Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Du côté des élites (758)

Le Macronisme est-il une pathologie œdipienne ?   Toutes les lois les plus volontaristes et les plus clivantes de l’ère macronienne sont à analyser sous l’angle de l’analyse psychiatrique. Celles-ci  renvoient étonnamment aux ouvrages des docteurs Haas et Schenk sur les pathologies obsessionnelles des dignitaires du III° Reich. Tout ce qui appartient à la logique naturelle de la création est remis en cause. Il existe depuis l’origine du monde un combat du Mal contre le Créateur. La haine qui bouleverse l’ordre de la nature si hier s’exprimait par des guerres et des génocides aujourd’hui s’attaque à ce qui définit l’Homme, créature spirituelle, incarnée et sexuée, inscrite dans une filiation.   Cette détestation s’est exprimée de façon violente par la négation de la maternité (l’avortement encouragé), ensuite par le floutage des sexes (parent 1-parent 2)  par un acharnement contre la paternité (mariage homosexuel) enfin par l’achèvement du plus faible (l’affaire Lambert, l’avortement…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Un débat sur la PMA sous pression politique   Ancien ministre, député LREM et ex-prétendant macroniste à la mairie de Paris, Mounir Mahjoubi l’a dit clairement. Son "objectif" est "d’annoncer dans la loi qu’il faudra débattre de la GPA". Ce n’est pas la position du gouvernement qui, par la voie d’Agnès Buzyn notamment, rappelle qu’Emmanuel Macron a pris deux engagements dans sa campagne : celui d’étendre la PMA et celui de ne pas ouvrir le débat sur la GPA ; et que les deux seront tenus.   La pression est cependant bien réelle, au sein de la majorité et à gauche, pour inciter l’exécutif à faire de la généralisation de l’accès à la PMA un point de départ et non un aboutissement. Le souhait de Mahjoubi et d’autres députés LREM d’aller vers la GPA n’a suscité aucune réaction ou rappel à l’ordre de la part du parti présidentiel alors qu’ils vont…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Lorsque Greta paraît  (Greta Thunberg devant l'Assemblée nationale)   Ce mardi, en pleine canicule, des parlementaires reçoivent à l’Assemblée nationale Greta Thunberg, la jeune militante de la cause climatique censée apporter un peu d’air frais sur le sujet. Apprenant sa venue, précédée d’un murmure flatteur, on songeait à la définition de la jeune fille par Flaubert - horresco referens : "Articuler ce mot timidement. Toutes les jeunes filles sont pâles et frêles, toujours pures." C’est dans le Dictionnaire des idées reçues ; à l’évidence, celles-ci ont toujours cours. Lorsque Greta paraît, comment ne pas applaudir à grands cris ? La scénographie est parfaite. "Pâle et frêle", "pure" donc, elle vient de Suède, le pays des Nobel et du fameux modèle social, dont les arpents de neige disent assez le caractère immaculé de sa cause. Ses faits d’armes ? Être allé à Davos en train plutôt qu’en avion, avoir lancé avec succès…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Brandir un drapeau est un acte éminemment politique   FIGAROVOX/ENTRETIEN - L’auteur de Décomposition française* a analysé avec une rare justesse le processus d’intégration. Elle voit dans les débordements qui ont émaillé les victoires de l’Algérie lors de la Coupe d’Afrique des nations l’expression d’une défiance d’une partie des enfants de l’immigration à l’égard de la France.   Dimanche dernier, après la qualification de l’Algérie, il y a eu 282 interpellations suite aux désordres causés par des supporteurs algériens. Doit-on y voir de simples "débordements" liés à la liesse ou le symptôme d’un malaise plus profond ? Ce n’est pas la première fois qu’on observe ce phénomène, et cela prend une ampleur inquiétante, du fait du nombre de personnes enclines à braver l’ordre républicain. Par ailleurs, hisser ou planter un drapeau n’est jamais anodin. C’est un acte éminemment politique qui symbolise, tout comme l’hymne national, un ancrage moral, l’attachement à…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Les fondamentaux interdits   Nous vivons en France en 2019 une époque extraordinaire où l’élite autoproclamée, socialiste ou libérale, s’effondre après avoir mené de concert le pays au désastre. Elle réagit pour survivre en générant de nouvelles religions émergeant toutes par leur pire côté dogmatique obligatoire.   