Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Du côté des élites (687)

Entre "Borgia, n’ayez pas foi en eux" sur Canal cet hiver, "Ainsi soient-ils" ou SecretStory au séminaire sur Arte à la rentrée et "Vatican : le Christ habite chez les Borgia" dès 2013 sur vos écrans de cinéma, c’est au tour d’ "Inquisitio, craignez-les comme la peste !", la nouvelle production anti-catho obligatoire, de démarrer l’été en fanfare et en prime time, sur France 2. France Télévision, service public de l’audiovisuel d’Etat financé exclusivement par vos deniers, n’a rien trouvé de mieux pour sa  rafraîchissante saga de l’été que la période et le thème sulfureux  de l’Inquisition  – qui, il faut bien le dire n’a pas très bonne réputation. J’ai tout vu ou presque pas plus tard qu’hier : vous en prenez pour 4 semaines d’un téléfilm qui, bien qu’écrit, dialogué et réalisé par mon ami d’enfance  lyonnais Nicolas Cuche – à qui je donne le Bon Dieu sans confession – n’en est pas…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Il paraît que le président de la République, le 14 juillet, a été un tantinet agacé – cela ne s’est pas vu ni entendu – par les interruptions fréquentes de Laurent Delahousse lors de l’entretien à l’Hôtel de la Marine. Elles l’auraient empêché, à plusieurs reprises, de développer son argumentation. Je le comprends. Ce minuscule contentieux a tout de même le mérite d’attirer l’attention sur ce que devrait être un journalisme normal parce qu’il ne sert à rien d’avoir l’honneur de poser des questions à un chef de l’Etat ayant fait de la normalité une exigence si les journalistes en face de lui n’adoptent pas eux-mêmes un autre registre. Or, si on a bien senti que le climat de liberté souhaité par François Hollande avait des effets positifs, il était clair aussi que je journalisme politique n’en était pas miraculeusement métamorphosé. D’abord à cause de ce malentendu qui laisse croire…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
La crise syrienne, quel bel exemple de la schizophrénie occidentale et française ! Nous exigeons des dirigeants syriens l’application des droits de l’homme, alors que nos alliés saoudiens et quatari les piétinent allégrement. Rappelons qu’il n’y pas de liberté de conscience ni de culte en Arabie saoudite, que les syndicats y sont interdits, que la législation en cours prévoit la crucifixion, la lapidation des condamnés à mort  etc. Certes, la Syrie n’est ni un modèle de démocratie, ni un exemple pour le respect des droits de l’homme.  Dès 1945, des Nazis s’y sont réfugiés et y ont organisé les services de police et de sécurité. Mais peut-on s’attendre à ce que Bachar el Assad cède sa place ? Peut-on croire que la Russie va abandonner un de ses marchés d’armement les plus juteux et la base de Tartous ? Car Hafez el Assad et son fils ont bâti leur régime laïc et autoritaire…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
L’affaire du message de soutien envoyé au candidat socialiste de La Rochelle dissident par la maîtresse du nouveau président de la République n’est pas seulement une anecdote. Mme Valérie Trierweiler n’est pas une compagne "normale". Elle est toujours mariée officiellement à M. Trierweiller. Elle transgresse donc les dispositions de l’article 212 du Code civil. Même si l’adultère a été dépénalisé en 1975, il est toujours tenu pour une faute au regard du droit civil. Cela hors de toute considération morale ou religieuse. L’adultère, dira-t-on, n’est pas chose nouvelle à la tête de l’Etat, en monarchie comme en république. Certes, mais il n’avait jamais eu un statut officiel. Les maîtresses de Félix Faure entraient et sortaient de l’Elysée par la porte de derrière. Les âmes prudes ont fait grief à François Mitterrand de son double ménage. Nous mettons au contraire à son crédit la discrétion dont il a su l’entourer. Le …
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
La semaine dernière s’est tenue à Paris la réunion des "Amis du peuple syrien", à laquelle assistaient une centaine de représentants de pays occidentaux et arabes. La Russie et la Chine étaient évidemment absentes. "Bachar Al-Assad doit partir. C'est ce que veut son peuple. C'est l'intérêt de la Syrie, de ses voisins, et de tous ceux qui veulent la paix dans la région", a déclaré François Hollande, à l'ouverture de la réunion. La France à l’évidence, souhaite pour Al-Assad le sort de Saddam Hussein et de Kadhafi.Mais si Al-Assad tombe qui le remplacera ? Le Conseil National Syrien (CNS) est complètement discrédité, les différents courants de l'opposition n'arrivant pas à s'unir.La place prédominante faite aux Frères musulmans au sein du CNS par l’AKP turc et le Département d’État américain a fini par exaspérer à peu près tout le monde. La conférence a décidé d’accroitre massivement l’aide à l’opposition, c’est à dire…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
