Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

En France (781)

En ce mois d'octobre, la vie politique française a été agitée par les deux "affaires" Frédéric Mitterrand et Jean Sarkozy. Je ne vais pas revenir ici en détail sur ces scandales sur lesquels tout a déjà été dit, le meilleur comme le pire. Ce qui m'intéresse, en l'occurrence, c'est la désinvolture du pouvoir politique, encouragée par une invraisemblable complicité médiatique, au point que ce pouvoir se croit tout permis en toute impunité. Car enfin, sans chercher à accabler ce bien triste ministre, il ne faut pas oublier que c'est lui-même qui a mis sur la place publique des confessions abjectes qui, dans un pays normalement constitué, auraient dû entraîner dès leur publication des poursuites judiciaires ou, du moins, une réprobation unanime, au lieu de quoi la critique parisienne y a vu un livre de haute littérature, ce qui en dit long au passage sur le degré de pourriture de cette…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
  Beaucoup ont fait il y a quelque temps, le parallèle entre l'altercation du préfet Girot de Langlade avec les employés chargés des contrôles de sécurité à Orly et les propos dérobés à son ministre Brice Hortefeux. Le premier sous l'effet du stress, le second, au contraire, de la décontraction se seraient laissé aller à des propos racistes. Situation d'autant plus cocasse que le second venait de sanctionner le premier pour cela. Et dont la leçon est que pour ne pas se laisser aller à des propos inconvenants, il ne faut être ni trop stressé, ni trop détendu... Mais c'est un autre parallèle que nous voudrions faire : entre l'affaire Girot de Langlade et la vague de suicides à France-Télécom, cette fois. Le fond de l'affaire se résume dans les deux cas en un mot devenu le sésame de la réforme de l'Etat et des entreprises autrefois publiques : l'externalisation. Cela veut…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Ce véritable génie de l'Histoire nous émerveillait par sa passion, par sa force de travail, par sa capacité de recherches, par son talent oratoire, comme par son humanité. Il était ainsi pour nous, selon le titre d'un de ses livres, La mémoire de l'éternité. Avec Alfred Sauvy (1), il n'avait eu de cesse de m'encourager à rejoindre l'alma mater, m'honorant de son amitié. Pierre Chaunu (2) laisse une oeuvre immense toujours à revisiter, et allant bien au-delà de la simple science historique. Pensons tout particulièrement à son ouvrage La mémoire et le sacré, une réflexion puissante et toujours à méditer. En 1989, quelques mois après mon élection à la Sorbonne, je lui avais adressé, il y a donc vingt ans, une modeste lettre ouverte : Lettre ouverte à Alfred Sauvy et Pierre Chaunu Après son admission au concours national de recrutement des professeurs d'Université, Gérard-François Dumont est désormais professeur à…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Les affaires qui ont perturbé la rentrée, le procès Clearstream, le projet de placer Jean Sarkozy à la tête de l'EPAD, les confidences de Frédéric Mitterrand, semblent s'apaiser, au moins provisoirement. Beaucoup de Français auraient volontiers passé au gouvernement ces soubresauts s'ils avaient eu le sentiment que le coche allait dans la bonne direction, que d'authentiques et utiles réformes étaient en préparation. Or la présente rentrée parlementaire est loin d'offrir une telle perspective. Aucun parmi les grands projets en chantier : la taxe carbone, la suppression du juge d'instruction, la réforme des collectivités locales, celle de la taxe professionnelle, qui ne soit à la fois plein de périls pour le gouvernement et contestable quant au fond. La taxe carbone est très impopulaire. Elle est également inutile - sauf pour renflouer un budget lourdement déficitaire - et dangereuse. Inutile car la France ne produisant que 1% du carbone mondial, cette taxe, qui d'ailleurs ne réduira l'émission qu'à la…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
