Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Baisse de la natalité en France

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
La baisse de la natalité en France est un effet de la détérioration de la politique familiale
 
Les décisions prises ces dernières années, ainsi que la réduction des dotations aux collectivités territoriales, participent à la chute continue du nombre de naissances, explique le démographe Gérard-François Dumont.
 
LE FIGARO- Comment s'explique cette quatrième année de baisse des naissances ?
Gérard-François DUMONT- Cette baisse des naissances est avant tout liée à la diminution de la fécondité. Le bilan démographique de l'année 2018 confirme les effets de la détérioration de la politique familiale. Car la confiance dans la politique familiale joue un rôle dans la décision des couples d'agrandir leur famille. Aujourd'hui, nous sommes toujours dans un cycle de baisse qui a débuté en 2015, après la mise sous condition de ressources des allocations familiales. Depuis, toute une série de décisions se sont accumulées et ont entraîné une perte de confiance.
On peut y ajouter de nouveaux signaux négatifs, avec la revalorisation des plafonds de ressources et des allocations familiales à un niveau inférieur à celui de l'inflation. Ce genre de mesures touche tout particulièrement les Français des classes moyennes et inférieures. Enfin, la politique familiale a aussi été très durement touchée, de manière indirecte, par les 13 milliards d'euros de réductions des dotations aux collectivités territoriales. Beaucoup de collectivités qui avaient envisagé de créer de nouvelles crèches ou des relais d'assistantes maternelles ont dû suspendre leur projet. Le nombre de places de crèches a donc bien moins progressé qu'annoncé.
 
D'autres démographes évoquent l'influence de la crise économique et les maternités de plus en plus tardives pour expliquer cette baisse de la natalité. Vous ne partagez pas leur analyse ?
Certains considèrent sans doute qu'il n'est pas politiquement correct d'étudier l'impact de la politique familiale sur la fécondité… Il n'y a pas eu d'effets de la crise économique de 2008 sur les naissances car la France a maintenu une fécondité plus élevée pendant cette période difficile et jusqu'à 2014. Ces dernières années, il est vrai que les Françaises ont reporté les naissances, notamment en raison de l'allongement des études. Mais ce phénomène de retard de la maternité ne s'exerce plus guère. En effet, la fécondité ne remonte pas chez les femmes plus âgées comme par le passé. Enfin, le nombre de mariages n'a plus d'influence sur la fécondité. Contrairement à l'Italie ou à l'Espagne, où les couples se marient avant d'avoir des enfants, la France est "championne d'Europe" des naissances hors mariage.
 
La France reste tout de même "championne d'Europe" des bébés…
Malgré des coups de rabot successifs, la France conserve une politique familiale nettement meilleure que la moyenne européenne. Là encore, on peut observer le lien entre fécondité et politique familiale. Les pays européens les moins généreux pour les familles - comme l'Italie, l'Espagne, la Grèce ou le Portugal - affichent les indices de fécondité les plus faibles. L'Allemagne fait figure d'exception car elle enregistre peu de naissances malgré un budget élevé consacré à la politique familiale. Cette particularité s'explique par un état d'esprit peu propice à la conciliation de la vie professionnelle et familiale. Les Allemands considèrent que les femmes qui ont un bébé doivent se consacrer uniquement à son éducation durant les premières années de sa vie. Celles qui reprennent un travail - traitées de "mères corbeaux" - restent mal jugées. Récemment, l'Allemagne a fini par prendre des mesures en faveur de l'aide à la garde d'enfant et la fécondité est remontée à 1,6 enfant par femme en 2016.
 
