Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Une pièce trop connue ...

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Cette pièce trop connue que jouent Macron et Mélenchon

Ce fut le combat politique de l'été. Un combat de mots et d'images. Un combat complaisamment mis en scène par les médias. Un combat sans cravate et où les paquets de pâtes avaient remplacé les pavés d'antan. Un combat entre Macron et Mélenchon, qui permettait à ce dernier d'occuper la place d'opposant à Sa Majesté, qu'il avait manquée de peu, à son grand dam, au soir du premier tour de la présidentielle.
Ce titre d'opposant à Sa Majesté, c'est Macron qui l'a offert délibérément à Mélenchon. En faisant de sa réforme du code du travail la mère de toutes les batailles de son quinquennat, en s'enlisant tout l'été dans une guerre de tranchées budgétaires, Macron et son gouvernement ont donné l'impression que nous étions revenus aux temps jadis où la question sociale, et même la question ouvrière, était le cœur battant de la vie politique nationale. Ce «Vive la Sociale!» satisfait les deux adversaires, le technocrate Macron pour qui tout est économique ; et le populiste de gauche Mélenchon, pour qui tout est social.
Cette opposition est bénie par les médias pour qui elle est la seule acceptable moralement. Elle permet à Macron de conforter son opération réussie de la présidentielle de réconciliation autour de lui des deux bourgeoisies, la droite des beaux quartiers et la gauche des bobos. Leurs traditionnels représentants, Républicains d'un côté et Socialistes de l'autre, ne sont pas en mesure de rivaliser, trop occupés à organiser leurs obsèques. En cette rentrée, le Medef reçoit les ministres macroniens par fournées et avec enthousiasme. Le patronat prend son bien en patience.
Pour Mélenchon, cette stratégie macronienne, c'est pain bénit. Elle lui permet de revendiquer tout l'espace de l'opposition au libéralisme. On est décidément revenu en 1830, sous la monarchie de Juillet: Macron est Louis-Philippe ; Edouard Philippe, Guizot ; Mélenchon peut jouer à Victor Hugo écrivant Les Misérables.
Mais tout cela sent un peu trop les livres d'histoire ; la mise en scène est trop ostentatoire ; les acteurs surjouent leurs rôles.
Parfois, la trame du rideau se déchire, laissant voir ce qui ne devrait pas apparaître sur scène: les migrants qui déferlent sur les côtes européennes ; des attaques islamistes à Barcelone, Londres, ou Paris ; le grand retour de la question raciale dans les affrontements politiques aux États-Unis ; la quasi-légalisation de la PMA pour les couples homosexuels en France ; la nomination comme porte-parole de l'Élysée du journaliste Bruno Roger-Petit, grand pourfendeur de la Manif pour tous et partisan décomplexé du «grand remplacement». Événements majeurs ou dérisoires, mais qui révèlent qu'il existe d'autres conflits, d'autres thématiques, d'autres clivages, que ceux imposés par le médiatiquement correct. Et qu'une autre histoire s'écrit en dehors du combat scénarisé entre Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon.

Paru dans Le Figaro Magazine, 1er septembre 2017
ZEMMOUR Eric

Né le 31 août 1958
Marié – 3 enfants


Journaliste politique, écrivain


Institut d'études politiques (Paris)

Membre du jury au concours d'entrée à l'ENA (2006)
Valeurs actuelles – Chroniques (depuis 1999)
Marianne – Chroniques  (depuis 1996)
Le Figaro – service chroniqueurs (depuis 1996)
Info-Matin – éditorialiste (1995)
Quotidien de Paris - service politique (1986-1994)

Ouvrages
Balladur, immobile à grands pas (1995) - Le Livre noir de la droite (1998) - Le Coup d'Etat des juges (1998) - Le Dandy rouge (1999) - Les Rats de garde (co-écrit avec P. Poivre d'Arvor) (2000) - L'Homme qui ne s'aimait pas (2002) - L'Autre (2004) - Le Premier sexe (2006) - Petit Frère (2008) - Mélancolie française (2010) - Le Bûcher des vaniteux (2012) - Le Suicide français (2014) -


Sur la scène audio-visuelle:
Sur RTL
– Z comme Zemmour (depuis 2010)
Sur la chaîne câblée
Histoire – Le grand débat
Sur RFO (Tempo) – L'Hebdo
Sur France 2 – On n'est pas couché (2006)
Sur i>Télé – çà se dispute (depuis 2003)

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version