Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Du côté des élites (569)

Primaires, débat, ... et l'Europe ?   FIGAROVOX. - Le premier débat de la primaire de la droite et du centre a eu lieu ce jeudi. S'agit-il, selon vous, d'un exercice démocratique intéressant ou au contraire d'une trahison de la Ve République ? Tout dépend de quelle Ve République on parle. Elles sont une trahison caractérisée de la Ve République telle qu'elle a été conçue par le général de Gaulle en 1958 et 1962. Le président de la République était le chef de la Nation, au-dessus des partis politiques, chargé du destin du pays, de sa politique étrangère et de défense. Son élection émanait d'un acte de confiance du peuple rassemblé, dans une personnalité au dessus des factions, garant de l'intégrité du territoire, des institutions, de l'unité nationale. Au regard de ce principe, les primaires sont évidemment une anomalie. D'ailleurs, le critère pour y participer "l'adhésion aux valeurs de la…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Starfish et A.L.F. : les modèles d'Al-Qaïda ?   Dès lors que l'on évoque les phénomènes de radicalisation violente pouvant aller jusqu'au terrorisme, la majorité de nos contemporains pense immédiatement aux formes les plus extrêmes de l'islamisme radical. Pourtant, les mouvements de contestation fondés sur les idéologies altermondialiste, animaliste et écologiste - qui ne cessent de prendre de l'ampleur et connaissent de très inquiétantes dérives violentes, notamment outre-Manche et outre-Atlantique (1) - leur sont antérieurs mais restent méconnus. Ce sont des nébuleuses complexes de structures variées. La très grande majorité des groupes qui les composent sont généralement de petite taille et fortement spécialisés, thématiquement ou géographiquement. Néanmoins, malgré la diversité des causes, de leur origine géographique et de leurs buts, on observe une structuration similaire et des modes d'actions identiques à tous les groupes.    Si elles recourent, dans bien des domaines, à des pratiques héritées de la culture de…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Pourquoi la greffe des primaires ne prend pas   Pour Maxime Tandonnet, les Français perçoivent avec une clairvoyance le basculement de la vie démocratique dans "un spectacle émotionnel permanent".   Les primaires de la droite et du centre intéressent-elles vraiment les Français ? Selon un sondage Sofres du 26 septembre 41% des électeurs se sentent concernés. Pour un scrutin ayant de fortes chances de désigner le futur chef de l'État, ce pourcentage est loin de marquer un engouement du corps électoral. L'audience des émissions de télévision qui leur sont consacrées ne manifeste pas non plus une mobilisation spectaculaire : 6,7 % pour Alain Juppé sur France 3 lundi et 12,7 % pour Nicolas Sarkozy sur France 2. "L'amour est dans le pré" réalise de bien meilleurs scores... Pour un vote censé engager l'avenir de la France pendant cinq ans, nulle trace de mobilisation massive des Français. L'impression dominante est mitigée…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Cette gauche qui déteste le pape quand il rappelle qu’il est catholique…   La gauche aime le pape François. Quand il vilipende le capitalisme, la mondialisation, les inégalités entre riches et pauvres. Quand il ramène dans ses bagages des ­familles de migrants musulmans. Quand il met sur le même plan une théorique ­violence catholique et une bien réelle ­violence islamique. La gauche aime le pape quand François se soumet de bonne grâce au diktat de la bien-pensance et semble avoir fait siennes les fameuses "vertus chré­tiennes devenues folles" de Chesterton. Mais la gauche déteste le pape quand il fait savoir qu’il est resté catholique. Quand il défend le mariage et vitupère contre "la guerre mondiale" qui lui est menée. La gauche morigène même le pape quand il ose dénoncer ces ouvrages scolaires français qui expliquent à nos enfants qu’ "on ne naît pas femme, on le devient", selon la célèbre…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
