Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Du côté des élites (577)

L’allégeance en marche dans le déshonneur Je suis régulièrement destinataire de messages de sources diverses, mais jamais de la gauche. Ses relais d’opinion ont trop à faire pour retenir ceux qui quittent le navire en perdition. N’ayant reçu aucun commentaire depuis trois jours au sujet de la visite d’Emanuel Macron en Algérie, je me demande si tous ceux qui refusent la pratique de la repentance, à commencer par les Pieds-noirs chassés d’Algérie en 1962, ont perçu le sens du message délivré par ce "gourou" qui va en croissant dans le déshonneur. Sous prétexte d’être "progressiste ", il se déclare antisystème. Pour cela, il faut tout effacer pour recommencer, soit-disant en "mieux". Avec le silence approbateur et admirateur de ses adeptes sous influence - adeptes élevés en majorité dans la culture de l’anticolonialisme primaire et idéologique - il se devait de faire mieux que de la repentance devenue pratiquement institutionnelle. De…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron   Monsieur,   Vous venez de qualifier la colonisation de "crime contre l’humanité". À titre personnel, vous avez le droit de penser ce que vous voulez. Au titre de candidat à la magistrature suprême, vous avez le devoir de mesurer vos interventions avant de condamner aussi lourdement votre propre pays, sur le plan historique comme sur le plan judiciaire. Vous avez failli à ce devoir.   L’histoire ne s’écrit pas en noir et blanc, elle s’écrit parfois en lettres de sang, parfois en lettres de noblesse, mais toujours avec un alphabet que, visiblement, vous ne maitrisez pas. D’où l’incongruité de vos propos. Avant de dire n’importe quoi, commencez par vous renseigner sur les différentes colonisations (comptoirs, exploitation, peuplement) qui ont jalonné l’histoire de l’humanité depuis la nuit des temps. Vous découvrirez peut-être la complexité de conquêtes territoriales qui ne peuvent pas se résumer au…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Islamophobie, islamo-gauchisme   C’est septembre. Je déjeune au bord du lac d’Annecy avec une amie intelligente, de "gauche". Sa presque première question : "que pensez-vous de l’islamophobie ?" Elle attend que je peste contre, comme elle (car je suis intelligent, moi aussi). Je lui réponds que je ne suis pas islamophobe (ce n’est en effet qu’une phobie) mais que j’ai peur de l’islam (1), oui, j’en ai peur parce que je suis intelligent, que je connais le Coran et l’usage qu’on en peut faire, qu’on en fait en France aujourd’hui un peu partout ; parce que je ne suis pas psychotique, c’est-à-dire victime d’ "une perturbation primaire de la relation libidinale à la réalité" (Vocabulaire de la psychanalyse) ; j’ai peur de l’islam parce que j’ai le courage de la lucidité ; n’en avoir pas peur me paraîtrait même un indice de lâchage, de lâcheté. Le concept d’islamo-gauchisme serait dû à un trotskiste anglais, Chris Harman.…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Macron ou la passion de la "post-vérité"   Nos démocraties occidentales traversent une crise profonde, qui est d’abord une crise de confiance dans ce qui constitue leur outil essentiel, le langage. Le relativisme omniprésent nous ayant conduit à l’ère de la "post-vérité", la parole publique ne semble plus renvoyer à rien, et dénuée de toute consistance elle perd sa signification. Et dans la campagne que nous vivons pour l’élection présidentielle, Emmanuel Macron semble assumer et incarner cette inconsistance du langage.   Il y a quelques jours en Algérie, il déclarait que la colonisation avait été un "crime contre l’humanité". Soit un plan concerté pour exterminer par tous les moyens les populations vivant sur les territoires colonisés… Cela n’a aucun sens. Que l’histoire de la colonisation ait été marquée par des crimes, nul ne peut en douter. Mais qu’il faille mettre le projet colonisateur sur le même plan que la Shoah,…
En savoir plus... 0
