Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Non à la France rêvée d'Emmanuel Macron
 
En cas de duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tout de la présidentielle, Jean-François Copé (LR) votera pour Macron. C’est ce que le député-maire de Meaux a dit, ce mercredi sur BFMTV/RMC, tout en assurant "faire bloc" derrière François Fillon. Ce dernier a été accusé, par François Bayrou ce matin sur France 2, d’être "sous l’influence des puissances d’argent". Le président du MoDem, qui n’exclut pas de se présenter, a associé Fillon aux "très grandes sociétés multinationales (qui) se paient des hommes politiques, appointent, donnent de l’argent à des hommes politiques pour qu’ils les aident à ouvrir des portes, à se servir de leurs relations pour leurs intérêts". Dans le même temps, Libération fait sa une sous le titre : "Si la gauche voulait ...", suggérant de revenir à la "gauche plurielle" qui allierait Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, l’écologiste Yannick Jadot et Macron. Je n’ose imaginer l’unanime indignation des professionnels de la politique si Le Figaro titrait à son tour : "Si la droite voulait …", en invitant les centristes, les républicains, Debout la France, le FN, etc. à s'unir face à un progressisme gagné par la fuite en avant. Ce que la gauche se permet depuis le congrès d’Epinay de 1971, la droite la plus bête du monde se l’interdit de peur d’être grondée. Et voilà donc Bayrou qui fait des trous dans la coque par plaisir de détruire, ou Copé qui récite sagement sa leçon parce qu’il ne peut faire autrement. Mais ces "responsables" savent-ils ce qu’ils veulent, à part s’afficher avantageusement ?
Macron, c’est tout ce que les Français sensibles à la fragilité du pays rejettent. Annoncer vouloir voter pour lui, même en dernier recours, est incompatible avec la défense d’une nation unifiée et assimilatrice. Son usage du mot "hexagone", vocabulaire désincarné qu’il partage avec Hamon, fait comprendre la froide distance qui sépare Macron de l’âme française. Samedi, à Lyon, le faux rebelle d’un Système qui le soutient a défendu le modèle multiculturel, qui est au cœur de la crise identitaire abordée par Fillon, mais aussi Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan. Il a déclaré : "Il n’y a pas une culture française ; il y a une culture en France : elle est diverse, elle est multiple". Il a aussi dénoncé l’ "obscurantisme", mais il le voit chez Donald Trump, et non dans l’idéologie islamiste qui nargue la République et a pris le monde occidental pour cible. Macron dit refuser les murs, les quotas, les frontières, les conflits. Un tel homme à l’Elysée signifierait l’abandon de la société d’intégration au profit d’une "inclusion" dans un espace ouvert et bienveillant. Pour le leader d’En Marche !, le FN représente "une France qui n’a jamais existé". Mais le communautariste qu’il avalise, et qui se consolide dans les cités, est celui qui produit les tensions et annonce les guerres civiles. Lundi soir, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) des policiers encerclés ont dû tirer en l’air à balles réelles. Si la droite ne s’affirme pas, elle poussera nombre d'électeurs dans les bras de Marine.

blog.lefigaro.fr/rioufol, 8 février 2016
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
"Silence" de Scorsese
 
Il y a déjà près d’un siècle que François Xavier est venu annoncer l’Évangile au Japon (en 1542), lorsque se déroulent les événements qui forment la trame de ­Silence. Les missionnaires jésuites, d’abord bien accueillis, ont suscité de nombreuses conversions, tant parmi les seigneurs que dans la population paysanne. Mais les bouleversements économiques et politiques ont amené la fermeture du pays aux étrangers.
L’expulsion des missionnaires, en 1587, est suivie du martyre des Japonais chrétiens (les crucifixions de Nagasaki, 1797). Ceux qui ne succombent pas ou ne renient pas leur foi (apostasie) deviendront des "chrétiens cachés". Et les suspects doivent abjurer régulièrement leur foi en piétinant l’image du Christ.
 
La question de l’apostasie est au cœur de l’histoire de Silence, à travers les personnages du jésuite Rodrigues et du Japonais Kichijiro. La foi personnelle peut-elle subsister après un reniement forcé sous la torture ?
Le père Guilhem Causse, jésuite, éclaire la vision profonde et complexe de Scorsese.
"Au moment de marcher sur l’image, Rodrigues perd pied, s’effondre : comme Pierre marchant sur les eaux. “Homme de peu de foi”, dit Jésus. Trop peu de foi dans le don de Dieu, trop de foi en sa propre force, jusqu’à l’effondrement et la main de Jésus qui vient le saisir. C’est la foi comme un don, plus fort que la foi en sa propre force. Le chant du coq alors retentit : c’est bien à Pierre que Rodrigues est identifié.
Dans le film, l’apostasie de Kichijiro et de Rodrigues est le moment où la foi est accueillie. La foi n’est pas un socle qu’on garderait intact au fond de soi : elle est un don, elle est Dieu qui se donne lui-même, sa présence. Mais le film présente aussi la figure de chrétiens qui vivent cette foi comme une force et une voix qui les fait tenir jusqu’au supplice. Les uns comme les autres ont en commun, selon l’espérance chrétienne, d’avoir donné priorité à la volonté de Dieu sur leur volonté propre, sachant que la volonté de Dieu est que tous les hommes vivent de son amour et que le mal dans le monde soit vaincu."
 
Cette universalité de l’Évangile est un autre thème de Silence, qui a des résonances très actuelles. Y aurait-il des civilisations, des cultures, incompatibles avec le message du Christ, comme le prétend Inoué, shogun et grand inquisiteur, pour qui le christianisme est foncièrement étranger à la nature japonaise.
Selon le père Guilhem Causse, l’écrivain Endo critique l’aspect européen d’un Dieu qui juge et sanctionne.
"Pour la culture japonaise, Dieu est d’abord entrailles miséricordieuses. Ces deux aspects, de justice et de miséricorde, sont présents dans la Bible et la tradition chrétienne : la civilisation japonaise est ainsi non seulement compatible avec le christianisme, mais elle vient rappeler aux Européens une dimension qu’ils risquent d’oublier.
Le film de Scorsese est davantage attentif à une autre question : qu’est-ce que la foi ? Qu’est-ce que nous dit de la foi, le fait que l’Église - la communauté de ceux qui mettent leur foi en Christ - soit fondée sur Pierre, qui a renié le Christ par trois fois ? Il y a là une question qui ne peut laisser aucun chrétien indifférent, qu’il soit japonais ou français."

