Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Du côté des élites (775)

La vie politique française marche lentement mais sûrement vers un état de sclérose généralisée. La classe dirigeante se fige en blocs hermétiques qui se haïssent, ne se parlent pas sinon pour s’injurier. Ce règne de la haine politique est sans précédent. La rage permanente a d’ailleurs un sens bien précis : elle sert à cacher que les uns et les autres sont incapables de se différencier par les programmes. A l’étranger, les partis travaillistes et conservateurs britanniques entretiennent des contacts, passent des accords sur certains sujets. En Allemagne, le FPD et la CDU gouvernent ensemble. Chez nous, la politique ne fait que ruisseler de haine. Les institutions donnent lieu à un immobilisme invraisemblable : avec un président élu pour 5 ans et une majorité de gauche à l’Assemblée, des crises sociales gigantesques peuvent se produire, elles n’auront aucune traduction dans la sphère politique car les parlementaires inféodés au chef de l’Etat ne…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Promenade du Quai Branly au Palais de Tokyo L’amateur curieux de la dernière avant-garde et de l’ultime théorie de l’art contemporain peut aujourd’hui  se faire une idée, en l’espace d’une après-midi, en allant du Musée du Quai Branly (1) au  Palais de Tokyo (2).Il commencera par la rive droite et ira voir "Les Maîtres du désordre", où se mêlent savamment des objets ethnographiques rituels et magiques et des performances et installations contemporaines. L’exposition se présente sous la forme d’un labyrinthe initiatique. Au terme de quelques circonvolutions, le néophyte se verra délivrer un message : les grandes religions, le grand art, la civilisation, ont échoué. Le salut de l’humanité réside désormais dans la pratique d’ "hommes limite", de transgresseurs, d’êtres ambivalents, véritables médiateurs capables de maîtriser les puissances du mal. L’artiste contemporain actualise cet "art" jadis pratiqué par les chamanes et les sorciers. Il rétablit l’équilibre du monde. L’exposition se termine par…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Les lendemains de défaite ne sont jamais apaisés. La droite a connu ces tempêtes à chaque fois, après 1981, 1988, et 1997. Règlements de comptes, rivalités générationnelles, querelles de chefs, remises en question de la stratégie, de la ligne politique, des alliances. L’UMP de l’après- Sarkozy ne pouvait pas échapper à la règle. La sortie de François Fillon dans le Figaro Magazine, annonçant qu’il n’y avait plus, depuis le départ de Nicolas Sarkozy, de "leader naturel" à l’UMP, a pourtant surpris. La rapidité de la réaction, la formule acérée qui tranchait avec le caractère habituellement placide, voire pusillanime, de Fillon. Le contexte de la campagne des législatives, qui pousse plutôt aux grandes homélies unitaires. D’ailleurs, elles n’ont pas tardé. Devant la colère de Copé, Alain Juppé a tout de suite joué les casques bleus unitaires. Et le secrétaire général de l’UMP lui-même a conclu l’armistice : "François Fillon a parfaitement…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Les économistes considèrent volontiers les élections comme une sorte de marché sur lequel les formations politiques, et les candidats, proposent des programmes contre des voix. Ce cadre conceptuel est très incomplet, mais il a quand même son utilité. Notamment pour comprendre ce qui s’est passé lors des consultations qui viennent d’avoir lieu en France. Le consommateur n’est plus en phase avec ceux qui lui disent en substance qu’il peut acheter une Ford de n’importe quelle couleur pourvu que ce soit du noir. Il veut avoir le choix : un coupé ou une familiale, une petite cylindrée ou une puissante limousine, etc. La gauche propose quatre modèles : la formule standard (le PS) ; un programme plus centriste, les radicaux de gauche ; une version décalée, les écolos ; et un modèle rétro, le communisme façon Mélenchon. Si bien que le consommateur trouve chez ce fleuriste des fleurs de différentes nuances, du rose pâle au rouge…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Les grandioses manifestations qui ont suivi la mort de quatre militaires en Afghanistan ont beaucoup plus choqué que consolé nombre de militaires : envoi du ministre et du chef d’état-major des armées en Afghanistan, hommage national aux Invalides avec Président de la République, Premier ministre et force personnalités de tous bords, on se demande ce qui a pu déclencher ces manifestations qui ont pris un tour