Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Quand les entreprises ...

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Quand les entreprises ne se sentent plus du tout en sécurité
 
On peut toujours se féliciter d'avoir un taux de chômage qui baisse, une économie qui se tient, des entreprises qui ont encore plutôt le moral, des Start-up en quantité mais il ne faut pas se leurrer le climat actuel est économiquement suicidaire. Les entreprises sont arrivées tant bien que mal à surmonter les samedis festifs des gilets jaunes, mais certainement pas les commerçants qui ont vu leurs vitrines fracassées par des barbares et leur chiffre d'affaires réduit à néant certains week-ends pour cause de fermeture préventives. Et ça menace de recommencer.
 
On a surmonté les grèves des transports en particulier en région parisienne, remonté le moral de nos salariés qui subissent dans les transports en commun quasi toutes les semaines des arrêts sauvages, des retards inexpliqués, des "retraits" à chaque incident qui mérite soi-disant la solidarité de tout le personnel de la SNCF. Certes, nous sommes habitués, salariés et entrepreneurs français, à vivre professionnellement entravés de boulets aux pieds, qu'ils soient fiscaux, administratifs ou sociaux, mais l'ambiance se dégrade au rythme des alertes dans tous les secteurs, le moral aussi. On nous annonce en permanence que les politiques sont inquiets, que la confiance s'érode, que l'impuissance gagne, les médias en font des tonnes.
La grève annoncée du 5 décembre prochain pour lutter contre la réforme des retraites serait le début d'une longue révolte, révolte qui réjouit les "quartiers" et les extrémistes qui ne cherchent que des occasions pour casser et effrayer le bourgeois. Tout cela finit par être vrai, y compris parce que les prédictions sont souvent auto-réalisatrices. Lesdits "bourgeois" (réacs) même s'ils sont plus de 60 % à vouloir le bien du pays dans la tranquillité et souhaitent des réformes, sont insignifiants face à des minorités dites agissantes, et impunies au nom de la démocratie qu'elles bafouent. Si certaines revendications sont très légitimes, on ne pourra pourtant rien changer dans ce climat de tension.
Même les réformes économiques en discussion actuellement sont menacées par les risques de violence, comme les problèmes de sécurité posés par la vente d'alcool dans certains commerces alimentaires avec un risque de trouble à l'ordre public. Un pays où la sécurité n'est plus assurée, ni le soir, ni dans les transports en commun, ni dans la rue, est un pays économiquement et profondément menacé. Qui va investir en France si ce chaos permanent perdure ?
 
Il faut protéger nos boîtes !
 
La liberté de circuler entravée menace les entreprises : impossibilité de respecter certains contrats dans les temps, absences du personnel, engagements non sécurisés, retards accrus des paiements ... et lassitude chronique. Dans cette ambiance, la direction de l'entreprise freine sa propre croissance, on repousse les investissements, on brise l'acceptation à l'impôt qui finit par ne plus avoir de sens, on recule le recrutement "ce n'est pas le moment...".
Enfin les méfaits impunis de toutes sortes, sur la voie publique ou ailleurs, font naître un véritable sentiment d'injustice pour des entrepreneurs auxquels "on ne passe rien". La justice ne remplit plus sa fonction, la santé vacille, la police est agressée, les seules réactions ministérielles sont souvent de s'indigner sur les réseaux sociaux comme de simples spectateurs ! Nous en sommes là.
 
L’entreprise, seul socle de stabilité après avoir été inlassablement fustigée se révolte elle aussi, silencieusement. La sécurité est une nécessité économique, répétons-le et cela va loin : lorsqu'on refuse par exemple à un chef d’entreprise classée Seveso de lui communiquer les fichés S. ! Les menaces viennent de partout. Elles peuvent se classer en 8 familles : atteintes physiques sur site, atteintes à la réputation, fragilisation, désorganisation, atteintes aux savoir-faire, intrusions non consenties, fragilités humaines, risques financiers, et bien sûr
risques informatiques *
La Gendarmerie (DGGN) est d'ailleurs très active sans qu'on le sache et désamorce des cyber-attaques visant nos entreprises. Un des trois piliers de ladite Intelligence Economique avec la veille et l’influence vise notamment à identifier risques et menaces et à protéger les actifs matériels et immatériels, il s'agit de diffuser au sein de toute entité une culture de sécurité du patrimoine économique. Il faut protéger nos boîtes ! Et cela concerne tous les métiers et tous les collaborateurs de demain.
 
