Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Du côté des élites (594)

Pour la première fois, le 13 février 2012, et pour un seul institut de sondages, les courbes respectives de Nicolas Sarkozy et de François Hollande se sont croisées au bénéfice du premier. L’embellie n’aura duré que quelques heures. Dans la soirée un autre sondage décroisait ces deux courbes au profit du candidat socialiste replacé dans la position de "favori". D’ailleurs est -ce ainsi : "socialiste" qu’il faut le qualifier ? Le socialisme de Jaurès, de Blum et même du "premier" Mitterrand n’a-t –il pas depuis longtemps cédé la place au 'PS isme', à cette idéologie partisane dont le moyeu principal semble la reconquête du pouvoir, pitoyablement perdu en 2012, et cela coûte que coûte ? Sinon pourquoi le "Front de Gauche" ? Pour commencer de répondre à cette question il faut se livrer non pas des analyses – il est encore trop tôt pour le faire - mais à des impressions de campagne dont…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
n'est pas à la hauteur des enjeux.L'anecdotique et le vulgaire jonchent la présidentielle. Ils illustrent la pauvreté des débats due à l'absence de visions. Tandis qu'un monde s'achève, terrassé par les réalités que les idéologies croyaient pouvoir faire disparaître, la politique sonne creux : 65 % des sondés trouvent la campagne inintéressante. Le désert intellectuel se dévoile, en cette période aiguë où tout reste à inventer. Trente ans de récitations officielles ont eu raison de la curiosité et de l'esprit critique qui n'inspirent plus que de rares intellectuels ignorés du divertissement médiatique. De toutes les crises à surmonter, celle de l'intelligence est la plus grave. La défection des philosophes n'est pas la moindre des raisons de la survenue de la société civile, appelée à suppléer le sommeil des élites. La pensée lobotomisée produit cette drôle de campagne qui s'effraye des idées, des mots, des faits. Ceux qui moquent "la peur" des…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
M. François Hollande a annoncé hier que s’il était élu, il supprimerait le mot "race" de la Constitution. Proposition étrange : en effet la Constitution n’évoque le mot race que pour dire que la République, justement,  ne reconnaît pas "de distinction de race." A contrario, la suppression du mot race pourrait vouloir dire que désormais, avec les socialistes au pouvoir, la République reconnaîtrait les distinctions de races … Mais surtout, comment le mot race peut-il être à ce point maudit, diabolique, au point que l’on veille en éradiquer toute trace dans la Constitution ? Le mot race a été abondamment utilisé dans le vocabulaire politique français, pendant des siècles, exemple : "Il y a une force qui s’éveille, ce sont tous ces peuples, de toutes les races … qui maintenant se réveillent, réclament leurs droits,  affirmant leur force, races de l’Afrique, races de l’Asie, le Japon, la Chine, l’Inde…" Qui est l’auteur de…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
... récolte la violence ! Depuis cinq années, le système médiatique français attise jour après jour les feux d’une vindicte anti-Sarkozy sans équivalent dans le passé de la Ve République. Peu séduit par l’activisme présidentiel mais bon connaisseur de nos us politiques, Alain Duhamel ne voit d’autre comparaison qu’avec la haine antigaulliste des communistes et de l’OAS, dans le contexte tourmenté de l’agonie de la IVe République et du conflit algérien. On a, sans relâche, traité Sarkozy de fol, de machine à fric ou de "sale type", avec la véhémence d’un Gringoire des années sombres. On s’en est pris à son physique, voire à ses origines : il aura été caricaturé aussi bassement que les juifs dans la presse antisémite de l’entre-deux guerres. Les rouges, les roses, les verts ont avalisé cette traque au pestiféré, aggravé d’un mépris de caste entretenu par les patriciens des corps intermédiaires. Avec une obstination…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Poutou, chouchou d’On n’est pas couché ? En quatre mois, le minicandidat du Nouveau Parti anticapitaliste y a été reçu deux fois. Nathalie Arthaud, sa concurrente directe de Lutte ouvrière, doit être verte ! Eh bien Philippe Poutou, lui, n’est pas content ! À l’en croire, sa première invitation n’avait pour but que de le faire passer pour un gland. "Pas plus que les autres candidats !", proteste Laurent Ruquier. "Vous nous avez assez bien aidées dans cette tâche", suggèrent Mmes Pulvar et Polony. En toute subjectivité, je donne raison à l’un et aux autres. Il est bien vrai que la bande à Ruquier avait traité Poutou comme une sorte d’ovni. Mais qu’est-il d’autre, cet extra-trotskiste, aussi sympathique humainement qu’irréel politiquement ? Comment prendre au sérieux un candidat qui dit lui-même se présenter à reculons, parce que le parti l’a "désigné" – et qui de toute façon ne croit pas…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
