Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

En France (781)

Et si les pouvoirs publics s’inspiraient d’Airbus ?   Airbus annonce plus de 1 000 suppressions de postes obtenues en fusionnant le holding qui chapeaute toutes les sociétés du groupe, et la principale de ces sociétés. De nombreux double-emplois devraient disparaître, ce qui engendrera – si les espoirs se vérifient – non seulement des économies de personnel, mais surtout un raccourcissement du temps nécessaire à l’instruction des dossiers et aux prises de décisions. Autant dire que l’organigramme actuel a été reconnu comme un obstacle à l’efficacité : il est, d’après les décideurs de ce fleuron de l’industrie, possible de faire à la fois mieux et moins cher. Moins de palabres et de querelles entre petits et grands chefs jaloux de leurs prérogatives, plus de travail organisationnel réellement positif, tel est l’objectif.   Comment ne pas songer à tout ce que les pouvoirs publics pourraient faire dans ce sens ? N’avons-nous pas un doublonnage, ou…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
La droite est née dimanche dernier   Par la voix de Fillon, la droite affirme enfin ses valeurs au lieu de quêter l’approbation craintive de la gauche   L'élection sans appel de François Fillon comme candidat de la droite et du centre est inattendue et pleine de sens. Il s’agit bien d’un "événement" au sens de ce qui, arrivant sans crier gare, dévoile un arrière-fond de réalité qu’on n’avait auparavant pas pu ou, en l’occurrence, pas voulu voir. Certains évoquent une "révolution conservatrice". L’expression est allemande, et décrit d’abord ce courant multiforme qui au début du XXe siècle récusait la modernité en mettant en cause la démocratie et le libéralisme. Mais on a ensuite parlé d’une "révolution conservatrice" dans les années 1980 à propos de Thatcher et de Reagan. On peut se demander pourquoi utiliser la même expression pour des courants si divers, car ces deux personnalités n’ont aucunement récusé la…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Les catholiques ne sont pas morts, dommage !   François Fillon, comme il était prévu, l'a largement emporté au second tour de la primaire LR et il sera le candidat de la droite en 2017. Au-delà de l'analyse politique qui peut expliquer le sort différent fait par le peuple de droite et du centre à deux personnalités de qualité, je voudrais mettre l'accent sur un élan plus fondamental, une aspiration plus profonde qui ont structuré et bouleversé dans le bon sens cette campagne. Le catholicisme non seulement n'est pas mort mais il a eu le front d'affirmer son existence. La catosphère, comme on la qualifie vulgairement, qui a "dopé François Fillon" (L'Obs), a été représentée en effet par un compétiteur brillant qui ne s'est pas caché sous la table démocratique mais a illustré des valeurs, des principes, des convictions trop vite étiquetés de conservatisme social alors que j'y vois plutôt…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
La nation, véritable enjeu    La société civile, avec laquelle Fillon dit vouloir travailler, pourrait devenir l’utile renfort à ses éventuelles faiblesses. Car la France tranquille qui se lève s’est émancipée des interdits de penser imposés depuis quarante ans. La maréchaussée médiatique avait cru voir dans la Manif pour tous le chant du cygne d’une nation ringarde et moribonde, en dépit de ses centaines de milliers de manifestants. Les propagandistes avaient préféré faire la promotion de Nuit debout, cette minirebellion d’une gauche zombie qui enfilait des perles, place de la République, devant des journalistes subjugués. En réalité, Fillon est en passe de transcender une mobilisation lancée contre le mariage homosexuel pour en faire, au nom du bon sens pour tous, une résistance aux idéologies. Même si le Sarthois, pudique, est à l’opposé du Donald Trump tonitruant, les deux personnalités se retrouvent dans le rôle de porte-voix d’un électorat abandonné par…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Fillon-Juppé : quelle politique étrangère ?   