En attendant, c'est aussi la responsabilité de chacun d'entre nous de rétablir une "ambiance "de sécurité, il faut adopter une vigilance, se sentir concerné par tout, oublier le "c'est pas mon problème" rétablir l'autorité nouvelle sans complaisance y compris et surtout avec nos propres enfants : étudiants qui détruisent des livres et boycottent des personnalités de haut niveau. Non aux faux alibis démocratiques, non à la censure et non à l’idéologie galopante d'un politiquement correct ravageur. Le droit de grève comprend aussi un devoir : la responsabilité de ne pas en jouer sans vergogne pour des intérêts strictement personnels.
Il va falloir prendre conscience enfin que la stabilité économique de notre pays est très fragile et qu'elle est menacée. Tout ce qui a pu être fait dans la première partie de ce mandat présidentiel pour encourager la croissance, peut être anéanti en quelques semaines. N'abîmons pas notre pays comme des enfants gâtés, aidons-le à se réformer, même lorsqu’on n’est pas forcément d’accord avec la politique menée, l'urgence est là.
 
* Le mouvement ETHIC organise un colloque sur la cybersécurité le mardi 26 novembre prochain entre 8h30 et 12h00. (Informations :
https://www.ethic.fr/portfolio/cyber-securite-entreprises-a-de-jouer/
)
Invitations gratuites pour les lecteurs de Magistro
Envoyé par l'auteur, paru dans Challenges, 14 novembre 2019
MENTHON de Sophie


Chef d’entreprise
Présidente d'ETHIC  (depuis 1995)  (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance)
Membre du Conseil économique, social et environnemental (CESE)
 

   
Crée la "Fête des Entreprises", sur le thème : "J’aime ma boîte !"
     qui se renouvelle chaque année au mois d’octobre (depuis 2003).

A son initiative,
 1ère édition du congrès ETHIC FIRST au Palais des Nations Unies de Genève (2009)
     (512 participants issus de 23 pays,
     autour du thème : La Responsabilité Sociale des Entreprises en période de crise économique.
3ème édition du congrès ETHIC FIRST à Novancia (21 juin 2012)

S’est toujours investie dans la vie associative pour promouvoir l’entreprise privée.
A 21 ans, crée sa première entreprise de marketing téléphonique Multilignes Conseil (1969)
     Présidence jusqu’en 2004.
Lance le premier Syndicat du Marketing Téléphonique (SMT) (1979)
Rédige un code déontologique
     qui régit aujourd'hui la profession en France et dans plusieurs pays d’Europe.

Admise dans la réserve citoyenne avec le grade de Colonel
     Rattachée au corps des Officiers de la Gendarmerie Nationale (2007).

Nommée par le Président de la République au Conseil Economique, Social et Environnemental
     au titre de personnalité qualifiée (depuis 2010)
Membre de l’Observatoire Français des Conjonctures Economiques (OFCE) (depuis 2010)
Mission sur la Responsabilité Sociétale et Environnementale des entreprises (RSE)
     à la demande de Xavier Bertrand, Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé
     qui a donné lieu à unguide pratique illustré à destination des PME (20 000 exemplaires)
A souhaité présenter
     20 mesures d’urgence à prendre par le nouveau Président de la République (2012).
 
Intervient dans l’émission
     "Les Grandes Gueules" sur RMC
     "Les Experts du 9h-10h" sur BFM.
 
Ouvrages
Dans la collection Le monde d'aujourd'hui expliqué aux enfants 
(Editions Gallimard Jeunesse, qu’elle fonde avec sa fille Alexia Delrieu et avec qui elle écrit en tandem)
Illustrations : Clotilde Perrin puis Alice Charbin puis Henri Fellner :
La Police(2006)
L'Argent(2006)
     Prix de la Presse des jeunes au Festival de Montreuil 2007.
La Politique(2006)
La Publicité(2006)
L'Europe(2007)
La Justice(2008)
L'Entreprise(2008)
Le Supermarché(2009)
La beauté(2010)
Dangers (2010)
L'Armée (2011)

Distinctions
Officier de l'Ordre de la Légion d'Honneur
Commandeur de l’Ordre National du Mérite

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version