de dissonance identitaire, violence retournée contre soi ou les autres. Le droit du sol doit être aboli, ainsi que l’acquisition de la nationalité française par mariage. La carte d’identité française, rappelons-le, outre qu’elle confère le statut d’architecte du projet de société, constitue également un titre de propriété sur une terre.
 
Est-ce un état d’esprit qu’il faut changer ?
Oui. En dépit des moyens considérables que la France consacrait au volet immigration-intégration, les élites, plutôt que d’en faire état, ont persisté dans la politique de la culpabilisation-repentance et de la "lutte contre les discriminations", qui aboutit à faire passer chaque Français pour un raciste potentiel. Comment espérer une cohabitation harmonieuse après avoir semé tant de graines de ressentiment ? Il doit être mis un terme à toutes les actions politiques qui ont pour fondement ces idéologies, à commencer par la discrimination positive que les élites s’appliquent à déguiser sous de nobles appellations. Faire tomber les masques est le chemin obligé pour restaurer notre démocratie. L’éducation des jeunes générations est le nerf de la guerre. Une partie de ce qui a été fait devra être repensée, et parfois défait, à commencer par la dernière ­réforme du collège ou l’introduction des langues d’origine à l’école primaire. La langue est un enjeu décisif. Enfin, il faut restaurer et sanctuariser la liberté d’expression. Seul un langage de vérité permettra une large prise de conscience de la vulnérabilité de la France.
 
Peut-on prendre des mesures plus contraignantes que celles qui existent déjà sans que le Conseil constitutionnel les déclare contraires à la Constitution ?
Le défi que les Français doivent relever est celui de la continuité historique de la France et de son peuple. Le général de Gaulle, qui "était d’un réalisme froid", selon l’expression de l’historien François Kersaudy, serait-il resté passif ou aurait-il brisé ses fers pour prévenir l’irrémédiable ? Pour de Gaulle, "un homme peut avoir des amis ; une nation, jamais". Un homme d’État ne perd jamais de vue l’intérêt supérieur de la nation. Par la gravité extrême de la situation dans laquelle elle se trouve, la France a besoin d’hommes et de femmes de cette trempe. Les autres pourront revenir amuser la galerie quand la paix sera revenue.
 
Si nous sommes en "guerre", comme l’assure le premier ministre, doit-on renoncer à certaines activités du temps de paix comme les rassemblements de masse, cibles de choix pour des carnages ?
Le président aussi dit que nous sommes en guerre, et tous deux répètent en boucle qu’il nous faut rester unis. Unis sans condition ? Pour ce qui est des rassemblements de masse, à moins de considérer que notre pays doit cesser de vivre, nous ne pouvons pas tout interdire. Les annulations ou interdictions ne doivent être prononcées qu’au cas par cas, sur la foi de renseignements faisant état de menaces précises ou de suspicions fortes. Une interdiction globale n’écarterait pas la menace. C’est le fond du sujet qui doit être traité. Nous payons ici le prix de l’impéritie de notre classe politique, dont le renouvellement ne se fait plus qu’à la marge. Les Français ont accepté ce qu’ils n’auraient jamais dû : être dépossédés de leur liberté d’être français. Ils auront à cœur de reconquérir ce droit.

Paru dans Le Figaro, 18 juillet 2016
PROPOS RECUEILLIS PAR GUILLAUME PERRAULT

 
Dernier ouvrage publié : "Décomposition française. Comment en est-on arrivé là ?" (Fayard, novembre 2015)
Prix littéraire "honneur et patrie de la société" des membres de la Légion d’honneur.
SOREL-SUTTER Malika

Née en France
École maternelle et primaire en France puis 15 ans en Algérie
     avant de revenir s’installer définitivement en France.

Essayiste
Ancien membre du Collège du Haut Conseil à l'Intégration

Ingénieur de l’École Polytechnique d’Alger
Troisième cycle de gestion de l’Institut d’Études Politiques de Paris (Major de promotion)
 
Membre du jury du 'Grand prix de l’impertinence' de la Fondation prospective et innovation,
     présidé par le recteur Christian Forestier, administrateur général du CNAM.
Membre de la commission laïcité du Haut Conseil à l’Intégration.
Membre du conseil d’administration
     de l’association de géopolitique et de défense Géostratégies 2000
 
Ouvrages 
Le Puzzle de l’intégration. Les pièces qui vous manquent - Fayard/Mille et une nuits (2007)
De quoi l’avenir intellectuel sera-t-il fait ? Ouvrage collectif - Le Débat, Gallimard (2010)
Immigration-Intégration : le langage de vérité - Fayard/Mille et une nuits (2011)
 
 
Articles publiés
Le Débat, Gallimard, mars 2012 : 'Regarder la réalité en face', critique de deux ouvrages de Gilles Kepel.
Le Débat, Galimard, septembre-octobre 2011 : 'Intégration, le devoir de vérité'
Le Débat, Gallimard, septembre 2008 : 'Penser l’intégration'
Revue AFAE (Association Française des Administrateurs de l’Éducation), décembre 2011 :'L’école face au défi de l’inclusion'
Revue AFAE (Association Française des Administrateurs de l’Éducation), décembre 2010 :'Quand le communautarisme
     s’invite à la table de la République'
Enjeux et Débats de la Revue parlementaire : 'Le modèle français d’intégration n’a pas échoué, il n’a guère été appliqué', juin 2011
Les Échos de la fonction publique, juin-juillet 2011 : 'De l’immigration et de l’intégration'
L’Expansion, septembre 2011 : 'La République doit l’emporter sur les diasporas'
Le Figaro Magazine, mai 2011 :'Tout immigré doit puiser en lui la force de s’insérer dans la société française'
Valeurs actuelles, avril 2011 : 'Sur l’intégration, la France fait trop de concessions'
Le spectacle du monde, octobre 2010 : 'La France s’autodétruit sans rendre service aux immigrés'
Le Figaro, mars 2010 : 'Identité nationale : levons les tabous !'
La Libre Belgique, 8 octobre 2010 : 'Notre société a créé des fauves'

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version