Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Paria de la République ?

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Le nouveau paria de la République ?
 
La violente polémique qui secoue la candidature de François Fillon à l'élection présidentielle n'a rien d'une surprise. Il fallait s'y attendre. La vie politique française n'a jamais supporté les têtes qui dépassent, les personnalités qui prennent l'ascendant. Dans l'histoire, les hommes d'État visionnaires, ceux qui ont eu raison avant tout le monde, ont été descendus en flammes et leur image est restée maudite des décennies ou des siècles après leur mort: le duc Albert de Broglie qui lançait un cri d'alarme contre l'affaiblissement de la morale et le risque de l'anomie ; Joseph Caillaux, prophète du carnage de la Grande guerre et de «la cascade de malheurs sans fins» qui devait en résulter ; Alexandre Millerand et André Tardieu, pourfendeurs des faiblesses de la IIIe République, traités de "réactionnaires" et de "fascistes" pour avoir réclamé un renforcement du gouvernement face à la montée du nationalisme en Europe et du nazisme ; Jules Moch, socialiste d'ordre, authentique résistant au nazisme - dont le fils aîné fut massacré par la Milice - et à la menace stalinienne en pleine guerre froide, injustement traité "d'assassin des ouvriers" ; Michel Poniatowski, chantre de l'autorité de l'État contre le chaos sociétal, six ans après mai 1968 et dès lors voué aux gémonies, Edith Cresson, seule femme Premier ministre, dont les bonnes idées ont été gâchées par une communication défaillante et les jalousies...
 
Dans mon livre les Parias de la République (Perrin, 2017), j'ai raconté la descente aux enfers de ces parias qui furent aussi de grands hommes d'État, et une femme Premier ministre, leur diabolisation qui les poursuit jusqu'aux yeux de la postérité.
Cet ouvrage annonce aussi la généralisation et la banalisation de la figure du paria dans la vie politique contemporaine. La médiatisation, Internet et la puissance des réseaux sociaux, les exigences de transparence, la défiance face à l'autorité et surtout, la personnalisation du pouvoir à outrance, transforme tout homme ou femme incarnant de pouvoir en bouc émissaire des frustrations et des angoisses d'une époque. Qui ne se souvient à quel point Nicolas Sarkozy fut traîné dans la boue de 2007 à 2012 ? Dans un tout autre genre, François Hollande a aussi connu, à la tête de l'État, le vertige de l'humiliation. La diabolisation des hommes politiques s'accélère : non seulement Sarkozy, puis Hollande, mais aussi Alain Juppé et Manuel Valls viennent de chuter. L'hécatombe est désormais 'inarrêtable'... Sans aucun doute, le tour viendra d'Emmanuel Macron, et sa chute sera aussi subite et aussi violente que son ascension fondée sur la sublimation d'une image.
 
Oui, il fallait s'attendre, tôt ou tard, à la lapidation de François Fillon. Le prétexte de l'emploi de son épouse à ses côtés est ambigu. Le recrutement de proches par des responsables politiques est une vieille - et mauvaise - habitude française. Alexandre Millerand, Vincent Auriol, François Mitterrand employaient leur fils à l'Elysée et Jacques Chirac sa fille. Combien de ministres ont recruté un proche dans leurs cabinets ? Combien de fils et de fille "de" ont hérité de la position politique de leur père ? 20 % des parlementaires emploient un membre de leur famille. L'un des plus hauts responsables actuels de la République a l'habitude de salarier sa femme auprès de lui. Tout cela est bien connu. À l'évidence, cette pratique n'est pas à l'honneur de notre République. Mais tout le monde s'en est jusqu'à présent accommodé, hypocritement, sans poser de question. Personne ne s'est interrogé sur la nature et l'effectivité des tâches accomplies par le conjoint ou le parent. Et voici que soudain, le dossier est opportunément rouvert, contre François Fillon.
L'homme se prête particulièrement à une diabolisation. Son caractère à la fois discret et volontariste a tout pour exaspérer un microcosme politico-médiatique plus enclin à idolâtrer le clinquant stérile et l'impuissance bavarde. La ligne de défense de François Fillon transparaît dans son discours du 29 janvier. Il s'apprête à endosser le rôle de paria, comptant sur un retournement en sa faveur. En témoigne la présence de Pénélope à ses côtés. Sa parole, conservatrice et libérale, semble avoir été façonnée pour exacerber les haines des idéologues de la table rase : "On me décrit comme le représentant d'une France traditionnelle. Mais celui qui n'a pas de racines marche dans le vide. Je ne renie rien de ce qu'on m'a transmis, rien de ce qui m'a fait, pas plus ma foi personnelle que mes engagements politiques". Peut-il réussir ? In fine, le résultat des élections de 2017 dépendra du corps électora l: emprise de l'émotionnel ou choix d'un destin collectif? Mais au-delà, une grande leçon de ces événements devrait s'imposer: l'urgence de refonder la vie politique française, sur une base moins personnalisée et plus collective, tournée vers le débat d'idées et non plus l'émotion - entre haine et idolâtrie - autour de personnages publics.
Paru sur Figarovox, 30 janvier 2017
TANDONNET Maxime

Né le 7 octobre 1958
Marié – 3 enfants



Haut fonctionnaire


Institut d’études politiques de Bordeaux (1976-1979)
Université de Californie Santa Barbara (1980-1981)
Ecole nationale d’administration (1990-1992)

 

Conseiller pour les affaires intérieures et l’immigration
     au cabinet du Président de la République (2007-2011)
Conseiller technique 
     au cabinet du ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, chargé de l'immigration (2005-2007) 
Inspecteur général de l’administration au ministère de l’Intérieur (2000-2005)
Chargé de mission pour les questions européennes et internationales
     à la délégation aux affaires internationales du ministère de l’Intérieur (1996-2000)
Postes préfectoraux (1992-1995)
     * Directeur de cabinet du préfet d’Indre et Loire (1992-1993)
     * Directeur de cabinet du préfet des Yvelines (1993-1994)
     * Sous-préfet de Saint-Jean-de-Maurienne (1994-1995)
Secrétaire des affaires étrangères (1983-1989)
     * Premier secrétaire à l’ambassade de France au Soudan (1983-1985)
     * Rédacteur à l’administration centrale du ministère des affaires étrangères (1986-1989)

Chargé d’un enseignement sur les questions européennes à l’ENA (2001 à 2004)
Membre du jury du concours de recrutement d’attaché principal 
     de la ville de Paris de 2001 à 2004 (présidence du jury en 2004).

Ouvrages
L’Europe face à l’immigration (2001)
Immigration, la nouvelle vague (2003)
L’Année politique – Union européenne – Editions Tendances et Evènements en 2001, 2002, 2003, 2004
Immigration, sortir du chaos (2006) 
     Prix Lucien Dupont de l’Académie des sciences morales et politiques 2007
Géopolitique des migrations – la crise des frontières – Ellipses (2007)
1940, un autre 11 novembre – Tallandier (2009)
La France Libre (ouvrage collectif) – collection bouquins Robert Laffont 2010

Au coeur du Volcan (2014)

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version