Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Du côté des élites (676)

La victoire de la gauche est aussi celle de la pensée récitée, qui refuse d’admettre des évidences et dénonce ceux qui ne respectent pas ses interdits. Cette insulte à la liberté d’expression, à l’esprit critique et au débat d’idées fait son grand retour, en prenant à nouveau pour cible Eric Zemmour. Mon confrère est accusé par le  Mrap et SOS Racisme d’avoir tenu, mercredi sur RTL à propos de Christiane Taubira, ministre de la Justice, une chronique "haineuse", "raciste", "misogyne".  Le Mrap en appelle "au Conseil supérieur de l’audiovisuel pour que sa mission s’exerce contre une radio qui donne un tel espace à la haine raciste et misogyne". SOS Racisme dénonce "une haine quotidienne obligeamment permise par la sollicitude de RTL à l’endroit de ce personnage". Bref, les deux censeurs exigent de la radio qu’elle fasse taire  le journaliste. Ce lundi matin, RTL a donné à Zemmour l’occasion de se défendre…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
On s'interroge gravement : La radio en fait-elle trop ? Comme si la réponse n'était pas évidente. Comme si, de plus en plus, sexe, insultes, gros mots, vulgarités, salacités et inélégances ne prospéraient pas dans l'univers médiatique, notamment, en effet, à la radio. Devant ce constat irréfutable - il suffit d'être attentif au langage et de l'entendre quotidiennement souillé par ceux qui au contraire devraient se faire un honneur de le cultiver le mieux possible -, les réactions négatives, quasiment outragées n'ont pas manqué. La plus significative est celle d'Yves Bigot qui, responsable des programmes de RTL, défend la verdeur des mots et profère cette justification aussi péremptoire qu'elle est discutable, "à l'antenne, on parle vrai". Je peux le rassurer ou l'inquiéter : à 'On refait le monde', sur RTL, si on essaie de parler vrai, on échappe pourtant au pire ! A suivre son propos à la lettre, "le…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Je n'ai pas vocation à me spécialiser dans la défense d'Eric Zemmour d'autant plus qu'il le fait très bien tout seul (RTL). La différence entre aujourd'hui et la période où magistrat je l'avais soutenu à propos de l'évidence judiciaire qu'il avait formulée est considérable : je ne risque plus une procédure disciplinaire d'ailleurs absurde et vite classée par MAM puisque depuis le mois d'octobre 2011 l'obligation de réserve ne pèse plus sur mon esprit. Je crains tout de même le futur d'EZ parce que, sans qu'il y soit pour rien, un péché irréparable va lui être reproché et aggraver son cas : Marine Le Pen est venue à son secours. Autant dire que son sort est scellé. Je ne sais pas si son contrat va être renouvelé au mois de septembre à RTL mais les pronostics ne lui sont guère favorables. Christopher Baldelli, que j'apprécie pour avoir pu échanger à…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Plusieurs hebdomadaires annoncent la fin de la chronique matinale d’Eric Zemmour sur RTL à la rentrée prochaine. Si cette nouvelle est exacte, il faut y voir une grave atteinte au pluralisme et à la liberté d’expression. Certes, je ne me reconnais pas à 100% dans tout ce qu’il dit, en particulier sur les femmes. Pourtant, il représente à l’évidence, qu’on l’aime ou non, une voix dissidente sur les ondes par rapport à la pensée dominante. Son limogeage relève, je pense, d’une logique d’autocensure: ses propos ne sont pas conformes à la correction idéologique, donc il faut le faire taire pour éviter les ennuis.  Eh bien voilà, quand tous les chroniqueurs, experts, journalistes de la presse écrite, de la radio et de la télévision, sans exception, diront strictement la même chose sur tous les sujets sensibles, l’Europe, l’immigration, la Nation, l’autorité, le peuple, les religions, l’euro, les belles âmes et le système politico-médiatique pourront enfin dormir…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Il paraît que les ministres vont voir leurs émoluments réduits de 30% … Si c’est pour faire des économies on peut penser que la France n’a pas besoin d’un gouvernement de 28 ministres, d’autant que dans un mois il risque d’être remanié voire remplacé.On pouvait croire que les ministres étaient choisis pour leur compétence, il n’en est rien, il paraît qu’il faut qu’il y ait autant de femmes que d’hommes et que l’on trouve toutes les couleurs de peau ; vive le politiquement correct.Dans les circonstances actuelles