C'est le jeu du mistigri. L'important est de ne pas le conserver dans son jeu. Au cours de cette campagne, le mistigri est l'élite, le "système", les puissants. Depuis 2007, la gauche avait réussi à épingler Sarkozy en "président des riches". Mais depuis son entrée en campagne, le candidat-président s'est érigé en porte-voix du peuple bâillonné par les bien-pensants. Hollande devait donc oser une manœuvre pour renverser l'accusation et redonner à son rival l'odieuse étiquette. Voilà l'origine tactique de cette idée lancée cette semaine par le candidat socialiste à la surprise générale, y compris de ses proches : une imposition à 75% pour les revenus supérieurs à un million d'euros par an. Sur le fond, l'opération est moins simple. De tels taux quasi confiscatoires ont certes déjà existé dans l'Amérique rooseveltienne, jusqu'aux années 70 et dans la Scandinavie sociale-démocrate. Une telle sévérité est par ailleurs fondée sur l'explosion des inégalités…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
8 Français sur 10 sont-ils donc prêts à partager leur enfant avec le partenaire de leur ex ?! Selon un sondage IFOP réalisé pour Femme actuelle et Enfant magazine et publié lundi 5 mars 2012, plus de huit Français sur dix seraient favorables à un véritable statut du beau-parent dans les familles recomposées (droit de visites, obligation de subvenir aux besoins des enfants...). Est-ce que 8 Français sur 10 veulent vraiment imposer aux enfants les droits de visite des adultes ayant partagé leur vie ? Un week-end chez mon père, un autre chez ma mère, le troisième chez l’ex de la mère, qui m’a élevé pendant 7 ans, le 4ème chez l’ex de mon père, qui s’est attachée à moi, et comme mon père va bientôt se séparer de son copain, je pense que je devrai aussi bientôt passer des vacances avec cet homme qui a payé la moitié de ma…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
La mise au rebut de Strauss-Kahn par les dignitaires socialistes depuis sa gymnastique new-yorkaise évoque les pestiférés des âges médiévaux. On a du mal à croire que le malheureux dont on ricane Rue de Solferino fut adhérent et élu du PS durant des décennies, qu’il appartint à un gouvernement de Jospin et qu’il allait être intronisé candidat du parti à la présidentielle avec l’aval de Martine Aubry et un deal à la clé, toi l’Élysée, moi Matignon. Ou Bercy. En écoutant Moscovici et Marisol Touraine brocarder les 'riches' sur le ton du jansénisme le plus austère, on pourrait douter qu’ils furent des protégés de Strauss-Kahn, au même titre que tels élus de Sarcelles, tels flics de Lille et tels responsables d’entreprise dont il est question aux rubriques des faits divers. Or les dirigeants du PS, sans exception, savaient quelle sorte de personnage ils s’apprêtaient à hisser à l’Élysée pour qu’il…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Depuis que je m’intéresse à la politique, c’est-à-dire les élections présidentielles de 1974, je n’ai jamais assisté à une campagne électorale aussi violente, émaillée d’insultes et de vulgarités en provenance des oppositions – "sale con", "elle m’emmerde", "dément" , constellée de propositions démagogiques destinées à provoquer des "buzz" : suppression du permis à points, 'épuration', prélèvement confiscatoire de 75%, abrogation du concordat en Alsace et Lorraine (fallait y penser !),  marquée par des agressions violentes, honteuses,  comme celle de Bayonne aujourd’hui contre l’un des candidats. Tout est dans l’improvisation, la surenchère verbale, l’escalade démagogique, la recherche du coup médiatique et du spectacle, les coups de menton haineux.  Les pouvoirs politiques nationaux ont perdu  de décennie en décennie, une partie de leurs leviers d’action avec les transferts de compétences à Bruxelles, en particulier en matière de politique monétaire qui était au centre des enjeux électoraux du passé (1981). Les marges de manœuvre des gouvernements et des parlements se sont réduites également en raison…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version