Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Du côté des élites (758)

Une loi pour Notre-Dame ? Jusqu’où va la confusion des esprits !   Nous savions déjà qu’Emmanuel Macron est, comme une bonne partie des personnes qui réussissent à gagner des élections, un super tchatcheur auquel il ne faut pas demander une réflexion conceptuelle. Il a réponse à tout, sait argumenter pour avoir le dessus dans un débat, possède une grande résistance, une énorme capacité de travail, une importante force de conviction, mais réfléchir en profondeur ne fait pas partie de ses nombreuses qualités. Sa volonté de passer par la loi pour restaurer Notre-Dame est une manifestation parmi d’autres de son incompréhension des rôles respectifs de la loi et du commandement, que Hayek, dans son triptyque Droit, législation et liberté, a si bien exposés et différenciés. A quoi devraient servir les lois ? Les lois sont faites pour codifier les règles de juste conduite que les hommes ont reconnues, progressivement, et souvent en tirant…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
L'administration française ou la machine à ne surtout rien faire   La France est en panne de réforme. L'administration a jeté un glacis paralysant sur tous les projets. Tous les rouages administratifs de notre pays mettent leur énergie à ce que rien ne bouge. Et Macron comme Edouard Philippe sont bien impuissants.   Les moulinets avec les micros, les incantations, les engueulades en conseil des ministres, la véhémence des promesses... tout cela n'y change rien. Les chefs d'entreprises regardent goguenards, les images du séminaire gouvernemental avec 80 intéressés au coude à coude, chacun drapé dans ses propositions, ses contre-propositions et son impuissance. Pauvre premier ministre, il aimerait bien... pauvre Président de la République face à la machine à broyer qu'il alimente involontairement en créant séminaires, commissions, groupes de travail qui viendront tels de nouveaux grains de sable gripper le cours des choses, chacun voulant témoigner de son importance. Rien ne…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
J’Accuse ….   Tout le monde se souvient de l’article dans l’Aurore où Zola prenait la défense de capitaine Dreyfus. L’idée centrale de l’article était que la Justice était supérieure à tout et que rien ne pouvait justifier qu’un homme soit déshonoré, avili, et maintenu en prison alors qu’il était innocent. Eh bien, je soutiens qu’aujourd’hui nous avons des milliers de Dreyfus un peu partout dans le monde, dont la vie et la carrière furent brisées comme le furent celle du capitaine Dreyfus, que les coupables sont des journalistes, et que cela se passe sans qu’il y ait eu le moindre procès. Et les victimes ne peuvent même pas faire appel. Pour mieux expliquer ce que je veux dire, revenons en arrière.   La civilisation Judéo-Chrétienne a ceci d’admirable que la frontière entre le mal et le bien passe à l’intérieur de chacun d’entre nous et non pas en dehors. Cela nous est expliqué dès…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Supprimer l’ENA, une mauvaise idée   Rien n’est plus normal, plus classique. Quand un pouvoir politique est aux abois, quand il est à la dérive, la dernière issue qu’il lui reste, c’est de jeter un os à ronger à la foule en colère. Le naufrage dans la démagogie est le signe d’un régime en perdition qui n’a plus qu’une seule obsession, se maintenir à tout prix. Quand la vanité, obsessionnelle, maladive, obscène, au plus profond du néant, écrase toute notion de bien commun, il reste la démagogie, les vieilles ficelles destinées à satisfaire l’instinct de foule. Annoncer la suppression de l’ENA, surtout dans ces conditions, est un réflexe de la pire espèce. Et qui mettre à la place des quelque 4000 anciens élèves de l’ENA qui ont passé un concours extrêmement sélectif, à un poste pour 200 ou 300 candidats, déjà issus des meilleures formations (dont des agrégés d’histoire, de lettres,…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Incendie de Notre-Dame : et si le pire était à venir ?   