Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

En France (741)

La tragédie des éleveurs   Périco Légasse a raison de dire qu'à côté de la tragédie que traversent les éleveurs bovins, hier à viande, aujourd'hui laitiers, la querelle du burkini ou la démission de Macron paraissent des sujets bien frivoles. Des prairies et dans les prairies, des vaches; au milieu une ferme avec un fermier et un chien; c'était là une part essentielle de ce qu'était la France (rien de comparable à tous les pays où on ne voit pas d'animaux dehors, l'élevage s'y faisant hors sol). C’est cela qui disparaît et parfois tragiquement : des centaines d'agriculteurs surendettés et désespérés sont conduits au suicide chaque année dans l'indifférence générale. Il y a quelques jours, je passais à Saint-Benoît-du-Sault, un de plus jolis villages de France dans une région, le Sud-Berry parmi les plus déshéritées. A la sortie du village, une ferme à l'abandon : l'herbe avait poussé sur les…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Essai de réflexion en droit sur les édifices du culte musulman en France   "Pour les pères fondateurs de la loi de 1905, puis de celle de 1907 sur les cultes, la laïcité n’est pas le refoulement des religions ou de leurs manifestations de l’espace public vers la sphère privée. C’est le refus de l’accaparement de l’État et de la société par les religions et, inversement, de la mainmise de l’État sur celles-ci. C’est, selon J. Jaurès, la fin de l’infaillibilité d’Église ou d’État. Pour A. Briand, et la majorité qui l’a suivi, il doit s’agir d’une loi de séparation "loyale".   Cette citation, extraite des Réflexions sur la laïcité, contenues dans le Rapport du Conseil d'Etat 2004, montre implicitement que cette Loi du 9 décembre 1905 constituait le point d'aboutissement d'un processus de divorce entre l'Etat et les Eglises, prises au sens large, au premier rang desquelles l'Église catholique,…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
De la salle de classe dépend le sursaut ou le déclin de la France La génération sur les bancs du collège et du lycée en sortira moins instruite que celle de ses parents, s’alarme le professeur de philosophie.     En 2017, aucun sujet ne sera plus vital que l’école. Non que les autres problèmes qui touchent notre pays soient insignifiants, bien sûr ; ils sont d’une importance cruciale. Mais leur résolution passe à chaque fois, si l’on veut agir en profondeur, par le chemin de l’école. Vous voulez reconstruire une économie forte et innovante ? Commençons par refaire l’école. Lutter contre la désaffection de la politique et restaurer un débat d’idées digne de ce nom ? Commençons par refaire l’école. Sauver l’unité de la société française en empêchant une fraction de la jeunesse de sombrer dans les délires de l’islamisme ? Commençons par refaire l’école.   La crise que traverse notre pays, sous…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
La jungle, de Calais à Marseille   Marseille, mercredi 21 septembre 2016 vers 23h20. Sortant du travail avec un collègue je remonte la Canebière pour regagner mon hôtel. En bas de la célèbre artère, face à la Bourse, j’ai une sensation curieuse : à vingt mètres de nous, sur notre droite un groupe de "jeunes" va bientôt nous croiser, origine méditerranéenne et uniforme de rigueur : survêtement et casquette vissée à l’envers. Ils n’ont pas dix-huit ans, ils sont grands et maigres comme des loups. L’un d’eux me met ostensiblement en joue avec une arme d’épaule. Je ne réalise pas ce qui se passe. J’entends comme dans un rêve la voix de mon collègue qui dit : "c’est dingue !" Sans ralentir ni dévier de ma route, je fixe mon agresseur dans les yeux, des yeux brûlants de haine et de connerie. Il baisse son arme. Arrivé à moins de dix mètres, il me…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Islam : réalité et fantasmes Ils ont sorti leurs rames. L’Institut Montaigne, le rapporteur Hakim El Karoui et les médias. Tous ont fait assaut de titres lénifiants, d’analyses anesthésiantes, d’optimisme forcé. Tous, en bons libéraux tolérants, étaient persuadés qu’une étude scientifique sur les "musulmans de France" détruirait les "fantasmes sur l’islam". Le résultat est probant : la réalité "scientifique" s’avère pire que les fantasmes. Alors, depuis, ils rament. Ancienne plume de Jean-Pierre Raffarin, Hakim El Karaoui a trouvé 46 % de musulmans "sécularisés" qui acceptent les "valeurs de la