Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Le naufrage... du macronisme

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Le naufrage annoncé du macronisme
 
Recherche ministre de l’Intérieur, désespérément : Emmanuel Macron, qui a confié cette nuit le poste de premier flic de France à son premier ministre, Edouard Philippe, laisse voir le vide qui est derrière la clinquante Macronie. Ce monde clos se révèle, en effet, incapable de fournir sur le champ un successeur à Gérard Collomb qui a jeté l’éponge. Il est loin le temps où Macron, tout juste élu, se permettait en juillet 2017 de rabrouer le Chef d’état-major des Armées en lui rappelant : "Je suis votre chef". Cet autoritarisme déplacé, que le général Pierre de Villiers avait récusé en démissionnant de ses fonctions, a montré depuis ses limites annoncées. Non seulement Jupiter ne maîtrise rien des humeurs de son gouvernement, mais il se fait humilier par celui, Collomb, qui avait été son premier soutien. En confirmant, hier dans Le Figaro, son intention de démissionner en dépit du refus présidentiel, le ministre de l’Intérieur a fait acte de rébellion. Ceux qui ne veulent voir dans sa décision spectaculaire qu’un désarroi affectif passent à côté du SOS politique envoyé par celui qui veut désormais se réfugier dans sa mairie de Lyon. Ce que fuit Collomb, après Nicolas Hulot et le général de Villiers, est une pratique du pouvoir personnalisée à l’extrême et inefficace. Elle a fait le vide autour d’un président nombriliste habité par son propre destin. Inutile de préciser, pour les habitués de ce blog, que le naufrage du macronisme n’a rien d’étonnant. La mascarade habite le pouvoir depuis le début. La marée qui se retire dévoile des nageurs sans maillots et sans bouées.
Collomb a eu le mérite d’indiquer le nord, dans un gouvernement guidé par l’air du temps. Le ministre de l’Intérieur a fait connaitre ses critiques sur la généralisation du 80km/heure sur les départementales, le fardeau fiscal excessif supporté par les retraités, la pratique hautaine du pouvoir, les risques découlant du fait du prince (affaire Benalla), le politiquement correct. Pour autant, l’histoire ne le classera pas parmi les grands ministres de l’Intérieur. La raison en est simple : les sujets qu’il avait à traiter - l’immigration, la violence urbaine, le communautarisme, le terrorisme islamique, etc. – n’ont jamais été pensés comme des priorités par le chef de l’Etat. L’impasse de Macron sur les problèmes sociétaux, au profit de l’économie, explique peut-être pourquoi le ministère de l’Intérieur sera géré, en tout cas pour l’instant, par le premier ministre. Ce mercredi, dans une rapide cérémonie de passation de pouvoir avec Philippe, Collomb a insisté sur la situation "très dégradée" des quartiers difficiles. "On vit côte à côte, je crains que demain on ne vive face à face". En réalité, ce face à face hostile est une réalité depuis longtemps. "On n’est plus en République, j’en ai parlé à Collomb" s’est d’ailleurs émue ce week-end Martine Aubry, maire de Lille. En 2011, elle expliquait, parlant de sa ville : "35 % de Maghrébins, eh bien c’est génial. Moi je m’emmerde dans une ville où on est tous pareils". L’atterrissage des autruches s’annonce brutal.
Paru sur blog.lefigaro.fr/rioufol, 3 octobre 2018
RIOUFOL Ivan

Né le 12 septembre 1952
Marié – 2 enfants
 

Journaliste


Université de Nantes
Diplôme d"études approfondies (DEA) de droit maritime et aérien
 
Au Figaro:
            Grand chroniqueur et Membre du comité éditorial (depuis 2000)
            Rédacteur en chef - informations générales (1995-2000)
Rédacteur en chef adjoint (1992-1994)
Chef de service (1990-1992)
Responsable de la rubrique Confidentiel (1988-1990)
Grand reporter (1985-1987)
Correspondant du Quotidien de Paris (1976-1984)
                        Du Journal du Dimanche
                        De Forum international
Journaliste à Presse-Océan
 
Ouvrages
La Tyrannie de l'impudeur (2000) - La République des faux gentils (2004) - Chroniques d'une résistance (2005) - La fracture identitaire (2007) - Où va la France ? (2008) - Chronique d’une année de crise (2009) - La démocratie d’apparence (ouvrage collectif) (2009) - Allez-y sans nous (ouvrage collectif) (2009) - De l'urgence d'être réactionnaire (2012) - A la recherche du peuple perdu (2011) -  Touche pas à ma France (2014) - Poings sur les i (2015) - La Guerre civile qui vient (2016) - La nouvelle révolution française (2016) -

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version