Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Du côté des élites (787)

Vos combines ne nous intéressent pas ! Ce n’est jamais le scandale des piastres (quoiqu’on se demande ce qui se cache derrière certaines affaires), mais une succession de coups tordus, de petites vilenies, de bassesses, parfois de turpitudes, dont nos gouvernants nous offrent le spectacle affligeant, toutes tendances confondues. Un ministre fraude le fisc après avoir effrontément menti, un membre d’une ancienne équipe présidentielle annonce qu’il a enregistré les propos du président à son insu, le même ancien président est par ailleurs mis sur écoute pendant des mois alors que l’équipe actuelle propose là-dessus chaque jour une raison différente – autrement dit, l’impression générale est que tout le monde ment, et pour des bagatelles, qui apparemment représentent pour nos gouvernants les seules affaires sérieuses. Le climat est délétère. L’impression se répand dans les esprits des citoyens, de plus en plus nombreux et avec de plus en plus de force, que…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Tribunal populaire Samedi soir de goguette au Moulin-Rouge où Ruquier plante les pénates de son émission On n'est pas couché. M'y voilà convié au titre d'auteur d'un libelle où je tâche de montrer qu'un 'réac' n'est pas un diable cornu et fourchu. Egalement invité pour un livre qu'il vient de publier, Field commente brièvement le mien avec une bienveillance amusée. Il n'est sûrement pas d'accord mais il a pigé le sens de mon propos. Natacha Polony, qui a de la culture et du jugement, s'est évertuée à entrer dans le vif du sujet. Nos vues divergent souvent, Natacha est plus entichée de "laïcité républicaine" que moi, mais ses arguments sont fondés en raison, et elle examine ceux d'autrui sans les diaboliser. Invitée politique de l'émission, Emmanuelle Cosse, la patronne des Verts, a répondu fort courtoisement à une question que je lui posais sur la pertinence de son parti. Ruquier ayant…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
A propos de l’Ukraine Je suis ennuyé. Je me demande si une fois de plus, on ne serait pas en train de m’emmener en bateau. Certes, j’ai une grande sympathie pour tous ces braves gens qui manifestent à Kiev contre un régime odieux, qui les exploite, s’en met plein les poches, tout en ne recherchant en rien ce que j’appelle "le bien commun".
Ces manifestants sont en général chrétiens, voir catholiques (de rite uniate) pères ou mères de famille, bons patriotes, et tout ce qu’ils veulent, c’est être entendus. Bien entendu, toutes les sirènes de la nomenclature bien-pensante se sont mises à mugir comme si nous étions un premier mercredi du mois à midi, et je me sens un peu abasourdi. Et bien sûr, la sirène BHL, installée sur le toit du café de Flore fait plus de bruit que toutes les autres réunies. Or, je suis un vieux financier. Dans ma carrière,…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Politiques et médias C'est l'affrontement de deux faiblesses. Jean-François Copé incarne le politique contemporain, obsédé par son image médiatique, privilégiant la tactique à la stratégie, aux convictions affirmées avec d'autant plus de force qu'on ne les sent pas profondément ancrées dans un humus idéologique solide. L'hebdomadaire Le Point résume la splendeur et misère de toute la presse écrite d'aujourd'hui, où les 'unes' alléchantes tentent d'enrayer la stagnation des ventes et les difficultés financières, où le sérieux du travail journalistique compense comme il peut la bien-pensance. Le pugilat de titans aussi fragiles tourne à la confusion : le journal reconnaît que ses révélations sur les contrats passés par l'UMP avec une société de consommation dirigée par des anciens collaborateurs de Copé n'ont rien d'illégal ; le président de l'UMP, ulcéré, attaque pour se défendre, mais reprend les vieilles ficelles mitterrandiennes de la surenchère dans la transparence, alors même qu'il avait, à…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
