Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Du côté des élites (610)

Le débat indigne   D’après les comptes rendus et les extraits du débat aperçus ce matin, sa nullité dépassait semble-t-il mes pires attentes exprimées dans mon billet d’hier sur le "faux débat" : le pire débat de l’histoire de la Ve République. Même les éditorialistes le reconnaissent ! Mais cela n’a rien d’un hasard et marque le paroxysme de la désintégration de la politique française. Quand il ne reste plus rien, dans le grand chaos mental, de l’esprit civique, de la culture politique, de l’intelligence, du sens de l’honneur, de la moindre des corrections, nous sombrons dans la bataille de chiffonniers. Le débat indigne ne faisait que refléter la médiocrité intrinsèque des deux protagonistes face à face. Tous deux, noyés dans l’agressivité, la haine, les détails, n’ont strictement rien de la stature présidentielle qui implique de la sagesse, de l’expérience, de la hauteur, une vision de l’histoire et de l’Etat.   Cette émission de…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Quand Nicolas Dupont-Aignan se fait l’élève de François Mitterrand…   Le PS n’est pas le seul mort du premier tour. Les Républicains ne sont pas en meilleur état. Mais cela se voit moins. Le cadavre bouge encore. Il parle, il pérore, même. Il prépare les législatives. Il enjambe la présidentielle. Il revendique une cohabitation. François Baroin se voit déjà Premier ministre. C’était déjà le cas avec Sarkozy, puis Fillon. Mais il n’est pas le seul cette fois-ci. Bruno Le Maire, Xavier Bertrand aussi. Et pourquoi pas Nathalie Kosciusko-Morizet si Macron veut une femme ? Laurence Parisot, l’ancienne patronne du Medef, se pousse bien du col ! Mais tous ceux-là sautent une étape. Celle de la cohabitation et du parti Les Républicains. Leurs ralliements sont individuels. Ils se feraient dans le cadre d’une coalition qui rassemblerait le centre-droit et le centre-gauche. Une sorte d’ouverture à l’envers. Le rêve des élites européistes depuis trente ans !…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Les raisons d’un désastre   Entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, entre le centre gauche et la droite extrême, quel peut être l’espace imparti à la droite ? Selon notre chroniqueur, ce débat remonte à loin. Faute d’avoir été tranché, il met désormais Les Républicains en péril.   On ne saura jamais. On ne saura jamais ce qui se serait passé. On ne saura jamais si François Fillon aurait gagné l’élection présidentielle s’il n’avait pas subi cette forme sournoise de putsch médiatico-judiciaire qu’on a appelé le "Penelopegate". On ne saura jamais si "l’élection imperdable" n’était pas en réalité, dès l’origine, une élection ingagnable. On sait seulement que les sondeurs indiquent (et ils ne se sont nullement trompés cette fois-ci !) que sa chute avait commencé avant. Tout de suite après sa victoire triomphale à la primaire du parti Les Républicains. Dès que furent découverts dans son programme (que peu de…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Pitoyable débat   J’avoue : au bout d’une heure et demie, j’ai arrêté le flot de paroles et de mimiques méprisantes ou agressives que déversait l’ordinateur dont je me suis servi pour suivre le débat de mercredi soir entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron. Que le sort de la France puisse dépendre d’un tel combat de coqs est une réalité consternante. La responsabilité des grands média dans cette médiocre qualité de l’information est lourde, car la démocratie repose pour une part importante sur la possibilité qui est donnée (ou pas) aux citoyens de se faire une idée juste des projets et du caractère de ceux qui se présentent à leurs suffrages.   Ma mission était d’analyser la partie de l’émission relative aux retraites. Ce qui m’a le plus frappé, c’est une double absence de la démographie : aucun des deux candidats ne fit référence à la natalité, qui est, à long…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Emmanuel Macron, président prématuré   Le débat du 3 mai, qui verra s’affronter Emmanuel Macron et Marine Le Pen, s’annonce passionnant. Même si la candidate du FN a théoriquement peu de chances de gagner le 7 mai, le favori du système politique et médiatique ne brille pas, pour le moment, par sa pugnacité ni par son réalisme. 