Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Du côté des élites (796)

La dernière fois que le parti socialiste a été au pouvoir, de 1997 à 2002, Lionel Jospin, premier ministre sortant, ne put même pas être qualifié pour le second tour. C’est dire l’ampleur du mécontentement que généra cette expérience. Il est à craindre qu’une nouvelle expérience socialiste ne soit encore plus décevante. Cela tient à l’évolution du parti socialiste français, de moins à moins à même de gouverner, cela pour deux raisons. La première est connue, nous ne nous y attarderons pas ; acceptant la mondialisation et la construction européenne, les socialistes voient leur marge de manœuvre pour développer un projet social propre, réduite au strict minimum. Au moins sur le plan économique et social, de plus en plus la gauche et la droite présentent des programmes qui se ressemblent. Sarkozy et Hollande sont ainsi à peu près d’accord pour appliquer la règle d’austérité décidée à Bruxelles. Mais il est une…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
En ce début d’une grande journée d’investiture, les médias (Europe 1 ce matin), mettent l’accent sur la solennité de la fonction présidentielle. On sent bien ce qu’il y a derrière en filigrane : marquer la rupture avec le grand reproche fait à Nicolas Sarkozy d’avoir "désacralisé la fonction" par une familiarité excessive. Or, je suis persuadé que cette accusation relève en grande partie du leurre destiné à faire oublier l’essentiel. Les Français auraient-ils préféré un "Président soleil" du type Félix Faure ? Je ne le crois pas. Les faux pas et les erreurs de Sarkozy ont fait l’objet d’une traque médiatique permanente avant d’être jetés en pâture à l’opinion avec un effet d’amplification démentiel. Une caméra braquée en permanence sur chaque fait et geste de François Mitterrand, on n’ose imaginer ce que cela eût donné… Non, la fureur du système politico médiatique envers Nicolas Sarkozy, tient sur le fond à tout autre chose :…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Depuis quelque 30 ans la droite parlementaire a jeté l’ostracisme sur des millions de Français pourtant de droite mais que, à la remorque de la gauche, elle accuse de "crimes" divers : antisémitisme, xénophobie, racisme, populisme, pétainisme, fascisme… ce qui les rend infréquentables.Se privant ainsi de l’appui d’électeurs exclus de toute représentation, à tous les niveaux, elle a fini par donner tous les pouvoirs à la gauche : régions, grandes villes, sénat et maintenant présidence de la République.Reste l’assemblée nationale, renouvelée en juin prochain et pour la sauvegarde de laquelle on pourrait espérer une union des partis de droite qui représentent unis une majorité des Français.Et bien non, les uns défendent leur pré carré au point que certains déclarent : plutôt la gauche que le Front National, les autres pratiquent la politique du pire voulant faire exploser la droite institutionnelle. Le résultat est évident, dans de multiples triangulaires le maintien au second tour…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Décidément, les soirées d’élection présidentielle à la télé ne sont plus ce qu’elles étaient. Depuis 1974, on s’était pourtant habitué à ce rituel démocratique, où la tension ne cessait de monter jusqu’au compte à rebours dévoilant finalement la tête de l’heureux gagnant. Dimanche dernier, ce suspense a été littéralement court-circuité par les réseaux sociaux : dès 18 heures, Twitter était inondé de messages à peine cryptés, genre "La petite ne grandira pas au Château" ou "Le flan à 52 % de matière grasse, ça va être dur à digérer !". À 18 h 50, c’est carrément l’AFP qui donne le nom du vainqueur – à ses seuls abonnés… Colère de Michel Field, en direct sur LCI, contre cette "tartufferie qui [leur] interdit de […] donner des chiffres qui circulent partout" !  