Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

En France (796)

"L'illégitime violence de l'extrême gauche"   Les exactions de l'extrême gauche trouvent leur origine dans notre passé. Pourtant, l'Histoire montre que ces saccages finissent toujours par profiter au pouvoir en place.   Il y a eu les zadistes. Puis les étudiants de Tolbiac et du Mirail. Enfin les black blocs. À chaque fois, les heurts avec la police sont d'une violence extrême. Violence délibérée, violence recherchée, violence revendiquée. On casse, on brûle, on saccage. Si on pouvait, on tuerait. En face, la réserve des policiers est exemplaire. Les instructions sont formelles. Les pouvoirs publics préfèrent laisser casser plutôt que de risquer de tuer un émeutier. Le temps des "violences policières" est loin. On peut d'ailleurs se demander si cette passivité policière - disons le mot : cette faiblesse complaisante - n'alimente pas la violence émeutière. La violence politique est une tradition séculaire en France. Sans remonter aux "émotions" de l'Ancien…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
France du oui, France du non   Maxime Tandonnet observe que le clivage entre les partisans d'Emmanuel Macron et les opposants à sa politique recoupe avec précision la rupture entre le "oui" et le "non" au référendum de 2005. Selon lui, la fracture politique et territoriale se creuse entre ces deux France.   La France "d’en haut", la France médiatique, célèbre en ce moment le premier anniversaire de l’élection du plus jeune président de l’histoire, à moins de 40 ans. Il est une autre commémoration, désormais enfouie dans l’oubli de cette même France d’en haut, sa plus grande défaite de l’histoire contemporaine, l’échec du référendum sur la Constitution européenne, le 29 mai 2005. Treize ans déjà, et le séisme de la défaite du oui ou de la victoire du non, paraît totalement oublié, refoulé dans les couches profondes de l’inconscient collectif.   Et pourtant… L’anniversaire de l’élection d’Emmanuel Macron a…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Affaire Bolloré :  à qui profitent les initiatives du parquet financier ?   La convocation, le placement en garde à vue et la mise en examen le 25 avril dernier de Vincent Bolloré pour des affaires qui se sont passées sur le continent africain montrent comment, hélas, la France, par le moyen de sa justice ou par d’autres, se tire des balles dans les pieds sur ce continent. Notons d’abord qu’un juge d’instruction ne peut engager ce genre de procédure sans l’accord du procureur et donc sans que la hiérarchie judiciaire jusqu’au plus haut sommet de l’Etat en soit avisée. Hasard ? Les deux juges d’instruction désignés avaient déjà sévi dans l’affaire Fillon, dont personne n’entend plus parler après qu’elle ait permis au président actuel de se faire élire. Ces juges ont-ils au moins quelque connaissance de l’Afrique ?  L’industriel est soupçonné d’avoir obtenu la concession des ports de Lomé (Togo) et de Conakry (Guinée),…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
"Service national inutile ?"   FIGAROVOX/CHRONIQUE - Il ne faut pas se leurrer : le service militaire d'autrefois ne reviendra pas. Mais faut-il s'en plaindre ? Car l'armée ne peut à elle seule corriger les renoncements de l'école.   Il y a vingt ans, on était content qu'il s'en aille. Aujourd'hui, on est content qu'il revienne. Le service militaire suscite décidément des sentiments ambivalents. Lorsque Jacques Chirac le supprima, on voyait surtout ses défauts: inadapté aux nouvelles formes de guerre et d'intervention de l'armée française ; trop cher ; de plus en plus inégalitaire. Si Emmanuel Macron le rétablit, c'est qu'entre-temps on a la nostalgie de ses anciennes vertus : le rapprochement des classes sociales, quelles que soient les origines et les religions ; l'éducation civique et patriotique d'une classe d'âge ; l'apprentissage de l'obéissance, du sacrifice et de l'oubli de soi, contrepoint bienvenu à une société hédoniste qui exalte l'individualisme jusqu'au délire narcissique..   Mais…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Le premier test démographique du Président Macron   La réussite (ou l’échec) d’un président de la République est souvent mesurée à l’aulne de l’évolution d’indicateurs économiques : PIB, chômage, emploi, niveau de vie, investissements réalisés par les entreprises, finances publiques, etc. Des indicateurs plus "sociaux" sont également utilisés : taux de criminalité et de délinquance, taux de pauvreté, indices d’inégalité de revenus, classements internationaux en matière de performances scolaires, et ainsi de suite. Et, bien entendu, des enquêtes d’opinion sont menées en grand nombre sur l’action et la personne du Président. En revanche, il n’entre absolument pas dans les habitudes de recourir à un indicateur démographique. Ceci est regrettable pour au moins deux raisons.   Pourquoi la natalité est un indicateur important pour apprécier l’action de nos dirigeants La première est l’importance de la démographie, et particulièrement des naissances : c’est d’elles que dépend au premier chef l’avenir à long terme de notre…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