La banalisation totalitaire Vladimir Poutine a ses inconditionnels en Europe. Forcément : quand le président russe s’érige en protecteur de son peuple et de sa culture, il fait rêver plus d’un Occidental en butte aux liquidateurs bruxellois. En France, nombreux sont ceux qui se désespèrent pareillement d’un monde politique pusillanime, incapable d’affronter le politiquement correct médiatique que méprise orgueilleusement le nouveau tsar. Il aura fallu à Jean-François Copé d’être mis en cause parLe Point sur sa gestion financière de l’UMP pour qu’il ose s’en pendre, lundi, voix blanche et solennelle, à la "vendetta" des médias. En attendant, comme le remarque Renaud Camus dans un livre court (1), "les Français avancent docilement vers la disparition de leur culture et de leur identité", sans avoir jamais suscité l’indignation de la droite, ni la curiosité des "investigateurs". L’Europe molle, qui brise ses armes et brade son histoire, est le faire-valoir de son nouvel adversaire.…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Démonologie socialiste Le mépris pour le peuple de nos muscadins barbouillés de rose est le meilleur allié du Front national Quand Montebourg caricature Le Pen en apologiste de la Gestapo, et sa fille Marine en walkyrie ou peu s'en faut, la grossièreté de l'amalgame et la discourtoisie suscitent un mix d'exaspération, de lassitude et de sympathie pour les parias. Trop, c'est trop ! Quand Valls expédie Goasguen dans le dernier cercle de l'enfer, au motif qu'à 20 ans, il militait à la Corp d'Assas, il donne envie de détourner le slogan des émeutiers de mai 1968 en clamant à l'unisson : "Nous sommes tous des anciens de la Corpo !" Car, par les temps inquisitoriaux qui courent, nous sommes tous suspects d'hérésie à l'aune de la théologie socialiste. Autant le savoir, et renvoyer la balle de la morale dans le camp qui héberge au gouvernement des militants issus de l'extrême…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
L’oppression au pouvoir Jamais je n’oublierai le visage d’Anna. Le visage de cette jeune étudiante en prépa littéraire qui poussa un jour la porte de mon bureau, un matin d’octobre dernier. Le visage angoissé de cette jeune fille paisible dont la vie, pleine de promesses d’avenir, avait soudain basculé dans un improbable cauchemar. Il avait fallu, pour pousser cette porte, qu’elle fasse un acte de courage. Même se livrer lui faisait peur. Cette jeune fille d’origine russe avait fait, tout juste majeure, une demande de naturalisation, pour demander à être définitivement adoptée par cette France qu’elle aimait, où elle avait grandi, et dont ses parents étaient devenus citoyens. Comment aurait-elle pu imaginer ce qui allait lui arriver ? La suite, le Figaro la raconte dans son édition d’aujourd’hui, dans un long article documenté de Stéphane Kovacs. Anna est reçue par deux policiers, qui, après avoir usé de toutes les tactiques d’intimidation…
En savoir plus... 0
Nantes en proie à une guérilla. Dans les marges de la manifestation contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Destructions, dévastations, bris, désordres, mobilier urbain, violences (Le JDD, Le Parisien). A peu près mille casseurs, ou un peu moins ou un peu plus. Le maire de Nantes va déposer plainte. Cela ne rassurera pas l'état de droit. Et les citoyens effarés, effondrés. Ce sera purement symbolique. Autre nom de la fermeté socialiste. Mais, après tout, pour ce pouvoir central ou municipal, ils n'étaient pas si dangereux que cela. On ne les soupçonnait pas de racisme ou d'antisémitisme. Quoique ! Ils n'appartenaient pas à l'extrême droite, à des groupes identitaires. Quoique ! C'était la bonne vieille fureur ennoblie par contagion grâce à l'idéologie voisine et si proche. Ils n'étaient pas hostiles au mariage pour tous et se gardaient bien d'afficher le moindre catholicisme. Aucune circonstance aggravante donc ! Le Qatar ne les avait pas…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
La souche, c'est louche ! L’ "affaire" date de l’autre jeudi, sur le plateau de Des paroles et des actes (France 2). Ce soir-là l’invité de David Pujadas est Manuel Valls, et son dernier interlocuteur Alain Finkielkraut. Au terme d’un hymne enflammé à l’intégration républicaine, l’essayiste balance une phrase qui ne s’avérera "petite", c’est-à-dire énorme, que le lendemain : "(…) Il y a aussi en France une place pour les Français de souche, il ne faut pas complètement les oublier !" Sur le moment, personne ne moufte : ni le ministre, qui répond le plus poliment du monde, ni l’animateur qui conclut : "Merci à vous deux pour la qualité de ce débat."  Le scandale n’éclate que vingt-quatre heures plus tard, quand deux membres du Conseil national du PS, Naïma Charaï et Mehdi Ouraoui, saisissent le CSA de cette formule "inacceptable et dangereuse (…) directement empruntée au vocabulaire de l’extrême droite". En fait l’expression a deux…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version