Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Effondrements en série

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Effondrements en série
L’effondrement de la France est partout palpable : effondrement de l’autorité publique, de l’école publique, de l’hôpital public, de la gestion publique. Même les ponts ne sont plus convenablement entretenus ! Lundi, celui qui enjambait le Tarn à Mirepoix-sur-Tarn s’est écroulé sous le poids excessif d’un chargement routier (deux morts). On a appris que les autorités ignoraient le nombre exact de ponts (entre 200.000 et 250.000). Leur maintenance, naguère sous l’ingénierie des Ponts et Chaussées, s’est diluée depuis que le ministère de l’Équipement a laissé place en 2007 à celui de la Transition écologique et à ses dérivés. Un récent rapport du Sénat sur les ponts français a fait ressortir que 25.000 d’entre eux, confiés à des gestions décentralisées, étaient en mauvais état. Mais il n’y a pas de budget disponible pour remettre tous ces ouvrages potentiellement dangereux à leur niveau de sécurité. Pendant ce temps, le gouvernement réfléchit à l’idée d’imposer un taux d’alcool zéro pour le conducteur…
Le nouveau projet pour la France est à penser dans toutes ses dimensions, civilisationnelles, sociales, économiques. L’observateur voit aisément les défauts d’une technocratie jacobine qui ne produit que des normes sans rapport, le plus souvent, avec les réalités humaines. Qui se met à l’écoute de la société civile, adepte du système D, comprend vite l’incongruité de maintenir un pouvoir vertical et hautain coupé de la vie des gens. Le général d’armée Pierre de VILLIERS porte un bon diagnostic quand il remarque, dans la postface de son dernier livre (2) : "L’individu se sent ignoré, laissé-pour-compte, sans pour autant savoir qui décide vraiment de son sort." Son éloge des chefs et de l’autorité est une critique indirecte du chef de l’État dont il fut un collaborateur démissionnaire. Reste à donner du contenu à ce nouveau monde. Pour l’instant, il ne suscite guère de réflexions poussées chez les intellectuels en pantoufles.

Paru dans Le Figaro, 22 novembre 2019
RIOUFOL Ivan

Né le 12 septembre 1952
Marié – 2 enfants
 

Journaliste


Université de Nantes
Diplôme d"études approfondies (DEA) de droit maritime et aérien
 
Au Figaro:
            Grand chroniqueur et Membre du comité éditorial (depuis 2000)
            Rédacteur en chef - informations générales (1995-2000)
Rédacteur en chef adjoint (1992-1994)
Chef de service (1990-1992)
Responsable de la rubrique Confidentiel (1988-1990)
Grand reporter (1985-1987)
Correspondant du Quotidien de Paris (1976-1984)
                        Du Journal du Dimanche
                        De Forum international
Journaliste à Presse-Océan
 
Ouvrages
La Tyrannie de l'impudeur (2000) - La République des faux gentils (2004) - Chroniques d'une résistance (2005) - La fracture identitaire (2007) - Où va la France ? (2008) - Chronique d’une année de crise (2009) - La démocratie d’apparence (ouvrage collectif) (2009) - Allez-y sans nous (ouvrage collectif) (2009) - De l'urgence d'être réactionnaire (2012) - A la recherche du peuple perdu (2011) -  Touche pas à ma France (2014) - Poings sur les i (2015) - La Guerre civile qui vient (2016) - La nouvelle révolution française (2016) -

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version