Les Français voient dans la forte natalité un signe de confiance en l'avenir. La crise sociale des "gilets jaunes" pourrait-elle entraîner une nouvelle baisse des naissances ?
Tout dépend évidemment des réponses apportées à cette crise. On peut imaginer que le gouvernement décide de revoir sa politique familiale. Dans les cahiers de doléances, certains ont déjà demandé que les allocations familiales soient revalorisées à hauteur de l'inflation ! Il faut aussi voir les "gilets jaunes" comme un mouvement créateur de liens sociaux. Des Français qui vivaient seuls se sont rencontrés, les ronds-points sont devenus de nouveaux lieux de sociabilité. Il n'est pas exclu que ce mouvement favorise la création de nouveaux couples et de nouveaux bébés !
Paru dans Le Figaro, 16 janvier 2019
Le recteur Gérard-François Dumont, géographe et démographe, est professeur à l'université de Paris-IV Sorbonne. Il préside aussi la revue Population & Avenir.
DUMONT  Gerard-Francois

Né le 20 mai 1948
Marié – 4 enfants
 

Géographe,
Professeur d'université à la Sorbonne


Docteur d’Etat ès sciences économiques
Institut d’études politiques de Paris
Institut d’administration des entreprises

Directeur de banque (1973-1987)
Professeur à l'Université de Paris IV - Sorbonne (1988-1996)
Recteur d’Académie, Chancelier des Universités (1996-1998)
Professeur à l'Université de Paris IV – Sorbonne - Institut de Géographie (depuis 1999)
 
Président de l’Institut de démographie politique (depuis 1980)
Directeur du séminaire d’Alfred SAUVY au Collège de France (1980-1989)
Fondateur de l’Institut de recherches et d’études familiales (1983)
Administrateur de la Fédération des familles de France (1986-1996)
Président de l’Institut de recherche immigration et société (depuis 1987)
Administrateur de la Société de Géographie (depuis 2000)
Président de l’association reconnue d’utilité publique Population & Avenir (depuis 2000)
Membre du conseil national de l’information statistique (2002)
Directeur de séminaire au Collège interarmées de défense (CID) (2003)
Vice-président de l’Association pour la promotion de la langue française
Membre du Comité des experts de l’Observatoire des retraites
Expert après du Comité économique et social européen
 
Ouvrages
La Franceridée (1979) – Prix Renaissance
L’Enjeu démographique (1981)
Démographie politique (1982)
La Tragédiede la France (1983)
La Montéedes déséquilibres démographiques (1984)
Malthus, hier et aujourd’hui (1984)
Pour la liberté familiale (1986) – Prix de l’Académie d’éducation et d’études sociales
Le Festin de Kronos (1991)
Démographie. analyse des populations et démographie économique (1992)
Economie urbaine (1993) – Prix de la Société de géographie
La Retraitedes cadres et l’avenir du système par répartition (1994)
L’aménagement du territoire (1994)
Le monde et les hommes (1995)
Les migrations internationales (1995)
Les spécificités démographiques des régions et l’aménagement du territoire (1996)
L’identité de l’Europe (1997)
L’Arc alpin, Histoire et géopolitique d’un espace européen (1999)
Les racines de l’identité européenne (Préface de José Maria Gil-Robles, Président du Parlement européen) (1999)
Francia y los franceses, Madrid, Acento Editorial (2000)
La population de la France, des régions et des DOM-TOM, (2000)
Géographie de la France (2002)
Les régions et la régionalisation en France (2004)
Les populations du monde (2004)
Les territoires face au vieillissement en France et en Europe (2006)
Démographie politique. Les lois de la géopolitique des populations (2007)

Nombreuses collaborations
     plus de 420 publications dans une quinzaine de langues

Principales responsabilités éditoriales
Directeur de la revue Population et Avenir
Membre du Conseil scientifique de la revue Géostratégique.
Membre du conseil scientifique de la Revue française de géopolitique.
Président du Conseil scientifique de la revue Agir.
Membre de l’Advisory council de la revue Bulletin of geography de l’Université Nicolas Copernic de Torun (Pologne)
Membre du Comité académico de la RevueEstudiossociales contemporáneos (Université Nacional de Cuyo, Argentine)
Membre du Comité de Rédaction de Geopolitical Affairs (Londres)

Distinctions
Chevalier de la Légion d’honneur
Officier dans l'Ordre national du Mérite
Médaille du Mérite Européen.
Grande médaille de vermeil de la ville de Paris.

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version