Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Du côté des élites (643)

La grande transgression de Trump   CHRONIQUE - Au fond, ce que les élites européennes reprochent au Président américain, c'est de croire encore à la souveraineté des nations et à la diplomatie bilatérale.   On s'est trompé sur cette photo. On a voulu y voir un Trump esseulé, isolé, mauvais élève de la classe occidentale, tancé par ses pairs, avec Angela Merkel en figure de proue, au nom de la doxa libre-échangiste. On a voulu se tromper. Cela arrangeait beaucoup de monde, des dirigeants européens et des grands médias occidentaux qui, à la suite de leurs collègues américains, ont fait de l'hostilité au Président américain un principe. Car la photo dit aussi un Trump seul contre tous, dans la grande tradition américaine du cow-boy solitaire qui triomphe à la fin des méchants. Un Trump qui défend les intérêts américains, en tout cas d'une certaine Amérique, celle des vieilles industries et…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Vers un ministère de la Propagande ?   Madame Françoise Nyssen, ministre de la Culture, vient d’annoncer son grand projet pour l’audiovisuel public. Au milieu d’un catalogue plutôt fade de vœux pieux et de demi-mesures, elle présente tout de même deux lignes directrices intéressantes : au nom de la diversité, elle veut bannir de l’audiovisuel tout ce qu’elle juge réactionnaire. Au nom de l’antiracisme, elle prône la discrimination de l’homme blanc.   Les plus optimistes diront que c’est une gesticulation sans lendemain, destinée à donner des gages à la frange bobo la plus à gauche de l’électorat macronien. La ministre s’était jusqu’alors signalée par une rare insipidité à un poste dont on se demandait s’il n’avait pas disparu dans les oubliettes du nouveau pouvoir. Sa dernière déclaration la porte brièvement sur le devant de la scène, mais laisse entendre qu’une étrange conception de son rôle va transformer le ministère de la Culture…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Les ciseaux vertueux   La maison de Pierre Loti est menacée d'être exclue des chefs-d'œuvre à restaurer à cause de propos peu amènes tenus il y a un siècle par son propriétaire. Notre époque s'installe imprudemment dans le "chrono-centrisme". Qu'est-ce que ce terme, aussi barbare que ce qu'il désigne ? Le promoteur du loto du patrimoine, Stéphane Bern, le définit, en mettant en garde : "Ne mettons pas notre regard d'aujourd'hui sur des personnages du XIXe siècle." Après la polémique sur Hergé jugé raciste ou Bizet phallocrate, cet incident n'est que le nouvel épisode d'un mouvement de fond. Tel Javert poursuivant Valjean jusqu'à son dernier souffle, sans indulgence ni intelligence, la pratique se répand de porter des jugements anachroniques. Le procureur Pinard peut être fier de sa postérité : celui qui poursuivit Flaubert et fit condamner Baudelaire au nom de la "morale publique" a une belle descendance. Dans des associations, et…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Le ralliement des droites, l'idée en marche   Alors qu'une vague conservatrice s'abat sur l'Europe, la France navigue à contre-courant. Il serait pourtant temps que tous ceux qui entendent résister à la lente dilution d'une Europe construite sur la diversité, le multiculturalisme et l'accommodement avec l'islam conquérant s'allient.   Un pas est franchi : évoquer un rapprochement des droites n'indigne plus les maîtres de ballet. Sur ce sujet comme sur d'autres, se vérifie la remarque de Schopenhauer : "Toute vérité franchit trois étapes : d'abord elle est ridiculisée. Ensuite elle subit une forte opposition. Puis elle est considérée comme ayant toujours été une évidence." Votre serviteur, qui a enduré la première étape en décrivant la centralité de la crise identitaire, confirme le constat : les infamies se tarissent. Il est devenu banal d'évoquer la submersion migratoire, la perméabilité des frontières, la dangerosité de l'islam politique, le renoncement à protéger la…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Professeur transgenre   Une fois encore la "grande presse", si l’on peut dire, se signale par un monument de désinformation et d’indignation vertueuse à sens unique. Que s’est-il donc passé ? On nous raconte qu’un professeur de collège de Seine-et-Marne a été victime d’insultes sur les réseaux sociaux à la suite de sa décision de "changer de sexe", disent certains, ou de "changer de genre", disent d’autres. La direction de l’établissement soutient l’enseignant transexuel (ou transgenre) et se fend d’une lettre quasi comminatoire aux parents d’élèves, les contraignant à accepter le choix du professeur en question. L’émoi est à son comble. La secrétaire d’État Marlène Schiappa intervient vigoureusement en faveur de la "victime" et saisit la DILCRAH, une délégation interministérielle chargée, entre autres, de la lutte contre le racisme et l’homophobie.   Où se situe la désinformation dans tout ça ? D’abord, il apparaît que le professeur en question n’a pas changé…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
