Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Du côté des élites (779)

Cette justice française qui donne le permis de tuer   C’est un puzzle. Le puzzle d’une certaine conception de la justice, d’une certaine philosophie de la vie en société. Un jour, des militants identitaires sont condamnés à six mois de prison pour avoir voulu bloquer (pacifiquement) la frontière entre la France et l’Italie. Quelque temps plus tard, un Afghan tue au couteau dans les rues de Villeurbanne. On apprend alors que ce brave homme avait obtenu le droit d’asile, non parce qu’il était menacé personnellement, mais parce que son pays était en guerre. Il avait été rejeté d’Allemagne, d’Italie et de Norvège. Mais la France doit toujours faire mieux que les autres. La Cour nationale du droit d’asile peut être fière d’elle : il était urgent de protéger cet Afghan du risque d’être tué dans son pays pour lui permettre de tuer dans le nôtre. Dans l’ancien monde, les jeunes…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Ces violences impunies faites à la France   Ainsi va la France maltraitée : ceux qui défendent des frontières sont sanctionnés par la Justice et traînés dans la boue ; ceux qui les violent sont décorés et traités en héros. Jeudi dernier, le tribunal correctionnel de Gap a condamné à six mois de prison ferme trois responsables du mouvement Génération identitaire. Au printemps 2018, leur organisation avait occupé symboliquement le col de l’Échelle, qui délimite les Alpes italiennes et françaises : un passage utilisé par des clandestins. Pour sa part, en juillet dernier, la ville de Paris a offert sa médaille Grand Vermeil à Carola Rackete et Pia Klemp (qui l’a refusée), les "capitaines courage" du Sea Watch 3. Leur navire avait forcé les eaux territoriales italiennes pour débarquer des clandestins à Lampedusa. Génération identitaire avait déjà été condamnée après une occupation momentanée, en 2012, du chantier de la grande mosquée de Poitiers. En comparaison, les "sans papiers"…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Retraites, éducation : pour la rentrée, l'heure est à la concertation !   EDITO - Réforme des retraites, réforme de l’enseignement, Grenelle contre les violences faites aux femmes, privatisations… Autant de sujets de concertation pour cette rentrée 2019.   Le mot d'ordre de la fameuse "rentrée" c'est "la concertation". Le principe consiste à demander l'avis de tout le monde sur un sujet afin de reporter les décisions avec détermination avant d'autres concertations, tout en maintenant fermement les réformes. Le leitmotiv de tous ces atermoiements : le "manque de moyens". Ah ! Si on avait plus de moyens tous les problèmes seraient résolus... Et, franchement, si les dépenses de l'Etat étaient une garantie de bon fonctionnement, nous serions un pays d'excellence, voire les premiers du monde ou presque. Bercy cherche donc des rentrées d'argent mais, pour Bercy, c'est tout le temps la rentrée. La "rentrée politique" est "en ordre dispersé". Les…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Tulipes de Koons : financées par l’impôt, rentabilisées par la finance de l’art   L’actualité de cette semaine nous fournit un exemple du processus actuel de la création des cotes financières de l’art avec l’arrivée à Paris du monument kitsch, de 10 mètres de haut, pesant 33 tonnes de l’artiste américain Jeff Koons. Cette œuvre, dont seul le concept a été offert à Paris, a été conçue à New York, produite en usine en Allemagne grâce au mécénat défiscalisé, installé avec l’argent du contribuable parisien majoritairement hostile à cette œuvre.   La France au secours de l’artiste vivant "le plus cher côté du monde" Mieux vaut éviter les incidents ! Les tulipes de Jeff Koons débarquent en catimini, en cette fin de vacances pour s’installer derrière le Petit Palais à équidistance de l’Assemblée nationale, de la Place de la Concorde et de l’Élysée. En effet, quelques mois plus tôt, l’installation autour…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Quand Charles Maurras inspire Emmanuel Macron   Il est né le divin enfant ! Les médias proclament la bonne nouvelle. Emmanuel Macron est consacré grand diplomate. Un mélange de Mazarin et de Talleyrand. En mieux. On souligne la manière habile avec laquelle il a circonvenu Trump - toujours présenté comme un éléphant un peu benêt dans un magasin de porcelaine. On exalte l’effet de surprise provoqué par la venue de l’Iranien à Biarritz. Sans oublier l’invitation