Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

En France (776)

Changeons notre politique extérieure   Le comportement du Président Trump au dernier G7 puis sa décision de sortir de l’accord de Paris sur le climat, montrent qu’il applique sa doctrine "America first" et qu’il ne faut plus compter sur les Etats Unis aussi bien pour notre défense que pour notre politique économique. C’est là l’aspect positif de l’affaire : contrainte et forcée, l’Union Européenne et d’abord la France va devoir réorienter sa politique extérieure. Il est un peu navrant de voir qu’au dernier sommet de Saint-Petersbourg, la France n’était guère représentée que par des pétroliers et que Poutine en a été à faire les yeux doux au président Indien. L’Europe a fait de même, après la sortie décidée par Donald Trump de l’accord de Paris, c’est avec la Chine qu’elle s’est concertée. La réception à Versailles de Vladimir Poutine laissait espérer que la France allait enfin mener une politique conforme à…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Quand la soif de pureté révèle l’écroulement du politique   Les "affaires" et l’exemplarité des hommes politiques tournent à l’obsession et étouffent toutes les autres questions. Dans une sorte de roulement continu, les scandales s’enchaînent les uns aux autres, écrasant la vie publique. Depuis 2011, une tornade sans fin de mises en cause du comportement des dirigeants semble emporter la politique française : DSK, Cahuzac, Thévenoud, "Merci pour ce moment" et ses suites, Bygmalion… Les primaires de droite ont été dominées, fin 2016, par la quête de la vertu : "qui imagine de Gaulle mis en examen ?". Les présidentielles de 2017 ont été broyées par le "Fillongate". Et puis aujourd’hui, à peine un mois après l’élection d’un nouveau président, voici le gouvernement empêtré dans une série de mises en cause personnelles qui de nouveau, embrase la sphère politico-médiatique. Jamais, dans toute l’histoire, l’ébranlement par les affaires d’une nouvelle équipe issue du suffrage universel…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Présidentielle 2017 : une euphorie trompeuse et dangereuse   Dans l'histoire de France, un certain nombre d'événements politiques ont donné lieu à des scènes de liesse, souvent de courte durée. Maxime Tandonnet met en perspective l'élection présidentielle de 2017 avec ces événements.   Le passage de la déprime à l'euphorie collective, la béatitude, l'extase est une constante du caractère français et de l'histoire politique de la France contemporaine. Dans ces moments-là, toute manifestation de réserve ou de préoccupation pour l'avenir expose son auteur à l'opprobre, à l'exclusion et aux insultes. Au mieux, il est ringard, pessimiste, aigri, chagrin, jaloux, vieux, homme du passé, dépassé, rabougri, grincheux. Au pire, le voilà étiqueté de traître, réactionnaire, fasciste... Il est étrange de constater comment, de siècle en siècle, les mêmes phénomènes d'hystérie joyeuse se retrouvent avec constance. Mais bien souvent, les manifestations de joie, de bonheur retrouvé, d'allégresse nationale, forment un écran de fumée…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Saisirons-nous la fenêtre d’opportunité en Syrie ?   Depuis cinq ans, je répétais que nos gouvernements avaient "tout faux" pour leur politique en Syrie. Après avoir cru que le président Assad ne ferait pas plus le poids que Ben Ali en Tunisie, nos gouvernements successifs ont soutenu des groupes apparentés à ceux que nous combattions en Afghanistan et en Afrique, au Sahel notamment. Aujourd’hui, il est clair que le président Assad est en train de vaincre : les positions tenues par ses opposants se réduisent chaque jour. Finalement ses adversaires sont regroupés en deux entités : ceux proches de Daech - le califat islamique -, et l’Armée syrienne libre soutenue par les Etats-Unis. Et cette Armée syrienne libre se garde bien de s’en prendre à Bachar el Assad et aux territoires qu’il contrôle. Je dirai qu’il existe une connivence entre cette Armée syrienne libre et les forces de Bachar el Assad. Bien des…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Technique de gouvernement et gouvernement technique   Entre la Droite "la plus bête du monde" et une Gauche sans boussole, une vaste esplanade de possibilités est ouverte à la recomposition du paysage politique français dans ses instances les plus élevées (Assemblées – Exécutif) tout en conservant le solide et puissant