Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Du côté des élites (577)

La recomposition politique s'impose à la droite   Emmanuel Macron n’a pas attendu le second tour pour célébrer son élection à la présidence de la République. Dès dimanche soir, le jeune homme pressé s’est comporté en vainqueur final, multipliant les V de la victoire devant les caméras. Après s’être montré, avec son épouse Brigitte, sur la scène du Parc des Expositions, porte de Versailles, c’est à La Rotonde, restaurant chic du quartier Montparnasse, que le leader d’En Marche !, suivi d’une horde de médias, a choisi de fêter son succès avec ses soutiens et ses amis célèbres. Deux sorties du métro voisin avaient été pour l’occasion fermées par les forces de l’ordre, ainsi que le trottoir longeant l’établissement. QuandNicolas Sarkozy avait commis son faux pas bling-bling en sablant le champagne au Fouquet’s, sur les Champs Elysées, au moins venait-il d’être élu. Mais si les journalistes n’avaient pas manqué de relever…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
La Rotonde, Fouquet's de Macron    Est-il nécessaire de se pencher sur les cartes de ces deux grands établissements parisiens pour en comparer les prix ? Ce qui compte c'est l'esprit et ...  c'est le geste.   Emmanuel Macron, le soir du 23 avril s'est très vite comporté en vainqueur. En vainqueur, non pas du premier tour de l'élection présidentielle mais en vainqueur du second tour de ladite élection. "V" de la Victoire, "contact" avec la foule du haut du sixième étage de son quartier général, traversée de Paris à la Chirac en 1995 avec motards, journalistes et feux verts... mais Chirac était déjà élu, lui, et Sarkozy au Fouquet's l'était aussi !   A Montparnasse, quartier de la fête s'il en est, à la Rotonde, l'attendaient ses petites mains mais surtout des représentants de différents réseaux, de la finance, des médias, du "show biz" ; l'embrassade avec Stephane Bern, notamment, n'a échappé…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
L’élection de Macron sonnerait le glas de la démocratie   Il se peut que les observateurs qui, suivant les sondages qui donnent Emmanuel Macon vainqueur de la présidentielle de 2017 n’aient pas compris ce qu’une telle victoire aurait de subversif pour la démocratie française. Certes, formellement, l’élection serait régulière. Mais elle aurait été obtenue à un prix qui ne pourrait laisser qu’un goût amer.   Une manipulation judicaire D’abord la manipulation judicaire partie de l’Elysée qui a abouti à affaiblir considérablement François Fillon. Une fois posé l’usage de l’alternance démocratique, depuis longtemps admis dans notre pays, il paraissait naturel qu’après un quinquennat de Hollande particulièrement désastreux – au point d’interdire au sortant de se représenter - le candidat de la droite de gouvernement, François Fillon, désigné au terme d’une primaire incontestée, prenne la relève avec ses équipes. Pour des raisons qui restent à éclaircir, Hollande et son entourage ne l’ont pas…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
De l’indignité nationale "Lyautey, Ferry, Lebrun seraient-ils des criminels contre l’humanité ?" C’est en fait la question que Barbara Lefebvre, professeur d’histoire, a posé au cours de l’émission politique de France 2, ce 6 avril 2017, au candidat Macron. Après l’avoir accusé, exemples à l’appui, d’ "aggraver la fracture identitaire" elle a ajouté : "Est-ce que demain je devrais dire à mes élèves que Hubert Lyautey, Jules Ferry, Albert Lebrun sont des criminels contre l’humanité ?". "Non, a-t-il répondu. Mais, plus de soixante ans après il faut ouvrir les yeux : les mémoires sont profondément traumatisées au sujet de la guerre d’Algérie". Non seulement, les Français ont ouvert les yeux, mais encore plus grandes leurs oreilles pour entendre des excuses attendues de la part de ce candidat qui à l’étranger, ce qui est encore plus grave, s’est permis de dire à propos de la colonisation : "C’est un crime. C’est…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Macron ou la France qu’on oublie   L’éloge exalté du multiculturalisme par Emmanuel Macron et la caution apportée par François Bayrou à ses déclarations sur la culture sont très préoccupants, explique le professeur de philosophie*.   Le 26 février, François Bayrou déclarait au cours d’une émission : "Il y a une culture française, et j’en suis le défenseur." Le 2 avril, devant les caméras, volte-face : "La culture française n’existe pas." Il aura suffi d’un mois, et d’un ralliement, pour ce nouveau reniement : avec de tels "défenseurs", la France a de quoi s’inquiéter… Sur le fond, un tel déni de réalité laisse incrédule. Comment M. Bayrou, agrégé de lettres, peut-il choisir d’ignorer à ce point ce qui fait la France ? Un tel propos peut bien se donner une façade savante, il est pourtant démenti par les faits, et par tous ceux qui hors de France ne peuvent même pas comprendre un tel débat. Car…