La cathédrale Notre-Dame ravagée pendant des heures par les flammes, scalpée, éventrée : avouez que vous n’auriez jamais cru qu’au XXIème siècle, en plein Paris, en temps de Paix, cela puisse arriver. Certes, il faut saluer le courage des pompiers qui ont évité le pire, à savoir un effondrement total de l’édifice et de peu, à un quart d’heure près, nous dit-on. Mais leur dévouement ne doit pas masquer le scandaleux abandon du patrimoine historique par l’Etat, qui est la toile de fond de cet incendie qui risque d’être suivi par d’autres. Il y a quelques semaines, c’est à Saint Sulpice qu’un feu se déclarait : malveillance ? Didier Rykner, le rédacteur de la Tribune de l’art, a vu des prises électriques “absolument pas aux normes” à l’Eglise de la Madeleine : n’est-ce pas une autre forme de malveillance ? A Notre-Dame,…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Paris n'est vraiment plus Paris   C'est pour une fois un titre mondial dont on se serait passé. Paris est - avec Singapour et Hongkong - la ville la plus chère du monde. Dans les palmarès précédents, qui ne prenaient en compte que l'immobilier, Paris était la plupart du temps devancée par Londres ou New York, mais cette fois, les auteurs de l'étude de l'Economist Intelligence Unit (EIU) ont aussi tenu compte du prix d'autres produits et services, tels la nourriture, les voitures, ou les loyers. Cette étude sort quelques jours après le saccage de l'avenue des Champs-Elysées par des bandes de militants gauchistes militarisés, sous l'œil passif, et parfois même approbateur, de "gilets jaunes" qui investissent samedi après samedi "la plus belle avenue du monde". Cette conjonction d'événements n'est sans doute pas fortuite. Paris faisait jadis les révolutions ; aujourd'hui, elle les subit. Le Paris populaire des faubourgs se révoltait et…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
L’affligeant Grand débat étatico-culturel à l’École des Beaux-Arts   Le Grand débat a eu lieu ce 6 mars 2019 sous la Grande Verrière de l’École des Beaux-Arts, dans son monumental décor polychrome de style "éclectique". Ce lieu a connu de célèbres précédents : s’y donnèrent, en des temps plus anciens, les Assemblées Générales de Mai 68 et la confrontation houleuse de 1997. Vingt ans après, notre Révolution perpétuelle et institutionnelle des Arts a pris d’autres formes. Sur le seuil du Palais des Études, l’Inspecteur en chef de la création, Jean de Loisy, nouveau directeur de l’École des Beaux-Arts, congratule les personnalités de la rue de Valois, massivement venues en voisins. Le débat, quoique commandé par le ministère de la Culture, est organisé ce soir par Beaux-Arts Magazine et la Fondation du patrimoine. À la tribune on aperçoit Marie-Hélène Arbus, critique d’art et Directrice Générale de la revue Beaux-Arts, partenaire du ministère,…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
De la permanence aristocratique   Pourquoi l’historien spécialiste des élites que vous êtes s’intéresse-t-il autant à la noblesse française ? L’étude de la transmission de la mémoire longue est au cœur de ma réflexion. La noblesse en est le meilleur observatoire. Elle descend de la fraction la plus anciennement installée au sommet de la hiérarchie sociale ; elle a donc le privilège de l’antériorité dans la notoriété. Elle n’a plus d’existence juridique depuis 1848, mais elle perdure, se structurant de génération en génération autour de pratiques partagées et de valeurs communes : les idées d’honneur, de dignité et de rang, le goût de la performance physique et morale, le sens du service d’autrui, l’appétence pour la transcendance spirituelle. Hériter, transmettre, s’adapter… Telle pourrait être la devise de ces familles que j’observe en historien mais aussi en ethnologue. J’explicite cette subtile présence du passé que je ressens dans leurs châteaux, leurs usages et leurs…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Des cahiers, des discours, et du vent…  (mais aussi des propositions...)                          La similitude entre les "Cahiers de Doléances" de 1789, leur contenu et leurs revendications, et ceux de 2018/19 a déjà été exposée (Magistro, livraison du 17 Février). Les dérives vécues dans toutes les capitales régionales, la violence "sans mots" (C. Delsol) et la muette perplexité du plus grand nombre, évoque la phrase lapidaire de Chateaubriand, fulminant contre "les factieux qui dénaturent les idées généreuses". Au reste, tout le monde patauge, à commencer par nos gouvernants, confrontés à une configuration sociale qu'ils n'ont jamais envisagée, ni aux vraies réponses à apporter. Ce n'est pas en ressortant les vieux modèles d'Alfred Sauvy ("le ruissellement") ou de Paul Ricoeur ("le juste et le légal"), appris à l'Ecole, que l'on trouvera des apaisements, voire des solutions. A tous ces bafouillages, on a envie d'opposer le "Dire c'est faire" de Pierre Bourdieu,  -…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version