Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Grèves : le mauvais combat

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La grève a bien souvent en France un aspect "mythologique". En effet, héritiers d'une certaine vision de 1793, puis de la révolution bolchevique entretenue chez nous par la présence d'un fort parti communiste aujourd'hui exsangue mais relayé par l'extrême-gauche trotskiste, les meneurs grévistes continuent de vivre dans l'esprit du "grand soir" qui devait mettre à bas le système d'exploitation capitaliste. Résultat ? Les conflits sociaux ont souvent en France une dimension idéologique étrangère aux véritables enjeux et atteignent de ce fait parfois une violence sans rapport avec les revendications salariales.
Paradoxalement, la dureté des conflits résulte aussi de l'extrême faiblesse du syndicalisme français qui ne représente guère plus de 8 % des salariés lesquels ne se reconnaissent pas dans des centrales plus soucieuses de "révolution" politique que de défense réelle et concrète de leurs intérêts légitimes : la méthode forte a toujours été celle des petites minorités qui s'imposent aux majorités trop amorphes ou silencieuses. N'oublions pas non plus le privilège totalement obsolète octroyé aux quatre (puis cinq) syndicats dont les puissants du jour avaient décrété après-guerre qu'ils étaient seuls
"représentatifs" (CGT, FO, CFTC, CGC, CFDT) en raison de leur "attitude patriotique" durant l'Occupation leur conférant ainsi certains monopoles ou facilités, notamment au premier tour des élections professionnelles. Aucun gouvernement, depuis plus de 60 ans, n'a eu le courage d'abolir cette loi absurde qui a contribué à figer le monde syndical et à le rendre aussi peu attrayant que possible.

Climat idéologique marxiste basé sur la lutte des classes, faible représentativité des syndicats, cela explique que le dialogue social fonctionne mal en France. La grève est trop souvent ici le procédé ordinaire pour s'opposer à des mesures quand elle devrait être l'ultime moyen. Pour abandonner cette logique d'affrontement et lui substituer une pratique du dialogue social, il faudrait des syndicats vraiment représentatifs et soucieux avant tout de l'intérêt des salariés et du bien commun.
"La grève, lit-on dans le Catéchisme de l'Église catholique, est moralement légitime quand elle se présente comme un recours inévitable, sinon nécessaire, en vue d'un bénéfice proportionné. Elle devient moralement inacceptable lorsqu'elle s'accompagne de violences ou encore si on lui assigne des objectifs non directement liés aux conditions de travail ou contraires au bien commun" (n. 2435). De ce point de vue, il est difficile de justifier les grèves de novembre qui, loin de viser à une quelconque égalité, revendiquent au contraire le maintien d'un privilège les régimes spéciaux de retraite d'une époque révolue qui n'a objectivement plus aucune raison d'être : ainsi, les syndicats apparaissent-ils comme les défenseurs d'intérêts particuliers minoritaires injustifiables, ce qui ne fait qu'accroître le ras-le-bol des Français, excédés d'être pris en otage par une toute petite minorité de privilégiés.
Cette grève repose une fois de plus la question d'une prestation minimum dans les services publics. En effet, il est intolérable qu'un pays entier soit plus ou moins paralysé ou subisse un tel désagrément en raison d'une grève qui ne le concerne nullement directement. Sans même parler des coûts d'un tel mouvement pour la collectivité, personne n'ose évoquer les dégâts humains qu'il occasionne. "On ne peut jamais oublier que, lorsqu'il s'agit des services essentiels à la vie de la société, ces derniers doivent être toujours assurés, y compris, si c'est nécessaire, par des mesures légales adéquates, enseignait Jean-Paul II. L'abus de la grève peut conduire à la paralysie de toute la vie socio-économique. Or cela est contraire aux exigences du bien commun de la société" (Laborem exercens, n. 20, § 7).
Remarquons qu'il n'y a d'ailleurs nulle "égalité" quant à l'"efficacité" du droit de grève : seuls ceux qui ont un grand pouvoir de nuisance peuvent peser à l'échelon politique, c'est-à-dire précisément tous ceux qui sont au service du public ou qui disposent de moyens pouvant le gêner (les camionneurs par exemple). La notion de bien commun ayant totalement disparu du langage politique, longtemps, quasiment personne parmi nos élites bien-pensantes ne s'est offusqué d'une telle situation. Nicolas Sarkozy avait promis de légiférer sur ce point, mais on n'en a guère entendu parler durant le conflit.
Une grève en appelant toujours une autre - c'est contagieux - les "étudiants", toujours généreux et solidaires des malheureux exploités, ont emboîté le pas pour dénoncer la réforme des universités. Je mets des guillemets, car il est assez clair que les étudiants sont manipulés par les groupuscules trotskistes qui se moquent pas mal de l'avenir des facs. Le vote de la grève à main levée lors
d'"assemblées" caricaturales, les grévistes qui empêchent la majorité de travailler, tout cela est le signe de l'extrême-gauche peu soucieuse de la liberté et la légalité. On attend que le grand nombre des étudiants opposés à cette grève ridicule se fasse entendre un peu plus fort et rejette les perturbateurs le plus souvent étrangers aux facultés : mais n'est-ce pas surtout aux pouvoirs publics de s'en occuper ?

Accrochés à des privilèges d'un autre temps, les syndicats français se sont battus contre des moulins à vent et ont totalement laissé passer le démantèlement de la plupart des services publics imposé par la philosophie néo-libérale de l'Europe. Un tel aveuglement laisse perplexe…
www.lanef.net

GEFFROY  Christophe

Né le 14 janvier 1959
Marié -   enfants




Directeur fondateur de la revue La Nef, mensuel catholique (1990)


Ecole Centrale de Nantes
Institut de Sciences-Politiques (Paris)
 
Cadre dans l'industrie automobile

  Ouvrages
Enquête sur la messe traditionnelle (avec Philippe Maxence) (1998) - Au fil des mois (2000) - Jean-Paul II, les clés du pontificat (avec Yves Chiron et Luc Perrin) (2005) -

Nombreuses collaborations
une vingtaine de livres et hors-séries

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version