Pourquoi une telle défiance entre les citoyens et leurs médias   Les récentes enquêtes sur la défiance des Français face à leurs médias font état d’une dégradation dont une démocratie ne peut tirer bénéfice. Les Français soupçonnent les journalistes, autant que les politiques, d’être captifs du pouvoir ou de l’argent ; ils les jugent partiaux, peu attachés à la vérité. Il y a déjà dix ans de cela, les deux économistes Yann Algan et Pierre Cahuc avaient publié un petit livre édifiant sur La Société de défiance, où un grand nombre d’enquêtes chiffrées montraient à quel point les Français, davantage que les autres sociétés occidentales, se défient des politiques, des syndicats, des entreprises et des autres en général. Les enquêtes et autres baromètres nous montrent que les choses à cet égard stagnent ou empirent. La confiance est comme l’autorité : elle ne se donne pas avec un statut, un grade, une fonction ;…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Emmanuel Macron ou le guide de coaching mystique   Qu'Emmanuel Macron soit doté d'une intelligence toute particulière, nul ne le contredira, pas plus qu'on ne saurait contester son impressionnante détermination. Et quelles plus belles qualités que celles-là, lorsqu'on aspire à prendre les rênes du pays ? Emmanuel Macron semble tout désigné pour devenir cet homme providentiel que les Français appellent de leurs vœux : "c'était écrit là-haut", il en est convaincu, et ses mises en scène christiques témoignent du messianisme de sa candidature, dont la plupart des journalistes se font aujourd'hui les plus fidèles apôtres, évangélisant les foules à l'aide d'articles hagiographiques, quand ils n'excommunient pas l'ennemi de leur prophète à coup d'anathèmes savamment distribués. Le ciel pour l'un, la fange pour l'autre. "La politique, c'est mystique" : pas de pitié pour les infidèles. Et tant pis pour l'objectivité journalistique.   Et pourtant, cette intelligence et cette détermination, que valent-elles,…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
A propos de Marion Maréchal-Le Pen   Que penser de la faveur dont jouit Marion Maréchal Le Pen auprès d’une partie des catholiques de France ? Cet article a pour objet de répondre à cette question.   D’abord, quelle est l’identité du Front National ? En devenant un grand parti, le FN, est devenu une coalition qui associe, comme souvent les autres grands partis, un partenaire majeur et un partenaire mineur. Le partenaire majeur, c’est une masse populaire de salariés du secteur privé, de chômeurs et de prolétaires, dont beaucoup sont jeunes, et tous demandeurs de redistribution en matière de droits économiques et politiques. Florian Philippot est la personnalité dominante de ce premier groupe. Il donne à cette aile du Front National sa dimension autoritaire et néo jacobine ; l’autorité de l’Etat est censée remplacer la compétitivité perdue et protéger les classes populaires d’un appauvrissement sans fin. A dire vrai, dans ce domaine,…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Non à la France rêvée d'Emmanuel Macron   En cas de duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tout de la présidentielle, Jean-François Copé (LR) votera pour Macron. C’est ce que le député-maire de Meaux a dit, ce mercredi sur BFMTV/RMC, tout en assurant "faire bloc" derrière François Fillon. Ce dernier a été accusé, par François Bayrou ce matin sur France 2, d’être "sous l’influence des puissances d’argent". Le président du MoDem, qui n’exclut pas de se présenter, a associé Fillon aux "très grandes sociétés multinationales (qui) se paient des hommes politiques, appointent, donnent de l’argent à des hommes politiques pour qu’ils les aident à ouvrir des portes, à se servir de leurs relations pour leurs intérêts". Dans le même temps, Libération fait sa une sous le titre : "Si la gauche voulait ...", suggérant de revenir à la "gauche plurielle" qui allierait Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon,…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Éric Zemmour : "François Bayrou, ou l'oxymore permanent"   Jean-Jacques Rousseau nous avait conseillé d' "écarter tous les faits". Quand on ouvre un ouvrage de François Bayrou, surtout à la veille d'une campagne présidentielle, et qu'on lit dans l'introduction "contrairement à ce que disent les benêts, quand la crise s'avance, l'expérience ne nuit pas", on doit faire un effort pour "écarter tous les faits", en l'occurrence les entêtants parfums tactiques, le cynisme usé des ambitions élyséennes qui ressortent comme crocus au printemps, et la banalité commerciale de ces livres de politiques, mélange de confession personnelle et de programme électoral, qui ne sont que des moyens d'autopromotion médiatique. Avec le dernier livre de Bayrou, il y a d'évidence tout cela ; mais il y a autre chose : la réflexion d'un des derniers "agrégés qui sache écrire". La culture du lettré est à double tranchant pour le politique : elle marque sa…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version