Paru dans Le Figaro, 8 février 2017
Publié dans Au delà
Écrit par
En savoir plus... 0
Éric Zemmour : "François Bayrou, ou l'oxymore permanent"
 
Jean-Jacques Rousseau nous avait conseillé d' "écarter tous les faits". Quand on ouvre un ouvrage de François Bayrou, surtout à la veille d'une campagne présidentielle, et qu'on lit dans l'introduction "contrairement à ce que disent les benêts, quand la crise s'avance, l'expérience ne nuit pas", on doit faire un effort pour "écarter tous les faits", en l'occurrence les entêtants parfums tactiques, le cynisme usé des ambitions élyséennes qui ressortent comme crocus au printemps, et la banalité commerciale de ces livres de politiques, mélange de confession personnelle et de programme électoral, qui ne sont que des moyens d'autopromotion médiatique. Avec le dernier livre de Bayrou, il y a d'évidence tout cela ; mais il y a autre chose : la réflexion d'un des derniers "agrégés qui sache écrire". La culture du lettré est à double tranchant pour le politique : elle marque sa supériorité sur ses pairs, mais aussi révèle plus crûment ses contradictions qui sont celles de toute sa classe, et de notre époque. François Bayrou ou l'oxymore permanent.
 
Bayrou est un fils de paysan qui aimait les livres ; un barrésien qui ne renie rien de la "terre et les morts" ; un catholique qui retrouve des accents péguystes lorsqu'il fulmine contre la domination de l'argent ; un lecteur avisé de Simone Weil qui considère que "l'enracinement" est un des besoins essentiels de l'homme. Il croit au peuple français, à son identité, et ne pense pas que l'Histoire de France ait commencé en 1789 : "C'est avec un peuple que l'on gouverne et non pas contre lui", nous dit-il avec conviction. Mais dans le cadre de son projet européen, il est allié (on pourrait dire même qu'il s'est acoquiné) avec des gens qui nient l'idée même de peuple (Cohn-Bendit), qui pensent qu'il faut gouverner contre les peuples (le cercle de la raison cher à Alain Minc) et en tout cas sans le peuple (les technocrates bruxellois et les juges européens). Il admire à la fois de Gaulle et Monnet, alors que celui-ci a toujours combattu celui-là, et que celui-là a toujours méprisé celui-ci. Il compare les frontières à des lignes Maginot, alors que c'est depuis que nous les avons abolies que nous ne maîtrisons plus rien : capitaux, marchandises, hommes, autant de "libertés" imposées par l'Europe pour mieux désarmer la souveraineté des États.
 
Il veut une démocratie ouverte en Europe alors qu'une démocratie nécessite l'existence préalable d'un peuple européen qui n'existe pas. Une démocratie ouverte en Europe signifierait la fin de la construction européenne car elle mettrait au grand jour les terribles rapports de forces entre nations, entre l'Allemagne et la France, entre le Nord et le Sud, entre l'Ouest et l'Est, que les technocrates bruxellois tentent d'occulter par leur jargon et leurs pratiques oligarchiques.
Il défend avec une farouche sincérité la langue française mais il se retrouve toujours dans le camp de ceux qui l'ont abandonnée à Bruxelles.
Il n'est pas de ces aveugles volontaires qui se refusent à admettre la montée inexorable de ce qu'il appelle une "double répudiation entre Français et Arabes". Il défend l'idée d'un "habeas corpus des nations", un droit de la nation française à rester ce qu'elle est, dans son histoire, ses paysages, son mode de vie. Mais il était prêt à soutenir à la présidentielle un Alain Juppé, adepte honteux du multiculturalisme et des "accommodements raisonnables" qu'il avait observés au Canada. Il exalte comme notre atout majeur notre démographie dynamique qui nous permettra dans moins de vingt ans de rattraper la population allemande, comme si nous devions préparer la prochaine guerre contre celle qu'il nous présente pourtant comme notre sœur européenne ; mais il tait pudiquement les rapports de forces démographiques qui penchent depuis une dizaine d'années, selon le très politiquement correct INSEE lui-même, en faveur du dynamisme démographique des familles immigrées.
Il n'ignore pas que l'islam impose la domination absolue de la religion sur toutes les activités humaines, mais il veut croire que cette opposition philosophique peut se dissoudre dans les compromis du réel. Il pense que la laïcité est "la volonté la plus achevée du respect de l'autre", alors qu'elle est l'arme la plus efficace pour empêcher la religion de conquérir l'espace public, ce que l'islam réussit pourtant avec une rare efficacité dans toutes les cités où les musulmans sont devenus majoritaires. Il s'obstine depuis des décennies à ne pas comprendre que son modèle Henri IV est venu après et non avant les guerres de religion, et que l'Édit de Nantes ne fut qu'une trêve et ne régla rien du tout.
L'ancien ministre de l'Éducation nationale ne dissimule rien de la lutte inexpiable qui oppose depuis des décennies pédagogistes et traditionalistes, ceux qui défendent l'enseignement comme une animation contre les partisans de la transmission ; mais il fait semblant de ne pas voir que les premiers ont écrasé les seconds. Il est fier d'avoir gagné une bataille (provisoire) en remettant le latin en 5ème alors qu'on sait désormais que l'effondrement du niveau en maths a été opéré à partir du remplacement des sections C et D par une grande section S, décidé alors qu'il était rue de Grenelle.
 
Lire du Bayrou, c'est y voir plus que les traditionnelles et souvent pittoresques circonvolutions d'un centriste qui veut ménager la chèvre et le chou, la droite et la gauche, le diable et le bon Dieu ; c'est lire et déceler toutes les contradictions d'un homme politique français depuis les années 1980. C'est le contraire des idées claires dont il se revendique, mais cette confusion des esprits et ces contradictions d'un homme et d'une ambition avortée éclairent les linéaments d'un choc frontal entre le peuple et les élites, et l'incapacité de la première génération qui n'a pas connu la guerre à éviter les conflits qui s'annoncent. C'est plus que l'échec d'un homme politique à s'extraire du marigot politicien pour oser affronter réellement le conformisme des élites parisiennes. C'est dévoiler quelques ressorts profonds du désespoir français.

Paru sur Figarovox, 8 février 2017
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Le temps des forteresses !
 
