Logo
Imprimer cette page

La cécité économique

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
La cécité économique
 
Je suis surpris par la "cécité" économique de nombreux intervenants sur les plateaux télé et autres au sujet de la réforme des retraites ; pourtant les données sont sans appel et parlent d'elles-mêmes ; comment un pays qui a :
- une durée du travail hebdomadaire de 35 h par semaine (la plus basse en Europe)
- un départ légal à la retraite de 62 ans (là aussi un "record européen)
- un taux d'endettement de 100 % de son PIB, un taux qui augmente et endettement qui finance en partie le fonctionnement de l'Etat
- un déficit lancinant des finances publiques depuis plusieurs dizaines d'années (à part ici ou là une année sans déficit)
- un taux de chômage qui avoisine les 10 %
- un classement "PISA" qui voit la France stagner dans le milieu du tableau,
- un système social qui prend l'eau (gestion discutable du système de santé, défaut d'incitation des chômeurs à rechercher du travail),  
- une croissance (logiquement) faible, car elle reflète les blocages et les distorsions de notre économie 
… etc.
donc comment un tel pays ne serait-il pas dans l'ardente obligation de se reformer et vite ? 
 
A défaut l'ajustement sera un jour brutal et douloureux pour une majorité de Francais à l'exception peut-être de ceux et celles qui prônent un statu quo socio-economique et qui auront pris leurs précautions pour éviter les conséquences des ajustements inévitables à venir.
J'ai pu suivre ce qui pourrait être "notre scenario" dans le futur ; lorsque j'étais ambassadeur à Chypre (2012-2015) ; suite à la crise économique de 2008 qui s'est prolongée jusqu'en 2010 la "coupe de cheveux" qui en résulta fut très sévère (baisse des pensions de moitié, frais médicaux non remboursés alors qu'ils étaient gratuits auparavant, exode massif des jeunes vers l'Allemagne en particulier, …), les Grecs ont connu cela également … Il suffit de voyager au-delà de nos frontières chez nos voisins pour constater que les conditions de vie des retraités sont moins favorables que celles existant en France (Italie, Allemagne, Espagne par exemple). Or la France qui a décroché du peloton d'excellence économique dépassée par des pays comme la Chine mais aussi par d'autre pays européens, est ainsi tirée encore plus vers le bas par une partie de sa population qui n'est pas en mesure jusqu'à présent de rentrer dans le cercle vertueux de l'ascenseur social (formation insuffisante, manque "d'appétence" pour l'effort, couplé avec un manque d'incitation à entrer sur le marché du travail, … etc.) 
Les journalistes qui pratiquent de plus en plus une sorte de "radio crochet" débilitant et complice de ceux qui ne veulent aucun changement, ceux-là même qui ferment les yeux sur les réalités à l'instar de syndicalistes (CGT entre autres) qui de surcroît sont loin d'être représentatifs de la population laborieuse mais qui ne savent que dire "non" à toute réforme et qui "monopolisent" indûment les antennes, contribuent ainsi à "l'envasement" du bateau France.

Envoyé par l'auteur, 21 décembre 2019
GAZZO Yves

Né le 17 décembre 1946
Marié – 5 enfants





Ambassadeur de l'Ordre souverain de Malte auprès de l'Union européenne
Avocat inscrit au barreau de Paris


Docteur d’État es sciences économiques, Montpellier
Docteur d'État ès Sciences économiques de Paris, Sorbonne I
Diplômé de lInstitut d’études politiques (IEP) de Paris.
Ancien élève "l'Institut national des Langues et Civilisations orientales" (Arabe littéraire)
Chargé de cours à l'Institut d'études politiques de Paris entre 1985 et 1994
     (3ème cycle sur le monde arabe)

à la Commission européenne 
Ambassadeur de l’Union européenne près le Saint-Siège, l’Ordre de Malte et les organismes des Nations Unies basés à Rome (depuis 2009)
Directeur de la représentation en France (depuis 2003)
Ambassadeur, chef de la délégation
     en Éthiopie et accrédité à Djibouti (2001-2002)
     aux Philippines (1999-2001)
     en Jordanie et accrédité au Yémen (1994-1998)
Chef adjoint à l’unité ajustement structurel à la Direction générale à Bruxelles (1990-1994)
Conseiller économique à la délégation au Mali (1988-1990).

Conseiller en relations internationales au bureau européen de la banque mondiale
     à Paris (1985-1988),
Economiste à la Banque mondiale à Washington (États-Unis) entre 1980 et 1984
Conseiller économique au centre d’investissement
     de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)
     à Rome (Italie) (1975 – 1979)
Conseiller économique au ministère du Plan du Niger (1973-1974)
Auditeur chez Arthur Andersen (1971-1972)

Membre titulaire de l'Académie des Sciences d'Outre-mer (Élu en 2006)
Membre du comité scientifique
     du Centre de développement des études juridiques (Cedej) au Caire depuis 2000
Membre du jury du Prix méditerranéen du livre

Ouvrages
L'Afrique du Nord d'hier à demain (1979) - Pétrole et développement, le cas libyen (1980) - La politique agricole des Etats-Unis (1984) - L'Endettement dans le monde Préface de Raymond Barre (1989) - Les Cicatrices du vent Préface de Michel Crozier (2008) - Sourire d'Harrar (2012) - Les chrétiens d orient en danger de mort (2014)

Nombreux articles et rapports, conférences et interviews (radios et télévisions françaises et étrangères)

Distinctions
Chevalier de la Légion d'honneur
Grand-Croix de l'Indépendance (Jordanie)
Grand-Croix de l’Ordre Chevaleresque Pie IX ( Saint-Siège)

Grand-Croix de l’Ordre pro Merito Melitensi de l’Ordre de Malte
Commandeur de l’Ordre de Sika Tuna Rang Lakan (Philippines)
Officier de l’Ordre National du 27 juin 1977 (République de Djibouti)
Chevalier de l'Ordre du Mérite (République de Pologne)

Dernier de GAZZO Yves

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.