J’écris ces lignes de Nice où, jeudi dernier, militants et dirigeants de l’UMP des Alpes-Maritimes fêtaient leur victoire aux législatives : neuf circonscriptions, neuf députés UMP élus ou réélus. Grand chelem donc dans le département de Christian Estrosi, le maire de Nice, qui s’affirme comme le ténor de la région Paca. Sa fédération UMP est la plus fournie en militants de toute la France et partout dans le département les scores de Sarkozy, dont il est l’ami fidèle depuis belle lurette, ont été excellents, y compris dans la ville de Nice. Ce qui n’a pas empêché le FN de progresser, contredisant la thèse simpliste des vases communicants. L’envergure de ce patron doté d’un indéniable charisme n’a pas empêché non plus l’éclosion dans les Alpes-Maritimes de personnalités de niveau national : Ciotti, son poulain et successeur au conseil général, mais aussi Leonetti et Luca. Ministre à la fin du dernier quinquennat,…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Le Conseil économique, social et environnemental encore oublié de la grande conférence sociale La Conférence sociale qui s'ouvre ce lundi n'a pas lieu à l’Elysée, mais dans les murs qui abritent le Conseil économique, social et environnemental. Mais aucun membre de cette assemblée, pourtant très représentative de la société française, n'y a été convié. Une occasion manquée de prouver l'utilité de ce conseil et de justifier son coût de fonctionnement. Un des grands classiques dans la recherche des économies possibles de l'Etat est la suppression du "Conseil économique social et environnemental", un magnifique palais de la République, 200 membres, autant de permanents et les services qui vont avec. "A quoi ça sert ?" La question est une critique permanente sous-jacente. Inutile ? En tous les cas une belle idée puisque le concept fondateur est de réunir toutes les parties prenantes de la société civile qui ne sont en fait représentées…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Les Français et les chefs d’entreprise en particulier ont vraiment mal vécu cette campagne présidentielle empreinte de démagogie et d’un mensonge économique équitablement partagé. Mensonge ancré dans les postures politiciennes, sur la durée de travail, sur le pseudo modèle français, sur l’Etat régulateur et stratège, sur la dette, sur nos capacités de terre d’asile et d’accueil, les dépenses publiques, les administrations, etc. Un mensonge qui a façonné les mentalités. La Gauche ayant influé sur la Droite… et inversement dans la surenchère. Tous complices de ce mensonge, même le public ! Les médias s’en donnaient à cœur joie provoquant les positions extrêmes des uns et des autres, guettant les dérapages. Un consensus national se fait aujourd’hui autour du fait que "c’est normal, en campagne électorale de mentir". Insupportable modèle de démocratie qui fait que pour être élu, il faut promettre, flatter, faire du clientélisme et cet état de fait a atteint son…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Si une société se dévoile par ses peurs, la crainte de la ­"rigueur", mot banni, révèle l'état de la pensée dominante en France. Soucieuse d'apaisements et de discours melliflus, celle-ci s'effraye d'imposer une autorité qui pourrait être la cause de "discriminations", mot sacralisé, celui-là. C'est ainsi que le président du football français, Noël Le Graët, ancien maire PS de Guingamp, a relativisé la calamiteuse prestation des Bleus en Ukraine, et singulièrement l'injure lancée samedi par le joueur Samir Nasri à un journaliste: "Va te faire enculer, va niquer ta mère, sale fils de pute." "Samir est à fleur de peau", a tempéré son patron, qui a trouvé que l'équipe avait "malgré tout progressé". Il aura fallu attendre lundi pour entendre la ministre des Sports, Valérie Fourneyron, soutenir de possibles sanctions. Ce laxisme est le produit de l'idéologie du moment.La désinvolture et l'incompétence de l'équipe de France ne sont pas des maux…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version