Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

En France (934)

J'étais ce matin à la Poste. Tout y était chamboulé : plus de guichet ; si vous voulez acheter un timbre à 0,56 €, on vous mène à la machine automatique : le client doit s'adapter. Le préposé tient une boutique où il  vend des boîtes "Colissimo" à 10,50 €. Pour acheter une boîte simple à 3,5 €, on me dit d'aller à la librairie d'en face. On vend aussi dans cette boutique de beaux livres de cuisine, des albums photos. Je cherche un formulaire d'envoi en recommandé avec accusé de réception, il n'y en a que sans. Je fais la queue pour en demander, non pas au guichet mais autour d'une sorte de banque où se pressent de manière inorganisée quelques clients ; l'esprit-clientèle se développe à La Poste : avant moi, un vieux monsieur un peu sourd accapare l'employé douze minutes ; je me dis égoïstement que du temps où un employé grincheux, bien calé…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
J'ai de l'amour pour mon clocher (...) (site endommagé en 2013) ... piailler quelques enfants sous le préau de l'école, d'avoir à demeure une postière (à mi-temps) et une autorité municipale (deux cents habitants dans la commune). De même, j'ai une tendresse pour ces départements qui jusqu'alors annonçaient leur couleur sous la forme de plaques minéralogiques. La Corrèze n'a qu'un peu plus de deux siècles au compteur et le mot englobe des "pays", au sens braudélien du terme, fort dissemblables. Il n'en a pas moins une résonance : on est corrézien, ça situe sur la carte semi-imaginaire de nos attachements. Mais trente-six mille communes, quatre-vingt-seize départements métropolitains et vingt-deux régions, c'est déraisonnable. Sans compter les communautés urbaines et autres avatars de l'intercommunalité. Sans compter les Dom et les Tom. Cette architectonique administrative, dans un pays saturé de fonctionnaires, semble avoir été conçue par un émule d'Alphonse Allais, après boire. C'est…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Il faut avoir habité une ville, fût-elle de dimension modeste, pour apprécier la douceur de vivre dans un village de la campagne française. Surtout aux approches de l'automne, quand les estivants sont rentrés à l'école. Les grillons chantent encore dans les prés jaunis, le bleu du ciel a des pâleurs d'une suavité inouïe. Les feuilles commencent à tomber, les fougères à roussir, c'est le temps des girolles, des noisettes et des mûres, un temps qui coule avec lenteur autour d'un clocher plusieurs fois centenaire. Ici, le bonheur semble aller de soi. Pas de délinquance, ni de vraie misère ; juste la ritournelle des aubes givrées, des crépuscules langoureux et des nuits étoilées qui semblent des prémices d'éternité. Du coup, les tracas évoqués dans la presse que j'effeuille sont entachés d'irréalité. Pour un peu, j'oublierais que je vis à l'intérieur d'une parenthèse, dans un sursis de ruralité. La France contemporaine ne ressemble…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
  Comme ces revenants familiers d'un vieux château, le spectre du déficit de la Sécurité sociale, qui atteint aujourd'hui les 18 millions d'euros, revient au premier plan de l'actualité française avec son cortège de lamentations. Pour en cerner les causes, il suffirait sans doute de pointer des évolutions lourdes et inévitables, mais relativement récentes, comme celle de la pyramide des âges, ou des facteurs plus conjoncturels comme la baisse des cotisations dues à la crise. On pourrait même mettre en cause les nouveaux avantages accordés par le gouvernement Jospin ou la timidité de la loi Fillon de réforme des retraites du 21 août 2003 et surtout celle de la loi Douste-Blazy du 13 août 2004 de réforme de l'assurance maladie. Mais la propension bien française à l'emphase fait remonter au déluge : il faut à tout prix que sur ce sujet soit une nouvelle fois mis au pilori le prétendu "modèle social français", issu de ce qui serait…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
