Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Du côté des élites (775)

BHL a encore sévi dans le Monde – dont il est membre du comité de surveillance -  il veut maintenant envoyer "Des avions pour Alep" pour créer une "no fly zone" comme il dit, et une "no drive zone", sans parler de "no kill zones" où l’Armée syrienne libre (ASL) aurait toute liberté de massacrer qui elle voudra. BHL dans son délire de "va-t'en guerre" - pas lui les autres - veut refaire la guerre de Libye : "Alep aujourd'hui, c'est Benghazi hier", comme si les conséquences de la guerre Libyenne n’étaient pas suffisamment dommageables. Pour lui tout est la faute à Bachar : "la démence sans retour qui s'est emparée de Bachar Al-Assad, le martyre des civils canonnés par ses soudards" et il faut intervenir : "La cause est juste. L'intention est droite. Ce sont les Syriens eux-mêmes qui - paramètre essentiel - appellent à l'aide." ne voyant pas ou ne voulant…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Le Royaume-Uni est quasi assuré de finir troisième au classement des médailles puisque ses athlètes ont déjà remporté près de 40 breloques dont une vingtaine en or. La France n'est que sixième. La perfide Albion n'a pas mérité ce qualificatif pendant ces Jeux Olympiques, ne serait-ce pas plutôt le coq Français qui était enroué ? On nous avait prédit un système de sécurité déficient, il n’en n’est rien ; on nous avait annoncé Londres paralysé : on n'a jamais mieux circulé ; on ne devait jamais faire mieux que Pékin en matière de cérémonie d’ouverture : personne n'oubliera de sitôt James Bond allant chercher la reine à Buckingham palace, un spectacle fabuleux qui plaçait avec fierté l'Angleterre au centre du monde. "La ville de Londres a gagné les Jeux mais c'est la France qui va gagner les médailles" (humour présidentiel), en attendant, nos amis les Anglais sont aussi devant nous…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Hormis la cruelle Russie et l’énigmatique Chine, il semble bien désormais que tout le monde trouve parfaitement normal qu’un pays soit l’objet d’une entreprise de déstabilisation en partie menée par des forces et financée par des capitaux venus de l’étranger. L’angélique devoir d’ingérence et le 11 septembre sont passés par là, curieux mélange qui donne bonne conscience aux anciens puissants que nous sommes et l’illusion de puissance aux assiégés que nous sommes en train de devenir. Les Syriens ont-ils vraiment besoin que le monde occidental ajoute ses certitudes confites et sa morale manichéennement correcte à leur problème qui n’est pas simplement de se débarrasser d’un régime autoritaire ? On entend des "il faut que Bachar El Assad s’en aille" confortables et ingénus, adressés à la ménagère de quarante ans, un peu comme on lui assure par ailleurs qu’on va décréter la croissance. Il n’y a pas si longtemps encore, on partait…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Ce que j’écris relève de l’évidence, d’une lapalissade grossière, et j’en suis conscient… L’enfumage médiatique de cet été atteint un niveau inégalé. Le 20 heures de TF1 et celui de F2 jubilent. La France et ses huit médailles d’or aux jeux olympiques, Noah réélu personnalité la plus populaire, le président en vacances à Brégançon où il s’est rendu en train : tout est calme, tout va bien en République normale. Pendant ce temps, à quelques milliers de kilomètres chez nous, des fanatiques massacrent les populations du nord Mali, la Syrie explose dans une épouvantable guerre civile, les islamistes menacent de contrôler l’Egypte et les pays du Maghreb, une récession menace la Chine, la stabilité politique de ce pays et tout l’équilibre planétaire, la situation de la zone euro empire jour après jour avec un taux de chômage de plus de 11%. Les Français n’aimaient pas Sarko, disait-on, car il était "anxiogène",…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Hollande au Top 50 : la régression de la politique Le "président des bisous" prend la 15ème place au Top 50 des personnalités préférées des Français, dans le classement publié ce dimanche par le JDD. Il égale Jacques Chirac mais dépasse largement Nicolas Sarkozy qui, en juillet 2007, figurait en 27ème position. François Hollande rejoint ainsi une cohorte de comiques et d'artistes de variétés, menée par le n° 1 du palmarès, Yannick Noah. ", qui était venu saluer d'un show à La Bastille la victoire de la