Tous deux issus de la famille gaulliste, François Fillon et Alain Juppé ont, dans leur vie politique, souvent travaillé ensemble, au sein du même gouvernement. Parfois, ils furent à égalité, simples ministres, comme dans le gouvernement Balladur (1993-1995). Parfois, l’un fut hiérarchiquement au-dessus de l’autre. Fillon fut le ministre des Télécommunications du gouvernement Juppé (1995-1997). Juppé fut le ministre de la Défense puis des Affaires étrangères du gouvernement Fillon, de 2010 à 2012. Ce long cheminement commun explique qu’ils n’entretiennent pas de divergences fondamentales en politique étrangère. Tous les deux sont attachés à l’indépendance du pays, à son rayonnement culturel, à sa force nucléaire, à son adhésion à l’OTAN, à son appartenance à l’Union européenne et à l’euro-zone, à son respect des institutions de l’ONU, à sa politique méditerranéenne, au maintien de ses liens privilégiés avec l’Afrique francophone. Tous deux, sous Chirac, ont voté oui…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Chute de l’actionnariat individuel en France : signal d’alarme   Le nombre des personnes physiques détentrices d’actions, selon une information récente (Les Echos du 18 novembre), semble avoir diminué de moitié depuis 2008. Parallèle à celle qui touche la confiance accordée aux responsables politiques, cette désaffection est inquiétante : elle montre que la population s’éloigne des institutions tant économiques que politiques. Ne pas investir directement dans au moins une entreprise, c’est en effet un peu comme ne pas aller voter : on laisse à d’autres le soin de s’occuper de choix sur lesquels on estime n’avoir guère d’influence. Certes, la détention de quelques actions, comme un bulletin glissé dans l’urne, ne permet pas de changer à soi seul le cours des choses, mais les petits ruisseaux font les grandes rivières, et si les ruisseaux s’assèchent, les fleuves font vite pâle figure.   Participer crée du lien Il s’agit là d’un problème d’action collective.…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
La France entre la Russie de Poutine et l'Amérique de Trump                    Il fut un temps où la France impériale osait les alliances fortes et ouvertes avec les Tsars de Russie et ne craignait ni les jugements des nations européennes ni les cris des grandes puissances, car elle était la grande puissance que personne ne pouvait contester sauf quand cela dérangeait les intérêts de l'empire britannique. C'est ainsi que lors de la guerre de Crimée en 1854 la France de Napoléon III a préféré se rapprocher du Royaume-Uni après des siècles de conflits, au lieu de s'allier avec l'armée du Tsar pour en finir avec "la Turquie, l'homme malade de l'Europe", selon la juste expression de Nicolas Ier adressée à l'ambassadeur d'Angleterre. Certes l'empereur des Français après le traité de Paris du 30 mars 1856 marque une victoire personnelle quatre ans après son accession au pouvoir. La France impériale…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Une diplomatie aberrante qui met la vie des Français en danger   Retour de Syrie Invité par l’association Ahfad Ashtar -Les descendants d’Ashtar, ou Astarté, la déesse assyrienne de l’Amour et de la Fécondité, présidée avec une inlassable énergie et un patriotisme vibrant par le Dr. Ayssar Midani-, à venir donner une conférence à l’université de Damas sur la géopolitique régionale et mondiale de la guerre en Syrie, j’ai passé quatre jours intensément riches en rencontres et échanges chaleureux avec des Syriens de tous milieux et origines, heureux de voir un Français (j’étais accompagné du journaliste et écrivain Richard Labévière, grand connaisseur de l’Orient compliqué, souvent ostracisé par les médias officiels pour cette raison même) exprimer des vues différentes du gouvernement français sur la crise tragique entretenue en Syrie par les Occidentaux, c’est-à-dire les Etats-Unis et ses alliés, ou plutôt ses affidés, européens.   Le fond du sujet est là :…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Combler le vide   La Conférence des évêques, plutôt que de vouloir plaire à Mahomet, ferait mieux de s’occuper de ses ouailles. "Avignon n’est plus la Cité des papes mais celle des salafistes", s’indigne Philippe de Villiers, qui dénonce "trois générations d’hommes politiques (qui) ont livré le pays à l’islam" (3).   Le cardinal Robert Sarah est autrement plus convaincant que Mgr Pontier quand il déclare, cette semaine dans le Figaro Magazine : "Ce qui m’inquiète le plus, c’est que l’islam ne rencontre qu’un Occident décadent (…) qui n’offre aucune résistance spirituelle." C’est ce vide, créé par quarante ans de culpabilisations collectives et de fascinations craintives pour Allah, qu’il appartient aux Français de combler. Dans ce combat, la famille tient un rôle aussi structurant que la nation. Une enquête auprès de milliers d’élèves révèle leur attachement au récit national et à ses héros, dont les Gaulois, si décriés par l’islamo-gauchisme qui prétend…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version