La religion de l’Europe, antichambre du mondialisme, qui doit être puissante face à tous les autres continents. Cette religion ne se fonde que sur l’instinct grégaire qui pousse à se sentir fort quand on se voit entouré de gens qui ont aussi peur que soi. La religion climatique qui, n’arrivant pas à faire le moindre lien entre l’activité humaine et les causes des déplacements des anticyclones, seuls responsables intermédiaires de l’évolution du climat, se réduit à agonir d’injures ceux qui tentent de réfléchir et qui deviennent coupables de négationnisme, mot magique qui exclut de la liberté d’expression tant vantée, toute interrogation sur un…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Le législateur a une conception très subjective de la haine sur Internet   TRIBUNE - La philosophe s’inquiète de la proposition de loi portée par la députée LREM Laetitia Avia, visant à lutter contre la haine sur Internet. Si le motif est louable, la définition des contenus haineux reflète selon elle la bien-pensance du courant idéologique dominant.   Une proposition de loi, présentée par la députée LREM Laetitia Avia, vise à lutter contre la propagation des discours de haine sur Internet. Il s’agira de débusquer et de punir les contrevenants. Nul d’entre nous n’a envie de défendre les discours de haine. Toute la question est de les définir, de les caractériser, de les trier. Or l’exposé des motifs est par sa formulation même un festival de bien-pensance : "Le rejet, puis l’attaque d’autrui pour ce qu’il est, en raison de ses origines, de sa religion, de son sexe ou de…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Le "parcours" plutôt que le concours, un bond en arrière pour la méritocratie   TRIBUNE - L’historien Arnaud Teyssier voit dans la fin du concours d’entrée à la Rue Saint-Guillaume une étape de plus dans la liquidation de l’héritage du Conseil national de la Résistance.   "Dans la société, c’est la raison qui plie la première." Il faudrait un La Bruyère pour décrire les mœurs de ce siècle. Sciences Po, l’un de nos grands établissements publics d’enseignement sous tutelle de l’État, vient de jeter aux orties l’une des rares garanties, si imparfaite soit-elle, qu’offrait le système du concours face aux risques croissants de reproduction sociale. Le "parcours" plutôt que le concours. Pourtant… "tout droit reconnu au mérite est une chance retirée à la faveur", pouvait écrire un grand quotidien en 1848, au moment où s’engageait le long combat pour la promotion du concours dans une France qui avait reçu en…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Canicule   Il fait chaud, c’est vrai, mais enfin nous sommes en été. Et voilà tous les réchauffistes à monter au créneau pour annoncer la fin du monde, ou au moins la fin du monde que nous connaissons : si on en croit un climatologue cité par Le Monde  "les température pourront atteindre 50°C à la fin du siècle". Si on l’écoute on saura que ces dernières années on estime que les canicules sont au moins quatre, sinon dix fois plus probables, que les canicules centenaires devraient maintenant se reproduire tous les dix ans à cause des activités humaines, que vers la fin du siècle les températures seraient dans le sud de la France comparables à celles que l’on observe en Inde etc… Tout cela me rappelle le prophète Philippulus de l’Etoile Mystérieuse que connaissent bien tous les tintinophiles : "Je suis Philippulus le prophète et je vous annonce que les jours…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Pourquoi dorment-ils ? Moins l’État maîtrise les mutations de la société, plus il brasse de l’air face au climat. Il se rassure sur son utilité. Mais la dramatisation de sa communication ne prouve rien de la détermination du gouvernement. Mercredi, à Tokyo, Macron a déclaré que la France fixait "une ligne rouge" sur l’ "ambition climatique". Le président se garde d’un même volontarisme pour fixer de semblables limites à l’immigration de masse qui bouscule l’équilibre de la nation, ou à l’islam radical qui subvertit certains services publics. Mercredi, deux députés (Éric Diard, LR, et Éric Poulliat, LREM) ont rendu publics les résultats de leur mission d’information sur ce dernier thème. Il en ressort que si l’armée et la police savent se prémunir des infiltrations salafistes, il n’en est pas de même chez les surveillants de prison, à la RATP, à la SNCF, dans les polices municipales, les clubs de sports, etc.…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version