La défense française et ses défis Entretien Avec Vincent Desportes, général (e.r.), professeur des universités associé à Sciences Po Paris, ancien directeur de l’École de Guerre.   Quel est votre regard sur la puissance militaire française en 2018 ? Comment se positionne-t-elle par rapport aux puissances militaires étrangères ? V. Desportes : Je dirais que c’est une puissance militaire en demi-teinte, c’est-à-dire que si on la compare aux autres puissances européennes, en particulier, elle est plusieurs coudées au-dessus d’elles. Les autres armées européennes sont en général des armées ne disposant pas du spectre complet des capacités militaires – ce que la France offre à peu près –, des armées peu entraînées et qui ne sont aptes ni à jouer le rôle de "nation-cadre" ni à "rentrer en premier" dans une opération. Compte tenu de l’altération actuelle des armées britanniques, l’armée française est sans conteste aujourd’hui l’armée la plus opérationnelle d’Europe. Cependant, c’est une puissance…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Les retraites ont besoin d’une réforme systémique. Oui, mais laquelle ?   De retour du colloque organisé au Sénat sur la réforme des retraites, où l’on m’avait demandé d’intervenir, je suis frappé par le peu de place que les intervenants, dans leur majorité, accordèrent à la démographie et à l’investissement dans la jeunesse. Il me semble donc utile de rappeler, comme je l’ai fait au Sénat, mais de façon plus organisée qu’au cours d’une table ronde, la façon dont fonctionnent les retraites par répartition, au-delà des artefacts juridiques, et la nécessité pour le législateur de comprendre et respecter ces réalités économiques finalement assez simples.   L’utilisation du mot "réforme"   La loi a été utilisée à diverses reprises pour modifier des paramètres de gestion des régimes, tels que les âges de la retraite et le nombre de trimestres nécessaires pour accéder au taux plein. C’est une erreur. La gestion doit être…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Oui, l’Assemblée nationale doit valider les chiffres de Bercy !   Le Mouvement ETHIC - Entreprises à Taille Humaine, Indépendantes et de Croissance - soutient fermement la demande des parlementaires visant la création d’un office budgétaire destiné à évaluer le coût des mesures appelées à être votées. C’est bien à l’Assemblée nationale de "contrôler" les calculs de Bercy, dont la toute puissance échappe même parfois aux ministres des Finances. Chiffrer les propositions des parlementaires est une première étape, mais il faut aller plus loin. ETHIC souhaite depuis longtemps que toutes les institutions : Assemblée nationale, Sénat, CESE... procèdent, en amont des lois, à une étude d’impact prospective. "Les chefs d’entreprise savent bien, par expérience, que chaque orientation de l’entreprise et les mesures qui l’accompagnent doivent être évaluées avec la plus grande rigueur. Pour l’État, c’est le premier pas indispensable vers la maîtrise et la baisse des dépenses publiques." Envoyé par…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Bonapartisme   L’attaque aux gaz dont on accuse Bachar el Assad peut facilement apparaître comme une machination, soit un montage par les rebelles destiné à le disqualifier, soit une agression d’un pays tiers auquel le régime syrien ne plait pas par exemple Israël. On ne voit pas pourquoi le président syrien vainqueur dans la Goutha et alors que la majorité des combattants rebelles a été évacuée aurait commis cette attaque. La réaction des pays occidentaux, les Etats-Unis, la Grande Bretagne et la France qui ont commis une agression délibérée sans mandat contre un pays souverain relève de la plus grande mauvaise foi car enfin, ces trois pays disposent de forces de dissuasion capables de destructions, y compris contre les civils, d’une toute autre ampleur que l’attaque dont ils s’indignent.   Pour ce qui est de la participation de la France à cette action, il convient de faire d’autres remarques : depuis…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version