Il fut un temps où la France savait bâtir des forteresses pour défendre ses frontières et assurer à ses habitants la sécurité de leurs jours, la tranquillité de leurs nuits et la sérénité de leurs foyers. Aujourd'hui elle s'inquiète et si le grand bâtisseur de ses forts, Sébastien le Prestre, Marquis de Vauban revenait parmi nous, il ne verrait de sa "ceinture de fer" qu'un amas de belles ruines et de souvenirs glorieux uniquement pour ceux qui croient encore à son antique grandeur !
Et pourtant ces ruines ont une âme ; une âme si grande et si belle qu'aucune guerre sensible et matérielle ne saurait les détruire dans le cœur de ce peuple qui a tant aimé et tant haï à la fois ses rois et ses présidents et tant idolâtré et brûlé ses dieux, ses temples et ses églises !
J'ose imaginer encore : si le Marquis de Vauban revenait en terre de France, de son "pré-carré", ou de l'hexagone comme dirait certains politiciens égarés aux frontières, il reconstruira de nouveaux forts pour sauver "le plus joli troupeau qu'il est possible d'imaginer" faits d'honnêtes gens prêts à mourir comme d'Artagnan dans leur village où ils ont vu le jour ; il reconstruira une nouvelle ceinture de fer pour sauver la France de tous les maux qui l'assaillent et la ravagent sans pitié pour les orphelins, les veuves et les innocents. Il reconstruira un fort pour le paysan pour arrêter ceux qui pénètrent son pays pour brûler sa moisson au lieu de travailler à la faire fructifier ; Il reconstruira un fort pour l'homme religieux pour qu'il contemple librement sans se faire assassiner en pleine prière ; il reconstruira un fort pour ses penseurs et ses artistes pour qu'ils raisonnent et créent sans peur d'être censurés ou mutilés dans l'exercice de leur intelligence ou l'épanouissement de leur imagination ; il reconstruira un fort pour ses hommes politiques pour qu'il gouverne sans angoisse pour le bien commun et non les intérêts des maîtres de la matière première qui les asservit et les plonge dans l'illusion de posséder le monde !
              
En recevant le Prix qui porte le nom de Sébastien le Prestre de Vauban, un prix que l'Institut des Hautes Études de Défense Nationale décerne chaque année sous l'autorité du Premier Ministre, je pensais au blason de la famille de "ce bon français" comme l'appelait Louis XIV, "D'azur au chevron d'or surmonté d'un croissant d'argent et accompagné de trois trèfles du second", et j'imaginais que ce croissant-là pouvait affronter avec la mesure de son génie tous les croissants noirs démesurés de la haine et de la terreur.
Et en regardant tous ceux qui m'entouraient Je les voyais autour de moi des généraux qui ont fait la guerre d'Algérie, d'Indochine comme Le Général de Lesquels et en mémoire, Erulin et de Borde ; l'amiral Alain Oudot de Dainville qui a commandé la Royale ; l'amiral Dupont qui a assuré la légitimité et la crédibilité de la dissuasion nucléaire ; le Général de Courrèges qui dirige l'Ihedn avec son équipe d'officiers de la réserve citoyenne comme Catherine Orphelin, Xavier Pacreau, Sabine Carion, Alban Maggiar, le colonel Gilles Pernet et Le Général Cahuet. Et couple artiste Eric et Tania Heidsieck qui a tant chanté notre terrible Marseillaise !
 
Des générations qui se retrouvent dans ce bureau, où une balle qui date des fureurs de la Commune reste coincé dans un miroir qui reflète encore les rêves terribles de l'histoire de France !
Saurions-nous aujourd'hui à l'instar de Vauban dresser les nouveaux sièges de résistance pour que cette nation, la première après l'éclatement de Charlemagne ! Saurions-nous rendre à ceux qui viennent après nous une France libre de ses angoisses et de ses peurs !
Car il faut bien savoir que seule la tranquillité de l'ordre qui assure le bien commun est une finalité en elle-même : il n'y a pas de guerres saintes il n'y a que des guerres qu'on sanctifie ! Il n'y pas de curées justes il n'y a que des guerres qu'on justifie; il n'y a pas de guerres légales il n'y a que des guerres qu'on légalise !
Et le mot de Fénelon sonne encore plus vrai quand il disait sans le craindre au Roi Soleil "Sire, toutes les guerres sont civiles !" Vauban avec sa cicatrice sur la jour gauche, "l'homme cruel" de Saint Simon et le "bon français" de Louis XIV, nous a laissé une ceinture de fer faite de pierres qui protège la terre, nous devons fortifier une autre ceinture de fer faite de valeurs qui défendent l'âme et l'esprit d'un peuple.
En effet, les princes de l’église comme les princes de ce monde savent qu'il y a un temps pour la guerre comme il y a un temps pour la paix ! Ils savent qu'il y a un temps pour tout selon l'antique sagesse !       
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Fillon : une déstabilisation prévisible, des conséquences imprévisibles
 
Il était tout sauf imprévisible qu'une opération de déstabilisation de magnitude élevée allait se produire à l'encontre de François Fillon pendant la campagne présidentielle. Si le prétexte n'avait pas été la question des emplois controversés de son épouse, n'en doutons pas, un autre aurait été trouvé. 
 
L'élection présidentielle française occupe en effet une place décisive dans la géopolitique mondiale. Trump a battu Clinton et projette de se rapprocher de Poutine. Mme May, exécutrice du Brexit, s'apprête à leur emboîter le pas. Mais la  moitié des Américains, le président Obama en tête, n'ont pas accepté la défaite d'Hillary Clinton. Ils pensent qu'elle n'a été battue que grâce à une manœuvre déloyale de Poutine. Pour eux, Poutine, c'est Hitler, rien de moins ; il faut donc, pensent-ils, se préparer à lui faire la guerre. Trump est un traitre acquis au président russe et ils espèrent le destituer. Ce camp a des relais politiques puissants en Europe : Hollande, Merkel, Juncker. Leur projet : faire bloc, renforcer l'intégration de ce qui reste de l'Union européenne après le Brexit et camper sur des positions hostiles vis-à-vis de la Russie. La plus grande partie de l'oligarchie et la quasi-totalité des médias, des deux côtés de l'Atlantique, sont dans ce camp.
 
De quel côté penchera le prochain président français ? On comprend que c'est là un enjeu capital qui n'intéresse pas que les Français. Naturellement, l'élection de Marine Le Pen, hostile à l'euro et présumée pro-Trump et pro-Poutine serait pour eux une catastrophe. Mais du simple fait que Fillon a témoigné quelques sympathies et une volonté d'ouverture à la Russie, il n'est pas non plus tenu par les milieux euro-mondialistes pour un homme sûr. L'affaire éclate, est-ce un hasard ? au lendemain  de sa visite à Berlin où se sont confirmées ses  divergences avec Angela Merkel au sujet des sanctions imposées à la Russie : Fillon veut les lever, Merkel pas. Malgré les gages qu'il s'évertue de donner, telles ses professions de foi européennes ou ses étonnants coups de patte à Trump et Poutine lors de son discours de la porte de la Villette, Fillon demeure suspect de "non-alignement". Comme Mélenchon et peut-être Hamon.
 