"La France en guerre laisse l'ennemi en paix"   CHRONIQUE - Observer Emmanuel Macron cautionner la stratégie de provocation du djihadisme palestinien et taire l'inspiration coranique de Khamzat Azimov, l'assaillant de l'attentat au couteau commis à Paris, fait douter de sa capacité de résistance à l'islamiste en guerre.   Celui qui tue au nom d'Allah sait attendrir et culpabiliser l'humaniste benêt qu'il combat. Il lui suffit d'exposer sa communauté en victime : ce statut vaut protection chez les belles âmes. Emmanuel Macron est de celles-là, quand il redoute de nommer l'idéologie islamiste qui excite les égorgeurs. Réagissant à l'attentat au couteau commis samedi soir à Paris (quartier de l'Opéra) par un djihadiste français d'origine tchétchène (un mort, quatre blessés), le chef de l'État s'est contenté en effet de dénoncer un "terroriste". Il a aussi assuré, dans un tweet envoyé depuis sa villégiature de Brégançon (Var) : "La France ne cède…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
En France, l’État déclare ce qui est de l’art ou ne l’est pas   Le peintre Rémy Aron démissionne de la présidence de la Maison des Artistes, pour dénoncer la bureaucratie étatique de l’art en France.   La démission du peintre Rémy Aron de la Présidence de la Maison des Artistes (1) est l’occasion d’évoquer une réalité dont le grand public n’a pas toujours conscience : dans le domaine de la création artistique la France est un pays dirigiste. Une diversité des courants artistiques ignorée par la doxa artistique de l’État C’est le motif de cette démission : Rémy Aron a tenté de faire reconnaître par l’État la diversité de la création en France, sans succès. Depuis les années 1980, le ministère de la Culture ne tient compte que du seul courant conceptuel – seul "contemporain" à ses yeux. La bureaucratie culturelle a alors rompu avec ce qui a été le fondement…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Nouveau plan-banlieue : le retour des années 80   Pour Emmanuel Macron, protéger l’emploi c’est détruire le code du travail et privatiser les services publics. Et dans son monde, œuvrer pour la paix c’est apporter un soutien inconditionnel à la gendarmisation du monde par les Etats-Unis et à leurs interventions. En fait, Macron est une sorte de réincarnation de Thatcher et Reagan à lui tout seul. Son monde, c’est celui des années 80 et c’est donc naturellement  à Jean-Louis Borloo qu’il s’est adressé pour un plan banlieue, sans doute après avoir hésité à consulter Bernard Tapie ou Roland Castro. Et il faut reconnaitre que dans le genre Retour vers le futur, on n’est pas déçu en découvrant les propositions du célèbre avocat d’affaires qui vient de remettre son rapport à Matignon : création d’un fond de 5 milliards d’euros (ça ne coûte rien, dit-il, puisque cet argent sera prélevé sur les bénéfices des privatisations),…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Pitié, ne recommençons pas le lamentable face-à-face Macron-Bourdin-Plenel   On a beaucoup dit sur la fameuse interview décidée par Emmanuel Macron en choisissant Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel. Le pourquoi de ce choix a généré de nombreuses extrapolations : il fallait parler aux extrémistes et au public de Bourdin, il fallait montrer que le président n'a "même pas peur" d'affronter des personnages qui, avant d'être journalistes, sont avant tout des chasseurs de scoops et des provocateurs professionnels. Soit, mais ce qui reste, c'est que la forme a touché le fond ! Ce que l'on retient n'est ni le contenu, ni la capacité de répartie du président, sa connaissance des dossiers, encore moins la pertinence des questions mais bien le niveau de vulgarité journalistique dont ont fait preuve deux pseudos stars des médias, abaissant le statut présidentiel républicain, de même que celui de journaliste. En fait, presque instantanément nous avons eu…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version