Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

En France (917)

La zone franc, le Franc CFA, forces et faiblesses au-delà des polémiques politiciennes et des postures idéologiques   Le Franc CFA et son impact sur les sociétés africaines en particulier sont revenus sous le flash des projecteurs à l'occasion d'une “sortie“ tonitruante et peu diplomatique d'un jeune ministre italien. La présente note a pour objectif de rappeler ce que sont la zone Franc et le Franc CFA, leur évolution, leur utilité ou leur frein au développement économique et à la stabilité monétaire des pays de ladite Zone.   Zone Franc et Franc CFA. Un rappel Mis en place par décret de la République Française le 25 décembre 1945, le Franc CFA allait évoluer notamment avec le processus de décolonisation des années 60, la création de la zone Franc, la dévaluation du Franc CFA en 1994 et la mise en place de l’Euro. La Zone Franc inclut les anciennes colonies françaises…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Un peu d'histoire, retour à la case départ                                        Excédé autant que terrifié par les colères populaires récurrentes de plus en plus violentes sévissant dans son Royaume, Louis XVI décida en Janvier 1789 – conseillé par un entourage pétrifié – de réunir ses sujets en Etats Généraux, ce qui n'avait pas été fait depuis 1614. Les esprits chagrins peuvent remarquer le total manque d'esprit démocratique dans le gouvernement des Bourbons. Les royales lettres de convocations, prévoyaient des élections à ces Etats, établissaient le règlement électoral, maintenait la représentation par "ordres" (Noblesse – Clergé – Tiers) mais doublait le nombre des élus du Tiers, "force vive de la Nation". En effet depuis 1786-87, émeutes, jacqueries, violences, assorties de "cahiers de doléances" ne cessaient d'alarmer le pouvoir central, sans qu'aucune solution  puisse être envisagée : la pauvreté, la désespérance généralisée, l'exaspération fiscale, l'immobilisme économique, entretenaient une révolte sournoise, rampante, omniprésente. Il était temps…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Pourquoi la démocratie française s'abîme   Quel est ce pays où la justice décide de perquisitionner un journal et où la liberté d'expression est mise sous la surveillance d'une loi anti- "fake news" ? Quel est ce pays dont les parlementaires veulent réduire le droit de manifester tandis que des protestataires se font éborgner ou arracher des mains par des armes dangereuses utilisées par les forces de l'ordre ? Quel est ce pays dont le président s'invite régulièrement sur des télévisions durant d'interminables heures, tout en dénonçant l'influence d'un pays étranger sur le peuple révolté ? Bref, quel est ce pays où le pouvoir peut recourir à l'intrusion, à la suspicion, à la répression, au complotisme, à la propagande pour tenter de se protéger de citoyens excédés ? Cette régression démocratique ne s'observe ni dans la Hongrie d'Orban, ni dans l'Italie de Salvini, ni dans aucune des nations "populistes" dénoncées…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Les Urgences débordées : le déni de l'immigration   Dans le grand débat national, l’immigration est un sujet enfoui. Alors que ce problème revient régulièrement dans les sondages, il affleure à peine dans les prises de paroles organisées par le gouvernement. Et cette même réticence à aborder une question centrale se retrouve ce mercredi dans le rapport de la Cour des comptes. Abordant la situation d’asphyxie des urgences hospitalières, la Cour jette un voile pudique sur l’usage souvent abusif qui en est fait par des immigrés. Certes, elle constate que le problème de saturation ne cesse de s’amplifier : elle a comptabilisé 21,2 millions de passages aux Urgences en 2016, contre 18,4 millions en 2012, soit une augmentation de près de 15 % en 4 ans (Le Figaro de ce mercredi). En région Ile-de-France, le temps de passage médian est de 2h40. Il est entre 4 h et 8 h…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Ces deux France qui s'ignorent   FIGAROVOX/CHRONIQUE - La banlieue ne s'est nullement sentie concernée par les "gilets jaune" tandis que les "gilets jaunes" n'ont pas parlé des banlieues, ni d'immigration ni d'islam.   