Emmanuel  Macron est par contre l'incarnation emblématique du président que le clan mondialiste pro-Bruxelles, pro-OTAN, pro-Clinton veut voir accéder à la tête de la France. La volonté d'une plus grande intégration européenne, fut-ce sous gouverne allemande, l'hostilité à la Russie, une vigilance sourcilleuse sur les droits de l'homme sans le moindre remord pour les cruelles guerres "humanitaires" menées au Proche-Orient en leur nom, ont tout pour rassurer ce clan. Les propos tenus par Macron au Liban sont clairs : il reste sur la ligne Sarkozy-Hollande exigeant le départ de Bachar-el-Assad, voie aujourd'hui sans issue et belligène s'il en est.
Si l'on croit que Marine Le Pen sera présente au second tour de la présidentielle, la seule question est : contre qui ? Il y a trois semaines, il n'y avait que deux réponses possibles : Fillon ou Macron.
Il était donc clair que Fillon était l'homme à abattre. Une guerre invisible lui avait été faite durant la primaire de la droite : il n'était pas innocent que, face à deux candidats atlantistes pro-Clinton, Juppé et Sarkozy, les médias aient longtemps feint de l'ignorer, le reléguant au rang d'outsider. Fillon a néanmoins été élu, l'histoire dira par quel subterfuge.
Il ne restait qu'à l'abattre pendant la campagne électorale, si possible avant la date limite de dépôt des candidatures de telle manière que les Républicains aient le temps de lui substituer un candidat mondialiste (ce que sont peu ou prou tous ceux à qui on pense pour le remplacer). Mais le but est de mettre Macron au second tour. Ceux qui font ce plan ne doutent pas qu'il gagnera contre Marine Le Pen.
 
Macron face à Le Pen : un résultat incertain
Est-ce si sûr ? Sans nul doute François Fillon battrait Marine Le Pen. Mais pour Emmanuel Macron, ce n'est pas certain. On peut à première vue penser que, par ses ambiguïtés de toutes sortes, par son profil jeune et décalé, issu de la gauche mais séduisant la droite, Macron rassemblerait facilement l' "arc républicain" qui va de la droite non-frontiste à ce qui reste du parti communiste. Or il y a selon nous de sérieuses raisons d'en douter : la gauche de la gauche aurait peut-être voté plus facilement pour Fillon que pour Macron, homme de la haute banque, incarnation achevée des trahisons de la social-démocratie. Dès que les origines du complot contre Fillon viendront à la lumière, il risque d'en être de même à droite.
 
Mais le second tour de l'élection présidentielle ne se réduit pas à une arithmétique, il est un affrontement de deux personnalités et une confrontation de chacune avec les Français "les yeux dans les yeux". Le choc Macron contre Le Pen serait d'une extrême violence. D'un côté une incarnation caricaturale de l'oligarchie mondialiste (il a fait son discours de Berlin en anglais !), dont toutes les positions : Europe, immigration, ultralibéralisme, libre-échange, vont à l'encontre de celles des Français de base. De l'autre, une figure, certes très contestée, mais dans laquelle une partie du peuple se reconnait. Dans un excellent article (1), Jérôme Sainte-Marie a montré que, dans la situation de crise identitaire que les Français traversent, l'immigration, sur laquelle Macron, à la différence de Fillon, correction politique exige, n'offre aucune perspective, sera un enjeu central des présidentielles. L'affrontement entre les deux aurait le même caractère que celui de Clinton et de Trump : le déchaînement unilatéral d'une grande partie des médias et de la classe politique avec, malgré cela, la même incertitude quant au résultat. Et comme aujourd'hui aux Etats-Unis, celui qui l'emportera, quel qu'il soit, risque de pas être accepté par l'autre camp.
Les mondialistes qui ont fait les difficiles face à la perspective de la victoire de Fillon, jugé insuffisamment inféodé à l'ordre européen et mondialiste et qui ont cherché en la personne de Macron quelqu'un de totalement fiable, risquent une amère désillusion. Alors que la victoire de Fillon au second tour de la présidentielle ne faisait pas de doute, celle de Macron est bien plus aléatoire que ce qu'on imagine.   
(1) Le Figaro, 17/01/2017
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Attention à la marche …
 
A l’évidence, l’opinion parait quasi unanime à dire que tout va mal, que ce soit grâce ou à cause de l’invasion du numérique et du virtuel, que tout insulte les habitudes et les traditions, que tout échappe aux prévisions que ce soit dans le domaine moral, social, économique, politique ou sociétal.
Des avis autorisés donnent des explications sur le cas Fillon devenu la victime d’un lynchage politico-médiatique méticuleusement orchestré. Mais qui s’est vraiment inquiété jusque-là des invisibles qui tirent les ficelles et s’en réjouissent en coulisse ? Les analyses, les réflexions, les réactions et les stratégies de ceux qui, par principe, ont le savoir et le savoir-faire, seraient bien différentes s’ils tenaient compte des principes d’action de la guerre révolutionnaire. Encore faut-il les connaître.
 
Sous nos yeux, les "casseurs" de notre civilisation continuent par tous les moyens leur ignoble besogne au service de leur idéologie, avec des complicités connues, mais souvent aussi insoupçonnées qu’insoupçonnables. De nombreuses réactions émanent de citoyens indignés, mais isolés qui composent la majorité dite silencieuse  Elle est silencieuse, non pas parce qu’elle n’a rien à dire, mais parce que les médias les plus influents, rodés à la désinformation, non seulement leur refusent la parole, mais filtrent les réponses sollicitées en "micro-trottoir".
Dans ce contexte de sape et de démolition, il leur fallait, insidieusement et patiemment au fil des années, couper les citoyens de leurs racines en trafiquant l’Histoire. La citation de Foch prend tout son sens : "Les peuples ne perdent la vie que lorsqu'ils perdent la mémoire". Il leur fallait aussi appauvrir et orienter l’éducation, supprimer de la formation des jeunes la faculté de jugement, etc ….. C’est bien le but des directives du ministère de l’Education nationale qui, pour les mêmes raisons, laisse l’illettrisme se développer.
 
Le résultat est là : des femmes et des hommes mûrs pour le lavage de cerveau sont rentrés dans le moule de la massification. Il suffisait alors de leur donner un gourou sachant attirer par une ambiance rockstar pour les mettre "en marche" vers le nihilisme mortifère et la destruction de ceux qui défendent les valeurs fondamentales de notre humanisme. Ce n’est pas le moment de baisser la garde et de se faire voler le résultat de la primaire de la Droite et du Centre. Le mot de la fin peut rester à Aristote : "Le courage est la première des qualités humaines, car elle garantit toutes les autres".
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
François Fillon, victime expiatoire de la crise des démocraties libérales ?
 
