Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Du côté des élites (577)

La polémique que lancent les socialistes sur la déclaration de Claude Guéant, à propos de la supériorité des civilisations qui défendent les principes d'humanité par rapport à celles qui autorisent des barbaries, est révélatrice du renoncement des "progressistes" à protéger leurs propres valeurs. Alors que les combats de la gauche ont édifié dès le XIX è siècle une République universelle et humaniste construite sur la défense de la démocratie, de la laïcité et de l'égalité entre l'homme et la femme, c'est au nom de la préservation de ces héritages qu'un ministre de l'Intérieur de droite se fait aujourd'hui conspuer. Il est accusé d'avoir commis une "provocation pitoyable" (Harlem Désir), un "dérapage contrôlé" (Ségolène Royal), "une détestation des musulmans" (Jean-Luc Mélenchon), etc. Voilà  ce que Guéant a déclaré, samedi à Paris devant un congrès de l'UNI : "Contrairement à ce que dit l'idéologie relativiste de la gauche, pour nous, toutes les…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Aujourd’hui même, la classe politico-médiatique française s’embrase pour quelques paroles prononcées par le ministre de l’Intérieur : "toutes les civilisations ne se valent pas". Personnellement, j’y vois une évidence, presque une lapalissade : les civilisations qui pratiquent les sacrifices humains, par exemple, ne valent pas une civilisation fondée sur le respect de la vie. Si toutes les civilisations se valent, l’idée même de progrès disparaît. On peut en discuter, c’est un beau sujet de philosophie. Mais voilà, la polémique politicienne fait rage, accapare les ondes de télévision, de radio, la "toile", les prises de position qui s’enchaînent, haineuses, furibondes… Or en même temps, des sans abris souffrent dans le bois de Vincennes sous leurs tentes de fortunes par – 10 degré la nuit, et personne n’en dit un mot ; près de trois millions de personnes sont plongées dans le désespoir du chômage dont toute une partie de la jeunesse…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
"Aujourd’hui, la question du racisme ne se pose plus dans les mêmes termes qu’hier. Il s’agit moins d’un racisme d’en bas, populaire, et davantage d’un racisme d’en haut, d’Etat. Par exemple, Brice Hortefeux, alors ministre, a été condamné pour injure raciale [avant d’être relaxé en appel]. Ce n’est pas un problème individuel : la politique actuelle entraîne une 'racialisation' de la France, en opposant à l’immigration une identité nationale blanche … L’anti-racisme ne doit plus seulement combattre le racisme idéologique, mais aussi les discriminations systémiques, qui dépassent les intentions et les idéologies. Prenons deux exemples : les journalistes et les universitaires. Dans les deux cas, presque tout le monde est anti-raciste, mais tout le monde ou presque est blanc." Ces propos sont repris d’une interview d’un sociologue réputé, spécialiste de l’immigration, au journal 20 minutes, distribué chaque matin à l’entrée du métro et du RER. Le thème du “racisme d’Etat" y revient…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Le tag est une pratique qui suscite des réactions contrastées. Art d’aujourd’hui pour les uns ; exemple de la confusion des genres pour les autres, quand sous la houlette de Jack Lang, cette activité, née dans la rue pour la rue, fut détournée vers le musée et la marchandisation. Ce phénomène est loin d’être un simple jeu, parfumé d‘interdit. Il y a le 'tag' et le 'graff', ce dernier demande plus de recherches graphiques, jusqu’à la 3D ; il peut être lié à des groupes en compétition dans la rue et … sur internet où la guerre de territoires fait rage. Le 'tag' est plus individuel, c’est une signature, le jeune l’appose le plus en vue possible, le plus souvent possible : autoroute, train, métro, et son nom voyage fantasmatiquement d’un bout à l’autre du continent. Enflure de l’ego, assurément. Ecoutez un jeune sorti de "l’enfer du tag" comme d’autres…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Voilà ce que les lois mémorielles ont fait de nous. Des Français d'origine turque – ou des Turcs de nationalité française ? – qui manifestent dans les rues de Paris contre une loi de la République, drapés dans des oriflammes au croissant. Des Français d'origine arménienne qui font pression électorale sur les politiques – droite et gauche – pour qu'on poursuive pénalement la négation du génocide de 1915 par les sicaires