En savoir plus... 0
Des anti-Fillon suicidaires   Il est étonnant de voir comment les puissants de ce monde, dotés de moyens supérieurs, d'une stratégie fortement pensée, peuvent s'aveugler sur leurs vrais intérêts. On se souvient de ce célèbre tableau de Breughel montrant une file d’aveugles marchant ensemble au précipice. C'est ce qu’évoquent les manœuvres par lesquelles l’appareil gouvernemental s’efforce d'assassiner politiquement Fillon, allant jusqu’à une instrumentalisation de la justice sans précédent en période électorale qui nous rapproche des pratiques totalitaires (1). Le but de ces manœuvres est clair : faire élire par tous les moyens Macron à la présidence de la République. Que les coups soient bien évidemment partis des plus hauts sommets de l’Etat, qui en doute ? On rappelle que les parquets et spécialement le parquet financier créé par Hollande sont aux ordres directs du gouvernement. Et personne n’imagine évidemment que ces manœuvres visant à casser Fillon aient pour but de faire élire…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Emmanuel Macron échappe au dialogue de terrain avec les PME : la déception !   Après 5 mois d’attente et de tergiversations, les équipes d’Emmanuel Macron viennent de refuser le débat prévu et promis entre le candidat et les patrons du mouvement ETHIC.   Plus de 300 patrons étaient attendus pour cet évènement. Emmanuel Macron a visiblement souhaité échapper à des questions concrètes, précises, concernant le nouvel environnement économique qu’attendent les entrepreneurs. Tous les candidats à l’élection présidentielle sollicités par ETHIC ont accepté cette rencontre à l’exception de Jean-Luc Mélenchon… et d’Emmanuel Macron. Les entrepreneurs d’ETHIC (Entreprises à Taille Humaine, Indépendantes et de Croissance) soupçonnent que le flou des mesures réservées aux entreprises et l’absence de calendrier de leur mise en œuvre soit la cause de ce refus, bien plus que l’emploi du temps évoqué comme prétexte. Ainsi, la première réforme proposée par Emmanuel Macron en faveur des entreprises serait…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
La question de la semaine : Comment et pourquoi faire disparaître deux millions d’euros   La maigre "gens" journalistique plutôt de droite s’excite beaucoup parce qu’apparemment environ 2 millions d’euro manqueraient dans la déclaration de patrimoine de monsieur Macron. De fait, il semble qu’il ait gagné un peu plus de trois millions d’euro lors de son passage chez Rothschild et qu’il ne reste plus trace de cet argent dans ses déclarations de patrimoine les plus récentes que tout un chacun peut trouver sur le net, sauf sur le site officiel dont elle a été retirée tout récemment (sans aucun doute pour d’excellentes raisons).   Admettons que notre génie ait payé des impôts comme tout un chacun, on peut penser qu’il aurait dû lui en rester environ 1,8 millions sur les plus de 3 millions qu’il avait touché, que j’arrondis allègrement à 2 millions parce que j’aime bien les chiffres ronds. Logiquement…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Christine Angot, visage de la "gauche morale"   Non, Christine Angot ne regrette rien. "Moi agressive ?", s’étonne-t-elle ce lundi dans Libération, au rappel de sa prestation de vendredi sur France 2 face à François Fillon. Sous la Terreur, la justice expéditive des Comités de salut public devait probablement ressembler à ce procès bâclé et bavard auquel l’écrivain s’est prêtée, au nom du peuple français. Son intervention aurait pu être l’interpellation légitime d’une citoyenne s’adressant à un candidat donnant le sentiment de vivre dans un monde à part. Mais le dialogue est devenu une accusation sans preuves, motivée par la seule certitude de Mme Angot de représenter le peuple, la vertu, la vérité. La haine et l’hystérie ont crevé l’écran. "Je n’ai aucun sens de la répartie", concède la harengère, qui ne pousse pas plus loin son autocritique. Mme Angot, accueillie en héroïne sur deux pages du nouveau Père Duchesne,…
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version