Que ceux qui essayent d'éliminer le redoutable concurrent qu'est François Fillon s'inspirent de l'exemple américain : les Démocrates ont tout fait pour écarter des présidentielles Bernie Sanders. Résultat, ils ont eu Donald Trump… pour le meilleur ou pour le pire !
 
Et si le procès que l’on fait au candidat des Républicains n’était en fait que le procès de la démocratie ?  Et si ce procès sans juge, sans avocat, sans partie civile et sans tribunal - si ce n’est la Haute cour médiatique et ses résonnances cybernétiques - n’était en réalité que celui de la démocratie en général, voire du régime démocratique dans son essence, depuis que Platon en a disséqué le corps et sondé l’esprit ? Et si l’affaire n’était en réalité que le reflet de ce grand Malaise dans la démocratie, remarquablement analysé par Jean-Pierre Le Goff ?   
En d’autres termes, ce n’est pas tant l’attitude supposée d’un François Fillon qui serait à blâmer, encore moins à lyncher publiquement, mais le système démocratique lui-même qui est à repenser, à expurger et à réformer, parce qu’il est porteur des germes de sa propre auto-corruption et que les dérives de la démagogie, du populisme, du clientélisme et du népotisme sont inscrites dans ses chromosomes, constituant ainsi son péché originel.
 
Par-delà l'affaire elle-même, dont le dénouement n’appartient qu’à la justice, il faudrait s’abstenir d’occire l’ennemi et de frapper l’hostie, pour se pencher sur l’essentiel : la crise de la démocratie libérale dont l’affaire Fillon n’est que l’un des symptômes.  
Malheur à celui par qui le scandale arrive : le grand paradoxe ou injustice est que cette réforme fondamentale de la démocratie parlementaire et postmoderne est portée par celui que certains stigmatisent et que d’autres culpabilisent, non guère par vertu mais par haine de classe, comme dirait leur très cher Marx, et surtout par calcul bassement politicien. Serait-ce parce qu’il dénonce cette corruption éminemment plus grave et dévastatrice pour la France, à savoir celle des valeurs, des idées, de la civilisation, de l’identité, de la laïcité, de la République… qu’on cherche à le discréditer par la casuistique moralisante d’une hypothétique prévarication ?
 
Il n’y a pas pire bassesse que de disqualifier un adversaire politique sans livrer bataille. Il n’y a pas pire lâcheté que d’éliminer un candidat sans l’affronter à visage découvert, sur les idées qu’il défend et sur le programme qu’il préconise pour relever un pays économiquement exsangue, sécuritairement exposé, socialement atomisé, culturellement agressé et spirituellement anesthésié. A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Et cela vaut aussi bien pour François Fillon que pour tous les hommes politiques, depuis Valéry Giscard d’Estaing jusqu’à Dominique de Villepin, en passant par Pierre Bérégovoy dont on avait "livré aux chiens l’honneur" pour reprendre cette formule à Mitterrand. Combien d’hommes d’Etat ont été jugés et exécutés sur une présomption, une délation fallacieuse, ou même un égarement moral, et jamais sur leurs compétences intrinsèques et à plus forte raison sur leur patriotisme ? Les hommes, tous les hommes ont leurs titres de noblesse et de faiblesse.

Que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre, enseignent les Evangiles que le laïcisme honni et que le gauchisme méprise. Plutôt que de voir la paille dans l’œil de Fillon, les archanges de la pureté morale et autres Torquemada de la vertu devraient regarder la poutre dans leurs propres yeux. La quasi-majorité des élus de droite comme de gauche emploient des proches ou intercèdent en leur faveur pour les faire embaucher dans telle ou telle ministère ou entreprise. Ce n’est pas un crime ni un délit.
C’est un habitus, une tentation humaine, trop humaine pour susciter autant de calomnies et de lynchage médiatique n’épargnant ni un homme présumé innocent jusqu’à preuve du contraire, ni son épouse, ni ses enfants.
 
Il est parfaitement clair que dans cette cabale très bien ficelée et synchronisée, les gardiens de la vertu et de la pureté ont ciblé l’épouse pour atteindre le candidat à la présidence. Mettre à mort un adversaire politique, ce n’est pas nouveau dans le rituel "démocratique". Si la démocratie athénienne a fait son entrée dans l’Histoire par la condamnation à mort de Socrate, la démocratie française a inauguré son règne par la décapitation de Louis XVI et de son épouse, Marie-Antoinette, celle que la horde appelait l’étrangère et que l’élite souillait par la vraie fausse "affaire du Collier". Dans ce que certains qualifient déjà de "Penelopegate", il y a beaucoup de violence symbolique et il y a également du non-dit qui joue sur le ressentiment populaire, sur l’atavisme instinctif et sur la mémoire collective !   
 
A supposer qu’il y eut "faute", nonobstant le caractère parfaitement légal d’embaucher son conjoint, tout homme a droit à l’erreur précisément parce qu’il est humain. Même pour les sacro-saints Papes, l’infaillibilité est un dogme, pas une essence. Mais, comme le disait si justement Shakespeare, "Sois aussi chaste que la glace et aussi pur que la neige, tu n’échapperas cependant pas à la calomnie". La politique est intrinsèquement violente et dans l’éthique de certains, tous les moyens sont bons pour éliminer un redoutable concurrent qui pourrait mettre fin à leur pouvoir et provoquer le redressement politique, économique, diplomatique et civilisationnel de la France. Mais attention aux effets d’agrégation : aux Etats-Unis, les Démocrates ont tout fait pour écarter des présidentielles Bernie Sanders. Résultat, ils ont eu Donald Trump…pour le meilleur ou pour le pire !
Publié sur Atlantico, 6 février 2017 envoyé par l'auteur
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Osons le dire !

Osons le dire : il est difficile de rester indifférent aux accusations répétées dont François Fillon est l’objet dans les media ces derniers jours. Et, même si aucune preuve n’a été apportée qu’il ait enfreint la loi, beaucoup d’entre nous s’interrogent. Devons-nous encore lui faire confiance et le soutenir pour qu’il devienne le prochain président des français ?
Mais au fait, qu’attendons-nous d’un président ?