ottomans. Comme la loi Gayssot pour le génocide des Juifs par les Allemands. Des Arméniens qui font remarquer que le sénateur Robert Badinter – qui refusait de les suivre – était juif, parce que ces derniers voulaient conserver l'exclusivité du malheur. D'autres, comme Serge Klarsfeld, expliquant qu'il n'y aurait pas eu de génocide des Juifs si on n'avait pas négligé celui des Arméniens.On se souvient de Dieudonné vitupérant que la mémoire juive de la "Shoah" avait éclipsé le malheur…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Encore trois mois à tirer et déjà un sentiment de lassitude. Je rêve d’une semaine sans voir apparaître sur écran ou papier la tronche des candidats, qu’ils soient déclarés, éventuels ou improbables. Juste une semaine sans ces trouvailles lourdingues de communicants, distillées jour après jour aux seules fins de "reprise".Juste une semaine sans cette grêle de sondages et ces commentaires répétitifs sur les chances de Bayrou et de Marine Le Pen d’atteindre le second tour. On sait tout sur les ficelles des positionnements, la fabrication des "images", les combines tactiques, les goûts et couleurs, les épouses ou compagnes, les "entourages" et même les chevaux. Presque tout sur les programmes, dont on se fiche, sachant que grâce au ciel ils ne seront pas appliqués. Les promesses d’argent, quel naïf peut y croire ? L’État est fauché comme les blés en été, les collectivités locales sont dans le rouge et les vrais…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Soirée spéciale 'indignation', vendredi dernier sur France 5 : Franz-Olivier Giesbert consacrait à cet intéressant phénomène le troisième numéro de sa mensuelle, 2012 : les grandes questions. Le concept de l’émission, selon les propres termes de son patron : "mettre les grandes idées à l’épreuve des faits". Sûr qu’avec l’ 'indignation', ça allait être coton. Invité vedette de la soirée, naturellement, Stéphane Hessel, "le pape de l’indignation, notre trésor national", comme le présente Giesbert avec une emphase nettement teintée d’ironie. Pour parler de son grand œuvre, l’intéressé, lui, a le triomphe presque trop modeste : Ce "petit livre" au "succès exagéré"… minaude-t-il. Autour du grand homme et de son "petit livre", donc, FOG a réuni un plateau prestigieux : pas moins de trois philosophes, plus une économiste et même un neurobiologiste (pour parler du "siège de l’indignation dans le cerveau" !). Mais que pèsent tous ces experts et leurs arguties…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
On n'aurait pas cru possible un tel culot !Depuis le début de ce mois de janvier, pas un jour sans annonce, pas une cérémonie de vœux présidentiels sans qu'elle soit marquée par une surprise, une proposition de réforme (Le Monde). Un véritable feu d'artifice dans l'improvisation et dans l'urgence, à quelque trois mois du premier tour de l'élection capitale. La TVA sociale, la taxe Tobin, le statut des professeurs, l'avis conforme du Conseil supérieur de la magistrature pour les nominations du Parquet...Ce serait risible si cette frénésie qui ne ressemble plus à de l'action mais à une fuite en avant pour étourdir la France et l'empêcher, à tête reposée, d'apprécier et de juger n'était pas mise en œuvre  dans un climat qui incline à tout sauf à l'optimisme.La perte du triple A vient d'enlever au Pouvoir un argument décisif qu'il invoquait avec assurance il y a encore six mois en…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
On va penser que je suis naïf ou que je n’y connais rien ; tant pis, je dis ce que je ressens.Une agence financière américaine viens de "dégrader la note de la France", perdant son AAA ! Concert d’indignation de toute la classe politique contre le gouvernement, des oppositions de droite comme de gauche qui exploitent l’effet d’aubaine : "humiliation", "désastre", "catastrophe", etc. Sans parler des experts … Que n’entendons-nous pas sur les ondes radio depuis ce matin ?Si nous étions un pays fort et sûr de lui, il devrait bien se trouver quelqu’un pour dire : "La France considère comme nul et non avenu le jugement d’une officine étrangère non élue, dépourvue de toute légitimité démocratique, sans aucune compétence reconnue par la République française". Ne sommes-nous pas la cinquième puissance industrielle du monde, la troisième puissance nucléaire, l’un des premiers pôles de l’histoire de la civilisation ? Hélas, je…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version