  A peine trentenaire, le jeune Cioran regarde l'armée allemande remonter le boulevard Saint-Michel. Et écrit ce texte, bientôt achevé par une date portée au crayon : 1941.C'est l'éloge d'un amoureux fou de la France, comme on le sait du grand Roumain qui allait écrire le français si parfaitement. Mais c'est aussi un texte qui en décrit la décadence et ses raisons.  Texte d'une lucidité et d'une intelligence hors du commun, si l'on regarde la jeunesse de l'auteur et sa qualité d'étranger, sa vision du de­hors Au fond, Cioran, qui, on le sait, n'aime rien ni personne, n'aime que deux choses : la France et la décadence. Le voilà comblé. Il y eut au monde deux cultures parfaites : la grecque et la française. Cultures de l'intelligence et de la forme portées au plus haut degré, c'est-à-dire surtout pas à l'incandescence mais à l'équilibre le plus fin, le plus élégant,…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Faut-il proscrire la burqa dans l'espace public ? Des parlementaires relancent un débat que nous avons connu avec la commission Stasi et l'interdiction du port de signes religieux à l'école. Comme le précédent, il sera biaisé par les intégristes de la laïcité. À l'époque,je ne trouvais pas opportun de pénaliser un usage vestimentaire certes connoté religieusement, mais relevant aussi d'une antique tradition méditerranéenne. J'aurais préféré que nos gouvernants osent proclamer dans les textes institutionnels européens nos racines chrétiennes, plutôt que de se dédouaner en humiliant des gamines, au risque de susciter un ressentiment chez nos compatriotes musulmans. Mais la loi ayant été votée, il faut qu'elle soit appliquée. Elle l'est et ça ne change rien aux problèmes de fond liés à l'acculturation de nos "minorités", comme on dit pudiquement. Ni au marasme dans nos écoles publiques. La burqa, c'est différent. Elle escamote une identité et à ce titre on doit…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
  Sans doute les moralistes - qui sont toujours légion dès qu'il s'agit de l'Afrique - trouveront beaucoup à redire à l'évocation du président Bongo,le dernier des dinosaures africains de la mouvance française : une démocratie approximative, la disparition suspecte de quelques opposants et même d'un amant de sa première femme ! des frasques tarifées un peu voyantes, un enrichissement personnel fabuleux, d'autant plus facile que le Gabon s'avéra très vite regorger de pétrole, etc. À propos de corruption, l'anecdote suivante : les ambassadeurs de l'Union européenne ayant été mandatés pour faire collectivement des remontrances en la matière aux chefs d'État africains (en Afrique, quand l'Europe parle d'une seule voix, c'est pour faire la morale !), Bongo les reçut courtoisement mais leur répondit, ironique, que si le sujet les intéressait, il pouvait, lui, leur parler pendant des heures de la corruption en France. Après tout, à un autre stade de…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Dîner chez Éric Besson avec Ferry et Slama, deux esprits qui tournent rond, et vite. Au menu : immigration, intégration et identité nationale, ces trois notions composant l'intitulé du ministère dont Besson vient d'hériter. Comme Hortefeux précédemment, il craint que le versant répressif de sa mission nuise à son "image".Toujours, chez tous les politiques, ce souci de l'image. Pourtant, il faut maîtriser les flux migratoires, refouler les clandestins et verrouiller les frontières de Schengen sous peine de tragédies futures. Tous les gouvernants européens en sont convaincus, qu'ils soient de droite ou de gauche. En France seulement, dans une fraction des élites, prévaut l'idée d'une vocation nationale à récupérer le tout-venant pour fabriquer de la citoyenneté avec du cosmopolitisme. C'est méconnaître l'histoire-géo de la France. Aussi ai-je suggéré à Besson, puisqu'il est en charge de "l'identité nationale", de la définir dans sa triple dimension : une damasserie de terroirs, une longue…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
  C'est politique !... Sésame des apprentis sorciers ? Il n'y a pas un jour qui passe sans que, dans les familles, dans les journaux, dans la rue, dans les conseils d'administration, dans les instances professionnelles et syndicales, et bien sûr au Gouvernement et au Parlement ... ne soit prononcée cette sacrosainte expression, ce sésame miraculeux, ce viatique purificateur : c'est politique ! Il n'y a pas un seul citoyen, pas un cadre, pas un journaliste, pas un administrateur, pas un élu, qui ne cède pas à la tentation d'expliquer l'inexplicable par cette formule magique. Certes, nous savons tous que la politique traite des affaires de la cité, et qu'elle se définit comme "l'art et la pratique du Gouvernement des sociétés humaines". Mais, en fait, que recouvre dans la réalité cette notion de "choix politique" ? Comment peut se définir la décision politique ? Est-ce une décision prise dans l'intérêt général…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version