Personnellement, j’ai choisi François Fillon lors des primaires car j’ai adhéré à l’analyse très concrète qu’il fait de l’état de la France et de ses problèmes. J’ai trouvé très pertinentes un grand nombre des propositions qu’il fait pour redresser le pays. J’ai été sensible à la part majeure qu’avait pris la société civile dans la co-construction de son projet présidentiel. Et j’ai vu en lui un homme de grande expérience, ayant mené plusieurs réformes majeures, sans jamais reculer ni devant la rue ni face aux pressions politiques ou médiatiques. J’ai apprécié enfin la vision qu’il avait de la place de la famille dans la société et sa volonté de faire exister une laïcité respectueuse des croyances de chacun mais ferme sur les valeurs de la République.
Aujourd’hui, rien de tout ceci n’a changé. Pourquoi hésiter alors à lui apporter notre soutien ?
Parce que les media disent des horreurs sur son compte à longueur de journée ? Parce qu’il aurait eu un comportement légal mais non angélique il y a 5, 10 ou 15 ans ? Parce qu’il a mieux gagné sa vie que la moyenne des français et que l’argent, en France, ça dérange ?
Oui, nous rêvons tous d’un homme providentiel, parfait, sorti de la cuisse de Jupiter pour venir sauver la France… mais prenons garde. A nous détourner trop vite de celui qui reste un bon candidat proposant un excellent projet, nous pourrions fort bien finir par confier les clefs du pays à des personnages aussi peu recommandables que dénués d’expérience.
Alors, prenez le temps de réfléchir à ce que vous voulez pour la France dans les 5 ans à venir et si cette réflexion vous a intéressé…partagez.
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Unir les droites
 
C’est un choix de société qui va être au cœur des 80 derniers jours. Or le brouhaha autour du "Penelopegate" interdit de percevoir l’enjeu du pile ou face. Les révélations qui s’accumulent, via Le Canard enchaîné, sur le rapport intéressé de Fillon à l’argent ont pour effet de faire taire un homme ayant eu, en tout cas, le courage de défendre la nation indivisible face à ceux qui voudraient sa libanisation. Le soupçon d’enrichissement qui l’accable, lui et sa famille, est aggravé par une défense qui relève de l’amateurisme. Reste que Fillon est surtout le bouc émissaire d’un système qui aura largement pratiqué le népotisme et l’utilisation privée de l’argent public. François Mitterrand employait ses fils à l’Élysée ; Jacques Chirac, sa fille. Le coiffeur de François Hollande est payé près de 10 000 euros par mois. Le procès médiatique qui est fait au "paria de la République" (1), avec un professionnalisme qui laisse deviner l’ombre du pouvoir ou de ses officines, tue le débat d’idées. Mais sans doute était-ce là l’objectif…
 
Les Français qui, majoritairement, ne veulent pas voir leur nation se laisser cannibaliser, ne peuvent se faire voler cette élection imperdable. La désislamisation de la France reste un objectif atteignable, à la condition que l’État cesse de reculer devant une contre-société agressive. François Fillon et Marine Le Pen revendiquent, avec Nicolas Dupont-Aignan, de mener ce combat existentiel, abandonné par la gauche soumise. Le bon sens commanderait que, dans l’incertitude qui menace l’identité française, leurs formations respectives oublient leurs querelles et leurs divergences économiques afin d’interdire à la gauche multiculturaliste de l’emporter. Plus que jamais, la question interdite de l’union des droites doit être posée publiquement par les électeurs, témoins éberlués de l’effondrement du vieux système politique. Si la tête de Fillon devait tomber à son tour, après celles de Sarkozy, Juppé, Hollande et Valls, le FN prendrait une position dominante.
(1) Maxime Tandonnet, Perrin

Paru dans Le Figaro, 3 février 2017
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Les Systèmes sont fatigués                                         
 
La logorrhée politicienne et journalistique, répétitive et désordonnée, incontournable gagne-pain de l'appareil politico-médiatique nous sature. Toujours des plaintes. Toujours des critiques. Peu de propos constructifs. Tous ces bavards - masculins pour la plupart – devraient plutôt réfléchir à nos nombreux passés, tenter de concocter un avenir de long terme, non réduit au lendemain électoral qui ne chante pas du tout, prendre un peu d'un sirop typhon qui ventilerait tout ce fatras. Cette maladie du commentaire instantané  de tout et n'importe quoi est accablante.
 
Depuis environ 240 ans – 2 siècles et demi –  ce qui est fort court dans notre histoire globale, et assez long pour nos vies de fourmis toujours pressées, les Occidentaux ont imposé à la planète entière une vision de la gestion collective des sociétés qui se résume à 3 formulations simples reposant sur un unique critère : la participation de la population à son propre gouvernement, entre autres par le biais de l'élection d'assemblées capables de décisions et de contrôler l'exécutif. Belle promesse d'Eden social, issue à la fois de la pratique politique et des idées des Lumières…
Historiquement, la première formule est la monarchie parlementaire : on garde le principe dynastique de continuité avec un souverain régnant, mais on lui adjoint une ou deux assemblées d'élus (ou de désignés) qui le surveillent, et sur lesquelles il n'a que peu de pouvoirs. Système issu des âpres luttes sociales de la fin du 17ème siècle en Europe du Nord, bientôt copié et approprié par les Britanniques.
Actuellement, c'est le profil qui résiste le mieux, car quels que soient les bienfaits ou les déconvenues du pur jeu politique, le monarque représente l'idéal de continuité, la stabilité de la Nation qu'il incarne, quelquefois même auréolé d'une nuance religieuse. Même si les familles régnantes contemporaines ont perdu beaucoup de sang bleu, en unissant leurs rejetons dans la roture (résultat d'inévitables études dans les campus universitaires et non plus en vase clos), ces familles sont respectées, travaillent dur dans le social, entretenant avec soin le culte protecteur de la perpétuité familiale.
 
La seconde formule vient de groupes issus de la précédente configuration mais qui sont, soit définitivement dégoûtés de tout monarque héréditaire, soit qui n'en ont pas sous la main : c'est le modèle présidentiel  Nord-Américain, issu de la révolte coloniale : très procédurier, il accorde d'assez forts privilèges au Président, comme s'il était souverain, mais l'environne d'un prégnant système caméral et de fioritures judiciaires implacables. Promis à l'éphémère par un mandat court, (4 années) ce souverain provisoire ne peut prétendre à une trop longue continuité et peut, si on le juge trop mauvais, être destitué. Les Nord-Américains n'ont jamais remis en cause ce système qu'ils trouvent parfaitement adapté à leurs besoins, leurs ambitions et leur fédéralisme, car chacun peut s'y exprimer librement.
 
Enfin, le troisième et dernier modèle est celui de la pure discontinuité républicaine : elle s'assoit sur la certitude de l'unité nationale, la sagesse du peuple, et les bienfaits de l'élection qui régénère en permanence l'univers politique. Sa volatilité permet d'adapter cette formule à toutes sortes de peuples, de nations unies ou fédérées. C'est la notion de République (res publica : affaire collective) qui dessine le lien de continuité :  en principe elle ne s'embarrasse pas d'adhésion religieuse, mais ce n'est pas une règle absolue. L'essentiel réside dans la répudiation définitive d'une dynastie souveraine assortie  de l'idée de tolérance et de pluralité. Dans cet axe, le domaine français domine, avec ses turbulences, l'italien (adopté à regret), le germanique, ainsi que les Républiques de l'Europe de l'Est dans une version radicale et unanimiste. Pour canaliser un peu cette fougue électorale, il fut très tôt tenté de limiter la possibilité d'être électeur, et tous les sons de cloche  s'enrobent d'un système de partis, afin d'éviter les plus discordants, mais l'évitement n'est pas garanti.
 
