Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

La pire violence

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
La pire violence

On dégoise sur les violences commises samedi 2 décembre à l’Arc de Triomphe. Une Marianne a été endommagée. Monsieur Philippe s’est dit "choqué par la mise en cause de symboles qui sont les symboles de la France".

Symboles ! A-t-il été choqué lorsque son potentiel Président prétendait à Lyon, aux fins de gagner des voix de patriotes pour le moins suspects, qu’ "il n’y a pas de culture française", lorsque son Président effectif déplorait à Alger le crime contre l’humanité commis par la France coloniale ? Ces assertions ont une formidable portée ; elles sont, dans l’ordre symbolique, infiniment plus violentes que la mise à mal d’un monument. Enoncer qu’il n’y a pas de culture française n’était pas seulement un sot mensonge, c’était un crime contre notre civilisation (sans précédent dans les annales de nos cinq républiques) (1). Enoncer que la France a commis en Algérie "un crime contre l’humanité", c’était se mettre lâchement au diapason du Grand Turc nous accusant de "génocide".
 
Il n’y a pas lieu de réfuter de si grossières inepties ; mais il faut souligner qu’elles trahissent un grossier mépris du pays que l’on prétend gouverner. Au sens absolu, elles le trahissent. Les signes de cette trahison sont multiples, ne les énumérons pas. On ne peut être à la fois un freluquet de la Finance à la solde de l’Europe des banquiers, un courtisan du Qatar résigné à l’invasion islamique, et un représentant crédible du peuple français.
Il n’y a pas à se réjouir des dégâts causés par des "casseurs" (2), mais la Grande Casse, c’est notre Gouvernement qui s’y emploie, soumis qu’il est à des puissances étrangères, soigneux qu’il est de souiller notre Mémoire en détruisant peu à peu les trophées de notre Histoire et en nous infectant de culpabilité.

Nos médias sont des chattemites quand ils pleurnichent sur une Marianne ébréchée et se taisent sur la France lentement déshonorée et devenant étrangère à elle-même.
Monsieur Philippe devrait s’interroger sur ce que c’est qu’un Arc de Triomphe dans un pays où la honte nationale du 19 mars 1962 produit une épidémie de toponymes et de commémorations.
Les violences de ce 2 décembre peuvent être interprétées soit comme un Austerlitz de la reprise en main de la France par les Français décidés à virer leurs Marmonts (3) soit comme la confirmation symptomatique et symbolique par des boutefeux de l’enterrement, programmé par nos Marmonts, de feu la France.
 
(1) Mais son prédécesseur en couvrant de son autorité l’imbécile fiction et le concept foireux d’un "mariage pour tous" - insulte au génie de notre langue et à la justice des ajustements humains – avait commis un crime de même acabit.
(2) Un membre des forces de l’ordre témoigne ; les casseurs étaient des gens d’ "extrême gauche", l’"extrême droite" s’agitait mais ne cassait pas.
(3) Le maréchal Marmont a trahi Napoléon en 1814

Envoyé par l'auteur, 4 décembre 2018
SAROCCHI Jean

Né en 1933
Veuf – sans enfants


Professeur honoraire à l'Université de Toulouse



Doctorat d'Etat (La Sorbonne).
     "Albert Camus et la recherche du père".

Agrégation de Lettres classiques.
CAPES (Certificat d’Aptitude au Professorat de l’Enseignement Supérieur)
Diplôme d'études supérieures
     "Socrate et Montaigne"

Licence de philosophie.


Maître de conférences à l'Université de Tunis.
Maître-assistant à l'Université de Strasbourg.
Professeur de philosophie, français, latin, grec (Oran).

Ouvrages
Julien Benda, portrait d'un intellectuel
Albert Camus et la recherche du père (thèse éditée)
Albert Camus philosophe
Le dernier Camus ou le Premier Homme
Variations Camus
Camus le juste ?
Versions Proust
Giono de père en fils
Rabelais et l'instance paternelle
La Colère
Pourquoi pas ?
in the Summer Time (roman)

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version