Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Une France aux mains liées ?

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Une France aux mains liées ?
 
Valls, toujours dans cet entretien à Libé : "Dès qu'on sort de l'explication économique et sociale, souvent la gauche est perdue. Elle est en difficulté sur les questions d'“identité” ". Cela fait belle lurette que ce constat a été fait ici, à force d'observer la lâcheté des belles âmes, y compris à droite, face aux exigences de visibilité des minorités immigrées, religieuses, sexuelles. Or le chef de l'État a, sans surprise, hérité du langage de la pensée lisse. C'est lui qui, encore candidat en janvier, remerciait Angela Merkel pour avoir "sauvé notre dignité collective en accueillant des réfugiés en détresse, en les logeant, en les formant". C'est lui qui a récemment déclaré lors d'une rupture de jeûne du ramadan : "Personne ne pouvait faire croire que l'islam n'était pas compatible avec la République". Lui encore qui, lors de la Gay Pride de dimanche, à Paris, a tweeté : "La France est arc-en-ciel. Nous sommes riches de nos diversités, soyons-en fiers ! #MarcheDesFiertés #LoveisLove". Autant de positions irréprochables pour un jury du politiquement correct, mais dangereuses dans leurs applications littérales.
Si Macron fait ce qu'il a dit, c'est une France aux mains liées toujours davantage qu'il va présider. En effet, le désastreux modèle Merkel lui interdit la moindre autorité face à la nouvelle vague annoncée de "migrants" d'Afrique subsaharienne, parmi lesquels les réfugiés économiques ne sont guère discernables des réfugiés politiques. En feignant d'ignorer que l'islam est moins une religion qu'une idéologie de droit divin fondamentalement incompatible avec une démocratie, le chef de l'État renonce à s'opposer aux élans de conquête de l'islamisme et de ses soldats, salafistes ou Frères musulmans. En se faisant le chantre de la "diversité", cet autre mot pour désigner le communautarisme (sexuel, ethnique, religieux) c'est un pays encore plus morcelé et conflictuel qu'il va persister à affaiblir. Face à ces risques potentiels, qui restent bien sûr à confirmer, la droite a le devoir de sortir de sa torpeur intellectuelle.

Paru dans Le Figaro, 30 juin 2017
RIOUFOL Ivan

Né le 12 septembre 1952
Marié – 2 enfants
 

Journaliste


Université de Nantes
Diplôme d"études approfondies (DEA) de droit maritime et aérien
 
Au Figaro:
            Grand chroniqueur et Membre du comité éditorial (depuis 2000)
            Rédacteur en chef - informations générales (1995-2000)
Rédacteur en chef adjoint (1992-1994)
Chef de service (1990-1992)
Responsable de la rubrique Confidentiel (1988-1990)
Grand reporter (1985-1987)
Correspondant du Quotidien de Paris (1976-1984)
                        Du Journal du Dimanche
                        De Forum international
Journaliste à Presse-Océan
 
Ouvrages
La Tyrannie de l'impudeur (2000) - La République des faux gentils (2004) - Chroniques d'une résistance (2005) - La fracture identitaire (2007) - Où va la France ? (2008) - Chronique d’une année de crise (2009) - La démocratie d’apparence (ouvrage collectif) (2009) - Allez-y sans nous (ouvrage collectif) (2009) - De l'urgence d'être réactionnaire (2012) - A la recherche du peuple perdu (2011) -  Touche pas à ma France (2014) - Poings sur les i (2015) - La Guerre civile qui vient (2016) - La nouvelle révolution française (2016) -

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version