Mais qu'allait-il faire dans cette galère ? C'est la question qu'on pouvait se poser en voyant Emmanuel Macron débarquer en début de semaine dans une commune de la banlieue parisienne pour un nouveau round du "grand débat national". La banlieue, la terre où il n'y a pas de rond-point et, quand il y en a, ils sont vides. La banlieue, d'où les seuls "gilets jaunes" estampillés furent les pillards des premiers samedis de novembre, en particulier ceux qui ont saccagé l'Arc de triomphe. La banlieue qui, en dépit des efforts des professionnels gauchistes de la "convergence des luttes", a ignoré avec un rare dédain, teinté de sarcasmes sur les réseaux sociaux pour les "Gaulois", les revendications…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Macron face au “néo-féodalisme” des barons   Vive les communes et les départements ! Quand, la semaine dernière, Emmanuel Macron parlait de "conversion personnelle" à effectuer, il parlait de sa manière de s'exprimer dans ses échanges directs avec les Français. Mais il est un autre domaine sur lequel le chef de l'État a aussi opéré une "conversion": sa relation aux territoires ; et plus particulièrement à l'organisation des territoires. "La commune et le département correspondent à l'histoire pré-révolutionnaire et révolutionnaire du pays. Pour les citoyens, ce sont des relais identifiés avec l'État, des échelons reconnus et appréciés par eux", confiait-il lors de sa rencontre jeudi dernier avec des journalistes. Une évidence ? Oui, sauf que ce plaidoyer s'accompagne d'une critique des régions retaillées par François Hollande, "trop grandes et souvent sans identité véritable", et de l'intercommunalité, durcie par la loi NOTRe votée sous le même mandat.   Cette grille de lecture…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
La passion de la division   C’est un lieu commun de dire que les Gaulois témoignaient d’une véritable passion pour la division. Elle aurait été l’une des causes principales de leur défaite face à Rome. Et cela se perpétue à travers les siècles : les descendants des Gaulois ont gardé la même passion, au point que celle-ci ruine aujourd’hui les familles politiques de l’intérieur, rendant superflue toute attaque de l’extérieur. Avec des amis aussi sûrs que ceux qu’il m’a été donné de voir récemment, les Républicains n’ont pas besoin d’adversaires.   Dans une petite ville (ou gros village) de la France rurale se tenait récemment une réunion publique autour de la députée LR de la circonscription. Pour la soutenir étaient présents d’autres députés du même parti, et non des moindres puisque le président du groupe à l’Assemble avait fait le déplacement, accompagné d’autres élus de diverses régions. Précisons que l’auteur de…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Intercommunalité ou "supracommunalité" ?   Les lois territoriales françaises de la décennie 2010 se présentent comme voulant des "intercommunalités renforcées" (1), c’est-à-dire pour que les établissements publics réunissant plusieurs communes aient de très larges compétences. S’agit-il de développer un échelon géographique au service des communes et de leur population ou d’une "supracommunalité", c’est-à-dire d’un échelon qui décide à la place des communes et donc les commande ?   L’intercommunalité au service despopulations des communes Il convient d’abord de rappeler que l’intercommunalité est, en France, une pratique fort ancienne. En effet, alors que les communes acquièrent – enfin – une certaine autonomie avec la loi communale de 1884, la première loi rendant possible l’intercommunalité date du 22 mars 1890. De fait, dès la fin du XIXe siècle, des communes s’associent dès qu’un projet, pour être mené à bien, le nécessite. Au fil des décennies, l’intercommunalité contribue à équiper la France en…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
La France, terre de violences et patrie de la guerre civile   Des blessures à la tête, des gens éborgnés, des mains arrachées. A chaque semaine, son nouvel acte de manifestations de "gilets jaunes". A chaque semaine, son nouveau lot de heurts, de violences, de blessures graves. Les "gilets jaunes" se plaignent des brutalités policières. Les policiers se plaignent de la violence des manifestants. Dialogue de sourds. Les deux camps n'ont pas tort. Depuis novembre, il y a eu, dans les rangs de la police, plus de mille blessés.   Mais on n'avait jamais vu depuis Mai 68 les forces de police aller ainsi au contact des manifestants, les viser à tir tendu, à face d'homme et à courte distance ; jamais on n'avait vu charger la police à cheval, jamais on n'avait vu des blindés se mettre en branle, jamais on n'avait vu les effectifs de la BAC se déployer…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version