Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

En France (808)

Fake news et Fake Laws   Faut-il toujours dire la vérité ? Il existe des situations dans lesquelles s’abstenir de dire ce que l’on sait constitue un devoir : pensons par exemple au secret professionnel des médecins. Il y a même des tromperies bienfaisantes : faire croire que l’on va attaquer en A, alors que l’on a comme plan de bataille de porter son effort sur B, a permis plus d’une fois de gagner des batailles en sacrifiant moins de vies humaines. Cela étant, les fake news, colportées jadis par le bouche à oreille, et aujourd’hui par les media sociaux, sont un fléau, comme les moustiques ou les tiques. L’accroissement du sens moral qui en réduirait la production serait le bienvenu, comme l’a été l’assèchement des marécages grâce auquel la population de certains insectes nuisibles a fortement diminué. Mais faut-il ajouter aux dispositifs légaux et réglementaires qui existent déjà en la matière ? Il…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
La sécu a fait des économies. Devinez sur qui ?   La Commission des comptes de la sécurité sociale valide chaque année deux rapports sur les comptes de la sécu, l’un en juin – qui vient d’être rendu public - et l’autre, plus complet, en septembre. En sus des comptes relatifs aux années antérieures, le rapport fournit des prévisions pour l’année en cours.   Quelles informations peut-on tirer de ces comptes ? Chercher à tirer de ces milliers de chiffres des indications claires sur l’état de nos finances sociales serait courir après une chimère. En effet, premièrement il ne s’agit, en juin, que des comptes du régime général, ce qui ne représente pas la totalité de nos dépenses sociales : si c’est la grosse majorité pour la Santé, les accidents du travail et la famille, c’est moins de la moitié pour la Vieillesse. Et deuxièmement, le système des vases communicants entre les finances…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Sur la question des migrants. Macron aux Bernardins     TEXTE DU PRESIDENT Sur les migrants, on nous reproche parfois de ne pas accueillir avec assez de générosité ni de douceur, de laisser s’installer des cas préoccupants dans les centres de rétention ou de refouler les mineurs isolés. On nous accuse même de laisser prospérer des violences policières. Mais à dire vrai, que sommes-nous en train de faire ? Nous tentons dans l’urgence de mettre un terme à des situations dont nous avons hérité et qui se développent à cause de l’absence de règles, de leur mauvaise application, ou de leur mauvaise qualité – et je pense ici aux délais de traitement administratif mais aussi aux conditions d’octroi des titres de réfugiés. Notre travail, celui que conduit chaque jour le ministre d’Etat, est de sortir du flou juridique des gens qui s’y égarent et qui espèrent en vain, qui tentent…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
"L'illégitime violence de l'extrême gauche"   Les exactions de l'extrême gauche trouvent leur origine dans notre passé. Pourtant, l'Histoire montre que ces saccages finissent toujours par profiter au pouvoir en place.   Il y a eu les zadistes. Puis les étudiants de Tolbiac et du Mirail. Enfin les black blocs. À chaque fois, les heurts avec la police sont d'une violence extrême. Violence délibérée, violence recherchée, violence revendiquée. On casse, on brûle, on saccage. Si on pouvait, on tuerait. En face, la réserve des policiers est exemplaire. Les instructions sont formelles. Les pouvoirs publics préfèrent laisser casser plutôt que de risquer de tuer un émeutier. Le temps des "violences policières" est loin. On peut d'ailleurs se demander si cette passivité policière - disons le mot : cette faiblesse complaisante - n'alimente pas la violence émeutière. La violence politique est une tradition séculaire en France. Sans remonter aux "émotions" de l'Ancien…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
