Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Grand débat : un fiasco serait...

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Grand débat : un fiasco serait l'échec de la France
 
Comment croire que les conclusions du grand débat qui seront tirées au plan national ne seront pas totalement démagogiques ? Qui peut penser que l'on va satisfaire les Français en quelques semaines et même en quelques mois ?
Même s'il faut souhaiter la réussite du "grand débat", d'abord parce que la France doit retrouver optimisme et cohérence, ensuite parce que nous avons besoin de nous mettre d'accord pour réformer et enfin parce que cela peut contribuer à résoudre en partie l'épisode gilets jaunes, le risque est immense car l'échec serait la certitude de gravement empirer la situation. Ce sera tout ou rien.
Or, comment y croire vraiment ? Sans la méthode Coué, on cherche vainement des indices rassurants.
"Mal nommer les choses c'est ajouter au malheur du monde" (Camus). En l'occurrence, il ne s'agit pas d'un "débat" au sens strict du mot mais plutôt d'une consultation. La séquence de lancement réussie par Emmanuel Macron n'a rien à voir avec la suite. Qui va débattre et avec qui ? Quels consensus vont naître de ces débats mystérieux ? Où seront-ils consignés ? Qui les mènera vraiment ? Avec quelle compétence ? Qui s'opposera à qui ? On peut se réjouir du retour des maires qui sont les seuls politiques ayant l'estime des Français, mais cette mission supplémentaire n'est en fait pas leur rôle. Il eût mieux valu organiser le grand débat des maires qui savent tout de ce qui se passe dans leurs communes, plutôt que d'avoir à se confronter à leurs administrés.
 
Confrontation villageoise
Le président de la République a toutefois réussi cette première confrontation villageoise, il a donné le sentiment que la République est de retour, il a parlé aux Français, à tous les Français et ce n'était pas seulement une tentative de récupération des gilets jaunes, son énergie était contagieuse. Mais comment croire ou même espérer que les conclusions qui seront tirées au plan national ne seront pas totalement démagogiques ? Chacun voit midi à sa fenêtre et on ne pourra pas en vouloir aux Français d'estimer que "charité bien ordonnée commence par soi-même" et que c'est le moment de faire sa liste au Père Noël ! Le risque c'est que le Père Noël au bout du compte soit perçu comme une ordure.
La lettre du Président dresse très bien un tableau des problèmes français pour lesquels il n'y a pas eu de réponses. En la lisant on a envie qu'il réponde - lui- ! Puis on reste désarmé et impuissant devant les réponses que nous sommes supposés apporter et les suggestions à faire. Je me suis posée la question de savoir ce que j'allais proposer et j'ai honteusement pris conscience de ma totale incompétence, qu'allais-je par exemple suggérer comme solution à "comment pourrait-on rendre notre fiscalité plus juste et efficace ?" ! En revanche, je devine que la taxation du capital, du "grand capital" sous la forme par exemple du retour de l'ISF, même s'il est soi-disant intouchable, sera le premier souhait des Français, sous prétexte d'égalité. (Précisons que de fait la suppression de l'ISF n'a pas eu lieu, l'impôt a été remis sous un autre nom sur l'immobilier). Quoiqu'il en soit, la suppression de l'ISF est paradoxalement une mesure favorable aux gilets jaunes car cela permet l'investissement donc la croissance des entreprises donc de l'emploi, cela retient les investisseurs (forcément riches, ce ne sont pas les pauvres qui mettent de l'argent dans les entreprises), etc.

Envoyé par l'auteur, paru dans Challenges, 17 janvier 2019
MENTHON de Sophie


Chef d’entreprise
Présidente d'ETHIC  (depuis 1995)  (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance)
Membre du Conseil économique, social et environnemental (CESE)
 

   
Crée la "Fête des Entreprises", sur le thème : "J’aime ma boîte !"
     qui se renouvelle chaque année au mois d’octobre (depuis 2003).

A son initiative,
 1ère édition du congrès ETHIC FIRST au Palais des Nations Unies de Genève (2009)
     (512 participants issus de 23 pays,
     autour du thème : La Responsabilité Sociale des Entreprises en période de crise économique.
3ème édition du congrès ETHIC FIRST à Novancia (21 juin 2012)

S’est toujours investie dans la vie associative pour promouvoir l’entreprise privée.
A 21 ans, crée sa première entreprise de marketing téléphonique Multilignes Conseil (1969)
     Présidence jusqu’en 2004.
Lance le premier Syndicat du Marketing Téléphonique (SMT) (1979)
Rédige un code déontologique
     qui régit aujourd'hui la profession en France et dans plusieurs pays d’Europe.

Admise dans la réserve citoyenne avec le grade de Colonel
     Rattachée au corps des Officiers de la Gendarmerie Nationale (2007).

Nommée par le Président de la République au Conseil Economique, Social et Environnemental
     au titre de personnalité qualifiée (depuis 2010)
Membre de l’Observatoire Français des Conjonctures Economiques (OFCE) (depuis 2010)
Mission sur la Responsabilité Sociétale et Environnementale des entreprises (RSE)
     à la demande de Xavier Bertrand, Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé
     qui a donné lieu à unguide pratique illustré à destination des PME (20 000 exemplaires)
A souhaité présenter
     20 mesures d’urgence à prendre par le nouveau Président de la République (2012).
 
Intervient dans l’émission
     "Les Grandes Gueules" sur RMC
     "Les Experts du 9h-10h" sur BFM.
 
Ouvrages
Dans la collection Le monde d'aujourd'hui expliqué aux enfants 
(Editions Gallimard Jeunesse, qu’elle fonde avec sa fille Alexia Delrieu et avec qui elle écrit en tandem)
Illustrations : Clotilde Perrin puis Alice Charbin puis Henri Fellner :
La Police(2006)
L'Argent(2006)
     Prix de la Presse des jeunes au Festival de Montreuil 2007.
La Politique(2006)
La Publicité(2006)
L'Europe(2007)
La Justice(2008)
L'Entreprise(2008)
Le Supermarché(2009)
La beauté(2010)
Dangers (2010)
L'Armée (2011)

Distinctions
Officier de l'Ordre de la Légion d'Honneur
Commandeur de l’Ordre National du Mérite

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version