socle des représentations territoriales sur lequel s'appuie la réalité du pays. L'astuce est là : on change sans détruire. Notre Grand Elu nouveau semble avoir – dans son cerveau bien fait et avec son équipe – efficacement assimilé les leçons du passé, la stratégie des verrous et des ouvertures ainsi que l'art de contourner les blocages. Les différentes tentatives de "gouverner au Centre" ont toujours échoué en France, ou du moins, ont été éphémères, dévorées par leurs deux ailes et réduites à l'immobilisme en raison de la fuite des soutiens parlementaires. L'exemple le plus terrible est celui de Raymond Barre lequel,…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
La démocratie française immature   Pour la philosophe*, la démocratie suppose l’affrontement entre adversaires. Or le FN est considéré comme un ennemi intérieur.   Le vrai perdant de cette élection, c’est la démocratie. Un candidat est élu ici non pas parce que ses convictions et son projet agréent à une majorité de Français, mais parce qu’il faut absolument éviter l’autre courant, considéré comme un grand danger pour le pays. Comme il est normal quand il y a péril, tout le monde se porte sur lui, même sans enthousiasme. Ce n’est pas la première fois. Il y a quinze ans, beaucoup d’électeurs de gauche disaient avoir voté Chirac "en se bouchant le nez".   La démocratie est un régime politique qui repose sur le débat/combat à la loyale entre courants de pensée en désaccord sur la question du bien commun. Ce que nous avons sous les yeux en revanche, c’est une…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
L’essentiel du vivre ensemble   Les Français ont choisi le cadre dans lequel il fallait résoudre les problèmes mais n’ont été ni interrogés ni informés sur la complexité des problèmes à résoudre. 41 % des Français majeurs ont choisi le cadre de l’Union Européenne avec Macron, 21 % des Français majeurs ont choisi le cadre de la nation française avec Le Pen, 38 % des Français majeurs n’ont pas souhaité répondre à la question soit en ne s’inscrivant pas (6 %), soit en ne se déplaçant pas (24 %), soit en votant blanc ou nul (8 %). Mais si le cadre est intéressant puisqu’on ne peut passer à l’action que dans un cadre donné, l’important est d’abord le but que l’on se donne et les moyens mis en place pour y parvenir. Or sur ces points c’est le grand flou partout car dans les trois groupes, il n’y a aucune…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
En marche… mais vers quoi ?   L’élection d’Emmanuel Macron a l’apparence d’un "miracle républicain". Le système politique français est depuis longtemps accusé de sclérose et d’incapacité à se renouveler. En 2016-2017, l’électorat a donné un fulgurant coup de balai dans la fourmilière et l’homme qui entre à l’Élysée est à 39 ans le plus jeune président de l’histoire. La vie politique française se trouvait empêtrée dans le vieux clivage droite/gauche. Soudain, cet archaïsme semble voler en éclats. Sa victoire ébranle un système de partis discrédité, annonçant peut-être une recomposition du jeu politique. Elle écarte les solutions démagogiques. Son exploit apporte un air de fraîcheur à la vie publique. L’histoire n’offre aucun exemple équivalent de l’ascension fulgurante d’un inconnu qui bouscule les chasses gardées et les rentes de situation, à l’exception de Louis-Napoléon Bonaparte, élu président de la République le 10 décembre 1848 à 40 ans.   Miracle français ou étrange…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
La punition de la France   Macron, instrument de la mise en tutelle de la France "Il faut ignorer l'Allemagne, pardonner à la Russie et punir la France." La déclaration faite en mars 2003 par Condolezza Rice, la conseillère du président Bush pour la sécurité nationale, est la réaction au refus de notre pays de participer à la deuxième guerre du Golfe. Thomas L. Friedman, le célèbre éditorialiste du New York Times, allait plus loin : pour lui, la France "n'est pas seulement une alliée irritante ou une rivale jalouse. Elle est devenue l'ennemie des Etats-Unis".   Delenda est Gallia Qu’avait donc fait la France ? Avait-elle envoyé des commandos au secours de Saddam Hussein ? Lui aurait-elle livré des armes ? Avait-elle interdit le survol de son territoire aux avions de l’OTAN ? Pas le moins du monde : elle s’était contentée de ne pas participer à la coalition qui a détruit l’Irak en 2003 dans…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version