"Sois vaillant et loyal !" C'est la devise de l'Ecole des mousses qui vient de renaître après vingt et un ans de sommeil Oh, un évènement modeste ! Il n'a pas défrayé la chronique, mais il vaut la peine d'être conté parce qu'il fut heureux et qu'il est appelé à le rester, ce qui est devenu plutôt rare, ceci expliquant cela L'Ecole des mousses, sur les bords de la rade de Brest, un des creusets historiques des équipages de la flotte, qui a donné à la marine pendant plus de 150 ans, parmi les plus vaillants de ses marins à travers le monde, avait été fermée en 1987 pour tout un tas de "bonnes raisons". A cette époque-là, d'aucuns contestaient, entre autres, l'idée que de jeunes gens de 16 ans pussent être "shangaïés" de la sorte par l'institution militaire, laquelle dans la logique riche de la conscription, s'était rangée à l'idée qu'elle…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Ayant dirigé pendant dix-huit ans une maison d'édition sur la rive gauche de la Seine, j'ai fréquenté pas mal d'êtres à la marge, voire franchement irréguliers, en m'abstenant de juger leur moralité. Mais je sais jusqu'où un certain snobisme prétendument libertin, ou libertaire, peut légitimer par fausse bravade la transgression la plus nauséeuse. Je ne connais pas le neveu de Mitterrand, j'ai lu le chapitre "exotique" du récit autobiographique dont il est question ici et là. La prose vaut ce qu'elle vaut sur le plan littéraire ; en l'occurrence, elle ébauche les contours d'une personnalité peu compatible avec la dignité d'une fonction ministérielle. Peu m'importe que les passages les plus glauques (euphémisme) aient suscité l'indignation de tels responsables du FN ou du PS : le ton de sincérité que l'on perçoit dans l'évocation fiévreuse des bordels thaïlandais suffit à me convaincre que cette nomination aura été une bévue. Et les…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
La 'votation' concernant le futur statut de La Poste, ouvertement soutenue par les partis, syndicats et élus de gauche, ouvre une porte fâcheuse au populisme. La France n'est pas la Suisse. Si on habitue nos compatriotes à conjurer ainsi leurs hantises, ou à valoriser leurs fantasmes, elle s'enlisera immanquablement dans l'inertie. En période de crise, les Français rêvent tous de caser leur progéniture dans la fonction publique, État ou collectivités territoriales. Organisez une votation sur la nécessité - ou pas - d'embaucher davantage de fonctionnaires ; ils répondront oui, comme ils l'ont fait sur le thème du maintien en l'état du service postal. Or, nul n'ignore qu'il faut réduire la voilure, sous peine de faillite. Demandez aux mêmes, par le même biais démagogique, leur avis sur la politique d'immigration : ils seront nettement plus radicaux que Le Pen. La démocratie représentative souffre déjà de maux imputables à la pression du…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Il est devenu aujourd'hui banal pour celui qui entre dans une église, en fidèle ou en touriste, d'y voir des installations d'Art contemporain. La question surgit invariablement que signifient-elles ? Quel rapport avec le lieu, son histoire et sa fonction ? Toute personne un peu cultivée sait aujourd'hui que "l'installation" est une pratique conceptuelle inspirée de Marcel Duchamp. Son principe est le "détournement" d'objets et de lieux dans le but de déstabiliser "le regardeur" et de modifier le sens du lieu et de l'objet détourné, dans le meilleur des cas à des fins "critiques". Cette démarche définit "l'AC" (1) Petite histoire d'une prise de pouvoir L'on sait que l'Etat et les communes ont en charge le patrimoine que constituent les églises construites avant la loi de 1906 de séparation de l'Eglise et de l'Etat. Mais depuis les années quatre-vingts le Ministère de la Culture s'intéresse tout particulièrement aux commandes d'art sacré. A…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
M. G.P. était professeur de dessin dans un collège d'enseignement privé sous contrat fort imprudemment, il fit dessiner ses élèves et, pour aggraver son cas, accrocha sans vergogne leurs oeuvres sur les murs de la classe. Une première fois, le 15 janvier 1979, une inspectrice, Mme M., IPR, (inspectrice pédagogique régionale), découvre les preuves de cette activité réactionnaire gravissime : le dessin. Elle commence ainsi son rapport d'inspection. "Dans une classe de 4ème Monsieur P. tenant compte de la saison enneigée propose à ses 24 élèves, une étude d'observation sur le parc alentour…". Voilà le corps du délit : non seulement les élèves dessinent mais en plus, ils peignent sur le motif ! "Monsieur P. demeure par trop ancré dans le désir de "réaliser" au détriment de la sensation-individuelle" (...) c'est encore au niveau de l'illustration qu'il se situe, (...) et les croquis, tracés au tableau, par un élève manifestent…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version