La famille et l’école, deux piliers à défendre   La révolution conservatrice peut compter sur les progressistes pour le coup de pouce. Les prétendus modernistes, yeux clos et oreilles bouchées, ne voient rien de la réactivité de la société excédée. Ces apprentis sorciers ont déjà saccagé la nation ; ils ont rendu honteux le sentiment d’appartenance à la patrie charnelle. Voilà qu’ils s’acharnent à déconstruire la famille et ses filiations : ils les veulent ouvertes au commerce de la gestation pour autrui (GPA) et à la procréation médicalement assistée (PMA) entre couples de femmes. Parallèlement, l’école n’en finit pas de subir les "colonisations idéologiques", ainsi nommées ce week-end par le pape François, qui dénonce "le sournois endoctrinement de la théorie du genre" en France. Cette discipline trouve plus utile d’éveiller les enfants à leur liberté de choisir leur sexe qu’à la lecture, à l’écriture et au calcul. Stop ou encore ?   L’urgence…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Jeu de Go & jeu de gogo   Le jeu de Go, c’est ce jeu d’origine chinoise où celui qui perd n’est pas forcément le perdant. Le jeu de gogo c’est celui auquel les Français, par ce qu’il est convenu de considérer comme un heureux effet de démocratie, ont maintenant l’avantage de pouvoir jouer tous les cinq ans. Il a pour règle – se compliquant au fil du temps, de faire gagner un président qui, à quelques sursauts près depuis 1974, fait perdre la France inexorablement.    A la prochaine édition, toutes cuisines électorales confondues, il n’est pas impossible que les Français aient à choisir entre trois candidats dont, pour le plus estimé d’entre eux, le pourcentage de rejet général est d’environ 70 %. C’est le cas de la première, une héritière plus ou moins reconnaissante envers son père, dont on n’est pas certain qu’elle ait vraiment envie de gagner…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Contre les faux gentils   Depuis des décennies, la 'gnangnanterie' tient lieu d’argumentaire pour la pensée obligée. Elle a causé des ravages dans les rangs des "élites" et de leurs perroquets. C’est contre cette "république des faux gentils", dénoncée par votre serviteur en 2004, que les Français furieux doivent redoubler leurs assauts. Participer à des rassemblements, sur le terrain, fait mesurer l’acuité des analyses des citoyens confrontés aux désastres produits par cinquante ans de déconstructions. Les discours émotionnels dictés par la compassion, l’apaisement, la concorde, la pleurnicherie, la bienveillance, et plus généralement par la tyrannie des bons sentiments (1) sont des œillères qui endorment les cerveaux. Ces carcans interdisent l’esprit critique. Les partis politiques, motivés par la seule survie de leurs petits commerces subventionnés, sont les premiers à craindre de fâcher le Système qui les nourrit. Emmanuel Macron a raison quand il dit que les partis sont devenus "des amicales…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Enseigner l’histoire de France   Je me souviens de ce qui m’avait frappé dans mes vertes années quand on m’enseignait l’histoire de France : César et Vercingétorix, le baptême de Clovis et le "fier Sicambre", Charles Martel à Poitiers, Charlemagne sacré empereur à Rome, Jeanne d’Arc à Chinon, St Louis rendant la justice, Louis XI et Charles le Téméraire, Louis XIII et Richelieu, Louis XIV et "l’Etat c’est moi", la prise de la Bastille et la mort de Louis XVI, l’épopée de Napoléon, la conquête coloniale, la guerre de 70 et Sedan, celle de 14 et Verdun, j’en passe bien sur mais, tous ces évènements m’ont fait rêver et m’ont donné des jalons pour suivre l’histoire de la France. Bien sur il est probable que les récits en ont souvent été enjolivés mais qu’importe, ils me faisaient saisir la grandeur de mon pays et son histoire singulière. Et je pense qu’il…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Les casseroles de madame Clinton   L’élection présidentielle est dans six semaines et d’après ce que je lis dans la presse française, elle va opposer : A ma droite : monsieur Trump, un démagogue, milliardaire et donc automatiquement quelque peu douteux, qui fait appel aux instincts les plus bas des électeurs, tels le racisme, l’islamophobie ou le nationalisme au front de taureau. C’est du moins ce que me dit la presse française. Depuis l’émergence de Ronald Reagan, je n’ai jamais vu quelqu’un être aussi attaqué par les oints du seigneur et autres hommes de Davos, ce qui aurait tendance à me le rendre sympathique. Après tout, si Attali et BHL déteste monsieur Trump, il ne peut pas être complètement mauvais. A ma gauche : madame Clinton, la candidate "de gauche", c’est-à-dire de Goldman-Sachs et de Wall-Street, pétrie de bons sentiments et munie d’une énorme expérience puisqu’elle fût sénateur de l’Etat de New-York où elle vota…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version