gauche en mai dernier. "Les gens ont envie de rigoler", explique-t-il. "Question d'humour, je suis vraiment bon public. L'autre jour au cinéma, rien que pendant la bande annonce de "The Dictator", je me suis pissé dessus". Les hommes politiques avaient disparu des premières places de ce genre de podium. La 15ème position prise par Hollande, l'homme qui "aime les gens" (mais "pas les riches") et…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Il est intéressant de suivre l’évolution depuis 18 mois de l’information sur les évènements de Syrie. Pendant de nombreux mois il s’est agi d’un régime despotique qui écrasait à l’arme lourde de pacifiques manifestants aspirant à la démocratie.Puis devant l’évidence on a fini par parler d’une révolte n’ayant pour but que de renverser le régime Assad et d’instaurer un gouvernement démocratique réunissant toutes les factions dans une harmonie consensuelle.Vinrent les batailles d’Homs et de Damas, on finit par reconnaître qu’il s’agissait d’une guerre civile que le pouvoir écrasait sous les bombes.On ne parlait toujours pas d’interventions extérieures sauf peut-être de soutiens financiers du Qatar et de l’Arabie Saoudite mais seule la Russie fournissait des armes.L’attentat qui décapita les services de sécurité syriens suscita un vif espoir, le régime ne s’effondra pas ni l’armée en grande partie loyale. Personne ne se préoccupa des auteurs de l’attentat, œuvre à l’évidence de professionnels :…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Il n’est pas nécessaire d’être un partisan du régime du président Assad, mais simplement un observateur aimant la vérité pour être perplexe devant les récits d’atrocités liées à ce qu’il faut bien appeler la guerre civile de Syrie. Le nombre total de victimes : 10 000, 20 000 ? est très incertain, comme il advient d’ailleurs dans toutes les tragédies de ce genre où bienheureux est l’observateur ou l’historien qui peut déjà avoir une idée du nombre de zéros. L’autre question est de savoir qui est responsable de ces massacres ? Dès lors qu’il y a deux camps disposant d’armements létaux, on peut supposer, comme dans toutes les guerres, que le bilan est partagé, sans doute inégalement mais partagé quand même, surtout si certains adversaires d’Assad se réclament d’Al Qaida, qui ne passe pas pour une organisation humanitaire. Mais dès lors que sont annoncées des atrocités, la presse "occidentale", c’est-à-dire  les journaux papiers à grand…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Entre "Borgia, n’ayez pas foi en eux" sur Canal cet hiver, "Ainsi soient-ils" ou SecretStory au séminaire sur Arte à la rentrée et "Vatican : le Christ habite chez les Borgia" dès 2013 sur vos écrans de cinéma, c’est au tour d’ "Inquisitio, craignez-les comme la peste !", la nouvelle production anti-catho obligatoire, de démarrer l’été en fanfare et en prime time, sur France 2. France Télévision, service public de l’audiovisuel d’Etat financé exclusivement par vos deniers, n’a rien trouvé de mieux pour sa  rafraîchissante saga de l’été que la période et le thème sulfureux  de l’Inquisition  – qui, il faut bien le dire n’a pas très bonne réputation. J’ai tout vu ou presque pas plus tard qu’hier : vous en prenez pour 4 semaines d’un téléfilm qui, bien qu’écrit, dialogué et réalisé par mon ami d’enfance  lyonnais Nicolas Cuche – à qui je donne le Bon Dieu sans confession – n’en est pas…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Il paraît que le président de la République, le 14 juillet, a été un tantinet agacé – cela ne s’est pas vu ni entendu – par les interruptions fréquentes de Laurent Delahousse lors de l’entretien à l’Hôtel de la Marine. Elles l’auraient empêché, à plusieurs reprises, de développer son argumentation. Je le comprends. Ce minuscule contentieux a tout de même le mérite d’attirer l’attention sur ce que devrait être un journalisme normal parce qu’il ne sert à rien d’avoir l’honneur de poser des questions à un chef de l’Etat ayant fait de la normalité une exigence si les journalistes en face de lui n’adoptent pas eux-mêmes un autre registre. Or, si on a bien senti que le climat de liberté souhaité par François Hollande avait des effets positifs, il était clair aussi que je journalisme politique n’en était pas miraculeusement métamorphosé. D’abord à cause de ce malentendu qui laisse croire…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version