n’aurait-il pas fallu un petit "goum", comme disait Bigeard, ramassé, d’une quinzaine de personnes formant équipe sans autre considération et ambition que sortir le pays de la crise ?Fallait il deux ministres ayant la double nationalité donc à moitié Français, une Garde des Sceaux qui n’assume pas l’histoire de la France et l’accuse de crime contre l’humanité ?Faut il un ministre de la "Réussite éducative", un…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Dans la tradition républicaine, la passation des pouvoirs entre l’ancien et le nouveau chef de l’Etat est un moment particulier où s’expriment la continuité de l’Etat et l’unité nationale, par-delà les clivages partisans. La cérémonie de ce jour à l’Elysée a donné lieu à un triste spectacle. Le discours du Président de la République appelait au rassemblement, comme il se doit. Cependant, après avoir salué les mérites de tous les anciens présidents de la Ve République, il réservait un sort particulier à Nicolas Sarkozy auquel était souhaitée "bonne chance dans sa nouvelle vie". Par ce petit geste sans élégance, cinq années au service de la France se voyaient balayées d’un revers de main. Comme signe de réconciliation et de générosité, on peut faire mieux. Ensuite, François Hollande ne se donnait même pas la peine d’accompagner son prédécesseur jusqu’à sa voiture, comme le veut l’habitude et la courtoisie, regardant de haut…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
La dernière fois que le parti socialiste a été au pouvoir, de 1997 à 2002, Lionel Jospin, premier ministre sortant, ne put même pas être qualifié pour le second tour. C’est dire l’ampleur du mécontentement que généra cette expérience. Il est à craindre qu’une nouvelle expérience socialiste ne soit encore plus décevante. Cela tient à l’évolution du parti socialiste français, de moins à moins à même de gouverner, cela pour deux raisons. La première est connue, nous ne nous y attarderons pas ; acceptant la mondialisation et la construction européenne, les socialistes voient leur marge de manœuvre pour développer un projet social propre, réduite au strict minimum. Au moins sur le plan économique et social, de plus en plus la gauche et la droite présentent des programmes qui se ressemblent. Sarkozy et Hollande sont ainsi à peu près d’accord pour appliquer la règle d’austérité décidée à Bruxelles. Mais il est une…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
En ce début d’une grande journée d’investiture, les médias (Europe 1 ce matin), mettent l’accent sur la solennité de la fonction présidentielle. On sent bien ce qu’il y a derrière en filigrane : marquer la rupture avec le grand reproche fait à Nicolas Sarkozy d’avoir "désacralisé la fonction" par une familiarité excessive. Or, je suis persuadé que cette accusation relève en grande partie du leurre destiné à faire oublier l’essentiel. Les Français auraient-ils préféré un "Président soleil" du type Félix Faure ? Je ne le crois pas. Les faux pas et les erreurs de Sarkozy ont fait l’objet d’une traque médiatique permanente avant d’être jetés en pâture à l’opinion avec un effet d’amplification démentiel. Une caméra braquée en permanence sur chaque fait et geste de François Mitterrand, on n’ose imaginer ce que cela eût donné… Non, la fureur du système politico médiatique envers Nicolas Sarkozy, tient sur le fond à tout autre chose :…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Depuis quelque 30 ans la droite parlementaire a jeté l’ostracisme sur des millions de Français pourtant de droite mais que, à la remorque de la gauche, elle accuse de "crimes" divers : antisémitisme, xénophobie, racisme, populisme, pétainisme, fascisme… ce qui les rend infréquentables.Se privant ainsi de l’appui d’électeurs exclus de toute représentation, à tous les niveaux, elle a fini par donner tous les pouvoirs à la gauche : régions, grandes villes, sénat et maintenant présidence de la République.Reste l’assemblée nationale, renouvelée en juin prochain et pour la sauvegarde de laquelle on pourrait espérer une union des partis de droite qui représentent unis une majorité des Français.Et bien non, les uns défendent leur pré carré au point que certains déclarent : plutôt la gauche que le Front National, les autres pratiquent la politique du pire voulant faire exploser la droite institutionnelle. Le résultat est évident, dans de multiples triangulaires le maintien au second tour…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version