à Poutine qui avait précédé le G7. C’est le triomphe de la France médiatrice, conciliatrice, faiseuse de paix. Une France indépendante, imaginative, transgressive. Bref, le retour de la France gaullienne. Peu importe le résultat concret de cette opération diplomatique. L’important est dans la manière. Justement, arrêtons-nous sur la manière. Celle d’un président français qui fait des coups dans son coin. Où est le couple franco-allemand ? A quoi sert l’Europe ? Que faisait Donald…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Libérer la France de sa prison intellectuelle   CHRONIQUE - La faiblesse des élites tient à leur incapacité d’accepter les faits quand ils dérogent à leurs dogmes. Mais pour comprendre les mutations de notre pays, il faut côtoyer les gens et se saisir de la révolte des Oubliés.   Mais où sont les idées neuves ? Même Alain Minc, laudateur mal inspiré de la "mondialisation heureuse", avoue ne plus rien comprendre aux mécanismes économiques. Face au "désert intellectuel" qu’il constate à son tour, ce père Joseph des puissants espère un "aggiornamento de la pensée macroéconomique". Toutefois, il pourrait préalablement s’interroger sur la sotte arrogance de ceux qui disent savoir. Après le vote britannique approuvant le Brexit, en 2016, Minc avait commenté : "Ce référendum n’est pas la victoire d’un peuple sur les élites, mais celle des gens peu formés sur des gens éduqués." Bref, le sacre des crétins. Cet aplomb…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Retraites : cacophonie à propos de la durée de cotisation ; passons aux choses sérieuses !   Le président Macron vient de relancer l’idée de faire des économies en matière de retraites en exigeant une durée de cotisation plus longue. Cette intervention vient comme un cheveu sur la soupe au moment où le rapport Delevoye indique les moyens à mettre en œuvre pour réaliser le programme présidentiel, à savoir une retraite dépendant seulement du nombre de points et de l’âge à la liquidation. Voilà qu’il faudrait "en même temps" continuer à prendre en compte la durée de cotisation, et donc probablement l’augmenter jusqu’à 43 ans comme prévu dans la dernière en date des "lois retraite". Le président de la République est donc en train de jouer au chien dans un jeu de quilles aux dépens de son Haut-commissaire à la réforme des retraites.   Nous revivons le procès de Galilée Quand on a les…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Le désir de déminer, le risque d’embrouiller (La question de la réforme des retraites)   CONTRE-POINT - Emmanuel Macron a annoncé qu’il préférait la durée de cotisation pour le calcul du départ à la retraite. Un geste d’ouverture qui se pose en contradiction avec ses précédentes déclarations.   Réformer sans bloquer. Déminer sans embrouiller. Par son ouverture surprise sur la question des retraites, Emmanuel Macron a illustré une nouvelle fois les difficultés de l’art de gouverner. L’intention présidentielle est double : faire aboutir sa réforme "systémique" - le passage à un régime universel par points - et mettre en œuvre le changement de méthode voulu au lendemain de la crise des "gilets jaunes". Après l’action décidée d’en haut et menée au pas de charge, place au dialogue et à l’élaboration partagée. Mieux vaut aboutir en prenant son temps que partir sabre au clair avant d’être contraint de renoncer. L’axiome relève…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
La folie administrative bat son plein   Est-ce pour que l’érection de ce monument de délire administratif passe inaperçue ? La publication le 7 août de la loi n° 2019-828 de transformation de la fonction publique, qui occupe 90 pages au JO, va probablement passer inaperçue. Pourtant il serait bon que nos concitoyens se rendent compte, en jetant un coût d’œil sur ce chef-d’œuvre bureaucratique, à quel point de dévaluation de la loi nous en sommes arrivés. Réformer la fonction publique pour la rendre plus efficace est certes une idée sympathique. Mais l’efficacité ne résulte pas d’une accumulation de dispositions législatives, qui seront par surcroît complétées et précisées par des dispositions réglementaires ; elle résulte d’une responsabilisation de chaque fonctionnaire, ou plus exactement de chaque salarié de l’Etat et des autres administrations publiques, en commençant bien entendu par ceux qui exercent une autorité hiérarchique. En forçant un peu le trait, disons qu’une…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version