61 % des sondés jugent "réussie" l’actuelle campagne de Le Pen. "Eh, Manu, tu redescends ?", titre Libération ce mercredi, en s’inquiétant du flottement du jeune prodige. Il donne le sentiment de se croire déjà élu. Sur RTL ce matin, son porte-parole, Benjamin Griveau, a expliqué benoitement que le leader d’En Marche avait consacré une grande partie de sa journée de lundi à "contacter les chefs d’Etat européens", confirmant la posture présidentielle prise prématurément par le jeune ambitieux. Or sa position politique, si elle recueille des soutiens venus de la gauche et de…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Présidentielle 2017 : Le vote de la mauvaise humeur !   Va-t-il falloir encore subir une campagne de dénigrement de caniveau ? C'est bien parti, le ton a été donné et les médias recommencent illico à chercher la petite bête, le scoop people et le tir à bout portant. Cela a commencé dans l'heure qui a suivi les résultats avec le dit "scandale" du restaurant" la Rotonde" où Emmanuel Macron a remercié ses soutiens et fêté le fait d'avoir réussi une percée hors du commun à laquelle personne ne croyait. Quelle divine occasion : les Sarkozistes ricanent en se vengeant du Fouquet's, les chasseurs de people et les 100 photographes glosent sur ceux qui étaient présents, les Fillonnistes qui digèrent mal font feu de tout bois contre celui pour lequel ils s'apprêtent à voter (ou pas). Une curée inutile, non démocratique et qui tire tout le monde vers le bas. Les médias…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
La recomposition politique s'impose à la droite   Emmanuel Macron n’a pas attendu le second tour pour célébrer son élection à la présidence de la République. Dès dimanche soir, le jeune homme pressé s’est comporté en vainqueur final, multipliant les V de la victoire devant les caméras. Après s’être montré, avec son épouse Brigitte, sur la scène du Parc des Expositions, porte de Versailles, c’est à La Rotonde, restaurant chic du quartier Montparnasse, que le leader d’En Marche !, suivi d’une horde de médias, a choisi de fêter son succès avec ses soutiens et ses amis célèbres. Deux sorties du métro voisin avaient été pour l’occasion fermées par les forces de l’ordre, ainsi que le trottoir longeant l’établissement. QuandNicolas Sarkozy avait commis son faux pas bling-bling en sablant le champagne au Fouquet’s, sur les Champs Elysées, au moins venait-il d’être élu. Mais si les journalistes n’avaient pas manqué de relever…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
La Rotonde, Fouquet's de Macron    Est-il nécessaire de se pencher sur les cartes de ces deux grands établissements parisiens pour en comparer les prix ? Ce qui compte c'est l'esprit et ...  c'est le geste.   Emmanuel Macron, le soir du 23 avril s'est très vite comporté en vainqueur. En vainqueur, non pas du premier tour de l'élection présidentielle mais en vainqueur du second tour de ladite élection. "V" de la Victoire, "contact" avec la foule du haut du sixième étage de son quartier général, traversée de Paris à la Chirac en 1995 avec motards, journalistes et feux verts... mais Chirac était déjà élu, lui, et Sarkozy au Fouquet's l'était aussi !   A Montparnasse, quartier de la fête s'il en est, à la Rotonde, l'attendaient ses petites mains mais surtout des représentants de différents réseaux, de la finance, des médias, du "show biz" ; l'embrassade avec Stephane Bern, notamment, n'a échappé…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
L’élection de Macron sonnerait le glas de la démocratie   Il se peut que les observateurs qui, suivant les sondages qui donnent Emmanuel Macon vainqueur de la présidentielle de 2017 n’aient pas compris ce qu’une telle victoire aurait de subversif pour la démocratie française. Certes, formellement, l’élection serait régulière. Mais elle aurait été obtenue à un prix qui ne pourrait laisser qu’un goût amer.   Une manipulation judicaire D’abord la manipulation judicaire partie de l’Elysée qui a abouti à affaiblir considérablement François Fillon. Une fois posé l’usage de l’alternance démocratique, depuis longtemps admis dans notre pays, il paraissait naturel qu’après un quinquennat de Hollande particulièrement désastreux – au point d’interdire au sortant de se représenter - le candidat de la droite de gouvernement, François Fillon, désigné au terme d’une primaire incontestée, prenne la relève avec ses équipes. Pour des raisons qui restent à éclaircir, Hollande et son entourage ne l’ont pas…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version