Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

La France, en attente de...

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
La France, en attente de preuves d'amour
 
CHRONIQUE - La grande braderie de la nation et de sa langue qu'opère Macron est le meilleur carburant du populisme, qui est la voix de ceux qui ne veulent pas que la France disparaisse.
 
Mener la guerre au populisme, c'est guerroyer contre le peuple pacifique. Emmanuel Macron le démontre : il maltraite la France qu'il dit vouloir protéger. Le chef de l'État voit son pays comme une vieille chose à transformer. Or nombreux sont ceux qui refusent cette orgueilleuse utopie. Candidat à la présidentielle, il avait déclaré en février 2017 : "Il n'y a pas de culture française. Il y a une culture de France. Elle est diverse." Le relativisme adore jeter ses pelletées de terre sur la nation millénaire.
L'autre jour, au sommet de la francophonie à Erevan (Arménie), Macron a récidivé : "Quand je parle de langue française, je parle de nos langues françaises. Son épicentre n'est ni à droite ni à gauche de la Seine. Il est sans doute dans le bassin du fleuve Congo…" Après l'éloge du multiculturalisme, celui de la créolisation des mots. Mais vouloir dissoudre la culture, la langue, le peuple, revient à promouvoir une terre de passage, aux allures de hall de gare ou d'aéroport international.
D'où la question : Macron aime-t-il la France ? Oui, Macron aime la France. Mais cruellement. Il l'humilie quand il la presse d'être une autre. Sa détestation des effusions nationales dit tout. Le dégoût que lui inspire le Hongrois Viktor Orban révèle ce qu'il exècre : la défense des territoires fragilisés par l'immigration massive, la protection des nations dans leurs racines chrétiennes, la valorisation des citoyens oubliés.
Or Orban exprime des idées respectables, comprises par beaucoup. Philippe de Villiers, qui admet avoir été "très déçu" par Macron, qui l'avait séduit, fait écho à l'opinion réfractaire quand il prédit (Valeurs actuelles) : "On va vers “l'orbanisation” des esprits, à savoir le retour à des choses simples : une frontière est une frontière, un État est un État, une souveraineté est une souveraineté et le peuple est le peuple - on ne peut décider sans lui." Macron est l'héritier de l'idéologie diversitaire qui faisait titrer au mensuel mitterrandien Globe : "Étrangers, ne nous laissez pas seuls avec les Français !" "J'aime la France. La gauche ne l'aime pas", écrit Benoît Rayski, qui vient de ce temps-là (1).
Le nouveau gouvernement, qui a notamment fait entrer mardi Christophe Castaner à l'Intérieur et Franck Riester à la Culture, confirme le renoncement du macronisme à lutter sérieusement contre l'islamisme et la déculturation. Castaner est la voix fidèle mais sans apprêt de Macron. C'est le nouveau ministre de l'Intérieur qui avait tweeté, en soutien à un raisonnement saugrenu du chef de l'État : "Qui doute que le réchauffement climatique pèse sur la dynamique du djihad ?"
Lui qui avait comparé le voile islamique à celui, catholique, "que nos mamans portaient". Son angélisme face à l'islam "religion de bonheur, d'amour" promet des débandades, alors que son prédécesseur, Gérard Collomb, a alerté lors de son départ sur de possibles affrontements face aux cités salafisées. Et constater que la Macronie n'a trouvé que le pâle Riester, politicien ambitieux venu de la droite, pour conduire la politique culturelle de la France, dévoile le désert intellectuel et artistique qui s'est installé chez les experts et technocrates de La République en marche arrière.
Ce qui reste inexplicable est l'incapacité du chef de l'État à s'amender. Prisonnier de sa posture postnationale, il en rajoute dans son mépris des enracinements et des héritages. La semaine dernière, Macron a ainsi approuvé la nomination de la rwandaise Louise Mushikiwabo comme secrétaire générale de la francophonie. Or le Rwanda a, en 2008, remplacé le français par l'anglais comme langue obligatoire à l'école. Ce pays a également rejoint le Commonwealth, qui est le concurrent de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF).
Cette grande braderie de la nation et de sa langue est le meilleur carburant du populisme, qui est la voix de ceux qui ne veulent pas que la France disparaisse. Force est de constater que ce gouvernement, derrière qui rien ne semble repousser, ne se montre pas à la hauteur de son peuple. Il ne suffit pas de venir le plaindre devant les caméras quand il est frappé par des inondations, comme lundi dans l'Aude (14 morts). La France malmenée attend des preuves d'amour. De Macron, elles ne viennent toujours pas.
(1) "Les Bâtards de Sartre", Éditions Pierre-Guillaume de Roux.

Paru dans Le Figaro, 19 octobre 2018
RIOUFOL Ivan

Né le 12 septembre 1952
Marié – 2 enfants
 

Journaliste


Université de Nantes
Diplôme d"études approfondies (DEA) de droit maritime et aérien
 
Au Figaro:
            Grand chroniqueur et Membre du comité éditorial (depuis 2000)
            Rédacteur en chef - informations générales (1995-2000)
Rédacteur en chef adjoint (1992-1994)
Chef de service (1990-1992)
Responsable de la rubrique Confidentiel (1988-1990)
Grand reporter (1985-1987)
Correspondant du Quotidien de Paris (1976-1984)
                        Du Journal du Dimanche
                        De Forum international
Journaliste à Presse-Océan
 
Ouvrages
La Tyrannie de l'impudeur (2000) - La République des faux gentils (2004) - Chroniques d'une résistance (2005) - La fracture identitaire (2007) - Où va la France ? (2008) - Chronique d’une année de crise (2009) - La démocratie d’apparence (ouvrage collectif) (2009) - Allez-y sans nous (ouvrage collectif) (2009) - De l'urgence d'être réactionnaire (2012) - A la recherche du peuple perdu (2011) -  Touche pas à ma France (2014) - Poings sur les i (2015) - La Guerre civile qui vient (2016) - La nouvelle révolution française (2016) -

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version