Hors ces jeux, quasi incontournables, point de salut ; car ils sont considérés comme les seuls praticables pour un objectif de bien-être social. On tolère quelques anachronismes, comme la monarchie du Bouthan ou un peu de clanisme africain ou pacifique, mais ils sont eux aussi atteint par la fièvre électorale moderne et ne subsistent que dans une stratégie quasi touristique. (car ce qui est exotique est forcément touristique).
Certes, l'imagination politique est limitée : depuis Aristote il est définitivement démontré qu'on ne gouverne que tout seul, à quelques-uns ou tous ensemble. Et cela "bien ou mal". Cela nous donne 6 modèles, un point c'est tout.
En fait, cette analyse est fausse ; on pratique les 3 à la fois, ensemble et de conserve : un homme seul ne peut gouverner, il est assisté d'un entourage oligarchique et a l'obligation de recourir, s'il veut être crédible, à l'élection dite démocratique.
 
Sous les projecteurs actuels, la fatigue apparaît de manière implacable, embarrassante. Mais on n'a rien d'autre à mettre à la place. Les pratiques sont fatiguées, dénaturées, dévoyées ; les bienfaits de l'imagination sont en panne : aucun nouvel Eden politique n'est en vue, ce qui déprime le citoyen, et mène les préposés politiques au cafouillage.
On assiste, impuissant, à un processus d'auto destruction, sans qu'aucun véritable remède, hormis – peut-être – une révolte généralisée, forcément violente, encore plus dévastatrice que le cloaque politique dans lequel la planète est coincée, ne soit perceptible ;  ou un électrochoc inattendu, comme dans Mars Attack , de Tim Burton.
Il est toutefois possible de pointer les plus pesantes causes d'usure et de mal être, car elles signalent d'elles-mêmes les prémices des remèdes :
 
* La frénésie électorale : chaque Etat a désormais "son" système électoral, lequel s'exerce à tous les niveaux, locaux, nationaux, et parfois judiciaires. L'élection parlementaire, récurrente, détermine les orientations générales d'un gouvernement en principe issu de sa majorité ou des alliances qui y sont  négociées. Les chefs d'état, aux mandats de plus en plus courts, souvent contradictoires avec les majorités parlementaires, se retrouvent fragilisés, à moins qu'ils ne prennent la voie de l'autoritarisme passant outre les règles constitutionnelles ou les déformant à leur avantage. Ce capharnaüm national se répercute à l'échelon international, notamment en Europe : cette institution que l'on voudrait rassembleuse, tirée à hue et à dia par des élections nationales permanentes, se retrouve incapable (hors son aspect monétaire) d'exprimer une voix uniforme, de créer une véritable politique de rassemblement, ni un destin social cohérent. L'Europe des 28 (bientôt des 27) est devenue une boursouflure institutionnelle, terriblement coûteuse, incohérente, paralysée par des intérêts qui n'ont rien à voir avec le bonheur des sociétés ou la prospérité collective.
Par ailleurs la surabondance des élus plombe la prise de décisions qu'il s'agisse des états ou de la géante européenne : que voulez-vous décider avec plus de mille représentants, chaque groupe chantant un refrain différent ? Qu'il s'agisse des territoires ou des nations le "trop d'élus", - malgré cette idée au départ pleine d'idéal démocratique - est devenu une plaie.
Si l'on veut revenir à l'inquiétant "cas" français, l'instauration de primaires ( dont tout le monde se gargarise) dans le système politico-social français est une ânerie : son esprit initial consiste à mettre un verrou pour éliminer les indésirables de la course électorale ; mais ce verrou est mal ciblé, facilement contournable et surtout il enferme le vote des citoyens dans un "tri" préalable qui n'a rien à voir avec la liberté d'opinion. L'expérience actuelle est un désolant étalage d'incompétence, de petitesse et de fadeur, de discours faux et creux. Pire : ce combat de petits chefs met au jour et amplifie les désaccords, les contradictions de rivaux fragilisés par cette redoutable exhibition. L'union partisane interne est ensuite presque impossible ou carrément artificielle. La Primaire est la mise à mort du système de partis. L'élitisme d'une caste déjà très en dehors des réalités s'en trouve renforcé et contribue au maintien dans l'immobilisme. Est-ce bien prudent dans un pays comme la France, aussi saturé de politiciens ? Nul n'a de réponse, au-delà d'une grande fatigue électorale et d'un inavouable gâchis financier.
 
L'autre sottise – qui confine au rocambolesque - est le raccourcissement du mandat présidentiel à 5 ans : que peut-on faire et construire en France en 5 ans ? Rien. Tout simplement en raison de la lourdeur et de la complexité des règles dans lesquelles le pays s'est empêtré lui-même, de l'inertie administrative, de la lourdeur de toute procédure due à la surabondance des intervenants. La France est, de plus, en permanente campagne électorale, ce qui renforce l'immobilisme et dont elle n'avait vraiment pas besoin : car trop d'instabilité engendre le "sur place". Deux ans avant l'échéance de leur mandat, les présidents en poste sont déjà en campagne, leur première année étant consacrée à "apprendre le boulot" et apprivoiser le personnel de l'Elysée et les hauts fonctionnaires qui - eux – ne changent guère. Même si on a été très proche du pouvoir suprême, la fonction est très particulière ; de plus le nouvel élu hérite des engagements et de l'agenda de son prédécesseur… (pas facile d'échapper à une visite officielle prévue depuis 2 ans). La seconde année essaie de rattraper le temps perdu et de combler quelques promesses électorales ; en général il est trop tard ou le parlement a changé grâce au grand galop d'une élection nourrissant souvent l'opposition ; après on oublie tout, une grande fatigue s'installe en attendant une trêve qui n'arrive jamais.
 
