Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Du côté des élites (758)

Réforme des retraites ou zéro sur toute la ligne du gouvernement   Manque d'anticipation ? Maladresse ? Le résultat de la concertation sur la réforme des retraites est en mode rétropédalage. En revanche, celle-ci fait l’unanimité contre elle …   Certes, la bonne volonté est là mais on peut se poser la question de savoir à quoi ont bien pu servir les 2 ans de concertation sous le patronage d'un haut-commissaire aux retraites sinon à ce qu'il devienne ministre (ce qui ne devrait pas lui faciliter la tâche au contraire). Au moins donne-t-il l'exemple, car il a dépassé l'âge de la retraite. Il est inadmissible que les Français ne puissent toujours pas comprendre comment ils vont financer leurs vieux jours. La bonne volonté ne suffit pas, encore faut-il avoir le courage de trancher et la capacité à faire de la bonne pédagogie. Les Français sont pour la réforme : qu'est-ce que ce serait s'ils…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Macron se voulait de Gaulle, il pourrait finir comme Aristide Briand   La formule de Beaumarchais s’applique parfaitement à la diplomatie d’Emmanuel Macron au lendemain de l’attaque, dont tout accuse les alliés de l’Iran, de puits de pétrole saoudiens frappés par des drones. Il y a trois semaines, tous les médias l’encensaient. C’était Macron le réconciliateur, Macron le pacificateur, Macron le petit génie de la diplomatie. Même Trump ne lui en a pas voulu de sa "surprise" : la venue imprévue du ministre iranien des Affaires étrangères. Tous, acteurs et observateurs, étaient touchés par la grâce de "l’esprit de Biarritz", comme il y eut naguère "l’esprit de Locarno", qui devait réconcilier les Français et les Allemands après la Grande Guerre. Dans cette affaire, Emmanuel Macron s’est voulu l’émule du général de Gaulle ; il risque de finir comme Aristide Briand. Floué par plus retors que lui et ridiculisé pour naïveté. Mais ne…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Balance ton mécène !   C’est une déferlante dans les musées : mettre dehors les mécènes compromettants ! En avril, à la Galerie Serpentine de Londres, que dirige le célèbre Hans-Ultrich Obrist, exit les Sackler, malgré un don de 7 millions de dollars. Motif ? Ces médecins reconvertis dans l’industrie pharmaceutique sont impliqués dans le scandale des opioïdes responsable aux USA d’overdoses mortelles. En mars 2018, c’est Nan Goldin, célèbre photographe et victime de la firme des Sackler, qui organisait non pas un sit-in mais un "die-in" au Metropolitain muséum. Ces institutions et le Guggenheim (malgré cette fois un don de 9 millions de dollars) ont renoncé au mécénat des Sackler ; idem le National portrait Gallery à Londres. La Foire Photo London arrêtait, elle, son partenariat avec une chaîne d’hôtel aux mains du Sultan de Bruneï qui a instauré la peine de mort contre l’homosexualité ou l’adultère ; l’Hôtel Meurice suspendait son prix d’art…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
L’obsession des effets concrets pour les citoyens   LE CONTRE-POINT - Le chef de l’État n’est pas tant intéressé par la notation de ses ministres que la perception par les citoyens de l’impact réel des réformes votées.   En ce jour anniversaire du discours sur la "nouvelle société", il est tentant de présenter Emmanuel Macron en nouveau Jacques Chaban-Delmas, habité par le même désir de transformer le pays en sortant des clivages politiques traditionnels. Pourtant, il y a aussi du Georges Pompidou chez le chef de l’État. Ce même Pompidou qui limogea Chaban et jeta à la poubelle ce discours aujourd’hui présenté comme visionnaire. Ce que reprochait en effet le président d’alors à son premier ministre n’était pas le caractère libéral et progressiste de son projet mais plutôt l’écart entre les belles incantations et leur transcription dans la vie quotidienne des Français. Pompidou voulait du concret, du tangible. Pas des mots. Macron aussi. Et plus…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