France du oui, France du non   Maxime Tandonnet observe que le clivage entre les partisans d'Emmanuel Macron et les opposants à sa politique recoupe avec précision la rupture entre le "oui" et le "non" au référendum de 2005. Selon lui, la fracture politique et territoriale se creuse entre ces deux France.   La France "d’en haut", la France médiatique, célèbre en ce moment le premier anniversaire de l’élection du plus jeune président de l’histoire, à moins de 40 ans. Il est une autre commémoration, désormais enfouie dans l’oubli de cette même France d’en haut, sa plus grande défaite de l’histoire contemporaine, l’échec du référendum sur la Constitution européenne, le 29 mai 2005. Treize ans déjà, et le séisme de la défaite du oui ou de la victoire du non, paraît totalement oublié, refoulé dans les couches profondes de l’inconscient collectif.   Et pourtant… L’anniversaire de l’élection d’Emmanuel Macron a…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Affaire Bolloré :  à qui profitent les initiatives du parquet financier ?   La convocation, le placement en garde à vue et la mise en examen le 25 avril dernier de Vincent Bolloré pour des affaires qui se sont passées sur le continent africain montrent comment, hélas, la France, par le moyen de sa justice ou par d’autres, se tire des balles dans les pieds sur ce continent. Notons d’abord qu’un juge d’instruction ne peut engager ce genre de procédure sans l’accord du procureur et donc sans que la hiérarchie judiciaire jusqu’au plus haut sommet de l’Etat en soit avisée. Hasard ? Les deux juges d’instruction désignés avaient déjà sévi dans l’affaire Fillon, dont personne n’entend plus parler après qu’elle ait permis au président actuel de se faire élire. Ces juges ont-ils au moins quelque connaissance de l’Afrique ?  L’industriel est soupçonné d’avoir obtenu la concession des ports de Lomé (Togo) et de Conakry (Guinée),…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
"Service national inutile ?"   FIGAROVOX/CHRONIQUE - Il ne faut pas se leurrer : le service militaire d'autrefois ne reviendra pas. Mais faut-il s'en plaindre ? Car l'armée ne peut à elle seule corriger les renoncements de l'école.   Il y a vingt ans, on était content qu'il s'en aille. Aujourd'hui, on est content qu'il revienne. Le service militaire suscite décidément des sentiments ambivalents. Lorsque Jacques Chirac le supprima, on voyait surtout ses défauts: inadapté aux nouvelles formes de guerre et d'intervention de l'armée française ; trop cher ; de plus en plus inégalitaire. Si Emmanuel Macron le rétablit, c'est qu'entre-temps on a la nostalgie de ses anciennes vertus : le rapprochement des classes sociales, quelles que soient les origines et les religions ; l'éducation civique et patriotique d'une classe d'âge ; l'apprentissage de l'obéissance, du sacrifice et de l'oubli de soi, contrepoint bienvenu à une société hédoniste qui exalte l'individualisme jusqu'au délire narcissique..   Mais…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Le premier test démographique du Président Macron   La réussite (ou l’échec) d’un président de la République est souvent mesurée à l’aulne de l’évolution d’indicateurs économiques : PIB, chômage, emploi, niveau de vie, investissements réalisés par les entreprises, finances publiques, etc. Des indicateurs plus "sociaux" sont également utilisés : taux de criminalité et de délinquance, taux de pauvreté, indices d’inégalité de revenus, classements internationaux en matière de performances scolaires, et ainsi de suite. Et, bien entendu, des enquêtes d’opinion sont menées en grand nombre sur l’action et la personne du Président. En revanche, il n’entre absolument pas dans les habitudes de recourir à un indicateur démographique. Ceci est regrettable pour au moins deux raisons.   Pourquoi la natalité est un indicateur important pour apprécier l’action de nos dirigeants La première est l’importance de la démographie, et particulièrement des naissances : c’est d’elles que dépend au premier chef l’avenir à long terme de notre…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
La défense française et ses défis Entretien Avec Vincent Desportes, général (e.r.), professeur des universités associé à Sciences Po Paris, ancien directeur de l’École de Guerre.   Quel est votre regard sur la puissance militaire française en 2018 ? Comment se positionne-t-elle par rapport aux puissances militaires étrangères ? V. Desportes : Je dirais que c’est une puissance militaire en demi-teinte, c’est-à-dire que si on la compare aux autres puissances européennes, en particulier, elle est plusieurs coudées au-dessus d’elles. Les autres armées européennes sont en général des armées ne disposant pas du spectre complet des capacités militaires – ce que la France offre à peu près –, des armées peu entraînées et qui ne sont aptes ni à jouer le rôle de "nation-cadre" ni à "rentrer en premier" dans une opération. Compte tenu de l’altération actuelle des armées britanniques, l’armée française est sans conteste aujourd’hui l’armée la plus opérationnelle d’Europe. Cependant, c’est une puissance…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version