Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

En France (917)

Retraites : les fourmis se révoltent   Les fourmis ne veulent pas payer pour les cigales. Ce lundi, les premières seront dans les rues de Paris pour protester contre la réforme des retraites : elle prévoit de leur faire les poches pour financer les secondes. Avocats, médecins, pilote, hôtesses, etc., n’entendent pas être essorés au nom de l’instauration d’un "système universel" qui viendrait colmater les déficits des régimes spéciaux et les incapacités de l’Etat à gérer des retraites équilibrées. Dans cette rébellion, menée par le collectif SOS Retraites, les 70.000 avocats sont plus particulièrement mobilisés. Alors que leur régime autonome – qui n’est pas un régime spécial – ne coûte pas un sous au contribuable, le pouvoir envisage de faire main basse sur ses deux milliards d’euros de réserves, gérées par la caisse nationale des barreaux. Dans cette perspective, les cotisations des avocats passeraient aussi de 14 à 28%, pour…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Le Moloch médiatique dévore ses propres enfants   TRIBUNE - Yann Moix, Lilian Thuram et Patrick Bruel : le tribunal médiatique accuse désormais des personnalités qui siégeaient jusqu’alors "du bon côté", analyse l’essayiste et historien.   La rentrée politico-médiatique 2019 est dominée par trois polémiques de grande ampleur concernant Yann Moix, Lilian Thuram et Patrick Bruel. Peu importe l’antipathie éventuelle que peut susciter une ou plusieurs de ces personnes. On s’intéresse ici à l’engrenage à l’œuvre. Les trois controverses n’ont guère de rapport dans leur cause : dessins et écrits de jeunesse antisémites pour l’un, déclaration à connotation racialiste pour l’autre, enfin accusation de gestes sexuels déplacés pour le troisième. Cependant, ces polémiques se rejoignent sur un point : elles frappent des personnalités irréprochables au regard des valeurs idéologiques dominantes dans le star-system : antiracisme affiché, accueil inconditionnel des migrants, ferveur dans l’engagement antipopuliste. Les controverses de la rentrée ne…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Enfumage   Evomit involvitque domum caligine caeca  (Enéide, chant VIII, vers 253)       Nos médias stipendiés jouent le rôle de Cacus vomissant une épaisse fumée aveuglante. Le fait est bien établi. Je ne veux, en cette saison estivale, que l’étayer par une ou deux observations toutes récentes et très précises. Curieux de météo, je me branche quotidiennement à deux ou trois reprises sur France Info. Le bulletin répond à ce que l’on attend – dire ce qu’il en est ou en sera du ciel et de la température ; il est suivi des gros titres de l’"information". Eh bien j’ai eu loisir de vérifier ces derniers jours ceci : 1) on recherche Steve, victime de la "fête de la musique", dans la Loire ; on l’y trouve, oui, c’est bien lui ; on craint conséquemment de violentes explosions de colère ; le préfet de Nantes prend des précautions ; tout le pays ne sera-t-il pas en…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
L’indignation permanente, le tube de l’été qui désespère les “sans-gilets”   "Ah ! Vivre indigné, vivre enragé ! ..." Émile Zola se réjouirait. La France est tombée dans un syndrome d’indignation permanente, tout est bon pour manifester, se révolter, critiquer, attaquer... Le phénomène est d’autant plus important qu’il est non seulement relayé avec délectation par les médias qui ont un creux estival, mais amplifié par lesdites oppositions qui font feu de tout bois ; les incendies d’opinion publique finissent par abîmer le pays. Impossible d’écouter la France silencieuse qui ne veut même plus s’informer par incompréhension devant la perte générale de bon sens et d’objectivité. Souvent "la foule trahit le peuple" et c’est actuellement le cas, cher Victor Hugo.   Quels que soient les motifs réels d’inquiétude ou d’interrogation nous perdons contact avec la réalité. Il faut plaindre amèrement le pouvoir en place qui tente de répondre, sans réponses, à des émeutes…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Actualité : l'insignifiant chasse l'important   Les querelles franco-françaises n’ont pas manqué en cet été 2019, s’enchaînant les unes aux autres à un rythme d’enfer : deux semaines sur l’affaire du "homard", puis la tenue vestimentaire de Mme Ndiaye et le tweet de Mme Morano, les sifflets du 14 juillet et les arrestations de "gilets jaunes", l’invitation de Greta Thunberg à l’Assemblée nationale, le départ en vacances du président pendant la canicule parisienne, le supposé sexisme de la tradition des hôtesses du tour de France, etc. Ces faits n’ont a priori aucun rapport entre eux. Pourtant, ayant accaparé l’attention des media et de la presse, jusqu’à l’obsession, pendant plus d’un mois, ils ont en commun de ne toucher qu’à la surface des choses, à l’émotion, à la colère et à l’indignation collectives.   