La déroute des hommes de Davos   Ce premier papier de la nouvelle année annonce une bonne, une très bonne nouvelle : les hommes de Davos et autres Oints du Seigneur ont perdu toute crédibilité en ce qui concerne la gestion des économies. Voilà la thèse que je vais défendre dans ce papier. Je n’ai pas l’habitude de tirer sur une ambulance, mais quand je vois l’un des plus éminents (?) d’entre eux, monsieur Minc, dire comme il l’a fait cette semaine que plus personne ne comprend plus rien à l’économie et que nous avons besoin d’un nouveau Keynes ou d’un nouveau Friedman, je dois dire que je ne peux pas cacher mon envie de rigoler un bon coup et ce d’autant plus que monsieur Attali, cet autre puissant génie, avait dit la même chose quelques mois avant.    Je vais donc me livrer à une petite "explication de texte" pour…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Pour en finir avec notre Etat profond… Très profond !   Le discrédit de la classe politique tient en grande partie à cette incapacité de réveiller cet "état profond" caractérisé par la résistance passive d'une administration qui a le pouvoir absolu de ne rien faire.   "Etat profond". C'est l'expression utilisée par le président de la République, lorsque celui-ci a assisté, impuissant, à la réponse d'un policier au téléphone à une femme battue, apeurée qui lui demandait de la raccompagner chez elle pour prendre quelques affaires et qu'elle avait peur... Le président était venu incognito écouter les appels du numéro spécial destiné à ces femmes : impossible de réagir. Au-delà de l'exaspération partagée par chacun d'entre nous, on est presque heureux qu'Emmanuel Macron ait vécu en direct cette opposition statique que nous constatons tous régulièrement dans nos vies professionnelles et personnelles. Il y a une réalité insupportable de ces pesanteurs indifférentes qui bloque les réformes de…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Cette justice française qui donne le permis de tuer   C’est un puzzle. Le puzzle d’une certaine conception de la justice, d’une certaine philosophie de la vie en société. Un jour, des militants identitaires sont condamnés à six mois de prison pour avoir voulu bloquer (pacifiquement) la frontière entre la France et l’Italie. Quelque temps plus tard, un Afghan tue au couteau dans les rues de Villeurbanne. On apprend alors que ce brave homme avait obtenu le droit d’asile, non parce qu’il était menacé personnellement, mais parce que son pays était en guerre. Il avait été rejeté d’Allemagne, d’Italie et de Norvège. Mais la France doit toujours faire mieux que les autres. La Cour nationale du droit d’asile peut être fière d’elle : il était urgent de protéger cet Afghan du risque d’être tué dans son pays pour lui permettre de tuer dans le nôtre. Dans l’ancien monde, les jeunes…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Ces violences impunies faites à la France   Ainsi va la France maltraitée : ceux qui défendent des frontières sont sanctionnés par la Justice et traînés dans la boue ; ceux qui les violent sont décorés et traités en héros. Jeudi dernier, le tribunal correctionnel de Gap a condamné à six mois de prison ferme trois responsables du mouvement Génération identitaire. Au printemps 2018, leur organisation avait occupé symboliquement le col de l’Échelle, qui délimite les Alpes italiennes et françaises : un passage utilisé par des clandestins. Pour sa part, en juillet dernier, la ville de Paris a offert sa médaille Grand Vermeil à Carola Rackete et Pia Klemp (qui l’a refusée), les "capitaines courage" du Sea Watch 3. Leur navire avait forcé les eaux territoriales italiennes pour débarquer des clandestins à Lampedusa. Génération identitaire avait déjà été condamnée après une occupation momentanée, en 2012, du chantier de la grande mosquée de Poitiers. En comparaison, les "sans papiers"…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Retraites, éducation : pour la rentrée, l'heure est à la concertation !   EDITO - Réforme des retraites, réforme de l’enseignement, Grenelle contre les violences faites aux femmes, privatisations… Autant de sujets de concertation pour cette rentrée 2019.   Le mot d'ordre de la fameuse "rentrée" c'est "la concertation". Le principe consiste à demander l'avis de tout le monde sur un sujet afin de reporter les décisions avec détermination avant d'autres concertations, tout en maintenant fermement les réformes. Le leitmotiv de tous ces atermoiements : le "manque de moyens". Ah ! Si on avait plus de moyens tous les problèmes seraient résolus... Et, franchement, si les dépenses de l'Etat étaient une garantie de bon fonctionnement, nous serions un pays d'excellence, voire les premiers du monde ou presque. Bercy cherche donc des rentrées d'argent mais, pour Bercy, c'est tout le temps la rentrée. La "rentrée politique" est "en ordre dispersé". Les…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version