République" ne revendiquent ni charia ni voile dans la rue. Ce sont les fameux "musulmans modérés" chers à notre langue de bois médiatique, mais ils ne sont qu’une petite moitié, et non la quasi-totalité, comme on nous le serine péremptoirement depuis des années ; et même ceux-là sont modérément musulmans et pratiquent beaucoup plus que leurs concitoyens d’autres confessions. Ce qui n’est pas négligeable,…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Comment maîtriser la France inflammable   En France, les cités d’immigration s’enracinent dans la sécession territoriale, antichambre de la guerre civile qui vient. Un sondage Ifop pour l’Institut Montaigne, publié dimanche, confirme une situation connue ici, mais que nient les "sociologues" hypnotisés par l’islam colonisateur : la moitié des jeunes musulmans (15-25 ans) rejette le modèle démocratique pour lui préférer la charia totalitaire. Cette rupture avec les valeurs républicaines est plus généralement partagée par 28 % des sondés, qui disent leurs choix pour la burka, la polygamie, la non-mixité, le djihad, la contestation de l’Occident. Parmi les "modérés", 65 % défendent le voile, 80 % veulent de la nourriture halal dans les cantines scolaires. L’Institut Montaigne tente de se rassurer en remarquant que 46 % seraient néanmoins "sécularisés" ou en voie de l’être, même si la religion occupe une place très importante dans leur vie. En fait, l’échec de l’intégration est explosif.   Ce repli…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Le gâchis syrien Depuis le XVI° siècle et jusqu’en 2010, la France avait une place éminente en Syrie : beaucoup de Syriens parlaient notre langue, elle était enseignée dans le système éducatif. La majorité des Syriens gardaient de notre mandat un souvenir positif, quoiqu’en pensent les obsédés de la repentance. En 2011, nos dirigeants, pour qui le monde arabophone, c’est tout un, crurent que la Tunisie et la Syrie, c’était pareil et même. Ils n’avait pas vu de différence entre Ben Ali et Bachar le Assad : ce dernier est certes un tyran, mais il utilise et il respecte les minorités. Ses adversaires, financés et soutenus par l’Arabie saoudite, le Qatar, la Turquie veulent donner la prééminence aux Musulmans sunnites et éradiquer ou mettre les minorités à la portion congrue. Nous nous sommes alignés sur les adversaires de Bachar el Assad, rejoints par les Etats-Unis et Israël. C’était tellement reposant d’imiter Israël…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Quelle politique étrangère pour la France ?   Au sommet du G20 d’Hangzhou (4-5 septembre 2016), il était frappant de voir à quel point la voix de la France ne portait plus. C’était d’autant plus vexant que ce sont des présidents français qui ont inventé ce type de sommet (Giscard pour le G7 en 1975 ; Sarkozy pour le G20 en 2008). On peut comprendre que plus personne dans le monde n’écoute, sur l’économie, les leaders politiques français, tant ils ont échoué, depuis trente-cinq ans, dans la gestion des comptes publics de leur pays. Mais on pouvait espérer que la voix de Paris se fasse davantage entendre sur les sujets diplomatiques classiques. Il n’en est hélas rien, comme l’a montré l’absence de la France dans le règlement du dossier de la Syrie, dont elle fut pourtant jadis la puissance mandataire. Pour qu’elle soit audible, une politique étrangère française doit être énergique,…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Conscription, réserves militaires et/ou "garde nationale"   La conscription pour quoi faire ? Le débat sur la conscription, relancé par certains candidats à l’élection présidentielle avec les derniers événements sur le territoire national, souffre de ne pas répondre à la seule question qui vaille : la conscription pour quelle finalité ? S’il s’agit de "faire la guerre" comme c’est le cas depuis plus de vingt ans sur les théâtres d’opérations extérieurs, alors, le choix de l’armée professionnelle ne saurait être mis en cause dans l’état actuel du monde et des menaces car, il y faut de "vrais" professionnels, entrainés et aguerris, ce que ne sera jamais un "conscrit". S’il s’agit de préserver la nation et la population de la menace d’actes terroristes, alors c’est l’affaire des services de renseignement, des forces de police et de sécurité et, in fine, de la justice. S’il s’agit d’apprendre aux jeunes français à se comporter en citoyen…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version