* Trois "fractures" ne cessent de s'amplifier : celle des élites (ou élus) politiques avec les citoyens. Celle de de la rapidité des médias d'information avec les procédures politiques. Celle de l'univers administrativo-politique avec le pouvoir financier. Ce dernier gouffre semble devoir être "appréhendé" avec un nouveau type d'élu tel Donald Trump ou le président Xi qui sont tentés d'assimiler leur pays à une entreprise qui doit se débarrasser des stocks bloquants, et faire des bénéfices permettant le mieux être social toujours promis mais jamais atteint par l'ancien système. La démarche Brexit n'est pas loin de ce projet : mieux s'auto gérer en se débarrassant des gênantes limitations de l'Union Européenne.
Le reposant mystère de l'action politique a volé en éclats depuis 20 ans avec les réseaux d'information instantanée, une fouillant toujours plus profondément les procédés, conversations, paperasseries, déviations, cachotteries, faux pas, ratées et turpitudes des autorités en tous genres, des politiciens comme des institutions. C'est redoutable, effritant encore un peu plus l'image politique. Il n'y a plus aucune précaution hiérarchique, aucun respect ; on bombarde à tout va, avec une sorte de jouissance destructrice. Parfois cela devient surréaliste lorsque les leaders visés sont particulièrement fragiles ou fautifs. Le résultat est que "tout le monde ment", triche, dissimule, prend les chemins de traverse les plus inavouables vers le Graal : s'affranchir des règles des citoyens ordinaires. Par ailleurs, cette démarche qui voudrait ne trouver que de blanches colombes nimbées de vertus pour assumer le pouvoir suprême est infantile et illusoire ; le voyage politique n'est jamais innocent, et parfois boueux.
A cela s'ajoute de part et d'autre l'usage d'un vocabulaire galvaudé, confus, artificiel et pompeux dont on ne connaît même plus le sens : c'est quoi la nation ? Les fameuses "valeurs de la république" ? dont aucun leader n'a été fichu de donner ni une définition ni une liste claire. Devraient relire Tocqueville…
Du côté des journalistes, ce n'est pas mieux : souvent incultes, impolis, s'imaginent surpuissants en invitant des gens qu'ils ne laissent pas s'exprimer ; l'insolence, la morgue font partie désormais de la dévastation de l'univers politique dont les murs dorés ou en verroterie ne tiennent plus.
 
* De fait, les citoyens sont gouvernés par les médias, par (en France) une vingtaine de leaders informatifs ou désinformatifs ; et dans le monde, par quelques réseaux tentaculaires de dramatisation ou de lénification orchestrant pluie et beau temps planétaire. La surabondance des scoops sature les yeux et les oreilles. Il faudrait se souvenir du "trop d'informations tue l'information",  face à cette manie de privilégier les zizanies de petite ou grande envergure, faire la Une avec le nombre de morts, d'accidents, de désastres, de conflits. Au Moyen Age on terrorisait avec l'enfer, maintenant c'est avec l'actualité. Le meilleur moyen de gouvernement est "entretenir la peur". Nous sommes en plein dans ce procédé : peur immédiate de perdre le confort et l'abondance pour les riches, peur de ne plus espérer progresser pour les pauvres, et plus profondément peur d'anéantissements plus radicaux comme la guerre ou la montée des océans.
 
* Enfin, (mais la liste n'est pas close), sur le plan purement institutionnel, choque et désespèrele déséquilibre entre les délais politiques et la rapidité des outils informatifs : c'est sans doute une des plaies majeures du délitement des systèmes : de tous les systèmes, y compris des plus vastes et importants comme celui de l'ONU qui parle de se réformer depuis plus de 40 ans et ne fait toujours rien. Y compris de l'Europe qui s'est lestée d'institutions tellement pesantes et enchevêtrées qu'elle n'arrive plus à endiguer son propre marasme ; y compris de la France, pays de "l'interdit, de la précaution et de la taxe à tout va".
IL s'avère que les subtils mécanismes de la Constitution de Vème République - visant à éviter les désordres des républiques précédentes – ne sont sans doute plus adaptés aux nouvelles mœurs. Ce cadre tellement galvaudé et défiguré par de constantes modifications, est devenu opaque, n'est que rarement transmis aux jeunes générations dans les établissements scolaires.
S'y ajoute l'ignorance (vraie ou simulée?) de la prédominance de l'argent, finance et économie, sur tout le reste, y compris la politique. Le légendaire "mépris" des leaders français pour l'argent, au profit des idées et de la philosophie démocratique ne tient plus. Les vrais leaders sont les financiers, les banquiers, les intérêts économiques et commerciaux ; les politiques ne sont souvent que des paravents, zélés toutous qui doivent suivre le mouvement boursier et les tendances des marchés. Au-delà point de salut. Or cet univers-là garde avec soin ses secrets. L'argent sait se taire et bavarde peu dans les médias. Peu importe finalement la Dette - la fameuse - dont on nous a rebattu les oreilles, les déficits budgétaires, les gouffres des dépenses sociales, le catastrophique dénuement de l'Education et de la Justice, les deux mamelles de la Démocratie, la vraie.
 
Au reste, la bonne question est : a-t-on encore besoin des politiciens ?
Telle est la question posée par un éminent groupe de politologues canadiens : a-t-on encore besoin de ces supposés représentants cafouilleux qui, très souvent, ne représentent qu'eux-mêmes ? Ces personnages formatés dans les moules préétablis d'écoles élitistes ? Ces virtuoses des déclarations fumeuses et des discours sans but qui n'ont jamais rien dirigé ni risqué et qui imposent aux entrepreneurs, aux agriculteurs et aux citoyens ce qu'ils doivent faire ?
En s'appuyant sur les expériences récentes de la Belgique, de l'Italie, de l'Espagne, de la Thailande, de l'Australie, du Japon et quelques autres, il est démontré que ces pays ont bien "survécu", parfois fort longtemps, à l'absence de gouvernement et de majorité parlementaire, en ont même tiré quelques assainissements. Ils ont pratiqué une gouvernance flottante et non politique grâce à leur système administratif, le tissu économique et bancaire et la tranquille résignation des citoyens.
Il est intéressant de remarquer que les plus nombreux états de ce club des non gouvernés se sont appuyés sur une pratique présidentielle stable ou un monarque héréditaire, continuant chacun dans leur style, d'incarner l'unité nationale.
Juste au moment où un homme d'affaires habile mais corrompu, sorte de commis voyageur de la provocation, s'est offert comme ultime jouet la présidence des Etats Unis, avec l'intention annoncée de transformer son pays en un vaste supermarché du profit et de l'intolérance. Mais peut-être, aujourd'hui, est-il le plus brutalement clairvoyant, face aux idéalistes des Lumières. Le monde contemporain a perdu le goût des  idées pures  et du sacré. Le monde politique, dans sa globalité planétaire, devrait peut être tenté de "se redéfinir" afin de savoir "ce qu'il est et à quoi il sert" en dehors des conflits immédiats, des concours d'insultes et de coups bas que sont devenus les processus électoraux.
 
Les chasseurs de sinécures républicaines, mal armés d'un pouvoir illusoire, creusent un fossé d'une sidérale profondeur entre les nécessités d'évolution collective, et leur éventuelle mise en œuvre.
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version