tristement compassionnel.Les militaires acceptent de risquer leur vie sur ordre des autorités politiques et ne sauraient se considérer comme des victimes, comme il a été dit. Si on veut à tout prix faire une guerre "zéro mort", le mieux est de ne pas la faire. Si on croit à la cause pour laquelle on se bat, il faut accepter d’en payer le prix. Toute cette pompe apparait comme l’excuse de l’exécutif pour avoir envoyé des hommes risquer leurs vies pour une cause qui ne les…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Jamais, je crois, dans toute l’histoire de France, nous n’avions eu un Président de la République en apparence aussi puissant. Autrefois, on apprenait aux étudiants en science politique que le système français était "semi présidentiel", le chef de l’Etat partageant le pouvoir avec un Premier ministre appuyé sur un Parlement détenteur lui aussi de la légitimité démocratique. Aujourd’hui, le régime est entièrement présidentiel. Avec le système du quinquennat, c’est l’élection du Président qui compte seule, nous l’avons bien vu, l’élection de l’Assemblée nationale, n’étant plus qu’un sous-produit de celle du chef de l’Etat. Jadis, le Premier ministre tirait sa force du fait qu’il était responsable devant l’Assemblée, contrairement au Président. Cette logique a volé en éclat. De fait, l’Assemblée ne représente plus grand-chose et donc le Premier ministre non plus. Le chef de l’Etat semble  seul aux commandes avec tous les pouvoirs entre ses mains. Or, la toute-puissance présidentielle relève en…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Le vainqueur du premier tour des législatives est le parti des abstentionnistes. Il regroupe 42,77% des électeurs, taux record sous la V e République. Ce qu’il faut donc analyser, c’est la crise de représentation nationale, qui persiste et s’aggrave. Elle va conduire un pays sociologiquement à droite à se faire gouverner par une gauche politiquement minoritaire. Si le Front de Gauche, avec 6,91% des voix peut espérer avoir néanmoins une douzaine de députés, le Front National, qui additionne le double des voix (13,6%), pourra s’estimer heureux s’il fait entrer trois élus à l’Assemblée. Ces déséquilibres et ces injustices sont des éléments qui ne peuvent que consolider la frustration chez des électeurs assignés au silence, à la transparence, à la non-existence. La France plonge dans une situation malsaine, avec un parti socialiste omniprésent à tous les échelons de la vie politique, médiatique, syndicale. Cette position dominante, rendue notamment possible par l’alliance…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
L’exposition "Les maîtres du désordre", au musée du quai Branly, est bien davantage qu’une mise en scène des arts premiers : une prémonition. L’artiste y joue son rôle prophétique. Il annonce un monde qu’il contribue à préparer : un monde païen. L’art contemporain, comme le disent eux-mêmes ses acteurs et ses défenseurs, ne vise pas le beau, mais l’idée ; il ne cherche pas à émerveiller, mais à instruire et à convaincre. Il apporte un message, et celui-ci est à double détente. D’abord, il s’agit de subvertir l’ancien monde en renversant les valeurs (une crotte, c’est de l’art ; le désordre, c’est de l’harmonie, etc.). Puis il s’agit de remplacer l’ancien monde par un autre, forcément inspiré de ce que nous connaissons ailleurs. C’est ainsi que nous avons là une glorification d’un monde païen – j’entends par là, un monde habité par des dieux immanents avec lesquels les hommes entrent…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Bien que contaminée par un marxisme résiduel, la vision de Debord, l’auteur de la Société du spectacle, garde sa pertinence. On nous a servi presque simultanément deux finales à suspense : Hollande-Sarkozy et Montpellier-PSG. Pour nous tenir en haleine avant la finale du championnat de rugby, le Tour de France, l’Euro de foot et les jeux Olympiques, on nous refile les divas du Festival de Cannes, la énième tournée de Johnny et le tournoi de Roland-Garros. Les camés ayant toujours besoin que la dose augmente, on nous promet en outre deux autres matchs bien saignants : Mélenchon-Le Pen avant l’été, Fillon-Copé pour la gouvernance de l’UMP au début de l’automne. Ainsi réduit-on les peuples à l’état de supporters hystérisés par le matraquage médiatique. Rien de fondamental ne distingue les sectateurs dépités d’Auxerre ou de Sarko et ceux, comblés, du club de Nicollin ou du parti de Hollande. Les sourires interchangeables…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version