La frustration et l’humiliation professionnelle sont trop fortes ! LCI, bientôt suivie par ses consœurs, va se venger en…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Depuis que sa défaite est consommée, Nicolas Sarkozy accomplit un "sans faute". Le point d'orgue a été cette magnifique cérémonie devant l'Arc de Triomphe où, dans l'émotion et la gravité, les deux présidents ont servi la cause de la France et son devoir de mémoire. Pour une fois, cette expression si galvaudée a du sens. Nicolas Sarkozy a su permettre cette avancée, cette "première" républicaine et François Hollande a eu l'intelligence d'y adhérer même si, avec une élégance égale, il ne désirait surtout pas donner l'impression de brûler les étapes avant le 15 mai, jour de l'investiture. J'ai aimé que François Hollande ait manifesté en ces circonstances solennelles majesté, allure, gentillesse et urbanité et qu'il ait perçu comme il convenait la délicatesse du président sortant. Autant il me semblait ridicule de s'extasier devant la relève démocratique comme si la France était une République bananière et que le pire était à…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Contrairement à l’avis de certains experts, les changements de parité monétaires sont toujours efficaces. Il est devenu à la mode, depuis quelque temps, de relativiser la portée des lois économiques les plus assurées. Parmi celles-ci, le fait, décrit par tous les manuels scolaires, qu’une dévaluation contribue à réduire le déficit de la balance commerciale, les produits importés devenant plus chers, les produits exportés moins chers. Et bien entendu, une réévaluation a l'effet inverse : elle rééquilibre dans l’autre sens la balance d’un pays excédentaire, contribuant à l’équilibre général. Cette théorie était au fondement de l’étalon or : déficit, sortie d’or, diminution du stock, diminution mécanique de la masse monétaire, baisse des prix, rééquilibrage et l’inverse en cas d’excédent. La remise en cause de cette loi fondamentale est venue en particulier à l’appui des politiques du franc fort, puis de l’euro fort. Elle justifie la passivité occidentale vis-à-vis de la Chine qui, elle,…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Combien ont applaudi à voir un gouvernement mettre en place le service minimum en période de grève ! Combien ont applaudi en voyant que pour la première fois, depuis aussi loin que remonte le regard, un gouvernement ne se couche pas devant la première manifestation venue, mais poursuit ses réformes sans s’évanouir au bruit de la rue. On pourrait multiplier les exemples. En dépit des promesses non tenues, des atermoiements, des rodomontades, la teneur de droite du gouvernement Sarkozy n’est pas à démontrer. Ce n’est pas que nous n’ayons pas eu auparavant de gouvernements de droite. Depuis la Seconde Guerre, nous en avons eu pléthore, au contraire. Cependant, la droite jusqu’alors faisait tout pour ressembler à la gauche (le mot "droite", jusqu’à la fin du XXe siècle, en France, n’était prononcé que comme injure), et d’ailleurs elle lui ressemblait en effet. Il n’est que de voir les restes : que…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
La déferlante d’insultes contre le Président de la République se poursuit : les mots "honte" en une d’un hebdo, les amalgames avec Pétain et la collaboration, injure suprême dans notre pays, dont Charles de Gaulle lui-même a été victime, les accusations débiles, sans queue ni tête. La haine anti-sarko bat son plein comme jamais, d’autant plus qu’il est à la peine dans les sondages et qu’il est facile de cogner sur un homme en difficulté. Ceux qui l’ont accusé de diviser le pays lui reprochent aujourd’hui de s’adresser aux 18% d’électeurs du Front national. Mais quoi, il serait donc interdit de prendre en compte les difficultés, préoccupations,  inquiétudes d’un cinquième du corps électoral et de lui tendre la main? Quelle autre attitude adopter : l’exclusion, la partition, la ghettoïsation, les camps de redressement ? En tant que l’un des anciens collaborateurs du Président, je suis abasourdi par cette danse du scalp, ce déchaînement de…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
L'art dit "contemporain" est pour le commun des mortels un objet de mépris ou, beaucoup plus rarement, d'admiration. Pour les uns c'est un ramassis de choses laides qui cultive la provocation, et pour les autres une nouvelle forme d'expression qui vaut bien l'art authentique.Christine Sourgins est historienne de l'art et conférencière. Son article aborde un sujet méconnu du grand public : la transgression de la loi par l'art dit "contemporain". Ce moyen d'expression est en effet le seul qui ait le droit de bafouer, en toute impunité, les lois de la République.Prises d'otage, infanticides, sacrilèges... Cette étude, commandée en exclusivité par Défi culturel, révèle pour la première fois au grand public le statut incroyable dont jouit actuellement l'art dit "contemporain".L'Art dit contemporain n'est pas la partie vivante de l'art moderne, encore moins l'art abstrait. Cet art, à la une des journaux, exposé dans les centres d'art officiels ou collectionné par…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version