En revanche, l’information et le débat d’idées sur les sujets de fond relatifs au bien commun ou…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Plaidoyer pour l’énergie nucléaire   "En France on n’a pas de pétrole mais on a des idées". Dès les années 50 des gouvernants visionnaires décident de faire appel à l’énergie nucléaire pour accroitre l’indépendance énergétique de la France. A partir de 1957 on développera une filière nationale dite "graphite gaz" qui avait pour avantage de fonctionner à l’uranium naturel. Les six réacteurs de cette filière sont maintenant arrêtés. La France choisit alors d’exploiter une licence Général Electrique de réacteurs PWR -Pressurised Water Reactor – qui nécessite de l’uranium enrichi. Celui ci sera produit par l’usine d’enrichissement de Tricastin. 58 réacteurs à eau pressurisée seront construits de 1971 à Fessenheim à 1991 à Civaux, ce réacteur étant terminé en 1997. La filière a évolué, les premiers réacteurs produisaient 900 MW, les derniers 1400 MW.   La filière PWR est la filière la plus exploitée, il y a plusieurs centaines de réacteurs…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Les Français veulent de l’ordre   Stop aux fausses bonnes consciences, aux faux humanistes, aux faux pacifistes, aux faux hommes de gauche qui hurlent à la dictature dès que l'on tente de rétablir l'ordre.    Il n'est pas besoin d'être de droite et encore moins d'extrême-droite pour avoir une envie irrésistible "d'ordre" ces derniers jours. Soyons honnêtes, laissons-nous aller, avouons : nous en avons marre, mais vraiment marre !   Il ne s'agit pas de mauvais sentiments qui auraient remplacé le politiquement correct relégué au placard, ni de près ou de loin d'un relent "fasciste" (l'accusation à la mode), ni de racisme, ni de ségrégation, ni de discrimination... Aucun rapport avec tous ces mots que l'on nous assène avec un index médiatique menaçant pour cette culpabilisation incessante qui nous gagne peu à peu pour notre plus grand mal. Nous en avons seulement par-dessus la tête de ces violences, de ces…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
L’appartenance nationale mise en question Les drapeaux algériens brandis dans les rues à la suite de la qualification des Fennecs, dimanche, interrogent sur la nature du sentiment d’appartenance nationale.   C’est un match qui avait marqué les esprits. Et avivé les tensions politiques à l’aube d’une campagne présidentielle dont on a surtout retenu la présence de Jean-Marie Le Pen. Le 6 octobre 2001, les équipes de football de la France et de l’Algérie s’étaient opposées au Stade de France. Le score a été oublié, mais pas les sifflets qui recouvraient La Marseillaise et accompagnaient chaque action d’un joueur français. Les jeunes supporters de l’équipe algérienne présents au Stade de France avaient pourtant la nationalité française pour l’immense majorité d’entre eux. Le débat avait alors été nourri sur les ratés de l’intégration. Près de vingt ans plus tard, la question se pose toujours. La compétition, cette fois, ne concerne pas la France,…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Réguler les Gafa, ou en faire un régulateur ?   Coïncidence au Parlement. Alors que le Sénat vote à son tour le projet de loi de Bruno Le Maire taxant les Gafa, l’Assemblée vote la proposition de loi de Laetitia Avia contre la haine en ligne. Les deux sujets sont bien distincts quant à leur contenu : ici, une mesure fiscale, là, la diffusion de contenus. Mais dans les deux cas, les plateformes numériques sont visées ou à tout le moins interpellées par l’autorité politique. Si on met la taxe Gafa en regard du dispositif sur les "droits voisins" voté, sous l’impulsion de la France, au Parlement européen, l’intention est de réguler les "géants du numérique", comme on les appelle. Avec le dispositif de la proposition de loi Avia, il s’agit au contraire d’en faire des régulateurs de la diffusion de contenus qu’ils reconnaîtraient eux-mêmes comme étant haineux, racistes ou…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version