Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

La France bien seule face au...

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
La France bien seule face au défi sahélien
 
Treize de nos soldats viennent de périr au Nord-Mali. Ajoutant ainsi leurs noms à une liste déjà longue. La France, qui est intervenue dans ce pays en 2013 et 2014 (lors de l’opération Serval), a sauvé alors le Mali de l’occupation et de la domination islamiste.
Cette opération militaire fut un succès.
 
Mais elle avorta au plan politique.
En effet, au lieu de profiter de cette guerre éclair réussie, portée par la faveur des populations maliennes, la France – ex-puissance coloniale et, de ce fait, engagée par une responsabilité morale et politique très forte vis-à-vis de ce pays comme de ses voisins – aurait dû peser de tout son poids pour donner suite aux revendications légitimes des populations "à peau blanche" du nord (Touarègues et Arabes) afin que leur soit consentie l’autonomie si chèrement revendiquée et indispensable, pour endiguer les premiers mouvements de déstabilisation de la région.
Ceux-ci, conséquence directe du renversement brutal du colonel KADHAFI – lequel constituait en lui-même une faute politique très grave aux conséquences hélas bien prévisibles – n’ont pas été contrôlés et maîtrisés.
 
Le Président HOLLANDE, le "vainqueur de Serval", le "sauveur du Mali", manquant totalement de vision et de courage, n’a pas vu l’opportunité d’ "exploser" littéralement le système politique ancien, en place depuis l’indépendance, obsolète, injuste et corrompu, ni la nécessité de refonder l’organisation politique du pays, de créer en somme un "Mali nouveau", prenant en compte en particulier les réalités ethniques.
Seule la France était alors en mesure de le faire. Et elle ne l’a pas fait, préférant une petite politique sans ambition et sans lendemain consistant à vouloir à tout prix organiser des élections présidentielles précipitées, censées tout régler alors que chacun savait qu’elles ne régleraient rien et maintiendraient ce pays dans le marasme politique qui avait précisément été le terreau de cette guerre. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, rien d’étonnant, aujourd’hui, à ce que le mal ait empiré, que la situation de l’opération Barkhane qui a succédé à l’opération Serval soit délicate, et que le cancer du Nord-Mali se soit répandu dans toute la région, affectant les pays voisins, eux-mêmes également en grande difficulté du fait de leur statut d’États faillis.
 
Au-delà des grandes déclarations officielles, la France est bien seule face à cette situation plus qu’inquiétante. Et c’est normal, puisque l’Union européenne vacille et qu’aucun de ses États membres n’a vraiment envie d’y aller, puisque le G5 Sahel est une coquille vide, que les armées locales sont dépassées et que les États locaux le sont tout autant.
Alors que faire ?
 
Partir brutalement n’aurait aucun sens après tous ces sacrifices. Ce serait, à l’évidence, faire le jeu des islamistes. Mais en même temps, que faire, concrètement ? Il me semble que le facteur politique devrait être traité en priorité absolue : la France doit exercer une très forte pression sur les gouvernements locaux pour que des décisions radicales visant à changer la gouvernance et l’organisation politique de ces pays soient prises et mises en œuvre.
Simultanément, il faut que nos forces redécouvrent les principes stratégiques et tactiques de la guerre contre-insurrectionnelle, appliqués d’ailleurs par nos troupes avec succès, à une certaine époque, en Afghanistan, comme ils l’avaient été autrefois en Algérie.
Afin de conserver le soutien et la confiance des populations et de casser définitivement les reins aux GAT.
Nos gouvernants français sont-ils seulement capables de prendre et d’assumer ces décisions majeures ?
Si nous ne le faisons pas, alors les sacrifices consentis par les soldats français qui mènent cette guerre seront vains et le prestige et le rayonnement de notre pays en Afrique durement compromis.

Envoyé par l'auteur, 28 novembre 2019
HOGARD Jacques

Né le 16 décembre 1955
 
 
 
 
Président du Groupe E.P.E.E (Experts Partenaires pour l’Entreprise à l’Etranger)
Officier supérieur parachutiste
 
 
Ecole militaire Interarmes (St Cyr-Coëtquidan)
Executive MBA à HEC
CPA Paris (Centre de Perfectionnement aux Affaires).
 
 
Colonel de l’armée de terre où il a servi durant 26 ans (1974-2000), comme officier parachutiste à la Légion étrangère puis au Commandement des Opérations spéciales, a participé en tant que tel à de nombreuses missions extérieures en Afrique (notamment au Rwanda en 1994) et dans les Balkans [commandement en Macédoine puis au Kosovo du Groupement inter armées des Forces spéciales (1999)].
Quitte l'Armée (2000)
Fonde la société d’intelligence stratégique EPEE (Experts Partenaires pour l’Entreprise à l’Etranger) -
www.epee.fr - (2005)
     et filialise les activités spécifiques de conseil en sûreté sous la marque ESEI (Experts en Sûreté pour l’Entreprise à l’international) -
www.esei.fr
- (2011)
 
Ouvrages
Plusieurs articles et publications dont deux livres :
Les larmes de l’Honneur, 60 jours dans la tourmente du Rwanda été 1994 
L’Europe est morte à Pristina, guerre au Kosovo printemps-été 1999.
 
Distinctions
Officier de la Légion d'Honneur
Officier de l'Ordre national du Mérite
Croix de guerre des Théatres d'opérations extérieures
Croix de la Valeur militaire
Titulaire de l'Ordre de Saint Sava (Serbie)

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version