Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Non merci, Jeff Koons !

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Bouquet of Tulips : non merci, Jeff Koons !
 
La pensée unique fait bon ménage avec l’art officiel. L’Américain Jeff Koons fait partie de ces "artistes" devant lesquels l’Etat français et la Ville de Paris se croient obligés de dérouler le tapis rouge. Sans être passé par les préalables des appels d’offres ou des concours, l’ancien trader converti dans le business de l’art contemporain (il emploie 80 personnes) devrait voir son "Bouquet of Tulips" installé dans les jardins du Petit Palais, à deux pas des Champs-Elysées. La décision vient d’être confirmée par la Ville et par le ministère de la Culture. La production, qui mesure 12 mètres de haut et pèse 33 tonnes, reproduit une main portant des tulipes aux couleurs acidulées. Jeff Koons a fait don de son idée à la France (la construction étant à la charge de mécènes) en hommage aux attentats de novembre 2015 à Paris. L’homme d’affaires avait initialement demandé que son cadeau soit installé place de Tokyo, entre le Palais de Tokyo et le Musée d’art moderne de Paris : un lieu n’ayant aucun rapport avec les attentats ; mais un endroit idéal pour favoriser l’autopromotion du donateur.
Si ce souhait géographique a été retoqué par les autorités françaises, elles n’ont pas osé, pour autant, s’opposer au coup commercial. C’est parce que le XI ème arrondissement, lieu des massacres de novembre 2015, n’avait pas été jugé assez prestigieux par Koons et ses financiers que l’emplacement du Petit Palais a en définitive été proposé. Il reste à espérer que la Commission supérieure des sites et les défenseurs de la décence commune sauront faire entendre leurs oppositions à ce coup de force de l’art officiel, d’autant que le kitsch criard de ces tulipes géantes est totalement inadapté à la commémoration des attentats. En janvier, des artistes et des personnalités de la culture ont fait connaitre leurs critiques du cadeau de Koons. Ils ont notamment dénoncé un bouquet "grandiloquent, emblème d’un art industriel, spectaculaire et spéculatif". Ce vent de révolte contre l’emprise de l’art officiel est une bouffée d’air frais. Il est temps de déboulonner les idéologues, mais aussi les faux artistes mercantiles et leurs mystifications : Jeff Koons est de ceux-là.

Paru sur blog.lefigaro.fr, 15 octobre 2018
RIOUFOL Ivan

Né le 12 septembre 1952
Marié – 2 enfants
 

Journaliste


Université de Nantes
Diplôme d"études approfondies (DEA) de droit maritime et aérien
 
Au Figaro:
            Grand chroniqueur et Membre du comité éditorial (depuis 2000)
            Rédacteur en chef - informations générales (1995-2000)
Rédacteur en chef adjoint (1992-1994)
Chef de service (1990-1992)
Responsable de la rubrique Confidentiel (1988-1990)
Grand reporter (1985-1987)
Correspondant du Quotidien de Paris (1976-1984)
                        Du Journal du Dimanche
                        De Forum international
Journaliste à Presse-Océan
 
Ouvrages
La Tyrannie de l'impudeur (2000) - La République des faux gentils (2004) - Chroniques d'une résistance (2005) - La fracture identitaire (2007) - Où va la France ? (2008) - Chronique d’une année de crise (2009) - La démocratie d’apparence (ouvrage collectif) (2009) - Allez-y sans nous (ouvrage collectif) (2009) - De l'urgence d'être réactionnaire (2012) - A la recherche du peuple perdu (2011) -  Touche pas à ma France (2014) - Poings sur les i (2015) - La Guerre civile qui vient (2016) - La nouvelle révolution française (2016) -

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version